FLASH
Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 13 novembre 2012

Michel Garroté, réd en chef – Je regarde avec un immense plaisir – depuis sa sortie sur le petit écran en Europe – la série télévisée américaine « Homeland », inspirée de la série israélienne Hatufim (cf. premier lien en bas de page). Indépendamment des opinions politiques des réalisateurs de ce feuilleton, je reconnais volontiers que jusqu’à présent, les épisodes de « Homeland » ont été époustouflants. L’intrigue est captivante. Le casting est remarquable. Le rythme est hallucinant.

Depuis peu, un autre « Homeland », un vrai celui-là, se trame à Langley, Washington et New York : le général Petraeus, marié, père de famille, et qui jusqu’à vendredi, jour de sa démission, était patron de la CIA, a une maîtresse, une certaine Paula Broadwell, experte en lutte antiterroriste. Petraeus est l’un des meilleurs généraux des USA. Il a pacifié le territoire irakien. Il en a été chassé par Obama qui n’avait pas supporté qu’avec Petraeus, les USA gagnent enfin la guerre d’Irak. Il a été transféré par Obama en Afghanistan alors que le même Obama comptait retirer les troupes du sol afghan. Ce qui revenait à envoyer Petraeus dans un pays où Obama comptait également faire perdre les USA. Enfin, suprême humiliation, Obama nomme Petraeus, un militaire, à la tête d’une agence civile, la CIA. La CIA, agence de fonctionnaires civils carriéristes, dont les compétences n’arrivent pas à la cheville des divers services de renseignement militaires américains.

L’on peut donc légitimement se demander si la toute récente « découverte » de la liaison amoureuse de David Petraeus avec Paula Broadwell est une découverte inopinée. Ou si cette découverte, peu après la réélection d’Obama, est le coup de grâce, porté par le pire président de l’histoire des USA, contre l’un des meilleurs généraux de l’histoire de ce pays. Je n’ai pas écrit qu’il y a complot. Je n’ai pas non plus écrit qu’il soit normal qu’un homme marié, père de famille, titulaire de hautes responsabilités, ait une relation extra-conjugale. J’ai seulement écrit que l’on peut légitimement se demander si la toute récente « découverte » de la liaison amoureuse David Petraeus – Paula Broadwell est une découverte inopinée.

Or donc, Petraeus, (ex) patron de la CIA est le personnage principal d’un « feuilleton » qui fait polémique aux Etats-Unis (extraits adaptés ; cf. deuxième lien en bas de page).Toute la sécurité américaine est en émoi. Des responsables du FBI et de la CIA doivent faire le point mardi sur l’enquête au sujet du scandale d’adultère impliquant le général Petraeus. Sa démission fracassante a fait suite à une série d’e-mails « menaçants » adressés par sa maîtresse, Paula Broadwell, à une seconde femme qu’elle aurait considérée comme une rivale. Vendredi dernier, surprise au sommet de l’Etat ! Quelques heures après le discours de Barack Obama sur l’économie, David Petraeus, le patron de la CIA, envoie une lettre aux employés de Langley, le QG du renseignement américain.

Accablant. « Après plus de 37 ans de mariage, j’ai fait preuve d’un énorme manque de jugement en m’engageant dans une relation extraconjugale. Un tel comportement est inacceptable à la fois comme mari et comme dirigeant d’une organisation comme la nôtre », écrit Petraeus.

Les hauts-responsables américains s’activent. Le président américain accepte la démission du chef de la CIA. Le plus populaire des généraux américains vient d’enterrer les spéculations sur son avenir politique, alors que beaucoup le voyaient concourir un jour à l’élection présidentielle sous la bannière républicaine. La Maison-Blanche a été prévenue mercredi soir de l’intention de David Petraeus de démissionner. Et le président seulement jeudi matin, une fois revenu de Chicago, selon le New York Times. Les rumeurs vont bon train aux Etats-Unis car ses relations ont été tumultueuses avec Barack Obama qui l’a mis à la tête de la force militaire en Afghanistan après avoir été appelé par Bush pour sortir du bourbier irakien.

La presse américaine découvre rapidement le pot aux roses. Sa maîtresse s’appelle Paula Broadwell. Le jour de la démission de « son » général, cette grande brune au CV impeccable a fêté son quarantième anniversaire. Cette ancienne militaire, diplômée de Harvard et de l’académie militaire de West Point ainsi qu’experte en lutte antiterroriste, a passé un an en Afghanistan pour écrire une biographie : « All In : The Education of General Petraeus » (pas traduit en Français). Derrière cette découverte : le FBI. Le Bureau fédéral d’investigation a mis à jour cette liaison, aujourd’hui terminée, en enquêtant sur des e-mails « menaçants » de Paula Broadwell adressés à une autre femme qui, effrayée, a demandé la protection du FBI.

Sa rivale n’est autre que Jill Kelley. Elle a 37 ans et habite Tampa, en Floride. Elle serait une amie de longue date du général. Elle n’avait aucun statut particulier au sein de l’armée et travaillait comme « agent de liaison sociale » avec une base aérienne en Floride. L’enquête est ensuite remontée jusqu’à David Petraeus, qui aurait été interrogé par le FBI il y a deux semaines.

Selon le New York Post, les e-mails envoyés par Paula Broadwell, qui a deux enfants, étaient clairs : « je sais ce que tu as fait, va-t-en, éloigne-toi de mon mec ». Les deux femmes ont semblé « rivaliser pour la reconnaissance » du général, « si ce n’est son affection », dixit le New York Times. Paula « ressentait l’existence de cette femme comme une menace à sa relation avec Petraeus », dixit le Washington Post. Rien de tout ça, selon Jill Kelley. Sa famille et celle du général Petraeus étaient amies depuis cinq ans, dit-elle. Selon un proche de David Petraeus, cité par ABC News, la relation entre le général et Jill Kelley est même purement « amicale ».

L’affaire fait du bruit à Washington et prend un tournant politique. Peter King, haut responsable républicain de la commission de la sécurité nationale à la Chambre des représentants, prend le micro sur CNN et lance un pavé dans la mare. Il se pose des questions sur toute l’affaire : « comment ces emails sont parvenus au FBI, comment le FBI a enquêté si longtemps, alors que le général Petraeus était impliqué ». Sous-entendu, le FBI aurait dû en parler au président, et maintenant il semble, qu’en réalité, le FBI a réalisé, seulement le jour de l’élection, que le général était impliqué.

Les partisans d’Obama montent au créneau. Pour Robert Menendez, sénateur démocrate du New Jersey, « la chaîne des événements est claire » : « à moins que l’on apprenne autre chose, je ne vois absolument pas de conspiration derrière chaque porte ». Pour Diane Feinstein, la présidente de la commission du renseignement du Sénat américain, il n’y a « absolument pas » de lien entre la démission du patron de la CIA et l’attaque contre le consulat américain le 11 septembre à Benghazi, en Libye.

L’ancien directeur de la CIA devait en effet être entendu jeudi par des parlementaires sur le dossier. Son remplaçant, Mike Morrell, assure l’intérim. La gestion de cette attaque par l’administration Obama ne cesse de faire polémique. Elle a prévu d’enquêter elle-même pour savoir pourquoi le FBI n’avait pas informé la Maison-Blanche de l’affaire Petraeus : « nous aurions dû être informés, il s’agit de quelque chose qui aurait pu avoir un effet sur la sécurité nationale ».

Puis, c’est le nouvel épisode de ce feuilleton, on nous raconte que le général américain John Allen, Commandant des Forces de l’Otan en Afghanistan, serait lié à l’affaire Petraeus (extraits adaptés ; cf. troisième lien en bas de page). Une enquête est en cours au sujet de courriers ‘inappropriés » que le général Allen aurait envoyés à Jill Kelley. Obama a suspendu sa nomination à la tête de l’Otan, prévue pour 2013. Le général américain John Allen, commandant des forces de l’Otan en Afghanistan fait donc l’objet d’une enquête.

Et, concrètement, il est soupçonné d’avoir envoyé des courriels « inappropriés » à Jill Kelley, la femme liée au scandale sexuel dans lequel l’ex-chef de la CIA est impliqué, a indiqué ce mardi un haut responsable américain de la Défense. Dans l’attente des résultats de cette enquête lancée par le département de la Défense, le président américain Barack Obama a suspendu la nomination du général à la tête de l’Otan, a indiqué ce mardi la Maison Blanche.

La nomination de John Allen au poste de commandant suprême des forces de l’Otan avait été annoncée le 10 octobre. Il devait remplacer l’amiral James Stavridis « au printemps » 2013 à ce poste prestigieux qui a toujours été tenu par un Américain. Un responsable du Pentagone a révélé que le FBI avait découvert 30’000 pages de correspondance entre le général John Allen et Jill Kelley, l’un des personnages-clés du scandale qui a mené le général Petraeus à la démission, en raison de la liaison adultère susmentionnée. Jill Kelley avait informé le FBI avoir reçu des courriels de menaces. Après enquête il s’est avéré, comme indiqué plus haut, que Paula Broadwell, biographe et maîtresse de Petraeus en était à l’origine. Enfin, le FBI tombe sur les courriels entre Paula Broadwell et le directeur de la CIA qui font éclater ce scandale.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Et sources citées :

http://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=9285.html

http://www.europe1.fr/International/Le-general-Petraeus-trahi-par-ses-dames-1308355/

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/affaire-petraeus-le-commandant-john-allen-serait-lui-aussi-implique-dans-le-scandale-sexuel_1186549.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz