FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 janvier 2013
Vue aérienne de Forlow
Vue aérienne de Forlow

200 personnes prises au piège, une explosion souterraine qui a été ressentie à des kilomètres à la ronde, et… aucune confirmation officielle.

Sheera Frenkel du London Times (1) rapporte que les services de renseignement israéliens ont confirmé qu’il s’est produit une explosion à l’usine d’enrichissement d’uranium souterraine de Fordow : « nous sommes toujours en train de chercher à comprendre ce qui s’est passé et l’ampleur des dégâts » .

Le Times ajoute que les services israéliens « croient que l’explosion s’est produite la semaine dernière. »

Le journal rapporte que le gouvernement israélien enquête maintenant pour connaître l’ampleur des dommages, et indique qu’environ 200 travailleurs sont coincés sous terre. Israël estime également que les iraniens n’ont pas quitté la région – soit qu’il n’y a pas eu de fuite de matières dangereuses, soit que les dirigeants de la République islamique essaient d’éviter de donner l’impression de panique parmi les citoyens.

Selon le Times, «un responsable israélien a déclaré que « nous sommes encore dans les premiers stades de compréhension de ce qui s’est passé et de l’ampleur. »  Il ajoute qu' »il ne sait pas à ce stade si l’explosion s’est produite à la suite d’actes de sabotage ou d’un accident », et a refusé de commenter les informations selon lesquelles l’aviation israélienne aurait été vue dans la région au moment de l’explosion.

Le site américain WND (2) a été le premier à rapporter l’explosion, affirmant qu’elle s’est produite lundi 21 janvier à 11h30, la veille des élections israéliennes. WND révèle que Hamidreza Zakeri, un ancien employé du ministère du Renseignement et de la Sécurité nationale d’Iran qui vit aujourd’hui hors de l’état, a confirmé que l’installation a été endommagée. « La détonation a secoué les structures dans un rayon de cinq kilomètres. Les forces iraniennes ont fermé les routes dans un rayon de 20 km pendant plusieurs heures. » précise WND.

L’Iran a démenti mardi le rapport d’un adjoint de l’Agence à l’énergie atomique, Saïd B., selon lequel le site l’enrichissement a été endommagé par une explosion.

Le rapport indique que Les installations souterraines d’enrichissement se situent dans des chambres fortifiées à une profondeur d’environ 70 mètres sous terre. Il a également indiqué que la route vers Téhéran a été fermée à la circulation pendant plusieurs heures, et que les équipes de secours ont essayé pendant plusieurs jours de sauver ceux qui étaient pris au piège, mais sans succès. Fordow a environ 2800 centrifugeuses, et l’enrichissement de l’uranium iranien à un niveau de 20%.

Le site a deux ascenseurs qui sont maintenant hors services. L’un des deux permettait d’accéder aux chambres centrifugeuses, et l’autre descendait tout au fond et transportait les équipements lourd et l’hexafluorure d’uranium. Un escalier de secours dessert le site jusqu’en bas, et un autre est en cours de travaux. Selon la source, les sorties de secours situées coté sud ouest sont inaccessibles.

Selon une source auprès du régime iranien, l’explosion est le résultat d’un sabotage, et les explosifs pourraient avoir pénétrés déguisés en stock d’hexafluorure d’uranium. L’explosion a eu lieu dans la troisième chambre centrifuge, située juste au dessus des réserves d’uranium enrichi.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Richard Silverstein, du blog Tikun Olam (3) confirme que selon ses sources au sein des services de renseignements israéliens, le sabotage du site nucléaire de Fordow a bien eu lieu, et apporte des précisions importantes :

L’explosion est l’œuvre d’une opération de sabotage israélo-américano-MEK (Moudjahidines du peuple, ou OMPI) conjointe baptisée « Achille », qui a utilisé un cheval de Troie pour infiltrer l’usine.

Netanyahu a convoqué une réunion extraordinaire de l’intelligence et des gradés de l’armée, mercredi, au lendemain de l’élection, afin d’évaluer Achille. L’opération a été considérée comme étant un «grand succès». La tenue de la réunion a transpiré dans les médias, et le bureau du premier ministre a publié un correctif disant que la réunion était destinées à faire le point de la situation syrienne . Ce n’était pas le cas.

Des sabotages ont déjà eu lieu dans les installations nucléaires iraniennes par le passé. Mais le phénomène nouveau ici, c’est que c’est la première fois que les Etats-Unis, le MEK et le Mossad ont collaboré. Si l’information se confirme, cela peut signifier que le retrait par le Département d’Etat du MEK de la liste américaine des organisations terroristes a permis à la CIA de commencer à travailler avec le groupe iranien d’une manière beaucoup plus directe.

Le site israélien Globes cite un journal libanais qui accuse Israël sans fournir de détail.

D’un autre coté, le correspondant militaire du journal d’extrême gauche israélien Haaretz, Anshel Pfeffer, doute de l’explosion : « si une explosion avait eu lieu à Fordo, pourquoi n’avons nous aucune image satellite montrant des véhicules sur le site ? Pourquoi aucune des familles des 200 employés coincés dans les décombres n’ont rien dit sur les réseaux sociaux ?»

L’Iran pour sa part nie officiellement toute explosion, et la plupart des agences d’information iraniennes également.

Hier soir tard, la voix de la Russie décidait de publier l’information (4).

L’explosion qui s’est produite le 17 août 2012 à Fordo n’a été admise par l’Iran que le 22 septembre suivant, lorsque Alaeddin Boroujerdi, le chef du Comité pour la sécurité intérieure et la politique étrangère du parlement iranien a accusé l’Agence à l’énergie atomique et Siemens de sabotage.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.thetimes.co.uk/tto/news/world/middleeast/article3670109.ece

(2) http://www.wnd.com/2013/01/sabotage-key-iranian-nuclear-facility-hit/#ykIwYz0dxreCgjXV.99

(3) http://www.richardsilverstein.com/

(4) http://french.ruvr.ru/2013_01_27/Une-explosion-a-detruit-une-installation-nucleaire-a-Fordo-en-Iran/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz