FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 décembre 2012
Saïd Arif dans les rues de Brioude

Mohamed Merah est un enfant de chœur, à coté de Saïd Arif. C’est probablement pourquoi un juge a décidé de le laisser en liberté (en résidence surveillée) dans la petite ville de Brioude.

Saïd Arif est un terroriste islamiste d’al Qaida né à Oran en 1965. Fin 90, lieutenant algérien déserteur, il séjourne dans les camps d’Al-Qaida en Afghanistan.

  • Il revient en Allemagne, et dirige le groupe islamiste de Francfort, dirigé par Mohammed Bensakhria, et responsable de l’attentat avorté contre le marché de Noël de Strasbourg en décembre 2000.
  • Il fait partie du réseau islamiste « des faussaires », dirigé par Mohamed Ali Abou Homam depuis Londres, démantelé en octobre 2004.
  • Il est membre d’un groupe terroriste dans le XIXe arrondissement de Paris, démantelé en janvier 2005.
  • Puis il rejoint le groupe terroriste d’Ibrahim Mohammed en Allemagne, démantelé le 23 janvier 2005, et chargé d’assassiner Iyad Allaoui, le premier ministre irakien.
  • Il réussit à s’enfuir au Pakistan, et après les attentats du 11 septembre 2001, il trouve refuge au Caucase et participe à la guérilla tchétchène.
  • Sur place, il suit Abou Atiya, un des lieutenants de l’organisation terroriste Al-Tawhid, dirigée par Abou Moussab al-Zarqaoui.
  • Il part pour les camps d’entraînement de la vallée du Pankissi, où il côtoie d’autres combattants djihadistes venant de France. Il rencontre Menad Benchellali, surnommé « le chimiste » et cerveau des filières tchétchènes en France.
  • Il rentre en Europe, et a la charge de mettre en place des réseaux de convoiement de volontaires européens pour la guerre en Irak, en passant par la Syrie.
  • Il est également chargé d’acheter et d’acheminer vers Abou Moussab al-Zarqaoui une grosse quantités de puces prépayées de téléphonie mobile auprès de l’opérateur Swisscom qui furent utilisée par al-Zarqaoui pour téléphoner depuis l’Irak et depuis les zones frontalières syriennes de la région de Husseiba.
  • Vers septembre 2003, Saïd Arif arrive en Syrie pour prendre en charge la filière syrienne et les réseaux constitués en Europe.
  • Il continue à alimenter en combattants la guérilla anti-américaine en Irak.
  • Il commence à organiser le mouvement de reflux des combattants vers l’Europe et leur ré-intégration en tant que cellules terroristes dormantes prêtes à se mettre à la disposition d’al-Qaida.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Arrêté à Damas en 2004 et extradé vers la France, Saïd Arif révèle au juge Bruguière l’existence des réseaux de combattants islamistes de retour d’Irak et chargés de préparer des attentats sur le sol européen.

Il est condamné en 2006 pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » dans le procès des filières tchétchènes, pour avoir projeté des attentats aux armes chimiques ou biologiques contre la tour Eiffel, un grand magasin du Forum des Halles et d’autres établissements, à Paris, sur la période 2001-2002.

En 2007, la cour d’appel de Paris – qui le désigne comme un important responsable d’al-Qaïda, le condamne à dix ans de prison avec une période de sûreté des deux tiers.

Mais son pédigrée est sans doute jugée anecdotique car la France le remet en liberté en 2011 et l’assigne à résidence à Millau dans l’Aveyron.

Bien entendu, il s’enfuit, vers la Suède, ou il est repéré, renvoyé et France et condamné à 6 mois de prison par le tribunal correctionnel de Rodez pour non respect de son assignation à résidence.

Après avoir purgé cette peine, l’islamiste avait été frappé d’une interdiction définitive du territoire français.

Mais la Cour européenne des droits de l’homme a exigé la suspension de la demande d’expulsion en raison « des risques qu’encourt l’individu dans son pays ».

La justice française a donc trouvé une solution lumineuse : elle a assigné Saïd Arif… à résidence surveillée près de Brioude, où les habitants de la petite ville de Langeac, 4000 habitants, le voient se promener chaque jour, car il vit à l’hôtel tous frais payés par vos impôts.

« Je l’ai croisé ce matin dans la rue, on s’est dit bonjour, mais je ne savais pas qui c’était », explique le client d’un bar du coin quand le terroriste s’est installé.

Le 31 octobre 2012, soit deux jours après l’arrivée du tueur islamiste à Brioude, Jean-Pierre Vigier, député apparenté UMP de la seconde circonscription de Haute-Loire (Le Puy-Brioude) écrit au ministre de l’intérieur, Manuel Valls, que « les Altiligériens refusent la présence d’un militant islamiste dangereux sur le territoire de leur département »

La veille, Jean-Jacques Faucher, maire de Brioude, écrivait au Ministre de l’Intérieur, Manuel Vals, pour demander le départ du terroriste Saïd Arif du département (lettre du maire*)

Parallèlement, Pierre Cheynet, Secrétaire départemental du Front National de Haute-Loire, lance une pétition pour l’incarcération de l’islamiste Saïd Arif.

Le 14 novembre, pour protester contre la décision du Ministre de l’Intérieur d’assigner à résidence à Brioude le terroriste, tous les conseils municipaux de Brioude ont décidé de ne pas participer à la cérémonie de départ de l’actuel Sous-Préfet de Brioude.

Jean-Pierre Vigier sera reçu mardi 11 décembre 2012, à 10 heures, au ministère de l’Intérieur pour évoquer la situation de Saïd Arif, terroriste islamiste.

Puisque Arnaud Montebourg est nouveau célibataire et qu’il habite seul son immense appartement du 16e, pourquoi ne pas donner à ce défenseur du multiculturalisme la chance d’accueillir cette victime de la société rejetée de partout ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

* http://www.zoomdici.fr/docs/JJFaucher-a-Manuel-Vals-Said-Arif.pdf

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz