Derniers articles

Islam & Françafric – Hollande soit qui Mali pense

Vidéo : l’islamisation de la Belgique en action

13 janvier 2013 Commentaires (46) Vues: 5 Etats Unis, Islam, Présidence Obama

John Brennan, nouveau directeur de la CIA : « l’islam a contribué à façonner ma propre vision du monde »

imgres

Les nominations dangereuses de Barack Hussein Obama…

Après l’antisémite Chuck Nagel, nouveau Secrétaire à la Défense, voici l’islamophile J. Brennan à la tête de la CIA !

John Brennan partage la vision idyllique de l’islam de Barack Hussein Obama, à la plus grande joie des organisations musulmanes américaines, dont le CAIR, affilié aux Frères musulmans et lié au Hamas, mouvement terroriste pratiquant le Jihad guerrier.

Par cette nomination, Hussein Obama a ajouté un pavé de plus sur le sentier de la destruction de l’Amérique de l’intérieur, selon le vœu, clairement exprimé, par les Frères musulmans :

Les Frères Musulmans doivent comprendre leur travail d’implantation en Amérique comme une sorte de grand Jihad visant à éliminer, à détruire de l’intérieur la civilisation occidentale et à saboter sa misérable demeure afin que la religion d’Allah soit victorieuse sur toutes les autres religions. (…) C’est la destinée du musulman que de mener le Jihad peu importe où il se trouve et ce, jusqu’à son dernier souffle. »

Le silence coupable du département de la sécurité nationale des U.S.A. ne surprend guère, car il a été dangereusement noyauté et manipulé par une présence étrangère hostile.

« L’ISLAM A CONTRIBUE A FAÇONNER MA PROPRE VISION (halal) DU MONDE » !

J. Brennan fait avec enthousiasme la promotion de sa vision positive du Jihad, en occultant complètement l’enseignement de toutes les écoles islamiques de jurisprudence, qui s’accordent pourtant à l’unanimité pour déclarer que le Jihad n’est pas qu’un effort sur soi, mais également une obligation divine, enjoignant les fidèles à mener la guerre sainte aux mécréants en vue de les soumettre à la loi islamique.

Mais non, pour J. Brennan, ce catholique, éduqué par les Jésuites, l’islam est la « religion » parfaite, à protéger, à choyer, à admirer, car parée de toutes les vertus. Les ennemis des USA ne sont ni les terroristes, ni les Jihadistes, ni les islamistes, mais les membres d’Al Qaïda et groupes associés.

Lors d’une conférence à l’Université de NY en 2010, J. Brennan parla avec tendresse de son voyage d’étudiant en Indonésie (comme par hasard…) dans les années septante :

« malgré mes cheveux longs, ma boucle d’oreille et mon look américain, je fus accueilli partout avec toute la chaleur de l’hospitalité propre à la culture et à la société islamiques » (Je ne suis pas certaine qu’il aurait reçu le même accueil de nos jours, vu la poussée de l’islamisme radical qui commence à gangrener ce pays, tout comme le sud de la Thaïlande)

Ses nombreux voyages à travers le monde en 25 ans de carrière au sein de la CIA jusqu’en 2005 et un séjour à Riyad, comme responsable régional, lui permirent de découvrir depuis toute la bonté et la beauté de l’islam. (L’amour rend aveugle, c’est bien connu, car parler de la beauté et de la bonté de l’islam après avoir séjourné en Arabie saoudite, c’est nier toute la sordide réalité propre à cette idéologie).

« Comme le Président Obama, au cours de son enfance à Jakarta, j’ai pu voir l’islam, non de la façon dont il est souvent présenté à tort, mais dans sa réalité : une foi de paix, de tolérance et de grande diversité, pratiquée quotidiennement par plus d’un milliard de musulmans dans le monde ». (J’en ai la larme à l’œil, devant une telle admiration, je vais finir par avoir des doutes sur le bien fondé de mon islamophobie)

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Dans son discours, vivement applaudi par l’assemblée, après s’être exprimé une minute en arabe, J. Brennan utilisa des termes, manifestement choisis, pour plaire à son public, comme « Al-Quds » pour Jérusalem, la « Palestine » ou « comme le « saint coran », en parfaite harmonie avec la croyance musulmane, selon laquelle le coran a été directement révélé par allah à son prophète par l’intermédiaire de l’ange Jibril.

Il a condamné les stéréotypes négatifs envers les musulmans et l’hostilité des Américains à l’égard de l’islam, attribuant la responsabilité de cette islamophobie aux actions et aux politiques gouvernementales, mais promettant un changement sous la présidence Obama,(qui, hélas, s’est bien concrétisé et continue de plus belle, au détriment des libertés des citoyens non musulmans)

Comme conseiller d’Obama – autre grand islamophile devant allah – dans la lutte contre le terrorisme, J. Brennan, a joué un rôle de premier plan dans la sensibilisation poussée à l’extrême de l’Administration Obama envers le monde musulman. Il a également été l’un des principaux artisans de l’interdiction d’utiliser le terme « Jihadiste », considéré comme injurieux par de nombreux musulmans, pour qualifier les terroristes appliquant religieusement les châtiments de la charia aux ennemis de l’islam au nom d’allah, le plus grand.

Ces terroristes ne sont pas des Jihadistes, avait-il déclaré à son auditoire en 2010 à l’Université de New York, car le Jihad est une lutte sainte, un effort pour se purifier de l’intérieur, dans un but moral. Or, il n’y a rien, absolument rien de saint ou de pur ou de légitime ou d’islamique dans l’assassinat d’hommes, de femmes, d’enfants innocents. (il n’a sans doute lu que les versets mecquois …)

Pour J. Brennan, qualifier les terroristes de Jihadistes revient à donner à ces assassins une légitimité religieuse, qu’ils revendiquent désespérément, sans toutefois en être dignes.

Dans le rapport, publié par l’administration de la « National Security Strategy « (NSS) trois mois après le discours à l’Université de NY, plusieurs variantes de la phrase « Al-Qaïda » et ses affiliés furent utilisées pour identifier l’ennemi. Le terme de « Jihadiste » n’apparut pas une seule fois dans le rapport de 52 pages, mais le mot islam 2 fois. Ce rapport déclarait également que les USA ne faisaient pas la guerre à l’islam et que ni l’islam, ni aucune autre religion, ne tolérait le massacre d’innocents.

Par contre, l’Administration Bush en 2006, dans un document publié par la National Security Strategy, (NSS) avait déclaré que la lutte contre le radicalisme islamiste serait le grand conflit idéologique du début du 21e siècle, même si elle avait précisé que l’islam avait été détourné et mis au service du mal. (?)

Après avoir pré-visualisé le rapport du NSS, plusieurs jours avant la présentation officielle, J. Brennan déclara : « notre ennemi n’est pas le terrorisme, car le terrorisme n’est qu’une tactique. De même, nous ne décrivons pas nos ennemis comme des Jihadistes ou des islamistes, car le Jihad est une lutte sacrée, un moyen légitime de se purifier ou de purifier la communauté. » (A se demander qui sont les ennemis alors : ni les terroristes, ni les Jihadistes, ni les islamistes … seuls les membres d’Al-Qaïda ? Le nouveau chef de la CIA est-il bien connecté à la planète terre ?)

La presse, dans le monde islamique, utilise quotidiennement le mot « Jihadiste » ou, comme en Afrique du Sud (Jihadi »), dans leurs articles relatant les actes terroristes, sans suggérer que ce terme soit inapproprié.

Avec un tel amoureux de l’islam à la tête de la CIA, un Président qui décrète que l’avenir n’appartient pas à celui qui diffame l’islam, un Secrétaire à la Défense, apprécié par le régime de Téhéran, les islamistes n’ont qu’à bien se tenir ! Et les musulmans en Amérique peuvent sereinement rêver à un nouvel Age d’Or islamique au pays de l’Oncle Sam, qui, selon la « vérité historique » récemment dévoilée par l’organisation islamique CAIR, ne fut pas découvert par C. Colomb en 1493, mais 5 siècles auparavant par … des musulmans, of course.

La réécriture de l’histoire américaine est en route, selon une tradition bien arabo-musulmane. L’Unesco va-t-il considérer la Statue de la liberté, classée au patrimoine mondiale, comme patrimoine de l’islam ?

Les Frères musulmans jubilent, car il fut un temps où les dirigeants américains bannissaient les partis islamistes, et leur refusaient des visas d’entrée aux Etats-Unis. Avec l’arrivée d’Obama au pouvoir, sa réélection « four more years » et les « révolutions arabes », un vent islamique favorable souffle sur le continent américain.

A espérer qu’un vent contraire le balayera bientôt dans le néant.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source : « Islam ‘Helped to Shape’ CIA Nominee John Brennan’s World View, » by Patrick Goodenough for CNS News