FLASH
Hollande reconnaît la responsabilité de la France dans l’abandon des harkis | Boston : Attaque au couteau au Collège Emerson, 6 blessés, les 2 assaillants sont en fuite | Motivation terroriste probable, dans l’attaque mortelle de Burlington qui a fait 5 morts | Budapest : Explosion d’un bombe, il y aurai plusieurs victimes | Le New York Times soutient officiellement Hillary Clinton – encore un média neutre ! | New York : en marge de l’AG de l’ONU, Netanyahou rencontrera Clinton et Trump dimanche – séparément | Un terroriste palestinien condamné à 9 ans de prison par Israël pour avoir poignardé et blessé 2 Israéliens | Terrorisme : une jeune femme de 22 ans soupçonnée de préparer un attentat a été arrêtée à #Molenbeek | Terrorisme : La sœur de Fabien Clain, « voix » de Daesh, a été mise en examen et placée sous mandat de dépôt | Pantin (93) : La famille de la femme voilée abattue est liée au grand banditisme | La police de Burlington, Washington dit que rien ne démontre encore que la tuerie du centre commercial est un acte de terrorisme islamique | Une dizaine d’armes de poing ont été volées par 3 personnes, dont 1 militaire, à la base militaire d’Istres | Etats Unis : un homme tue 5 personnes dans un centre commercial de Burlington, Washington – recherches en cours | F. Hollande : « la France ne sera pas un pays où l’on trouve des campements » – donc on trouvera des campements | Ted Cruz annonce qu’il va voter pour Donald Trump |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 2 janvier 2013

monde-a-l-envers-1

Michel Garroté, réd en chef – Un garçon, le petit Sacha, est né le 1er janvier, juste après minuit, à la maternité de Moulins. Le premier bébé de l’année 2013 a deux mamans lesbiennes. Sacha, fils de Maude et Delphine, est donc né à la maternité de Moulins, dans l’Allier, le 1er janvier, juste après minuit. Bien. Maude et Delphine sont installées dans le petit village de Saint-Pourçain-sur-Besbre. Maude a concrétisé sa grossesse par une insémination artificielle en Belgique. Les deux lesbiennes, Maude et Delphine, souhaitent aujourd’hui se marier. Le village de Saint-Pourçain-sur-Besbre entre dans la postérité.

Pour mémoire, au VIe siècle, Saint Pourçain, également appelé Saint Portien, a été esclave d’un maître germanique, coléreux et brutal, concrètement, un wisigoth du nom de Mongulfus. Saint Pourçain cherchait l’appui du Père abbé du monastère voisin sur les bords de l’Allier. Affranchi, il se retira dans la prière et l’austérité. Il s’opposa sans crainte au roi mérovingien Thierry d’Austrasie, pour obtenir la liberté des esclaves auvergnats. On connaît sa vie par les écrits de Grégoire de Tours, évêque de Clermont et célèbre historien du VIe siècle. Saint Pourçain a vécu à la fin du Ve et dans la première moitié du VIe siècle.

D’origine modeste, le jeune Pourçain travaillait comme porcher – d’où son nom Portianus, Pourçain, Portien, – et il était donc l’esclave de ce Mongulfus, maître wisigoth. Face aux incessants mauvais traitements de ce dernier, Pourçain chercha refuge auprès des moines du couvent de Mirandense. Mais Mongulfus vint réclamer son esclave à l’abbé. Ce dernier accepta à condition que Pourçain ait un traitement décent.

Toutefois Mongulfus ne tint pas ses promesses et il arriva ceci : Mongulfus devint aveugle. Mongulfus comprit son erreur et revint confier son esclave au couvent de Mirandense. Pourçain imposa alors ses mains sur les yeux de Mongulfus en faisant le signe de la croix et Mongulfus recouvrit la vue. Pourçain resta alors au couvent dont il devint l’abbé en 481.

En janvier 2013, deux lesbiennes, Maude et Delphine, à Saint-Pourçain-sur-Besbre, eurent un garçon inséminé chez les Belges. Elles l’appelèrent Sacha. Dès lors, au couvent de Mirandense, tout le monde pria pour cet enfant privé de papa. La tradition populaire raconte que par l’intercession de Saint Pourçain, Maude et Delphine recouvrirent la vue. Et que la porcherie de Saint-Pourçain-sur-Besbre reprit son activité porcine, en dépit d’une forte présence hallal dans tout le pays.

Post Scriptum : Sacha, l’un des premiers bébés français de 2013, aurait deux « mamans », Maude et Delphine, deux lesbiennes militantes pacsées depuis 2010. Évidemment, c’est complètement inexact : cet enfant a été conçu par Maude avec l’aide d’un donneur anonyme belge, c’est-à-dire par insémination artificielle. Donc par un homme (son père, dont on le prive définitivement) et par une femme (sa mère). Une pratique parfaitement illégale en France dont Maude et Delphine, qui se considèrent au-dessus de la loi de la République, se vantent dans les médias.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz