FLASH
[29/03/2017] Washington : la femme qui a foncé sur la police a été mise en prison – il ne s’agit pas d’un attentat  |  Le « ministre de la Santé » de l’Etat islamique a été tué à Mossoul  |  Si c’est vrai bravo madame ! lors de la perquisition au FN, MLP a coincé son smartphone dans son décolleté pour filmer  |  [28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 27 octobre 2012

« Avant, les jeunes filles qui venaient pour une IVG (interruption volontaire de grossesse) avaient 16-17 ans. Maintenant c’est plutôt 14-15 ans. La semaine dernière, on a même reçu une petite de 12 ans… » explique Annie Braganti, qui au centre d’orthogénie de l’Archet à Nice depuis 15 ans.

21,7 avortements pour 1000 femmes

La région PACA détient le « record » d’interruptions volontaires de grossesse. 21,7 avortements pour 1000 femmes contre 14,7 en France (métropolitaine) qui vivent le traumatisme d’un avortement.

Mais le plus grave, ce sont les ados.

Selon la DRESS (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), la région PACA a le plus fort taux d’avortement de mineures, avec 15,3 IVG pour 1000 jeunes filles (contre 11,3 ailleurs). Des chiffres qui interrogent, qui dérangent, mais qui ne baissent pas.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ce sont « des petites qui n’imaginaient pas qu’elles pouvaient tomber enceintes dès le premier rapport ou qui ont oublié leur pilule ». Des jeunes filles de « tous les milieux sociaux ». Des ados qui disent : « Ma mère va me tuer ! », et qui, après l’avortement, « repartent aussi avec un vide, une blessure, même si les équipes du CHU font le maximum ».

« L’IVG n’est pas un geste anodin », rappelle le professeur Bongain, qui craint « que l’IVG devienne un moyen de contraception », et dénonce « des freins religieux ou culturels … qui parfois font que certains parents ne parlent pas de sexualité avec leurs enfants ».

Il déplore également la « diabolisation de la pilule », et le déremboursement de certaines plaquettes troisième génération, alors que l’IVG est prise en charge à 100%.

On ne peut également passer sous silence le fait que la société est passée brutalement de l’interdiction de l’avortement à l’interdiction de le remettre en cause.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.nicematin.com/cote-dazur/pourquoi-tant-d%E2%80%99ivg-de-mineures-en-paca.1015503.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz