Derniers articles

FPLP-1

Forces de Défense d’Israël contre « ONG palestiniennes »

Alexandre-del-Valle

Le Califat islamique : véritable objectif des Frères Musulmans

12 décembre 2012 Commentaires (105) Guy Millière Etats Unis, Europe, Israël, Judaïsme

Réflexions sur Hanoucca

C’est présentement la fête juive de Hanoucca.

Je suis depuis des années très proche et très respectueux de tout ce qui concerne le judaïsme et le peuple juif, et je suis, depuis des années, particulièrement sensible à la signification de Hanoucca. J’y suis un peu plus sensible cette année dans la mesure où je me suis rendu voici peu à Nice pour une cérémonie décernant des Menoras d’or, organisée par le B’nai Brith. J’ai eu l’honneur d’être l’un des récipiendaires, et j’ai désormais chez moi, en bonne place, la Menora qui m’a été remise.

Je suis particulièrement sensible à la signification de Hanoucca parce que c’est une fête qui renvoie à un soulèvement au sein du peuple juif en un moment où son identité et sa survie en tant que peuple juif étaient menacées. Le soulèvement, on le sait, était celui des Maccabées contre l’hellénisation forcée infligée au peuple juif par les Séleucides, au deuxième siècle avant l’ère chrétienne. Ce soulèvement a sauvé le peuple juif et son identité. Il n’a pas empêché les déchirures ultérieures, la dispersion, les conquêtes de la région par d’autres empires, mais il a constitué un marqueur, crucial.

Je suis particulièrement sensible à la signification de Hanoucca parce que nous sommes en un temps où, une fois de plus, l’identité et la survie du peuple juif sont menacés.

En disant cela, je pense à Israël, bien sûr. Et je sais qu’Israël est un pays fort et solide, à même de résister à ceux qui aspirent à le détruire, qu’ils utilisent les voies directes du djihad et parlent comme les dirigeants du Hamas ces jours derniers à Gaza, ou qu’ils utilisent des voies plus indirectes et plus sournoises, tels les dirigeants de l’OLP devenue l’Autorité palestinienne.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Mais je dois constater que la propagande anti-israélienne, le travail de sape incessant mené par de multiples falsificateurs et opportunistes sans éthique ni honneur, ont porté leurs fruits : l’Europe est désormais, essentiellement, à l’exception d’un pays près, un continent anti-israélien, en position de dhimmitude avancée, prêt à se vendre pour une poignée de dollars venus du Qatar ou d’un autre émirat, pétrifié par la peur de l’islam et de l’islamo-terrorisme. Les Etats-Unis sont en train de fléchir, et les positions « pro-palestiniennes » progressent chez les Démocrates de manière inquiétante.

Je dois constater aussi que le futur s’annonce sombre pour les Juifs en Europe, ce qui signifie que le futur s’annonce sombre pour l’Europe elle-même.

Je dois noter que nous sommes très peu à défendre encore certaines valeurs pourtant essentielles et que, parce que nous le faisons, nous sommes insultés, condamnés au boycott et aux marges qui, dans un contexte de type totalitaire, constituent la dissidence (dois-je le dire : en Union soviétique, on appelait déjà les défenseurs du droit naturel des êtres humains, de la liberté de parole et de pensée et des idéaux juifs et chrétiens des « fascistes », comme le fait, par exemple, le Nouvel Observateur aujourd’hui en France).

Je dois constater en outre, et cela me consterne et me révolte, que le présent est moins sombre pour les Juifs aux Etats-Unis, mais qu’une part majeure de ceux-ci se conduisent comme ceux qui se soumettaient à l’hellénisation au temps des Séleucides. Ceux-là ont voté pour Barack Obama. Ceux-là peuvent parler comme Rahm Emanuel ou comme les membres de J Street, cette association créée pour contrer l’AIPAC et qui se situe sur la gauche de Shalom Arshav, et à hauteur de paillasson pour dignitaire crapuleux de Ramallah. Ceux-là fêtent Hanoucca en ce moment sans discerner, semble-t-il, qu’ils trahissent chaque jour l’esprit de Hanoucca. Ceux-là fêtent Hanoucca sans comprendre que l’esprit de Hanoucca devrait impliquer qu’ils ouvrent les yeux, qu’ils regardent ce qui est en train de se passer en Europe et ce qui est en train de se passer au Proche-Orient.

Ceux-là ne semblent pas voir que lorsqu’Israël est isolé, Israël est menacé, et que lorsqu’Israël est menacé, c’est le peuple juif et le judaïsme qui sont menacés. Ils ont la possibilité et les moyens de se lever, et ils ne se lèvent pas.

Je n’ai pas à les juger et je ne les juge pas. Je dirai seulement qu’ils ont renoncé. Et j’ajouterai comme Norman Podhoretz l’a fait en écrivant Why Jews Are Liberal, qu’ils ne sont plus juifs, et ont choisi une autre voie. Pas très digne, à mes yeux.

Des ennemis de l’intérieur pour Israël

J’ajouterai que si Israël est un pays fort et solide, il existe aussi en Israël des gens qui, bien au delà de ce qui sépare la droite de la gauche, se conduisent eux-mêmes comme s’ils n’étaient plus juifs et comme s’ils avaient eux suivi une autre voie, pas très digne elle-même. Un auteur les a décrit comme constituant la « république de Tel Aviv », par comparaison avec la république de Weimar, en laquelle des intellectuels qui se pensaient brillants, dissertaient au nom de grands principes abstraits, sans voir que l’enfer était à leur porte. Les membres de la république de Tel Aviv sont dignes des intellectuels de Weimar. Les pires parmi eux peuvent aller jusqu’à écrire, comme Shlomo Sand, que le peuple juif n’existe pas ou que la terre d’Israel n’a jamais existé. Je vois en eux, et je l’écris, des ennemis de l’intérieur pour Israël, des gens qui contribuent à la propagande anti-israélienne et au travail de sape incessant des falsificateurs et opportunistes que j’évoquais plus haut.

J’espère en l’émergence de descendants spirituels des Maccabées, des gens qui, sans nécessairement prendre les armes, se dresseront : parce qu’ils verront, précisément, qu’Israël, le peuple juif et le judaïsme sont menacés. Aujourd’hui. En cet instant. Il en existe en Israël. Il en existe en Europe et en Amérique du Nord.

Et je suis résolument à leur côté.

J’espère que des gens qui ne sont pas Juifs, comme moi, sauront discerner que, dès lors qu’Israël, le peuple juif et le judaïsme sont menacés, c’est ce qui fonde l’humanité en l’être humain, et ce que la civilisation occidentale a en elle de plus fécond et de plus grand, qui se trouve menacé.

Je suis résolument à leur côté aussi. Leur combat est mon combat, et c’est le combat que je mène depuis des années déjà.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info