FLASH
[28/04/2017] Israël a abattu un drone syrien qui survolait le Golan  |  L’Allemagne vote l’interdiction partielle du voile intégral musulman  |  [27/04/2017] Révélation : 4 avions cargo iraniens avaient atterri à Damas peu avant les frappes israéliennes  |  « George Soros a ruiné la vie de millions d’Européens » déclare le Premier ministre hongrois  |  Paris : l’appartement du Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a été cambriolé (humour… oh et puis non)  |  Un commandant du Hezbollah et un garde révolutionnaire iranien tués lors des frappes israéliennes sur l’aéroport de Damas  |  Trump va reconnaître officiellement TOUT Jérusalem capitale d’Israël, révèle le quotidien Yedioth Ahronoth  |  Suite à l’arrestation du soldat allemand voulant commettre un attentat, 16 domiciles perquisitionnés en Allemagne, France et Autriche  |  Berlin : une policière a tiré sur un homme menaçant qui pénétrait dans un hôpital. Situation en cours  |  Londres : l’homme armé de couteaux arrêté près du parlement de Westminster est suspecté de terrorisme  |  Londres : individu suspect en possession de plusieurs couteaux interpellé dans le quartier de Westminster  |  Israël : un avocat arabe-israélien condamné à 7 ans de prison pour collaboration avec les terroristes du Hamas  |  Afghanistan : au moins 1 soldat américain mort dans un raid contre ISIS  |  Israël toujours nul en blocus : hier 6 920 personnes ont franchi le pont Allenby depuis la Judée Samarie vers Israël  |  Paris : Les fascistes ont tenté d’envahir le lycée Hélène Boucher  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 21 janvier 2013

Jonathan Sachs Benoit XVI

C’est le grand rabbin Jonathan Sachs, représentant des communautés juives du Commonwealth, qui l’affirme, au cours d’une conférence tenue récemment à Rome, à l’Université pontificale.

Le rabbin Sachs estime que c’est la culture judéo-chrétienne qui est à l’origine de la fécondité spirituelle, économique et culturelle de l’Europe.

Il insiste sur le fait que l’avenir dépend essentiellement de l’attention que les Européens seront capables de porter à leurs racines originelles et à ce qui fut la matrice généreuse de leur civilisation.

Le grand rabbin Sachs a rencontré le pape Benoît XVI pour évoquer la situation du monde et l’échange s’est déroulé dans des termes fraternels, a-t-il souligné. Selon lui, la relation entre chrétiens et juifs s’est complètement métamorphosée en un demi-siècle. C’est l’historien français Jules Isaac qui, après avoir partagé ses convictions avec le pape Jean XXIII, a permis que s’instaure une nouvelle ère de relations entre l’Eglise et la Synagogue. Dès lors, le dialogue en réciprocité s’est considérablement développé et le temps est venu que la collaboration entre chrétiens et juifs se renforce, étape après étape.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Jonathan Sachs fait remarquer que l’Europe est en train de perdre la conscience de ses racines judéo-chrétiennes, et les conséquences vont en être terribles dans tous les domaines : dans la littérature, dans l’art, dans l’éducation, dans la politique, etc.

« Quand une civilisation perd ses références et ses convictions, elle perd aussitôt son avenir », affirme-t-il. Pour le bien des générations à venir, chrétiens et juifs doivent retrouver au plus vite le chemin de la foi et parler d’une même voix prophétique.

Le grand rabbin Sachs rappelle que le cœur de la culture tient dans la religion. C’est ce qui a permis à l’Occident de se différencier au cours des siècles et de manifester son développement intellectuel et son dynamisme créatif. Il est persuadé que la situation économique de l’Europe serait bien meilleure aujourd’hui si les citoyens et les décideurs connaissaient mieux le contenu de la tradition biblique. La tradition judéo-chrétienne incarne des valeurs fondamentales, indispensables dans une société humaniste, telles que le respect de la dignité de la personne humaine, mais aussi le respect des biens personnels, et la valeur du travail. Créer des richesses pour le bien de tous est une manière de collaborer à l’œuvre créatrice de D.ieu, et l’éthique religieuse a été jusqu’ici une force de développement considérable, évitant la passivité et l’assistanat.

Le grand rabbin Jonathan Sachs conclut : « Quand l’Europe retrouvera son âme, elle retrouvera sa richesse. Mais il faut se souvenir que l’humanité n’a pas été créée pour servir les marchés, ce sont les marchés qui sont créés pour servir l’humanité ! »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz