FLASH
Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 23 octobre 2012

Michel Garroté, réd en chef – Au total, l’ensemble du mouvement identitaire en France, dépasse les 4’000 membres. La participation de Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire (BI), au congrès du Vlaams Belang et celle de Jacques Cordonnier, président d’Alsace d’Abord, à la marche des libertés de Cologne, donnent un aperçu du combat mené par les Identitaires, qui revendiquent une Europe libre et indépendante. Les débats menés par le BI en Belgique, en Alsace et à Cologne, avec Filip Dewinter, leader du Vlaams Belang, Bruno Valkeniers, président du VB, Harald Vilimsky, secrétaire général du FPÖ autrichien, Markus Wiener, secrétaire général de Pro-Köln, et, avec d’autres leaders identitaires européens, permettent de prendre la mesure de l’alliance des forces populistes et identitaires à l’échelle de l’Europe. Voilà pour les présentations d’usage.

Maintenant les faits. Quatre militants de Génération Identitaire (http://www.generation-identitaire.com/), placés en garde à vue samedi 20 octobre 2012, après avoir occupé avec 70 autres de leurs militants le chantier d’une mosquée à Poitiers, sont présentés, aujourd’hui, lundi 22 octobre, à un juge d’instruction en vue de leur mise en examen, apprend-on de source judiciaire dans la matinée. Les quatre hommes, âgés de 23 à 26 ans, sont déférés au parquet de Poitiers qui ouvre une information judiciaire. Le parquet précise qu’il communiquera ce lundi dans la journée les motifs de poursuite retenus.

Aujourd’hui en milieu d’après-midi, on apprend que sur les quatre jeunes hommes déférés devant le juge d’instruction, deux ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Les deux autres devraient connaître le même sort. Il est reproché à ces quatre jeunes hommes sans aucun antécédent judiciaire, leur implication dans l’organisation et la conduite de l’action à Poitiers. Le contrôle judiciaire les laisse en liberté, du moins ne les maintient pas en détention, mais leur interdit : toute activité associative ou sociale en lien avec la mouvance identitaire ; de sortir des limites territoriales du département de leur domicile ; et d’avoir des contacts avec toutes les personnes ayant participé à la manifestation.

Aujourd’hui en fin d’après-midi, on apprend que les mises en examen ont été prononcées pour, d’une part, « organisation d’une manifestation publique n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration préalable dans les conditions fixées par la loi », pour « provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, par des discours proférés dans un lieu ou réunion publics et par des placards ou affiches exposées au regard du public » et, enfin, pour « vol et dégradations de biens commis en réunion et portant sur des tapis de prière appartenant à la mosquée de Poitiers ». Ce dernier délit serait puni de cinq ans d’emprisonnement maximum.

L’organisation d’une manifestation sans déclaration préalable est réprimée de six mois de prison et la provocation à la haine raciale d’un an de prison. Pour le délit de provocation à la haine raciale ou religieuse, le parquet a retenu comme élément constitutif de l’infraction « le fait d’investir dans le cadre d’une action concertée et préméditée la terrasse d’une mosquée en construction, en déployant trois banderoles, l’une affichant le nom du mouvement « Génération identitaire », les deux autres portant les mentions « 732 » et « souviens-toi, Charles Martel », faisant ainsi directement référence à la bataille de Poitiers de 732 », informe le parquet dans un communiqué.

Il est intéressant de relever avec quelle rigueur, quelle précision, quel respect de la religion (musulmane) et quelle rapidité, la justice française opère dans cette affaire : en France, en 2012, la « dégradation » (?) de tapis de prière musulmane serait passible de cinq ans de prison. Dans quel monde vivent ces gens ?

A propos de l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers, « Pour nous, c’est un succès », se félicite Louise Demory, porte-parole de ce mouvement de jeunesse. « Nous avons choisi de faire notre action à Poitiers, qui est une ville symbolique en raison de l’histoire et il se trouve en plus qu’une mosquée-cathédrale très ostentatoire y est en construction avec un minaret de 32 mètres », affirme de son côté Damien Rieu, un autre porte-parole de Génération Identitaire. Il ajoute : Génération Identitaire est « le syndicat des petits Blancs, c’est-à-dire des jeunes français de souche touchés de plein fouet par l’immigration » des personnes issues de milieux modestes.

Ces derniers jours, Génération Identitaire (http://www.generation-identitaire.com/) et Le Bloc Identitaire (http://www.bloc-identitaire.com/) ont fait parler d’eux dans divers contextes ; et pas seulement lors de l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers. Génération Identitaire (GI) et Le Bloc Identitaire (BI) sont en « compétition » avec – par exemple – l’Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne, l’AGRIF (http://www.lagrif.fr/). La « compétition » entre, d’une part, le BI et GI, et d’autre part, l’AGRIF, cette « compétition » a tout récemment viré à « l’affrontement fratricide », par communiqués de presse interposés, à propos de l’assignation en justice de Houria Bouteldja, « célèbre » pour ses propos francophobes.

Ainsi, il y a cinq jours, le jeudi 18 octobre, Pierre-Marie BONNEAU, avocat à la Cour de Toulouse et Jérôme TRIOMPHE, avocat à la Cour de Paris, au nom de l’AGRIF, communiquaient : Dans un communiqué du 17 octobre 2012, le bloc identitaire prétend qu’il a « assigné » « Houria Bouteldja en justice pour ses propos sur les « sous-chiens » voici moins d’un an » alors que c’est l’AGRIF qui a, seule, mené cette action devant les tribunaux depuis 4 ans ! Il s’agit là d’une récidive de récupération mensongère puisque le Bloc identitaire avait déjà prétendu le 1er octobre 2011 en parlant d’Houria BOUTELDJA :  » nous la ferons condamner à Toulouse ! ».

Pierre-Marie BONNEAU et Jérôme TRIOMPHE : Dans le même communiqué du 17 octobre 2012, le Bloc identitaire fait état de la récente mise en examen de Saïd BOUAMAMA pour le livre « NIQUE LA FRANCE », mais également de celle de Saïdou, chanteur et auteur du morceau de rap « NIQUE LA FRANCE ». La simple objectivité aurait justifié de mentionner que ces mises en examen l’ont été du fait de la seule action judiciaire de l’AGRIF sans laquelle rien ne serait advenu. S’il est bien entendu que personne n’a le monopole du combat pour le respect de l’identité française et chrétienne, ce combat ne peut se faire au détriment de la vérité et au prix du mensonge : or, l’AGRIF est, depuis 25 ans, la seule association qui lutte devant les tribunaux.

Pierre-Marie BONNEAU et Jérôme TRIOMPHE : Ce combat a un prix : celui du travail continuel et acharné de son Président Bernard ANTONY, de ses vice-présidentes Jeanne SMITS et Cécile MONTMIRAIL, de ses permanents, de ses adhérents et militants pour réunir les pièces des dossiers, celui du travail d’analyse juridique et procédurale dans une matière technique et pointilleuse et de la vigilance constante de ses différents avocats pour ne pas laisser s’enliser les plaintes portées et ne pas laisser prescrire les affaires dont les juridictions sont saisies, celui du travail d’argumentation écrite parfois sur des dizaines de pages pour réfuter la dialectique de nos adversaires qui pratiquent un antiracisme à sens unique.

Pierre-Marie BONNEAU et Jérôme TRIOMPHE : Un dossier porté par l’AGRIF devant les tribunaux, ce sont des années d’enquête, d’instruction, d’argumentation, avant d’aboutir à une première comparution. Ce sont des dizaines d’heures de travail, ce sont les frais de justice nécessaires au soutien et au maintien de ces actions. Qui assume tout cela sinon l’AGRIF, ses responsables, permanents et avocats ? Ainsi, quand le Bloc identitaire prétend que c’est lui qui a assigné Houria BOUTELDJA en justice, il s’agit non seulement d’un mensonge éhonté qui le décrédibilise totalement, mais il s’agit encore d’une grave injustice qui relève d’une parfaite indécence, concluent, au nom de l’AGRIF, Me Pierre-Marie BONNEAU et Me Jérôme TRIOMPHE.

Le même jeudi 18 octobre, Fabrice Robert, Président du Bloc identitaire, réagissait aussitôt au communiqué des avocats de l’AGRIF, en communiquant : Comme l’a relevé avec justesse l’AGRIF, le Bloc Identitaire n’a pas assigné en justice Houria Bouteldja (voir le communiqué du BI « Mise en examen des deux Saïd pour racisme anti-blanc : non, rien n’est inutile !« ). Il s’agit d’une erreur malheureuse et regrettable dû à une rédaction (trop) rapide. En revanche, tout aussi regrettable et lassante est la réaction de l’AGRIF qui n’a de cesse de veiller avec un soin jaloux sur ce qu’elle pense être son pré carré. En aucune manière, l’AGRIF ne possède le monopole du combat contre le racisme anti-blanc. En aucune manière, l’ensemble de ses résultats sur le terrain depuis 20 ans ne l’autorise à des réactions aussi excessives que ridicules.

Fabrice Robert ajoute : À l’époque du combat contre le groupe de rap Sniper, Bernard Antony avait pris soin de ne jamais citer le mouvement identitaire alors même que celui-ci était à l’origine de cette action. Le Bloc n’en avait pas fait un communiqué de presse pour autant, considérant que ces petites réactions égotiques ne méritaient qu’un silence méprisant. La lutte contre le racisme anti-blanc nécessite l’union de tous et non des rivalités de chapelles, misérables à l’aune des menaces qui pèsent sur la France et l’Europe. Il serait bien que, de temps à autre, l’AGRIF et Bernard Antony se rappellent qui sont leurs vrais ennemis, conclut Fabrice Robert, Président du Bloc identitaire.

Aujourd’hui, lundi 22 octobre, le journaliste chrétien Paul Ohlott effectue un premier bilan (voir liens vers sources en bas de page) : Lorsque Jean-Marc Morandini avait écrit, en 2004, un livre sur « le bal des faux-culs », c’était essentiellement pour dénoncer les coulisses de la « télé marchande », véritable « machine à fric ». Malheureusement, en 2012, force est de constater que les « faux-culs » règnent toujours au sein du petit monde politico-médiatique. Souvenez-nous du feuilleton judiciaire des « Pussy Riot ». Les faits se déroulent le 21 février dernier, en Russie. Un groupe de punk entre dans une cathédrale moscovite, l’occupe sans autorisation, et entonne un chant anti-poutine.

« Elles ont d’abord été dans l’église Elokhovskaya et se sont livrées à un véritable sabbat, puis elles ont été dans une autre église pour se livrer à un nouveau sabbat. L’Etat a l’obligation de protéger les sentiments des croyants », avait alors réagi le président russe. Au mois d’août, la justice russe a condamné les trois chanteuses à deux ans d’enfermement. C’est alors que les médias et politiques occidentaux se sont unanimement indignés contre la décision de justice, tout en omettant de s’indigner du fait que ces femmes avaient envahi une cathédrale (pas juste le toit) à des fins politiques.

A l’échelle internationale, le département d’Etat américain avait dénoncé un verdict « disproportionné » et s’est dit « préoccupé » par « l’impact négatif sur la liberté d’expression en Russie ». De son côté, la chef de la diplomatie de l’Union européenne, Catherine Ashton, avait déclaré que « les charges de hooliganisme et de haine religieuse ne doivent pas être utilisées pour limiter la liberté d’expression ».

Bien entendu, en France, la caste politico-médiatique était sur la même longueur d’onde. A titre d’exemple, Vincent Jauvert, journaliste au Nouvel OBS, a écrit un billet d’humeur (1) au sein duquel il ne condamne absolument pas l’occupation d’une église, préférant condamner la justice russe : « Le jugement, qui vient d’être prononcé à l’encontre des trois jeunes femmes du groupe Pussy Riot, est terrible, inique. Comment va réagir la patrie des Droits de l’Homme ? Par l’expression de « sérieuses inquiétudes ? Ou beaucoup plus fermement, par des sanctions ? ». Pour l’AFP, dont la dépêche a été reprise par Libération (2), il n’y a rien à redire non plus sur l’occupation de la cathédrale, et il s’agit simplement d’une affaire qui a « eu un grand retentissement, suscitant de nombreuses critiques d’une condamnation jugée disproportionnée par rapport aux faits reprochés ».

Par ailleurs, on se souvient que Cécile Duflot, Ministre du Logement et de l’Egalité des territoires, avait enfilé une cagoule à Poitiers (lors des journées d’été des écologistes) pour soutenir les Pussy Riot (3). Suivant son exemple, d’autres leaders écologistes s’étaient également prêtés au jeu. Aucun d’eux n’a semblé choqué et n’a pris soin de condamner l’occupation d’une église à des fins politiques. Aurélie Filippetti, la ministre de la culture, avait pour sa part appelé les autorités russes à respecter le « principe de liberté sans lequel aucune création n’est possible », précisant encore : « Ce qui leur est reproché est ni plus ni moins d’avoir librement exercé leur art. A travers elles, c’est la liberté de création des artistes qui est mise en accusation. De tout temps, la création a connu une indispensable dimension provocatrice. La liberté de création est aussi la liberté de critiquer le pouvoir en place. C’est la force d’une démocratie que de savoir accepter cette licence artistique et de protéger les artistes qui l’exercent » (4). Elle aussi, visiblement, considère qu’il est normal qu’une église puisse être ainsi occupée à des fins politiques.

La machine politico-médiatique était unanime : envahir une cathédrale à des fins politiques relève de la « liberté d’expression » et de la « liberté artistique », et il n’y a pas à s’émouvoir qu’une église ait pu être ainsi occupée. Soit. En toute logique, nous devrions donc trouver des réactions similaires concernant l’occupation pacifique du toit d’une mosquée en construction, par le mouvement des « identitaires » dont l’opération avait pour principal objectif de réclamer un référendum sur l’immigration et la construction de mosquées en France.

Qu’en est-il ? Petite revue de presse : « Une action qui a suscité l’indignation du gouvernement et du CFCM qui a jugé l’événement sans précédent, alors la gauche a demandé la dissolution du ce groupe. Une enquête a été ouverte par le procureur de la République de Poitiers pour « manifestation non autorisée, provocation à la haine raciale, participation à un groupement en vue de la préparation de dégradation de biens en réunion ». La qualification de « vol et dégradation en réunion » est également retenue notamment concernant une dizaine de tapis de prière déplacés de la mosquée sur le toit et très fortement endommagés par la pluie.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a « condamné » l’envahissement par des militants d’extrême droite. De son côté, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a dénoncé « la provocation haineuse et inadmissible » et « les amalgames douteux » d’un groupe d’extrême droite. M. Valls « garantit que l’Etat fera preuve de la plus grande fermeté face aux manifestations d’intolérance qui déchirent le pacte social », précise dans un communiqué le ministère de l’Intérieur.

Le président de l’Observatoire contre l’islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a condamné dans un communiqué « ce coup de force pratiqué par des extrémistes venus de toute la France pour prêcher encore une fois la haine anti-islam ». « Cette occupation grave, sauvage et illégale, accompagnée de slogans hostiles à l’islam et aux musulmans, est sans précédent dans l’histoire de notre pays », a estimé le CFCM dans un communiqué, craignant que « notre vivre ensemble et notre cohésion nationale » soit mis à mal « par l’incitation à la haine et à la division » (Le Parisien / AFP).

Le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé tout comme le président du Parti radical Jean-Louis Borloo ont également condamné cette occupation. A gauche, le nouveau premier secrétaire du PS, Harlem Désir, le PCF et Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche (PG) sont allés plus loin, exigeant la dissolution des « groupes impliqués » dans cette action. Europe Ecologie-Les Verts « condamne fermement » l’occupation et « rappelle la réalité de notre pays, multiculturelle et métissée » (Le Nouvel Observateur / AFP).

Sur RFI : « Dans le centre de la France, à Poitiers, une mosquée en construction a été occupée pendant plusieurs heures, ce samedi 20 octobre 2012, par des militants d’extrême droite, lors d’une manifestation sans précédent qualifiée de provocation haineuse par le gouvernement. La communauté musulmane est indignée ».

« Mosquée de Poitiers : provocation lamentable et pleine de fiel. Le chantier de la future mosquée de Poitiers a été envahi ce samedi par un groupe se réclamant de l’extrême droite, Génération identitaire. Cette provocation stupide et pleine de fiel est inacceptable. Ce groupuscule doit être dissous et ses responsables poursuivis pour provocation à la haine raciale » (PCF).

« Occupation de la mosquée de Poitiers, une atteinte grave à la liberté de culte musulman. Face à cette nouvelle atteinte grave et manifeste contre un lieu de culte et à l’encontre de fidèles, empêchés de célébrer la prière du matin, les fédérations musulmanes de France expriment leur vive condamnation et leur profonde inquiétude devant une recrudescence d’actes haineux et islamophobes. Les nombreuses déclarations de certains hommes politiques, instrumentalisant la peur de l’islam, de façon irresponsable, creusent le lit d’une stigmatisation injustifiée de la communauté musulmane et mettent aujourd’hui en péril la paix, la justice et la sérénité dans notre pays » (Communiqué rédigé par la Grande Mosquée de Paris, l’UOIF et le CCMTF).

Autrement dit, selon le « bal des faux-culs », on peut donc occuper une église à des fins politiques et au nom de la «liberté d’expression », mais en aucun cas le toit d’une mosquée. Un poids deux mesures ? Au fait, le « bal des faux-culs » était-il en émoi, lorsqu’un groupe de rap avait grimpé sur le toit d’une église de Nice pour y hisser un drapeau algérien (comportant un croissant islamique) ? (Voir le clip). La gauche a-t-elle réclamé unanimement la dissolution de ce groupe ou a-t-elle considéré que leur provocation entrait dans le cadre de la merveilleuse « liberté artistique » ?, conclut Paul Ohlott.

De son côté la présidente du FN (cf. lien vers source en bas de page), Marine Le Pen, s’e déclare, ce lundi 22 octobre, atterrée par les réactions d’hystérie de la classe politique à l’occupation du chantier de la grande mosquée de Poitiers par un groupuscule d’extrême droite, dont elle ne partage pas le mode d’action. « Je suis atterrée par les réactions d’hystérie de la classe politique », déclare-t-elle. « J’aurais bien aimé qu’il y ait les mêmes réactions d’hystérie quand il y a eu des multiples occupations d’églises ». Elle juge disproportionnées les demandes de dissolution de Génération identitaire, dont 73 militants ont investi le chantier de la mosquée de Poitiers. « Il faut aussi demander la dissolution du Gisti, de SOS-Racisme, qui avaient poussé à l’occupation d’un certain nombre d’églises », estime-t-elle, en allusion à la présence de sans-papiers à Saint-Bernard à Paris en 1996 et à la basilique-cathédrale de Saint-Denis en 2002.

« Je comprends les craintes et les préoccupations de la construction de ces gigantesques mosquées, ces mosquées-cathédrales avec des minarets de 22 mètres sans d’ailleurs bien souvent que l’avis des riverains ait été sollicité », déclare-t-elle. Elle évoque aussi « des financements contestables, soit parce qu’ils ont été financés par le biais de l’Etat ou des collectivités locales, soit qu’ils sont financés par l’UOIF, qui est une branche des Frères musulmans, c’est-à-dire d’une vision très radicale de l’islam. « Moyennant quoi, je ne partage pas ce mode d’action car je respecte la loi de 1905, que j’essaie de faire appliquer en toutes circonstances et je pense que les lieux de culte ne sont pas le lieu de l’expression politique », ajoute-t-elle. « Une demande de référendum sur ce sujet [la construction des mosquées] ne m’apparaît pas critiquable », précise Marine Le Pen.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et le cas échéant les sources citées

L’article de Paul Ohlott et sources par lui citées :

http://actualitechretienne.wordpress.com/2012/10/22/paul-ohlott-a-propos-de-la-mosquee-de-poitiers-le-bal-des-faux-culs/

(1) http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/08/17/pussy-riot-que-va-dire-la-france.html

(2) http://www.liberation.fr/monde/2012/10/19/la-pussy-riot-liberee-saisit-la-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme_854427

(3) http://www.franceinfo.fr/politique/pussy-riot-cecile-duflot-enfile-une-cagoule-en-soutien-715059-2012-08-23

(4) http://www.liberation.fr/politiques/2012/08/09/proces-des-pussy-riot-preoccupation-d-aurelie-filippetti_838801

La réaction de Marine Le Pen :

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/22/mosquee-occupee-a-poitiers-marine-le-pen-est-atterree-par-les-reactions-d-hysterie_1778823_823448.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz