FLASH
Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  |  Colorado : 3 ans après la légalisation de la Marijuana, les morts sur les routes de consommateurs ont progressé de 62%  |  Colombie : le Sénat approuve à l’unanimité un nouveau plan de paix avec les terroristes communiste FARC  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 12 septembre 2012

Michel Garroté – J’apprends que Bernard Poignant, membre du Parti socialiste français, est contre le mariage gay. Le site Famille chrétienne, rappelle la position de ce maire socialiste de Quimper. ‘Sur mon blog, j’ai fait part de mes réserves à propos de l’homoparentalité. Je crois que l’enfant a besoin de l’altérité. Comme orphelin, je me suis construit dans l’altérité du père absent. Tout enfant doit savoir qu’il a un père et une mère’. Voir ici son billet de blog.

Il est vrai que le mariage gay ne fait pas l’unanimité au PS. Ainsi, les ‘Poissons Roses’, avec notamment le socialiste Philippe de Roux, ont signé une contribution en vue du prochain congrès du Parti socialiste, qui traite notamment des questions éthiques et familiales. Ce mouvement, qui revendique 700 adhérents, prend position contre le mariage gay et réclame des “états-généraux du mariage” (http://www.directmatin.fr/politique/2012-09-11/philippe-de-roux-le-mariage-gay-ne-fait-pas-lunanimite-au-ps-112323 ).

Alain Juppé, UMP, estime sur son blog que la reconnaissance des couples homosexuels ne devait pas nécessairement s’appeler ‘mariage’ et s’est dit opposé à l’adoption par les couples homosexuels, ‘quels que soient les arguments’ invoqués. ‘Je n’arrive toujours pas à accepter l’idée qu’un enfant puisse avoir deux parents du même’, explique-t-il.

Christine Boutin, UMP et présidente du Parti chrétien-démocrate, est aussi une opposante au mariage homosexuel. ‘C’est un projet de loi qui est lourd dans ses conséquences pour la société, déclare-t-elle. ‘J’ai sollicité auprès du Premier ministre une audience pour l’organisation d’un référendum sur ce texte pour trois raisons : c’est l’intérêt du gouvernement qui est favorable à une démocratie participative, c’est l’intérêt des Français qui pourraient chacun prendre leur responsabilité et c’est enfin l’intérêt pour la paix sociale et civile’.

Je lis sur http://www.actu-chretienne.net/ que Béatrice Bourges, porte-parole du Collectif pour l’enfant, qui regroupe 80 associations de protection de l’enfance, était l’invité du Grand Journal de Canal Plus, le mardi 11 septembre. Au cours de son face à face avec Noël Mamère (Député Europe Ecologie – Les Verts), Brigitte Bourges a rappelé l’étrange paradoxe qui consiste, d’une part à prôner la différence, et d’autre part, à chercher à tout prix à ‘gommer la différence essentielle de l’altérité sexuelle’. La porte-parole du collectif pour l’enfant réclame la tenue d’Etats Généraux. REGARDER L’EMISSION.

Par ailleurs, http://actualitechretienne.wordpress.com/ signale que ce mercredi 12 septembre à 15h00, 37.825 personnes ont participé au sondage proposé, la veille, par Le Figaro. Le résultat est sans appel, et peut expliquer pourquoi certains craignent la mise en place d’Etats Généraux et refusent toute idée de référendum. Sur 37.825 votants, 79,35% ont répondu “non” à la question : “Etes-vous favorable au projet du gouvernement de légaliser le mariage homosexuel et l’adoption ?”. Les sondages annonçant que 65% des Français sont favorables au “mariage” homosexuel seraient-ils exagérés, pour ne pas dire… trafiqués ?

Alliance Vita prend la défense des enfants : Grand absent du débat, c’est l’enfant qu’Alliance VITA veut défendre. Prétendre le priver délibérément d’un père ou d’une mère, dans le cadre d’un processus adoptif, est en réalité une grave injustice et une discrimination vis-à-vis des autres enfants. Et c’est donc un comble qu’une telle perspective soit revendiquée par un ministre de la Justice, au nom d’une prétendue ‘exigence d’égalité’. ‘Ce n’est pas parce que les accidents de la vie conduisent un certain nombre d’enfants à souffrir de l’absence d’un père ou d’une mère, ou de ruptures toujours douloureuses entre leurs parents, que l’on peut se permettre de programmer de pareilles souffrances’, explique Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance VITA. ‘A l’heure où l’on veut généraliser la parité à tous les niveaux de la société, comment prétendre supprimer celle qui fonde cette notion : la parité homme-femme dans le couple de parents ? Tout enfant nait en effet d’un père et d’une mère biologiques, quelles que soient les fictions qu’on lui impose avec les termes mensongers d’homoparentalité et d’homofiliation’.

Le blog Le Rouge & le Noir valorise la famille : Le ‘mariage’ homosexuel, comme l’ont dénoncé la prière pour la France du 15 août dernier, ou le cardinal Barbarin récemment encore, fait peser en France la lourde menace d’une annihilation de la famille, base essentiellement naturelle et chrétienne sur laquelle doit se fonder toute société respectueuse de l’enseignement de notre Seigneur Jésus-Christ. Sans doute cette désastreuse réforme n’est-elle que l’aboutissement pervers d’un processus de destruction entamé il y a plus longtemps, et dont l’explosion des divorces, la haine conjugale et les enfants-marchandises sont les stigmates les plus sanglantes, et les plus douloureuses. C’est une bataille, quoiqu’il en advienne, qu’il faut mener car Dieu peut tout. Comme l’a écrit le Maître de Martigues, ‘tout désespoir en politique est une sottise absolue’. L’expérience contemporaine prouve au contraire que rien n’est irréversible, contrairement à ce que certains s’appliquent à matraquer. Le bâtonnier Marc Bonnant eut l’occasion de rappeler avec beaucoup de justesse que ‘les évolutions funestes doivent être contrariées’.

Le Rouge & le Noir ajoute : Comment ne pas rappeler la fronde courageuse de l’épiscopat américain et du cardinal Dolan pour faire respecter la liberté religieuse, mise à mal par l’administration Obama ? Comment ne pas remarquer qu’en Europe même, les mouvements en faveur de l’euthanasie n’ont guère trouvé d’écho, sinon dans quelques rares pays ? Les gouvernements à l’œuvre au Canada ou en Espagne sont eux aussi des modèles à répandre. Enfin, il faut rappeler qu’en France certains diocèses relèvent la tête : celui de Vannes a vu le nombre de ses séminaristes quadrupler depuis l’arrivée de Mgr Raymond Centène. Dans le monde, le catholicisme est en progrès constant, notamment en Afrique et en Asie. ‘Au cœur de ce monde le souffle de l’Esprit met à l’œuvre aujourd’hui des énergies nouvelles’ nous rappelle le cantique. Ces sujets montrent combien il importe que les catholiques sachent faire naître, dans tous les foyers français, les lumières d’une véritable compréhension d’enjeux qui n’ont été abordé, au cours des dernières décennies, que sous l’angle d’un sentimentalisme pernicieux.

De son côté, Yannick Moreau, député DVD donne un autre éclairage : A défaut de prendre la vraie mesure de la crise profonde dans laquelle nous nous trouvons, à défaut de s’engager clairement vers une réduction drastique des dépenses publiques de l’Etat, à défaut de favoriser la compétitivité de nos PME et de baisser le coût du travail, le gouvernement tente une manœuvre de diversion en accélérant le calendrier du projet de mariage homosexuel. C’est vrai que c’est une réforme qui marque le ‘changement’ et qui ne grève pas les finances publiques, contrairement à toutes les réformes qui nous sont proposées depuis le mois de mai dernier. La question du mariage homosexuel, et celle de son corollaire l’adoption par les couples homosexuels, est un enjeu de société qui dépasse largement le rôle d’écran de fumée à la crise que le gouvernement cherche à lui faire jouer. C’est une réforme structurelle, particulièrement sensible, et lourde de conséquences pour la société que nous voulons léguer à nos enfants et petits-enfants. Sur un tel sujet qui engage l’avenir de notre pays et de notre société, il me paraît essentiel de consulter les Français par voie de Référendum. Seul un grand débat national conclu par un Référendum permettra à chacun de nos compatriotes de prendre part, en conscience, à ce choix de société fondamental.

Guillaume Peltier, secrétaire national de l’UMP, réagit aux annonces de Christiane Taubira. Il le fait sur Nouvelles de France : C’est d’abord un projet idéologiquement néfaste ; le mariage est une institution sociale qui garantit l’union d’un homme et d’une femme. Ciment de la cohésion sociale, la famille ne doit pas être une variable d’ajustement d’une idéologie politique. Le mariage est institution qui a pour objectif la fondation d’une famille et la protection de l’enfant. Chaque enfant a droit à un père et une mère. Et sur ce sujet, le droit de l’enfant doit primer sur le droit à l’enfant. C’est enfin socialement dangereux ; le Gouvernement cherche à monter les Français les uns contre les autres en cette période de crise qui commande précisément de garantir l’unité nationale pour faire face aux défis qui attendent notre pays.

Jean-Frédéric Poisson, Député, Vice-président du PCD, Secrétaire national de l’UMP, réagit à son tour : Il est inquiétant de constater que la garde des Sceaux ignore le sens et l’origine du mariage. Le mariage n’est pas avant tout ‘inventé pour structurer la société’, mais pour maintenir l’existence d’une société dans le temps, par la pérennisation de l’engagement d’un homme et d’une femme à fonder une famille. Jusqu’à preuve du contraire, un enfant n’est jamais né de deux hommes ou de deux femmes. De plus, elle prétend satisfaire à une exigence d’égalité. Mais les partisans du mariage entre personnes de même sexe veulent l’égalité des droits des adultes en ignorant celle des enfants, qui ont le droit d’être éduqués, dans l’altérité, non par de simples éducateurs, mais par des parents.

J.-F. Poisson ajoute : De plus, personne en France n’a le droit d’épouser une personne du même sexe. Il s’agit donc de créer un nouveau droit. Plus grave encore, Madame Taubira l’a dit : les maires seront contraints de célébrer ces mariages entre personnes de même sexe. Il n’y aura pas d’objection de conscience. Ils seront contraints non seulement d’accepter, mais de célébrer un acte qu’ils réprouvent. Sur des questions aussi importantes, le peuple français doit être consulté. J’appelle toutes les personnes qui s’opposent à la destruction de notre société, tous les élus, et plus particulièrement les maires, à faire entendre leur voix pour défendre l’enfant et la famille.

Sur Padreblog, le père Amar, prêtre diocésain, défend le mariage classique : Vérité. Le mot n’est pas à la mode. Il est au-dessus des illusions ou des désirs passagers. Et la servir est une décision qui rime souvent avec courage. Il faudra du courage pour dire cette vérité autour de nous au lieu de protéger notre confort. Du courage pour ajuster notre action à cette vérité plutôt qu’à l’immédiateté de nos désirs ou nos intérêts. Dans la Bible, deux figures nous regardent et nous interrogent. La première est celle de Ponce-Pilate. Il est entré dans l’histoire comme l’exemple historique de la lâcheté. En condamnant un homme qu’il sait pertinemment être innocent, il préfère sacrifier la vérité à son confort et sa carrière. Sa question ultime ‘qu’est-ce que la vérité ?’ (Jean 18, 38) résonne dans nos églises chaque vendredi saint comme le comble du relativisme. Jésus, d’ailleurs, ne répond pas ; comme s’il savait que le procurateur de Judée a toutes les cartes en mains pour agir en conscience. La seconde est celle de Jean-Baptiste. Il est la voix qui crie dans le désert et sa voix gêne. En osant dire au roi Hérode que sa femme n’est pas la sienne et que son mariage n’en est pas un, il marche lentement vers l’ultime offrande : celle de sa vie.

Le père Amar ajoute : Plus tard, Thomas More connaîtra le même sort et sera lui aussi un martyr de la vérité. Tout cela pour un mariage et pas directement pour une vérité de foi, la divinité du Christ ou l’affirmation de la Trinité. C’est dire si les enjeux sont importants : car tout ce qui contribue à la désintégration sociale met en danger notre civilisation. ‘Quelle société voulons-nous ?’ disaient nos évêques il y a presque un an pour éclairer les consciences avant les échéances électorales. Le ‘mariage’ homosexuel aujourd’hui, l’euthanasie demain, feront des victimes dont personne ne parle : l’enfant, les personnes âgées dépendantes, nos familles, l’Humanité tout simplement. L’Eglise – comme toujours – se range résolument du côté des petits et des faibles. Cette époque attend très certainement d’autres Jean-Baptiste : des hommes et des femmes remplis de l’Esprit-Saint qui auront le courage de la vérité. Qui, sans attaquer les personnes, sauront mettre les mots qui s’imposent sur les actes et les situations. Serons-nous de ceux-là ?, conclut le père Amar.

Maximilien Bernard sur Perepiscopus, écrivait il y a peu : Le cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France (CEF), a affirmé ce matin lors d’une conférence de presse qu’il espérait pouvoir infléchir le contenu du projet de loi dénaturant le mariage et privant des enfants du droit d’avoir un papa et une maman. ‘Les contacts que nous avons notamment avec Mme Taubira peuvent être de nature à infléchir le contenu de ce projet de loi’. Il doit rencontrer le ministre de la Justice la semaine prochaine sur ce sujet. Le cardinal estime que le projet n’est pas défini, malgré la promesse électorale de François Hollande et que les déclarations du ministre de la Justice dans le quotidien officieux de la Conférence épiscopale, à savoir La Croix, choisi pour annoncer le contenu du projet, n’engage que Christiane Taubira. ‘Un ministre est libre de faire les déclarations qu’il veut’. ‘Je suppose que ce n’est pas innocent’.

Maximilien Bernard : Dans l’encyclique Evangelium Vitae, le pape Jean-Paul II écrit très nettement : ‘Aucune circonstance, aucune finalité, aucune loi au monde ne pourra jamais rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite, parce que contraire à la Loi de Dieu, écrite dans le cœur de tout homme, discernable par la raison elle-même et proclamée par l’Eglise’. Plus loin, sous le titre ‘Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes’ (Ac 5, 29): la loi civile et la loi morale, le défunt pape ajoute : ‘Des lois de cette nature, non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s’y opposer par l’objection de conscience. Dès les origines de l’Eglise, la prédication apostolique a enseigné aux chrétiens le devoir d’obéir aux pouvoirs publics légitimement constitués (cf. Rm 13, 1-7; 1 P 2, 13-14), mais elle a donné en même temps le ferme avertissement qu’il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (Ac 5, 29)’. Ce sont la force et le courage de ceux qui sont prêts même à aller en prison ou à être tués par l’épée, dans la certitude que cela ‘fonde l’endurance et la confiance des saints (Ap 13, 10)’.

Maximilien Bernard : Dans le cas d’une loi intrinsèquement injuste, comme celle qui admet l’avortement ou l’euthanasie, il n’est donc jamais licite de s’y conformer, ‘ni participer à une campagne d’opinion en faveur d’une telle loi, ni donner à celle-ci son suffrage’. Le cardinal doit expliciter ce qu’il a voulu dire. S’il s’agit de respecter la contrainte légale de vérifier que les candidats au mariage sacramentel ont d’abord été mariés civilement, soit. Mais dans le contexte, cette déclaration n’est pas aussi nette et mérite un complément d’information : la cardinal considère-t-il que la dénaturation du mariage, si elle était votée par les parlementaires, deviendrait licite ?, conclut Maximilien Bernard sur Perepiscopus.

Ce qui se profile n’est pas une loi injuste, mais bien une fiction juridique, comme le montre Natalia Troullier sur son blog, dans un billet sur le ‘mariage gay’. Et Incarnare espère, sur son blog que concernant la théologie du corps, le débat soit : 1- le plus large possible : Mme Boutin a déjà manifesté son souhait de voir les citoyens consultés par référendum ; 2- le plus libre possible : les partis politiques seraient bien inspirés d’accorder à leurs élus une totale liberté de vote à l’assemblée ; 3- le plus ouvert possible, c’est-à-dire qu’il ne sera pas confisqué par certains groupes idéologiques à coup d’accusations d’homophobie envers quiconque manifestera une opinion contraire.

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant les sources citées

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz