FLASH
L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 décembre 2012

géopolitique de la Russie

La voix de la Russie (1) en langue française, publie une éclairante rubrique sur la nouvelle politique étrangère de la Russie, dont chacun, particulièrement en Europe, devrait se soucier.  Extraits.

La presse russe a pris connaissance du projet de la politique étrangère de Russie, que le président avait demandé d’élaborer dès son investiture le 7 mai.

Dans sa conception, il est dit que l’axe principal des efforts diplomatiques de la Russie pour les années à venir sera le développement des relations avec les pays de l’ancienne URSS.

L’idée centrale de Vladimir Poutine en politique étrangère, est celle-ci :

La Russie construit ses relations internationales dans une atmosphère instable, et elle sera prise au sérieux seulement si elle est forte et puissante.

Le président Poutine croit qu’un des postulats principal, c’est l’indivisibilité de la sécurité pour tous les Etats, et l’inadmissibilité d’un recours hypertrophié à la force. Pour lui, le non-respect des principes de base du droit international amène à la déstabilisation des relations entre les Etats.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Dans ces conditions, il réserve à la Russie, dotée d’un potentiel géopolitique unique, un rôle stabilisant dans la politique étrangère et l’économie globale.

« Moscou est prêt à continuer à participer activement à l’évolution des groupements comme l’OCS, le BRICS, la CEI et l’OTSC. La priorité absolue de la politique étrangère, c’est l’intégration dans l’espace post soviétique », croit le politologue Pavel Daniline.

« Nous avons appris dans le message du président au parlement que le rôle de la CEI et des pays de l’espace post soviétique grandira largement. Dans la conception, on en parle en détail. Je crois que des initiatives intégrationnistes se multiplieront. Et on donnera un feu vert maximal aux relations entre la Russie et le Kazakhstan, la Biélorussie. Il s’agit avant tout de l’intégration économique. Les pays qui s’engageront dans cette voie, auront différents avantages, politiques, entre autres », ajoute Daniline.

L’intégration avec les Etats de l’espace post soviétique n’exclue pas les relations étroites avec d’autres gros acteurs – les pays de l’Asie-Pacifique, de l’Amérique Latine, de l’Afrique et de l’UE.

Le président Poutine écrivait à ce propos : « La Russie est une partie inaliénable de la Grande Europe, de la civilisation européenne. Nos citoyens s’identifient aux Européens. La situation en UE ne nous est pas indifférente ».

Voilà pourquoi, dans sa conception, «la ligne européenne » est devenue une de ses lignes prioritaires. L’objectif est d’introduire un système sans visas et de favoriser le développement du partenariat d’affaires, énergétique, entre autres.

Les russes s’expriment beaucoup par ellipses, et il convient d’appliquer ce filtre.

Le monde, comme la nature, a horreur du vide, et le retrait de la scène mondiale voulu par les américains a ouvert des appétits qui plairont beaucoup aux dirigeants non élus de l’Union Européenne.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://french.ruvr.ru/2012_12_14/La-politique-etrangere-de-Russie-les-points-sur-les-i-sont-mis/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz