Derniers articles

Lettre ouverte aux brûleurs de voitures (par le Syndicat...

Humour – Depardieu leur pisse à la raie

3 janvier 2013 Commentaires (37) Jean-Patrick Grumberg ART et LOISIRS, Brève du jour, Détente

Toldo, le chat qui dépose chaque jour des cadeaux sur la tombe de son maître…

 

Une jolie histoire qui montre que l’animal est plus humain que certains hommes.

Depuis un an, Toldo, un chat italien de Montagnana, se rend chaque jour sur la tombe de son maître, mort il y a un an. Avec un cadeau.

La population de Montagnana, en Toscane, ainsi que la presse italienne, se sont émus de ce témoignage d’amitié unique.

Toldo a 3 ans, et il avait été recueilli chaton par Renzo Iozzelli, décédé en septembre 2011 à 71 ans.

A l’enterrement, le chat était là, il avait suivi la procession.

Le lendemain, la veuve de Renzo trouve un rameau d’acacia posé sur la tombe. Elle dit à sa fille, qui se moque d’elle, qu’elle pense que le chat l’avait apporté.

Puis les jours suivants, des habitants du village ont croisé Toldo au cimetière, où il se rend chaque jour.

Et Toldo dépose des cadeaux sur la tombe. Des brindilles, des feuilles, un kleenex, ou un gobelet.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.ouest-france.fr

37 Responses to Toldo, le chat qui dépose chaque jour des cadeaux sur la tombe de son maître…

  1. Philippe dit :

    Belle histoire, merci.
    Ca me rappelle une histoire lue dans un des livres de Pierre Bellemare ou le chien d’un mineur anglais à attendu des années durant que son maître remonte de la mine ou il avait péri à cause du grisou.

    Oui les animaux sont souvent plus respectables que beaucoup d’humains.

  2. jacqueline dit :

    ça prouve à quel point les chats et les chiens sont reconnaisants et fidèles à leur maître .. l’amour qu’il donne à leur maître est gratuit
    et en retour il reçoit l’amour de son maître et ses croquettes !
    il y a des chats qui font des centaines de km pour retrouver la maison de leur maitre lorsqu’il ont déménagé !

  3. Yankee Alpha dit :

    Merci pour cette très jolie histoire qui démontre, une fois de plus, que certains animaux éprouvent deuil et compassion au-delà même de leurs relations intraspécifiques. Des exemples à suivre pour bien des humains…

    • Lors de mes dépressions ou lorsque ma vie privée était « démontée » et que je pleurais fort(vous savez comme une bête qui geint), ma chienne(berge de Beauce) venait poser sa tête sur mon genou ou poser son flanc sur mon côté !

  4. Raphaël dit :

    2 très beaux récits:
    Nicki, l’histoire d’un chien de Tibor Déry
    Vie du chien Horla de Renaud Camus

  5. franny dit :

    Très émouvant !! merci à vous ! on a bien besoin d’une jolie histoire….

  6. messager dit :

    merci de nous montrer ce que certain animaux peuvent faire alors que nous humains nous les détruisons sans cesse

  7. Françoise-Esther SAADOUN dit :

    j’ai souvent entendu parler de chiens qui se couchaient sur la tombe de leur maitre mais la un chat, cela va en étonner plus d’un- je les aime en tout cas- ils sont plus intelligents que certains le disent-

  8. MocMoc dit :

    Il y a aussi une merveilleuse histoire de fidélité qui a duré 9 ans après la mort du maitre d’un chien au Japon. Une statue a été érigée au chien.
    http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/04/21/2041667_hachiko-chien-fidele-meme-apres-la-mort-de-son-maitre.html
    Ces fidélités sincères sont extraordinaires et touchent profondément le coeur.

  9. Poulain dit :

    Magnifique récit qui me confortes dans mon amour pour les animaux ! Ils sont sensibles et fidèles ce qui n’est pas le cas de pas mal de spécimens à 2 pattes !!!!

  10. mag dit :

    Belle histoire émouvante !Nos amis les animaux valent mieux que beaucoup de gens et ils ne leur manquent que la parole ! C’est d’ailleurs pour cela que les inhumains les font souffrir! A propos des animaux , Je salue Israel qui interdit le commerce de fourrure animale et qui vient d’interdire sur son territoire tous produis testés sur animaux. Bravo à eux ,un peuple de coeur !

  11. françoise dit :

    Très émouvant, merci de votre article qui nous changent des comportements de prédation de l’être humain!

  12. jeansanterre dit :

    Les animaux valent mieux que ce que l’homme en a pensé toujours sauf les éthologistes qui se pencent sur l’étude de leurs comportements depuis le début du 20e siècle.
    Nous surestimons ,nos fonctions cérébrales surtout en décidant sans savoir, que les animaux ne disposent pas des mêmes…Ceci s’annonce, chaque jour d’expériences nouvelles, de plus en plus faux voire débile quand on voit la simplicité des expériences d’éthologie que nous pouvons faire nous-mêmes chaque jour..et moins bien sûr quand il s’agit d’imagerie mentale…
    Les affects, les fonctions les plus élémentaires de l’Evolution animale ne peuvent être moindres sous prétexte que le Cortex frontal ne sait pas bien les exprimer chez un animal/ Toutefois, la Domestication est un processus d’Humanisation qui dure depuis le paléolithique et le début du Néolithique soit de 8 ) 15000 ans et pourquoi n’y aurait-il pas des animaux « mutants » plus intelligents et équipés de capacités associatives réflexives ? Nous avons hélas bien des humains qui ne les ont sûrement pas….

  13. Catic dit :

    Une histoire tendre dans ce monde de brutes ….Que c’est bon ! Merci !!

  14. Abbé Alain Arbez abbé arbez dit :

    j’ai connu une histoire du même genre.
    J’étais curé de Thônex(GE)en 2005. Un vieux monsieur vivant avec son chat décède. On célèbre l’enterrement, le chat suit au cimetière, bien que l’appartement ne soit pas la porte à côté, et le chat s’installe à côté de la tombe. Il y est resté plusieurs années, nourri par les employés communaux gardiens du lieu. Lorsque je me tenais devant une tombe pour les prières d’autres défunts, le chat venait ronronner dans mes jambes comme s’il faisait le lien entre deux mondes visible et invisible.

    • Franhenjac dit :

      J´ai adopté une chatte il y a quelques années, par l´intermédiaire d´une dame qui recueille les animaux abandonnés. Cette chatte ne trouvait pas d´adoptant, car elle ne se laissait ni caresser ni prendre. Je décidais donc de lui donner refuge chez moi dans mon bureau au premier étage, avec vue sur la forêt d´un côté, et terrasse de l´autre sur laquelle elle peut se promener. Ayant des chiens au rez-de-chaussée, il me semblait trop risqué de confronter tout ce monde. Cette chatte mit environ deux ans pour m´approcher, elle se sauvait à tout mouvement que je faisais. Puis, elle se transforma, se mit à ronronner et se laisser caresser. Mais le plus étonnant, c´est lorsque je me mets en Direct avec la TVLourdes, soit pour l´heure du chapelet ou la messe, elle s´approche alors, miaule et je dois lui tendre la main, à laquelle elle se caresse. Je possède une statue de la vierge qui se tient sur un meuble, devant laquelle souvent je me recueille, eh bien, cette chatte aime être sur le sol, au pied de cette statue, pourtant à cet endroit il n´y a pas de tapis, seulement le plancher. Je suis persuadée que cet animal percoit le bienfait des énergies procuré par la prière.

    • Katalin dit :

      Très belle histoire de fidélité.
      Ce devait être un chat bien aimé. Merci.

  15. MIKE30 dit :

    belle histoire, les animaux de compagnie sont d’une fidélité incroyable à leur maitre! , à contrario, c’est pas sur la tombe de Françoué que j’irai déposer des cadeaux tous les jours, ou alors la grosse commission …..

  16. subliminalsong dit :

    une histoire proprement incroyable et absolument bouleversante.

  17. Patoucha dit :

    Très touchée! J’adore les animaux.

  18. Marc Desliens dit :

    Quand j’étais enfant,avant 1950, dans un petit village, nous avions une chatte à trois pattes (une antérieure avait du rester dans un piège) et chien épagneul français. Ils s’entendaient très bien.
    La chatte ayant attrapée la pelade, elle fut tuée d’un coup de fusil par notre père qui voulait ainsi nous éviter une éventuelle contagion.
    Puis sa dépouille enterrée près du jardin.
    Le chien creusait cette tombe, déterrait le cadavre et se roulait dessus en gémissant, même si à chaque fois notre père l’enfouissait plus profondément.
    Le chien attrapa à son tour la pelade.
    C’est un ami de notre père qui a tiré.
    Avec mes frère et soeurs, nous étions partis pour ne pas le voir, mais la chasse étant fermée, nous avons entendu le coup de fusil.
    Et nous avons pleuré.
    J’y pense encore avec émotion.

  19. tam.tam dit :

    Le chat contrairement au chien choisit son maitre, et il en aura un seul et pour la vie.

    • D.J dit :

      Le chat n’a pas de maître puisque pour lui c’est l’homme qui lui appartient. Les chats sont territoriaux. Ils ne font que de tolérer l’humain sur son territoire.

      D.J

  20. Batman dit :

    Oh bah chat alors !

    (Désolé, il fallait bien que quelqu’un la fasse Grin

  21. Van drepol dit :

    Franchement j’ai pas a le cacher,avec toutes les merdes que j’ai vécus par la faute de mon « prochain »(famine,humiliation,agression)j’ai plus de compassion pour un animal légèrement blessé que mon « prochain » agonisant dans son sang.(pardonnez-moi mais l’émotion emporte et puis j’avais besoin de m’éxprimer,néammoins c’est sincère)

    Cela étant dit je trouve cette histoire émouvante moi aussi.

  22. n!kko dit :

    j’adore les chats, j’en possède trois qui sont très joueuses car elles rapportent souvent petites souris ou oiseaux mais ici l’histoire des offrandes de brindilles, de feuilles, de kleenex, ou de gobelet.. comment dire c’est vraiment très décalé venant d’un félin.

    se sont plus les genres d’objets qui remplissent les poubelles ou jonchent les sols des cimetières et qui s’envolent à la moindre brise et que l’on retrouve n’importe où. je trouve cette histoire un peu trop enjolivé mais bon j’aime y croire.

    mettez un gobelet, un kleenex, une feuille sur une monument funéraire, en une brise, il est sur le monument voisin.

  23. pifou76 dit :

    Un peu de tendresse dans ce monde de brutes !
    Joli histoire !

  24. Nonquenon dit :

    Des histoires pleines de tendresse et d’émotions. J’ai toujours eu des chats et des chiens et je sais tout l’amour dont ils sont capables de donner à leur maître. Je les aime plus que certains humains égoïstes Même les chats abandonnés que je nourris me prouvent tous les jours leur attachement .

  25. D.J dit :

    On devrait bientôt dresser un chat qui ira poser sa prune tout les jours sur la tombe de Chavez et Castro.

  26. DURADUPIF dit :

    Se non è vèro….

  27. michel44 dit :

    Histoire authentique, j’étais un gosse quand un marin de chez moi est mort son chien un épagneul tous les jours il allait chercher des cailloux à la crique (endroit ou on descend à la mer) et aller les déposer sur la tombe de son maitre,comme il n’avait plus personne les gens du village le nourrisaient (le village Talmont 17)

  28. Rose de Shannon dit :

    Mon père atteint d’une longue maladie était en fin de vie chez lui. J’avais quitté les miens pour l’accompagner jusqu’au bout.C’était si dur d’être là à ses côtés à savoir que j’allais le perdre que parfois la nuit quand il se reposait calmement, j’allais m’asseoir avec une tasse de café sur un banc dans le jardin et surtout pleurer un bon coup à l’abri des regards. Dans ce jardin vivait un chat sauvage que nul ne pouvait approcher. On l’apercevait de loin en loin chasser musaraignes et autres bestioles, mais il était tellement ébouriffé et avait un regard si sauvage qu’on le craignait même. Là sur ce banc, j’ai commencé à parler à ce chat, seul être dans les parages à qui me confier. Mois après mois je le voyais se rapprocher sur la défensive. Au bout de cinq mois, j’ai pu effleurer son dos mais, crachant gueule grande ouverte,il s’est sauvé en m’insultant. Mais il est revenu encore et encore. Un jour j’ai pu le caresser et l’inonder de larmes du même coup. Puis je lui ai construit une petit abri tout près de l’entrée de la maison quand j’ai vu son ventre s’arrondir. Quelques jours avant le décès de mon père , un matin en ouvrant la porte j’ai trouvé la chatte entourée de 6 petits couchée sur le paillasson. Quand je suis revenue des funérailles, elle est venue se frotter à mes jambes et me proposer son dos à inonder tout mon soul.
    Je suis encore restée sur place quelques semaines, le temps de tout régler et fermer. J’ai conduit ses petits chez le vétérinaire faute de pouvoir rester m’en occuper, j’ai tenté de la faire opérer mais il a été impossible au vétérinaire de l’approcher, on a dû renoncer. Comme on est responsable de ce que l’on apprivoise, j’ai acheté de quoi la nourrir pour des mois et prié un voisin de passer de temps remplir les gamelles.Le départ a été un déchirement. De retour chez moi je n’ai pas pu me rendre là-bas avant presque une année, j’appréhendais de revoir tout cela abandonné, sans mon père qui m’attendrait. Quand j’ai pu enfin y aller, j’ai retrouvé un jardin en friche et par habitude je suis allée le coeur en miettes m’asseoir sur le banc. Au bout de quelques minutes j’ai vu apparaître mon amie à 4 pattes suivie d’une petite minette tout jeune. Comme si j’étais partie la veille. Il y a dix ans de cela, j’ai toujours sa petite, elle, elle n’aurait pas survécu en ville, mais je l’ai retrouvée fidèle au poste pendant les trois années qui ont suivi. Elle a été tuée, m’a-t-on dit, par un voisin nouvellement arrivé dans le village et qui l’accusait de faire des trous dans son potager.De ces crétins que les vaches du voisin, ou les cloches du village dérangent, de ces gens faits pour la ville et sa dureté.
    J’ai été très patiente avec son rejeton en mémoire d’elle, j’ai dû refaire beaucoup de tapisseries avant d’en faire cette petite boule de tendresse qui dort enroulée derrière ce clavier.
    J’espère que là-haut on accueille aussi ceux qui nous sont tombés du ciel pour nous aider à surmonter les grands chagrins et que là où il est, mon père a pu lui aussi caresser la vieille chatte sauvage qui vivait dans son jardin et qu’elle le console d’avoir dû quitter ceux qu’il aimait. Que serait le paradis sans ces petites bêtes qui n’ont que la tendresse à offrir aux hommes ? Elles méritent bien souvent plus le paradis que bien des humains.

  29. Christian dit :

    Il y a aussi ce chat, mascote d’un hopital aux State, qui intrigua les chirurgiens en allant ronronner sur les lits des patients. La chose qu’ils ont remarqué c’est que c’était infailliblement les prochains à passer l’arme à gauche ! Prescience ?

Pour rédiger un commentaire connectez-vous (l'abonnement à la Newsletter est différent des commentaires), ou inscrivez-vous et soutenez Dreuz Info pour 7 euros par mois

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz