FLASH
[23/06/2017] « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  |  Attaque terroriste à Bruxelles: perquisition à Molenbeek  |  30% des Russes disent être musulmans  |  Anvers : les habitants sont barricadés chez eux. Les forces spéciales sont entrées dans une habitation  |  Surprise ! Le terroriste qui a tenté de se faire exploser à Bruxelles est un ressortissant marocain  |  Arabie saoudite : Mohammed bin Naif prête allégeance à Mohammed bin Salman, le nouveau prince élu par 31 des 34 membres du Conseil  |  L’Egypte livre du fuel à Gaza pour alléger la crise d’électricité déclenchée par Abbas  |  Belgique : Anvers – hélicoptères de la police, éviter la zone  |  Emplois fictifs: François Bayrou Sylvie Goulard Marielle de Sarnez quittent le gouvernement  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 1 octobre 2012

En 2011, à l’intérieur du lycée du Kremlin-Bicêtre, près de Créteil, Ismaël avait planté son couteau dans la poitrine d’Hakim. Tous deux avaient 18 ans, tous deux étaient musulmans. Hakim était mort de ses blessures.

Les officiels ont dénoncé cette violence avec le langage convenu habituel. Le proviseur a fustigé la banalisation de la violence chez les jeunes. Le président Sarkozy lui-même avait fait allusion à cette tragédie en déplorant les effets de la « nature humaine ».

Là est le problème !

Ce genre de crime odieux n’est pas, en tant que tel, un simple symptôme de la « nature » humaine, mais beaucoup plus le résultat d’une « culture » spécifique liée aux traditions islamiques.

Si Hakim était allé prendre à partie Ismaël, c’est en tant que frère d’une jeune fille que ce dernier avait abordé à l’intérieur du lycée. Youssouf, un témoin, le précisait : « Ismaël tournait autour de la sœur d’Hakim. Hakim ne l’a pas supporté et il l’a fortement rudoyé, alors Ismaël, vexé, l’a agressé avec son couteau ».

Jean-Paul Huchon, président socialiste de région, affirmait aussitôt : « N’en faisons pas une affaire de sécurité publique, il s’agit là d’un affrontement purement personnel…», encore une fuite en avant face à la dangereuse logique qui régit la promiscuité en islam et la codification des relations humaines là où la population musulmane devient majoritaire.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Nous sommes là sur le même terrain sensible que celui qui conduit aux « crimes d’honneur » en terre d’islam, mais aussi parfois dans des sites européens de forte immigration musulmane, là où des jeunes sont tiraillés entre deux cultures et où le besoin identitaire radicalise de plus en plus les comportements.

On pourra ainsi voir un frère tuer sa sœur tombée enceinte, parce qu’elle déshonore la famille. Ou un père assassiner sa fille parce qu’elle fréquente un infidèle, ou encore un frère aîné insulter ou attaquer physiquement un jeune homme parce qu’il a adressé la parole à sa petite sœur. Ces pressions, y compris dans l’environnement occidental, ne peuvent que conduire à des catastrophes de ce genre, puisque par allégeance aux injonctions coraniques, des hommes « ordinaires » peuvent ainsi se transformer en bourreaux ou en assassins.

Le massacre de deux jeunes à coup de couteaux par une bande d’Echirolles ces derniers jours – qualifié d’ « acte ordinaire » par le préfet – est encore une fois de plus l’illustration de cette culture violente spécifique de certaines populations et de certains quartiers, mais aussi la démonstration inquiétante qu’à droite comme à gauche les autorités de l’Etat banalisent au maximum les faits graves de ce genre, dans un déni conditionné par la peur de l’embrasement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz