FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 1 octobre 2012

En 2011, à l’intérieur du lycée du Kremlin-Bicêtre, près de Créteil, Ismaël avait planté son couteau dans la poitrine d’Hakim. Tous deux avaient 18 ans, tous deux étaient musulmans. Hakim était mort de ses blessures.

Les officiels ont dénoncé cette violence avec le langage convenu habituel. Le proviseur a fustigé la banalisation de la violence chez les jeunes. Le président Sarkozy lui-même avait fait allusion à cette tragédie en déplorant les effets de la « nature humaine ».

Là est le problème !

Ce genre de crime odieux n’est pas, en tant que tel, un simple symptôme de la « nature » humaine, mais beaucoup plus le résultat d’une « culture » spécifique liée aux traditions islamiques.

Si Hakim était allé prendre à partie Ismaël, c’est en tant que frère d’une jeune fille que ce dernier avait abordé à l’intérieur du lycée. Youssouf, un témoin, le précisait : « Ismaël tournait autour de la sœur d’Hakim. Hakim ne l’a pas supporté et il l’a fortement rudoyé, alors Ismaël, vexé, l’a agressé avec son couteau ».

Jean-Paul Huchon, président socialiste de région, affirmait aussitôt : « N’en faisons pas une affaire de sécurité publique, il s’agit là d’un affrontement purement personnel…», encore une fuite en avant face à la dangereuse logique qui régit la promiscuité en islam et la codification des relations humaines là où la population musulmane devient majoritaire.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Nous sommes là sur le même terrain sensible que celui qui conduit aux « crimes d’honneur » en terre d’islam, mais aussi parfois dans des sites européens de forte immigration musulmane, là où des jeunes sont tiraillés entre deux cultures et où le besoin identitaire radicalise de plus en plus les comportements.

On pourra ainsi voir un frère tuer sa sœur tombée enceinte, parce qu’elle déshonore la famille. Ou un père assassiner sa fille parce qu’elle fréquente un infidèle, ou encore un frère aîné insulter ou attaquer physiquement un jeune homme parce qu’il a adressé la parole à sa petite sœur. Ces pressions, y compris dans l’environnement occidental, ne peuvent que conduire à des catastrophes de ce genre, puisque par allégeance aux injonctions coraniques, des hommes « ordinaires » peuvent ainsi se transformer en bourreaux ou en assassins.

Le massacre de deux jeunes à coup de couteaux par une bande d’Echirolles ces derniers jours – qualifié d’ « acte ordinaire » par le préfet – est encore une fois de plus l’illustration de cette culture violente spécifique de certaines populations et de certains quartiers, mais aussi la démonstration inquiétante qu’à droite comme à gauche les autorités de l’Etat banalisent au maximum les faits graves de ce genre, dans un déni conditionné par la peur de l’embrasement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz