FLASH
L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 18 septembre 2012

Michel Garroté, réd en chef – Véronique Genest et Caroline Fourest sont sorties du bois. Il a fallu deux femmes, et non pas deux hommes, pour avoir les couilles de sortir du bois. Chapeau bas. Cela dit, j’avais écrit en novembre 2010 sur le mode provocateur : « Je suis islamophobe. C’est un délit d’opinion ». Mohamed Marwane, lui, avait raconté, au printemps 2011 : « l’islamophobie n’est pas une opinion, c’est un délit ». Avec mon article de novembre 2010, j’avais donc six mois d’avance sur Mohamed Marwane au printemps 2011. Alors, pour enfoncer le clou je publie à nouveau ci-dessous – avec quelques adaptations – mon article déjà publié en 2010. Sachant que depuis 2010 et 2011, nous avons vécus – et nous vivons encore – le syndrome Merah et l’hystérie orchestrée face à une vidéo complètement débile et anti musulmane (car oui, on peut avoir peur de l’islam, sans être anti musulman).

Mon article remanié : « Je suis islamophobe. C’est un délit d’opinion. Je confirme. Avant, je disais que je n’étais pas islamophobe. Et que je préférais, simplement, défendre la société libre et laïque de culture judéo-chrétienne. Défendre cette société par opposition, aux sociétés totalitaires nationales-socialistes, communistes, fascistes et islamistes ».

« Désormais, je dis – carrément – que je suis islamophobe. Oui, j’ai la phobie, donc la peur (phobie veut dire peur), de l’islamisme. Pas une peur qui, face à l’islamisme, fait de moi un collabo de l’islamisme, un capitulard face à l’islamisme. Non. C’est une peur qui m’invite à aller au-delà de la peur. Et c’est une peur qui m’invite à dire que, oui, je suis islamophobe ; et que, oui, je résiste à l’islamisme. Un résistant est quelqu’un qui a peur de son adversaire parce que son adversaire a tout simplement de quoi faire peur. Mais ce même résistant, en dépit de sa peur, choisit quand même de résister. Résister, ce n’est pas ne pas avoir peur. Résister, c’est transcender sa peur, c’est aller au-delà de sa peur. Comment pourrais-je alléguer que le syndrome Merah et l’hystérie orchestrée face à une vidéo complètement débile et anti musulmane, comment pourrais-je alléguer que ce syndrome de Merah et cette hystérie orchestrée ne me font pas peur ?  ».

« Ceux qui avaient la phobie, donc la peur du nazisme, avaient deux choix possibles : devenir des collabos capitulards ou résister. Je choisis de résister, en reconnaissant que la peur est l’une des motivations de ma résistance ; mais pas la seule motivation. L’autre motivation – beaucoup plus importante – est le refus de perdre ma liberté d’expression et de perdre ma liberté d’opinion ; le refus de renoncer à la société libre et laïque de culture judéo-chrétienne ».

« En clair, je défends, à la fois, la laïcité et la société libre, avec son indéniable héritage culturel judéo-chrétien. L’on peut dire que c’est là une opinion conservatrice, une opinion de droite. L’on ne peut pas – et cependant certains le font – alléguer que c’est là une opinion « extrémiste » ou « raciste ». J’aimerais maintenant analyser l’islamophilie. Car si l’on me reproche mon islamophobie, je me sens, de ce fait-là, pleinement autorisé à reprocher aux islamophiles d’être islamophiles ».

« Il se trouve que selon l’idéologie islamophile à la mode (idéologie islamophile qui juge et condamne l’islamophobie), l’islam aiderait, soi-disant, l’Occident, à redéfinir son identité ; à pratiquer le dialogue des cultures ; et à pratiquer le multiculturalisme. A cet égard, l’idéologie islamophile reproche, à l’Occident, d’avoir une identité judéo-chrétienne monolithique. Et dans ce cadre, l’islam apporterait, paraît-il, quelque chose de nouveau. L’islam aiderait, soi-disant, les Occidentaux, à redéfinir leur relation avec les autres. L’islam aiderait, paraît-il, les Occidentaux, à lutter contre le racisme ; contre la discrimination ; contre le regard porté sur les musulmans. Un regard colonial, nous dit l’idéologie islamophile, un regard colonial influencé par l’histoire de l’Occident face à l’islam ».

« L’islam aiderait, soi-disant, les Occidentaux, à transcender l’ère coloniale et les croisades. L’islam aiderait, paraît-il, les Occidentaux, à devenir multiculturels. Et l’islam aiderait, paraît-il, les Occidentaux, à faire de la lutte contre la discrimination, une priorité. Voilà résumée, en quelques lignes, l’idéologie islamophile. Je n’invente rien. C’est bel et bien ainsi, qu’est formulée (dans la haine de soi et avec une fausse culpabilité) l’idéologie islamophile, par des journalistes, des historiens, des sociologues, des enseignants, des chercheurs, des faiseurs d’opinion et les politiciens. Et quiconque n’adhère pas à cette idéologie islamophile, est, automatiquement, accusé d’être islamophobe. Ce qui, tout compte fait, ne me dérange pas ».

« Mais le fait demeure que l’idéologie islamophile, non seulement s’est construite sur du sable mouvant ; mais qu’en plus, elle ne peut souffrir quelque débat que ce soit. Quiconque n’adhère pas à l’idéologie islamophile ne peut qu’être islamophobe. Et quiconque est islamophobe ne peut qu’être raciste (or je ne suis pas raciste ; l’islam et l’islamisme ne sont pas raciaux). On le voit ici, le niveau du débat, est à peu près aussi lamentable, que l’était, le débat sur le communisme (je suis anticommuniste et je ne suis pas, pour autant, « raciste » envers les communistes chinois, nord-coréens, vietnamiens et cubains…). A ce propos, souvenez-vous, un anticommuniste était forcément un « réactionnaire d’extrême-droite ». Résultat : le communisme, à l’échelle planétaire, entre 1917 et 1992, a tout de même tué, plus de 100 millions de personnes ».

« Et puisque je mentionne des millions de personnes tuées, j’attends toujours les chiffres sur le nombre de personnes tuées en quatorze siècles au nom de l’islam. Combien de Juifs d’Orient ? Combien de Chrétiens d’Asie mineure et d’Orient, par exemple Arméniens ? Combien de musulmans tués par d’autres musulmans, par exemple, lors de la guerre Iran-Irak que tout le monde a oubliée ? ».

« Autre phénomène : pourquoi tant de musulmans, soi-disant modérés, et tant d’occidentaux islamophiles, ont-ils fait leur crise, parce que Ben Laden aurait dû être capturé vivant ? Ou, parce que Ben Laden aurait dû être jugé ? Ou encore, parce que Ben Laden n’aurait pas dû être balancé à la mer ? Pourtant, Ben Laden n’était pas un « bon musulman ». Ben Laden a tué 1000 fois plus de musulmans que de non musulmans, avec ses hordes maudites de kamikazes dégénérés. Ben Laden n’était qu’un grand criminel doublé d’un psychopathe grave ».

« Alors, oui, face à ce climat débilitant, face à ce crétinisme intellectuel, face à ce paradigme inversé, face à cette auto-détestation occidentale, je reste, jusqu’à nouvel avis, « islamophobe ». Et je demeure libre, comme je l’ai fait ci-dessus, d’écrire ce que j’entends par être « islamophobe ». Même si c’est un « délit » aux yeux de Mohamed Marwane, aux yeux du Collectif Contre l’Islamophobie en France, aux yeux de la Rencontre Annuelle des Musulmans de France, aux yeux de l’Union des Organisations Islamiques de France, aux yeux du Conseil Français du Culte Musulman, aux yeux de l’Organisation de la Conférence Islamique, aux yeux de la Ligue Arabe, aux yeux de la Théocratie Iranienne, aux yeux du Hamas, aux yeux du Hezbollah, aux yeux des Frères Musulmans, aux yeux des imams, aux yeux des ayatollahs et aux yeux des veuves de Ben Laden » (fin de mon article publié en 2010, remanié en 2011, puis encore remanié le 18 septembre 2012).

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant les sources citées

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz