FLASH
Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 25 septembre 2012

Michel Garroté, réd en chef – Mgr Joseph Devine, évêque catholique de Motherwell, en Ecosse (Royaume Uni), a comparé l’avortement aux atrocités du camp d’Auschwitz. Mgr Devine s’est en effet exprimé suite à la relaxe de deux militants chrétiens poursuivis pour avoir brandi des affiches anti-avortement lors d’une manifestation pour le droit à la vie devant une clinique d’avortement à Brighton, en Angleterre (Royaume Uni).

Mgr Devine s’est félicité de la relaxe et a affirmé que de telles images ne devraient pas être effacées de la conscience publique, pas plus que des images de famine ou de la réalité de la guerre. « Si nous ne pouvons pas confronter l’image, comment pouvons-nous concevoir de justifier la réalité qu’elles représentent ? », a-t-il demandé.

Et il a ajouté : « Je n’ai aucun doute que la publication des photos des victimes d’Auschwitz et de la voie ferrée de Birmanie ont fait comprendre les horreurs de catastrophes aussi maléfiques de manière beaucoup plus efficace qu’un million de paroles d’intercession. Deux cent mille avortements ont lieu en Grande-Bretagne chaque année. Pourquoi le lobby pro-choix est-il à ce point aux abois pour vouloir cacher la réalité de l’avortement au public ? ».

Pour ce qui me concerne, cette affaire appelle une mise au point. Primo, l’affaire est confuse ; on ne sait pas quelles images très exactement ont été utilisées devant la clinique de Brighton. Secundo, le débat sur le droit à la vie, et, donc, sur l’avortement, ce débat est déjà, en lui-même, extrêmement passionnel. Créer en la matière, polémique et confusion, ne me semble pas opportun et me paraît même hautement maladroit et franchement provocateur. Tertio, il faut noter en passant que la science, admet, aujourd’hui, écographies à l’appui, que le « fœtus » ressemble (à s’y méprendre…) à un bébé, à un enfant.

Quarto, quel que soit le nombre d’avortements effectués dans le monde ces dernières décennies, la comparaison avec l’extermination de Juifs dans les camps nationaux-socialistes, cette comparaison m’agace au plus haut degré. Les nationaux-socialistes ont exterminé plus de six millions de Juifs en sept ans, de 1939 à 1945. Il y a eu, c’est vrai, d’autres génocides dans l’histoire. Mais la Shoah, en exterminant plus de six millions de Juifs en l’espace de seulement sept ans, reste un cas unique et sans précédent.

Quinto, les catholiques, croyants et pratiquants, ceux qui sont intégralement fidèles au magistère de l’Eglise, sont pour le droit à la vie, et, donc, contre l’avortement. Certains de ces catholiques (pas tous) comparent l’avortement à la Shoah ; et ils mettent donc en parallèle, d’une part, le génocide contre les Juifs, à très grande échelle, six millions de victimes, en peu de temps, seulement sept ans ; et d’autre part, l’avortement, pratiqué dans de nombreux pays du monde, depuis plusieurs décennies.

Cela revient à insinuer que l’avortement ferait plus de victimes qu’en a fait la Shoah, sans tenir compte de la différence espace / temps, entre d’un côté, la Shoah, et d’un autre côté, la pratique de l’avortement.

Sexto, le résultat inévitable, dans l’opinion publique, de ce parallèle entre Shoah et avortement, c’est que les catholiques passent pour des gens qui sont certes contre l’avortement, mais pas toujours et pas forcément pour le droit à la vie. Les catholiques ne peuvent pas faire semblant d’ignorer que tel sera le résultat inévitable, dans l’opinion publique, de ce parallèle entre Shoah et avortement. Ils ne peuvent pas non plus alléguer que c’est la faute aux médias et aux groupes pro-avortement, car ce sont eux, catholiques (pas tous), qui font ce parallèle anachronique entre Shoah et avortement.

En ma qualité de catholique croyant et pratiquant, intégralement fidèle au magistère de l’Eglise, et, favorable au droit à la vie, je déplore ce parallèle anachronique. En réalité, ce parallèle anachronique, je l’écris encore une fois, m’agace au plus haut degré. En se livrant à leur concours victimaire, à la fois cynique, imbécile et dégoûtant, ceux d’entre les catholiques qui comparent la Shoah avec l’avortement, ne passeront jamais pour des amoureux de la vie.

En revanche, ils passent déjà et passeront encore – c’est inévitable – pour des semeurs de pagaille ; et pour des provocateurs minables. Un certain Mgr Williamson, lui aussi sujet de sa Majesté la reine d’Angleterre, s’était déjà distingué par son négationnisme. On eut espéré que s’en fut assez. Mais non. Cela reprend, sous une forme, certes, plus soft, moins hard, quoique d’autant plus sournoise.

Je suis « désolé » pour Mgr Joseph Devine, évêque catholique de Motherwell ; et je suis « désolé » pour celles et ceux qui – y compris en France – pensent, parlent et écrivent comme lui. Mais il me fallait impérativement écrire cette mise au point.

Encore un débat hystérique en perspective…

Michel Garroté, réd en chef

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant les sources citées

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz