Derniers articles

Europe, Etats Unis, Syrie : quelques pas supplémentaires vers...

ALERTE – L’armée française débarque au Mali

10 janvier 2013 Commentaires (302) Vues: 3 Mali

Fil info en continu sur la guerre au Mali, Opération Serval

void(0)

Nous couvrons ici, malgré l’épais brouillard de censure qui entoure l’opération Serval au Mali, les évènements en continu.

Mercredi 6 mars

15:27 : Un 4eme soldat français est mort ce matin. Il était brigadier-chef du 68e régiment d’artillerie d’Afrique de La Valbonne.

Dimanche 3 mars 2013

15:34 : Au moins 50 islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes terroristes au nord du Mali, ont été tués depuis vendredi dans des combats contre des soldats maliens et français près de Gao, a-t-on appris dimanche de source militaire malienne.
« Les combats se poursuivent dimanche matin à 60 km au nord de Gao entre islamistes et troupes maliennes appuyées par l’armée française. Nous avons la situation en main. Au moins 50 islamistes du Mujao ont été tués depuis avant-hier » vendredi, a affirmé à l’AFP une source militaire malienne contactée au téléphone depuis Bamako, distante de 1.200 km de Gao, la plus grande ville du nord du Mali.

11:45 : Un militaire français est mort au combat. RIP caporal Cédric Charenton.
void(0)

03:27 : L’armée tchadienne affirme avoir tué le chef islamiste Mokhtar Bel Mokhtar.

Vendredi 1er mars 2013

19:13 : Le président tchadien Idriss Déby revendique la mort du terroriste d’al Qaida Abou Zeïd.

17:45 : opération anti-islamiste à Kadji, sur une île du fleuve Niger près de Gao, 50 arrestations.

Jeudi 28 février 2013

16:33 : Malgré les contrôles fréquents, la vie économique reprend à Gao.

16:29 : Important convoi logistique (surtout camions citernes) de l’armée francaise redescend vers le sud du coté de San.

16:20 : Selon alarabiya, l’un des leaders d’Al-Qaida, Abu Zeid, vient d’être tué ce jeudi dans le nord Mali. Abu Zeid était un des responsable d’AQMI, Al-Qaeda au Maghreb islamique.
abou zeid

16:19 : 1.200 militaires français au combat dans une zone de 25 km sur 25 km dans l’Adrar, aux côtés de 800 Tchadiens.

16:16 : La production d’or malien était en progression de 15% en 2012, et elle est déjà en progression de 14% depuis le début de l’année 2013.

16:14 : Un terroriste a été abattu par les forces de sécurité en début de soirée hier mercredi à Hidoussa dans la commune de Tadmait.

16:11 : Les troupes françaises sont embarquées dans des « affrontements très violents » dans les montagnes du nord Mali, et il est trop tôt pour parler retrait, malgré l’augmentation du coût de l’intervention.

The fighting against rebels in the Adrar des Ifoghas mountains has been going on for days.

16:08 : Un soldat de Gamou prend la pose pour Jeune Afrique :
large

16:07 : D’après un légionnaire français, les éléments de la FS (force spéciale) malienne sont plus « kamikazes » que les jihadistes car, relève-t-il, ils vont à l’assaut souvent sans casque et ni gilet pare-balles.

16:04 : Reportage vidéo. L’armée Malienne accusée d’exactions à Sévaré ,Gao et Konna :

15:59 : En pleine guerre, le tourisme sexuel des enfants au Mali continue. ECPAT Luxembourg sensibilise les operateurs du secteur du tourisme et de l’hôtellerie.

15:58 : Des militaires maliens « fautifs » d’exactions dans le cadre de la guerre contre les djihadistes, ont été rappelés du nord du Mali.

15:54 : Traque des islamistes: La Misma appelle la population à plus de collaboration et de coopération.

15:52 : Les forces nigérianes ne cessent de monter en puissance, avec l’arrivée, hier mercredi 27 février, d’un avion avec à son bord 150 soldats.

15:50 : Les actions militaires sont toujours en cours pour nettoyer les dernières poches de résistance islamistes dans la région de Kidal. Ces combats se déroulent actuellement dans les montagnes de Tegagaret et des Ifogas sans l’armée malienne et cette situation provoque des incompréhensions au sein de la population.

15:41 : A Gao, quinze gardés à vue accusés d’accointances avec le Mujao.

« Nous ne sommes pas du Mujao ». Interdiction de parler aux prisonniers, mais l’un d’eux parvient quand même à souffler ces quelques mots.

Assis dans la cour du bâtiment qui fait office de gendarmerie, les quinze gardés à vue attendent d’être interrogés. Ils ont été arrêtés dans le village de Kadji, de confession wahhabite, que les habitants de Gao désignent comme un réservoir d’islamistes.

« Ce sont des gens qui depuis 1973 ont adhéré à un fondamentalisme religieux, explique Sadou Dali Touré, premier conseiller d’une commune à laquelle appartient le village de Kadji. Leur religion est donc très différente de la religion des gens de Gao. Quand les groupes islamistes sont venus, ces gens, puisqu’ils ont presque la même religion, ont déjà adhéré à la cause des groupes islamistes. Ils ont collaboré, ils ont coopéré, ils ont la même intention, et ils font les mêmes choses ensemble. Le gens qui ont été arrêtés sont connus par tous. Donc, ils ont été signalés par le jeunes du village ».

Pour le moment, les quinze hommes sont officiellement en garde à vue et donc présumés innocents. « Nous sommes en train de faire leur audition, rapporte le lieutenant-colonel Saliou Maïga, responsable de la gendarmerie de Gao. Nous faisons des rapprochements, et c’est en fonction de ça, maintenant, qu’on peut retenir leur responsabilité ou pas ».

A l’issue des interrogatoires, les quinze prisonniers pourront être ou relâchés ou inculpés.

Mercredi 27 février

21:47 : « Aucun élément du MFDC, toutes factions confondues, n’opère dans les rangs des djihadistes maliens » selon Jean-Marie François Biagui, secrétaire général du mouvement irrédentiste.

21:44 : Seydou Badian sur le conflit malien : «Nos soldats sont sous-équipés et sous alimentés».

21:40 : Enlevement de deux Maliens d’une ONG à Menaka par le MNLA.

    Il y a cinq jours, Moussa Amadou MAIGA, Animateur de l ‘ONG » GREFA » et son guide Bouba Koné ont été enlevés dans le cercle de Menaka par des éléments armés du Mouvement National de Liberation de l’Azawad ( MNLA)

21:13 : Découverte à Tombouctou d’un document d’Al Qaida destiné à aider ses combattants à se prémunir des frappes aériennes :

Un document, rédigé en 2011 par l’un des dirigeants d’Al-Qaïda à l’intention de ses membres, a été découvert à Tombouctou, au Mali. Il présente une liste de 22 conseils et astuces pour échapper aux drones de combat.

La photocopie se trouvait dans un bâtiment abandonné de Tombouctou, au Mali. Le document, laissé par des islamistes fuyant

l’armée française, et récupéré par un journaliste de l’agence de presse américaine Associated Press, est une liste, écrite en arabe, de 22 conseils prodigués aux djihadistes du monde entier pour échapper à la vigilance et aux frappes aériennes de drones militaires.

Rédigé en 2011 par Abdallah Ben Mohammed, nom de guerre de l’un des dirigeants d’Al-Qaïda au Yemen, ce guide de survie pour terroristes n’avait, jusqu’alors, jamais été traduit en anglais. Il a été authentifié par Mathieu Guidère, islamologue à l’Université de Toulouse.

Ces conseils sont publiés régulièrement sur des sites internet proches de la mouvance d’Al-Qaïda. Mathieu Guidère a pu en retrouver quelques-uns sur la Toile après les frappes de drones qui ont tué le célèbre prédicateur islamiste Anwar al-Awlaki en septembre 2011 et le numéro 2 d’Al-Qaïda Abou Yahya al-Libi au Pakistan en juin 2012.

Les arbres de Ben Laden

Cette liste est à la fois un guide d’achat de matériels russes et de mesures à prendre pour échapper aux drones de combat. Les conseils numéro 1 et 2 font ainsi référence à des solutions informatiques russes permettant de pirater à distance ces avions sans pilote ou brouiller leurs fréquences. Abdallah Ben Mohammed précise même le prix d’un de ces programmes (plus de 2 000 dollars) et affirme qu’il faut avoir des “compétences en informatique pour s’en servir”.

Le reste relève davantage du « système D ». Les terroristes sont ainsi priés d’utiliser des “morceaux de vitre sur les voitures et les toits afin de réfléchir le soleil” pour compliquer la surveillance du ciel (conseil numéro 3). Il leur est également suggéré de créer de faux attroupements en utilisant des poupées et des mannequins (conseil numéro 18).

Ou alors de se mettre à l’abri d’arbres épais – précaution qu’aurait proposée en personne le défunt leader du réseau terroriste, Oussama Ben Laden. Dans un courrier, ce dernier appelait « ses frères » d’Al-Qaïda au Maghreb à « planter des arbres qui donneront aux moudjahidins la liberté de se mouvoir à l’abri de la vigilance des avions espions ».

Une méthode qui a d’ailleurs été utilisée, rappelle AP, par les rebelles au Mali. Un enseignant raconte que les islamistes avaient choisi sa “maison parce que d’après eux elle était entourée de beaucoup d’arbres”, rapporte l’agence de presse américaine.

“Loin d’être idiots”

Peu anecdotique, “cette preuve de la communication entre les différentes branches de ce réseau terroriste montre qu’il n’y a pas d’isolement des cellules de combattants comme on a pu le penser par le passé”, affirme Bruce Riedel, le directeur du Intelligence project (programme de recherche sur le renseignement) au think tank américain Brookings Institute.

La découverte du document prouve aussi qu’Al-Qaïda “réfléchit depuis longtemps à la problématique des drones”, remarque l’universitaire français Mathieu Guidère. Établir un tel guide ne se fait pas du jour au lendemain.

Si la première utilisation d’un drone militaire dans la lutte contre Al-Qaïda remonte à novembre 2002, les États-Unis n’y ont recours massivement, dans leur guerre contre le terrorisme, que depuis 2009.

Pour le colonel de l’armée de l’air américaine Cedric Leighton, les conseils prodigués “sont loin d’être idiots”. S’ils ne sont pas parfaits, ils permettent souvent “de gagner du temps, ce qui peut être très important”. La liste prouve surtout, d’après lui, la nécessité de se doter de drones militaires les plus sophistiqués afin de déjouer les tactiques du camp adverse.

Par Sébastian SEIBT

21:07 : Le Département d’Etat américain a déclaré mardi 26 février 2013 qu’il a désigné Iyad ag Ghali comme un terroriste de renommée mondiale.

      Les Etats-Unis ont imposé des sanctions sur le chef du groupe islamiste Ansar Dine.
      Le Département d’Etat américain a déclaré mardi 26 février 2013 qu’il a désigné Iyad ag Ghali comme un terroriste de renommée mondiale.
      Cette décision va permettre de mettre saisir les biens et avoirs de Ghali qui sont sous juridiction américaine. Les citoyens américains sont de fait aussi interdits de s’engager dans des transactions avec Iyad ag Ghali.
      Ghali a déjà été la cible de sanctions par le Comité de sanctions des Nations unies contre Al-Qaïda.
      Le Département d’Etat affirme que Ghali a créé Ansar Dine à la fin 2011 après avoir échoué dans sa tentative de prendre le contrôle d’un groupe touareg laïc en raison de ses visions extrémistes.
      Le Département d’Etat indique aussi qu’Ansar Dine a reçu le soutien d’Al-Qaïda au Maghreb islamique l’an dernier lors de la prise de contrôle de plusieurs villes du nord du Mali.
      Dans ces localités, Ansar Dine y avait instauré une forme sévère de la charia qui incluait la torture et les exécutions en guise de punition.
      Des combats vendredi dans le massif des Ifoghas, nord-est du Mali (voir carte) ont fait 116 morts, selon l’état-major tchadien: 23 dans les rangs de l’armée tchadienne et 93 dans le camp des islamistes armés.

21:04 : La semaine dernière, les combats ont dévasté le marché central de Gao, poumon économique de la ville.

    Une attaque de djihadistes du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’ouest) infiltrés dans la ville a fait au moins deux morts. Au-delà du bilan des victimes, c’est la durée et l’intensité des combats qui a traumatisé la population : plus de six heures d’échanges de tirs, en plein centre ville. C’est un bombardement effectué par l’aviation française qui a mis un terme aux combats. Mais il coûté à Gao le poumon de son activité: son marché central.
s_m03_62520148

Marché de Gao dévasté

20:53 : Le salaire des leaders politiques maliens :
large

20:49 : le 26 février, un kamikaze à bord d’un 4×4 s’est fait exploser au poste de contrôle du MNLA situé à la sortie de Kidal menant vers Menaka. Le kamikaze s’est fait exploser au moment où les combattants du MNLA s’apprêtaient à contrôler le véhicule. Le bilan provisoire est de 7 morts parmi les combattants du MNLA ainsi que plusieurs blessés.
Vidéo :

Mardi 26 février 2013
22:14 : 9 prisonniers, dont 7 Maliens, 1 Nigérien et 1 Mauritanien, soupçonnés d’appartenance au groupe islamiste armé Mujao, ont été transférés mardi par vol militaire depuis Gao, où ils ont été interpellés, vers Bamako, où ils seront présentés à un juge.

22:03 : La forte explosion entendue à Kidal près du camp où sont basés des militaires français « n’a rien d’anormal » car il s’agissait « d’une destruction de munitions du génie », a affirmé à l’AFP une source militaire française jointe depuis Gao (nord-est). Possible…

21:58 : Le Burundi propose 800 soldats pour combattre le terrorisme au Mali.

21:26 : Explosion à Kidal.

Deux habitants de la ville de Kidal (nord-est du Mali), un élu et un responsable administratif, ont affirmé ce soir à l’AFP avoir entendu une forte explosion près du camp où sont basés des militaires français, sans pouvoir en identifier l’origine.

« Mardi, il y a (eu) une très forte explosion à Kidal, non loin du camp militaire des Français », a dit l’élu qui habite près des lieux. Le responsable au gouvernorat de la ville a déclaré : « Les vitres de ma maison ont tremblé. On ne sait pas encore ce qui a explosé. Ca s’est passé non loin du camp militaire des Français. Ca a fait un grand bruit ».

21:26 : Il y a 4 minutes, un forte explosion a été entendue près du camp des militaires français à Kidal, selon des témoins. Plus d’infos dans un court moment.

21:24 : le 21 février, au moins deux civils ont été blessés dans l’explosion d’un véhicule piégé près du camp où sont stationnés des militaires français et tchadiens à Kidal. Les militaires français du 1er RCP, et certainement du COS, sont précisément basés à l’aéroport de Kidal. Le véhicule est arrivé en filant vers le sud-ouest de Kidal. Il a explosé à environ 500 mètres du camp occupé par les français et les tchadiens. Deux civils ont été blessés dans l’explosion. Selon le ministère de la Défense joint par nos soins, aucun militaire français n’a été touché dans l’attentat.

21:21 : Un mouvement d’Arabes maliens, créé en mars 2012, a affirmé à l’AFP avoir attaqué tôt samedi dernier près de Tessalit (extrême nord-est du Mali) des membres de la rébellion touareg, en représailles à des violences contre des Arabes dans la zone, alors que la rébellion touareg parle d’une attaque de jihadistes.

“Nous avons attaqué In-Khalil à 04H00 (locales et GMT) ce matin et avons pris le contrôle de la localité. Des combats sont en cours actuellement aux alentours de In-Khalil“, contre le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA, rébellion touareg), a indiqué dans un message à l’AFP Boubacar Taleb, un des responsables du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA).

In-Khalil est proche de Tessalit, elle-même située à environ 170 km au nord de Kidal. Les forces françaises avaient repris fin janvier le contrôle de l’aéroport de Kidal avec quelque 1.800 soldats tchadiens sécurisant la ville, contrôlée depuis peu par des islamistes se disant “modérés” et le MNLA qui y refuse la présence de soldats maliens mais assure collaborer avec la France.

19:57 : La guerre d’usure contre les djihadistes :

Au Nord-Mali, la guerre continue, l’ennemi n’est pas près de disparaître, et la paix est loin d’y être installée. Soyons réalistes: cette guerre contre les djihadistes va durer. N’oublions jamais cette loi de l’histoire: on ne peut pas arrêter le futur parce qu’on pense contrôler le présent. Actuellement, les armées française, africaine et malienne sont plus puissantes que les djihadistes en armement et puissance de feu.

Mais face à elles, l’ennemi a choisi de mener avec des attentats terroristes, et des attaques kamikazes, une véritable guerre d’usure. Rappelons ici que cette stratégie de l’usure consiste à faire perdre, peu à peu, à ces armées coalisées, leur potentiel de situation, jusqu’à provoquer un renversement du rapport de forces existant sur le terrain.

C’est sur ce registre stratégique qu’il faut bien comprendre les menaces proférées contre les capitales africaines par les terroristes djihadistes, notamment par le Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest).

Evidemment, ces menaces d’attentats et d’attaques terroristes doivent être prises au sérieux par les gouvernants ouest-africains. Car, nous avons affaire à des individus, certes, fanatiques, mais qui sont et restent cohérents puisqu’ils ont sur nous cet avantage de ne jamais douter.

Et leur stratégie consiste à déjouer constamment la vigilance des Etats ouest-africains avant de passer plus facilement à l’action. Les djihadistes sont des adeptes de l’effet surprise, et ils savent bien qu’avec le reste de l’humanité, ils n’entretiennent pas le même rapport au temps, et surtout à la vie.

19:52 : Washington recommande à Paris de maintenir sa présence au Mali. Deux sénateurs américains, de retour du Mali, estiment que la situation sur place, loin d’être stable, « pourrait requérir une présence militaire française plus durable »

19:48 : Le MIA et le MNLA auraient orchestré l’attentat ayant tué 23 soldats tchadiens. Le chargé de la sécurité intérieure de la ville de Kidal, leader du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), Sidi Ag Mohamed alias « Trois Goras », engagé aux côtés des forces tchadiennes et françaises pour traquer les terroristes, serait à l’origine de la mort des 25 Tchadiens et 1 Français lors des affrontements entre les islamistes et les troupes libératrices près des grottes de l’Adrar des Ifoghas, le week-end dernier.

19:42 : L’armée retrouve à Tombouctou ses armes abandonnés à la suite du coup d’état.

  • Une importante quantité d’armes et de munitions dont des caisses de grenades ont été remis aux hommes du colonel Keba Sangaré dans la région de Tombouctou par des particuliers, c’était la semaine dernière dans plusieurs localités dont Niafounké, Diré, Tonka et Tombouctou.Ces armes étaient celles que l’armée malienne avait abandonné dans les villes après la prise de celles-ci au mois de mars et avril derniers.Un jeune de Niafounké du nom de Cheick a à lui seul récupéré 7 cartons de grenades 8 fusils et des munitions.

19:41 : Des armes de l’armée sénégalaise (armes lourdes, munitions, grenades, fusils de guerre) saisies des mains des jihadistes au Mali.

des-armes-de-larmee-senegalaise-saisies-des-mains-des-jihadistes-au-mali

19:37 : Près de 24 pays d’Afrique sont désormais concernés par une restriction formelle de circulation du Quai d’Orsay. Mali, Lybie, Mauritanie, Algérie, Niger, Nigeria, Soudan. Une zone de 7 millions de kilomètres carrés où il désormais “formellement déconseillé” aux ressortissants français de se rendre.
pays-a-risque-quai-d-orsay-sahel-sahara-afrique

19:37 : Le MAA, le Mouvement arabe de l’Azawad, a revendiqué les attaques de ce week-end contre le MNLA à In Khalil à la frontière avec l’Algérie.

19:35 : Des islamistes localisés dans Les grottes De Téghargar, les forêts de Nara et Koro à l’extrême nord du Mali.

19:33 : L’Afrique de l’Ouest n’est plus seulement un lieu de transit, mais une destination finale pour la revente et la consommation de stupéfiants, selon un rapport de l’ONUDC.

19:31 : bilan militaire : 37 soldats maliens tués et 138 blessés depuis le début de l’offensive militaire.

19:27 : les forces aériennes françaises ont élargi leur champ d’action aux frontières des pays voisins pour pourchasser des éléments armés qui ont fui le champ de guerre. Le responsable sécuritaire qui a refusé de donner son nom, à cause de la sensibilité de son poste, a ajouté que les forces aériennes françaises, appuyées par des drones américains ont commencé à surveiller, quotidiennement, de vastes zones du nord Niger, du sud de la Libye et de l’est mauritanien.

19:25 : Arrêtés à Ménaka et Gao : Le ministre de la santé de « l’Etat de l’Azawad » Abdoul Karim ag Matafa, 2 compagnons et 6 combattants du mujao transférés à Bamako.

19:23 : Selon des sources dignes de foi, des jihadistes sont entrain de se rendre aux gendarmes à Tombouctou. Ayant fui la ville juste avant l’arrivée des forces maliennes et françaises, les terroristes se sont retrouvés dans la nature, en proie à la faim, la soif et au froid.

16:31 : Des combats violents entre forces françaises et groupes islamistes armés se poursuivent dans le nord, dans le réduit des terroristes, faisant « beaucoup, beaucoup de morts jihadistes ».

12:09 : Tentative d’assassinat du capitaine Sanogo. Un député anti-putschiste accusé d’avoir versé 9 Millions FCFA au présumé tueur.

12:07 : L’Armée tchadienne déployée au Nord Mali vient de subir un autre coup dur. Hier, les forces tchadiennes sont tombées dans une embuscade meurtrière où une centaine de morts a été dénombrée, de nombreux blessés mais aussi des prisonniers tchadiens, désormais entre les mains des Djihadistes.

09:50 : Dimanche 24 février, des frappes aériennes ont fait au moins quatre blessés dans les rangs du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) allié à al Qaida, à Infara, près de la frontière algérienne. Ce groupe armé, associé aux jihadistes et opposé au MNLA, accuse l’armée française.

09:40 : Les militaires maliens et nigerians passent les villages autour de Gao au peigne fin.

09:00 : Le Général Français François Lecointre chef de la mission européenne refuse de travailler avec le Capitaine Sanogo.

Lundi 25 février 2013
Après une semaine de vacances, je reprends ce fil info. Je synthétiserai les évènements des jours manqués.

Jeudi 21 février 2013

Le porte-parole du Mujao a revendiqué avoir commis un «attentat» à Kidal, ce jeudi. «Nous sommes arrivés à rentrer sans aucun problème à l’intérieur de Kidal même pour faire exploser comme prévu un véhicule», a déclaré Abu Walid Sahraoui, porte parole du Mujao, qui avait aussi affirmé plus tôt jeudi être à l’origine de l’attaque menée par des jihadistes à Gao.

Au moins deux civils ont été blessés jeudi dans l’explosion d’un véhicule apparemment piégé près du camp où sont stationnés des militaires français et tchadiens à Kidal, dans le nord-est du Mali.

Mardi 19 février 2013

Un deuxième soldat français a été tué au cours de l’intervention française au Mali. Le président François Hollande a confirmé mardi qu’un légionnaire du 2e Rep, le sergent-chef Harold Vormezeele, avait été tué « lors d’accrochages » au nord du pays.

Vendredi 15 février 2013
21:55 : Le Senegal a capturé un Mauritanien et un Malien suspectés de liens avec le terrorisme. Le département d’état américain parle du renforcement de la présence d’al Qaida.

21:54 : A Gao, de l’autre côté du fleuve, des villages sont encore acquis à la cause djihadiste.

21:50 : Les USA désignent un autre leader terroriste au Mali : Yahya Abu Hammam. Un autre responsable d’al-Qaida au Maghreb islamique (AQIM) a été nommé par le département d’état américain. Il s’agit de Yahya Abu Hammam (Hammam), qui a joué un rôle actif dans les activités d’al Qaida au Mali.

Read more: http://iipdigital.usembassy.gov/st/english/article/2013/02/20130215142676.html?CP.rss=true#ixzz2L0G0IA00

21:45 : Défense du Mali pour sauver le Niger? Saviez-vous qu’en France 1 lampe sur 3 vous éclaire avec de l’uranium du Niger?

21:42 : l’ONU déclare que le Mali hésite à accepter la présence des casques bleus.

21:34 : La France utiliserait « des armes à l’uranium appauvri ». Les Mirage 2000, les Rafale, les hélicoptères Tigre et certains blindés utiliseraient des « munitions flèches » à l’uranium « appauvri » pour une destruction plus rapide et « efficace » », selon Thierry Lamireau, enseignant et militant des droits de l’homme, sur le site écologiste www.reporterre.net. Sur quoi base-t-il cette accusation ? « Mon expérience de l’analyse des rares images présentées ici ou là m’amène justement à aller vers cette affirmation » dit-il. S’il ne s’agissait pas d’un extrémiste écolo, on pourrait presque en rire…

21:30 : Le Canada prolonge son soutien aérien aux troupes françaises.

Jeudi 14 février 2013

17:45 : Analyse géopolitique : Non le Mali ne sera pas un nouvel Afghanistan, mais un énième cauchemar Africain

15:23 : Les troupes françaises ont désamorcé une bombe artisanale de 600 kg. La bombe, quatre fûts métalliques remplis d’explosifs, se situait dans la cour d’une maison abandonnée et était là depuis au moins lundi.

Mercredi 13 février 2013
11:16 : Radio Canada reprend une info ni confirmée ni démentie : 24 soldats tchadiens sont morts dans une embuscade au nord de Kidal mardi 5 février alors que la ville était encore sous contrôle des insurgés touareg du MNLA et des islamistes dissidents d’Ansar Dine. Il y a eu en outre 11 blessés.

Le site Ndjamena matin qui a le premier dévoilé l’information précise :
Au cours de l’opération de reconnaissance menée très tôt le mardi 5 février au nord de la localité de Kidal, des hélicoptères français survolent une zone suspecte.

Au sol, une colonne des troupes françaises utilise une (JPG : colonne de troupes) du Tchad comme bouclier en avant de la patrouille.

Puis tout à coup des tirs venant de partout. C’est une embuscade, nous a rapporté un des survivants. Des mines explosent en cascade, et bien évidemment, ce sont les soldats Tchadiens, en tête de la patrouille qui tombent comme des quilles.

Très vite le bilan est établi : selon une source bien introduite auprès du commandement du contingent tchadien au Mali, 24 soldats tchadiens sont morts, parmi lesquels 2 officiers – un commandant et un capitaine – et 11 blessés graves. Tous victimes de ces groupes armés maliens – communément appelés « Djihadistes ». Dans la débandade, on parle de 3 chars abandonnés.

Les blessés ont été évacués du Mali vers N’Djamena

08:29 : Le Canada craint que le Mali devienne un autre Afghanistan. JPG : J’ai plusieurs fois expliqué que le spectre d’un nouvel Afghanistan est très improbable car la population malienne, même si elle peut se retourner contre la France au premier faux pas diplomatique, ne soutient pas les islamistes, contrairement aux afghans.

08:27 : L’ONU tire la sonnette d’alarme sur le Mali et met en garde contre « une violence catastrophique. »

08:21 : Alors que Fabius parle de quitter le Mali, la peur règne à Gao. « Nous craignons une autre attaque ou une explosion car ils se sont dispersé dans le coin, et nous ne savons pas ce qu’ils ont laissé derrière eux, » explique Massoudou Maiga, un marchand de fournitures de bureau à Gao.

_65851008_65851007

Mardi 12 février 2013

22:16 : Gao : toutes les voies d’accès verrouillées par les forces de sécurité.

15:18 : Pendant que l’armée française tente de nettoyer Gao des islamistes, François Hollande déclare que « Aucune ville n’est occupée par un groupe terroriste, aucun des réseaux ou groupes qui jusque-là mettaient en péril la vie des Maliens n’est capable de mener une véritable offensive ».

15:18 : Vigilance à Gao infiltrée par les islamistes armés, alors qu’al Qaida a lancé un appel au jihad : « Soutenir les musulmans au Mali est un devoir pour tout musulman capable de le faire »..

15:10 : La branche d’Al-Qaïda basée au Yémen a appelé au djihad (guerre sainte) contre l’intervention française au Mali.
Al-qaida-aqmi-mali-300x217

15:04 : Gao : 3 combattants djihadistes ont été tués et 11 faits prisonniers par les forces gouvernementales qui ont, pour leur part, enregistré trois blessés légers.
d9a68af6_745f_11e2_aea1_bb08cea129e7_493x328_852106951

15:04 : Le MNLA a suspendu son communiqué où il menaçait de combattre les troupes Maliennes et Françaises.

Lundi 11 février 2013

17:25 : Les forces françaises et malienne semblent avoir repris le contrôle de Gao. Les troupes ont passé chaque maison au peigne fin pour débusquer des islamistes. « Je n’avais jamais vu une chose comme ce qui s’est passé hier », dit un témoin oculaire, « il y a eu des tirs soutenus pendant quatre heures, des batailles de rue avec les maliens et les français contre les jihadistes »

Poste de police bombardé

Poste de police bombardé

17:19 : D’après plusieurs témoins, les soldats maliens se seraient enfuis après le deuxième attentat suicide de Gao samedi soir, permettant aux islamistes de s’infiltrer.

17:15 : La peur a envahit nombre de soldats maliens conscients que Gao et ses alentours sont truffés d’islamistes organisés pour des actions terroristes, jusqu’aux attentats suicides. Ce matin certains ont clairement refusé d’effectuer une patrouille dans les environs de Gao.

17:12 : Les forces françaises sont « en état de vulnérabilité » au Mali face aux actions de harcèlement des islamistes, en raison notamment de l’étendue du territoire sur lequel elles sont déployées, a estimé le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre. « Nous sommes passés dans la phase d’affrontement des volontés. Le rapport de forces n’a plus beaucoup d’importance »

15:38 : Le principal marché de Gao a été évacué par les forces de sécurité par crainte d’un attentat.

15:37 : L’opération militaire française de dimanche à Gao tue 3 à 5 civils et fait 17 blessés.

15:17 : Une nouvelle explosion, la troisième en quatre jours, a été entendue ce matin dans la partie nord de la ville de Gao.

15:08 : le MNLA accuse l’armée française d’avoir fait disparaître un officier du MNLA et trois combattants à Ménaka.

15:06 : Communiqué du MNLA : « le MNLA informe que dans les prochains jours il engagera ses troupes dans une lutte sans merci contre l’armée malienne sur l’ensemble du territoire de l’Azawad sans exclure les villes déjà occupées de Gao et Tombouctou où l’armée malienne continue de perpétuer des crimes contre les populations Azawadiennes au vu et au su de l’armée française. »

14:59 : Photo de Tombouctou : « je n’aurai plus à porter cette burka noire ! » dit cette malienne.
kpay1nsz

Et comment les islamistes la forçaient à se vêtir :
S80X28bg

10:40 : Des rebelles islamistes lourdement armés ont franchi la frontière vers la Libye avec 13 véhicules. Les gardes frontières ont été submergés.

10:36 : Un hélicoptère de l’armée française a bombardé le bâtiment du commissariat de Gao. Le bâtiment est totalement détruit. Il y a des débris de corps aux alentours. Un témoin a affirmé de son côté qu’un des islamistes qui se trouvait à l’intérieur du commissariat s’était également fait exploser.

10:28 : non confirmé : une bombe aurait explosé devant l’ambassade de France à Damas en Syrie.

10:23 : des islamistes en robes noirs armés d’AK47 ont envahi Gao par bateaux dimanche. Des coups de feu ont raisonné dans toute la ville pendant des heures. Les combats ont commencé vers 14 heures et ont continué toute la nuit. Ce matin, les hélicoptères de l’armée françaises sont sur la ville.

Dimanche 10 février 2013

20:42 : Une cinquantaine de journalistes ont été évacués par l’armée française du centre de Gao, dans le Nord du Mali, après l’attaque lancée dimanche par un groupe islamiste, a annoncé à l’AFP le porte-parole de l’état-major, Thierry Burkhard. L’officier n’a pas fait état de blessés parmi ce groupe de journalistes, qui ont été conduits vers l’aéroport.

20:19 : Un commando d’islamistes a affronté dimanche des soldats maliens dans le centre de Gao.

Ce fait d’armes marque la première attaque contre une ville récemment reprise par les soldats français et maliens.

Les échanges de tirs entre soldats et islamistes ont éclaté au coeur de la ville, près du commissariat central, qui était le siège de la police islamique quand les jihadistes occupaient Gao. La fusillade a vidé les rues de la ville, contraignant les habitants à se terrer dans leurs maisons pour éviter les balles des fusils d’assaut Kalachnikov et des mitrailleuse lourde de calibre 14,5 mm.

Tireurs embusqués

En milieu d’après-midi, les tirs ont quasiment cessé autour du siège de la police islamique, mais ils ont repris ensuite au gouvernorat, à environ 800 m plus au sud-est, vers le fleuve Niger.

Des militaires français patrouillaient en ville au côté de soldats et gendarmes maliens, très nerveux. Ils mettaient en garde les habitants contre la possible présence de tireurs embusqués, tandis qu’un hélicoptère français d’attaque Tigre survolait la zone.

20:17 : Les forces armées et de sécurité du Mali ont pris de nouveau position autour du camp des Parachutistes de Djicoroni (bérets rouges) depuis le debut de la soirée samedi 09 février. L’armée aurait demandé aux familles de quitter le camp. L’armée malienne reproche aux bérets rouges de fomenter un putch et de refuser d’aller au front conformément à l’affectation ordonnée par le ministère de la Défense. Une réunion était pourtant prévue pour ce lundi avec le Premier ministre pour tenter d’arrondir les angles.

20:12 : Les terroristes du Mujao ont revendiqué l’attaque lancée dimanche par un commando dans la ville de Gao et promettent de continuer le combat jusqu’à la victoire. « Les fidèles de Dieu ont attaqué avec succès aujourd’hui l’armée malienne, qui a laissé venir les ennemis de l’islam à Gao. Les moujahidines sont dans la ville de Gao et y resteront », a déclaré Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

20:07 : Un islamiste (Tamashek) a été arrêté jeudi 8 février, à Boni vient-on d’apprendre, à 90 km de Douentza, par les populations locales qui l’ont ensuite remis à l’unité de l’armée malienne basée à Douentza (190 kilomètres de Tombouctou)

20:00 : Gao : deuxième attentat suicide en deux jours.

Samedi vers 23H00 locale et GMT, une forte détonation a retenti à Gao. « C’est un kamikaze qui s’est fait exploser », a déclaré dimanche un soldat malien sur les lieux de l’attentat, à proximité d’un poste de contrôle à l’entrée nord de Gao, déjà visé par un attentat suicide vendredi. La tête de l’auteur de l’attentat, un homme arabe ou touareg, gisait encore sur le sol dimanche matin, a constaté un journaliste de l’AFP. Aucun militaire malien n’a été atteint dans l’explosion.

16:20 : une forte explosion a eu lieu dans la ville de Gao dans la nuit de dimanche. L’origine de l’explosion est la présence d’une charge qui a été déclenchée à dix kilomètres de la base de l’armée française dans l’aéroport de Gao.

18:00 Des combats opposant soldats maliens et islamistes ont éclaté dimanche après-midi dans le centre de Gao, la plus grande ville du Nord du Mali, récemment reprise par les militaires français et maliens aux groupes islamistes armés, frappée par deux attentats suicides en deux jours. Les échanges de tirs entre soldats et islamistes se déroulaient dans le centre de la ville, près du commissariat central, qui était le siège de la police islamique quand les jihadistes occupaient Gao. Les rues de Gao sont désertes et les habitants se terrent dans leurs maisons. Des éléments du Mujao se sont infiltrés en ville et nous sommes en train de les déloger a déclaré une source.

Samedi 9 février 2013

22:44 : Photo : Un arbre à drapeaux Franco-maliens ! :
large

22:43 : Le légionnaire au foulard de tête de mort rapatrié et puni de 40 jours d’arrêt.
le-foulard-protegeait-le-soldat-contre-la-poussiere-soulevee_521988_510x255

22:31 : Deux français soupçonnés d’avoir voulu mener le jihad au Mali incarcérés.

Les quatre hommes interpellés mardi en région parisienne dans le cadre d’une enquête sur une filière de jihadistes vers le Mali ont été mis en examen samedi soir à Paris, et deux d’entre eux placés en détention provisoire.

Leur arrestation s’inscrit dans l’enquête ouverte après l’interpellation début août à Niamey d’un Français, Cédric Lobo, par les autorités nigériennes alors qu’il espérait rejoindre des groupes jihadistes dans le nord du Mali.

Expulsé vers la France, il avait été mis en examen à la fin août pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », puis placé en détention provisoire.

Les quatre hommes interpellés mardi ont également été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » par le juge antiterroriste Marc Trévidic, a-t-on indiqué samedi soir de source judiciaire.

Parmi eux, un Franco-algérien de 27 ans et un Malien de 23 ans ont été placés en détention provisoire tandis que deux Français de 27 et 37 ans ont été placés sous contrôle judiciaire.

Ces quatre personnes sont soupçonnées d’être des proches de Cédric Lobo et d’avoir eu le projet de rejoindre des groupes jihadistes dans le nord du Mali, où la France est actuellement engagée dans une opération militaire pour chasser ces groupes.

Ces personnes semblaient graviter autour d’un lieu de prière musulman de L’Haÿ-les-Roses (région parisienne), où habitait M. Lobo avant son départ pour le Sahel, précisait-on mardi de source judiciaire.

22:29 : plusieurs corps, dont ceux de trois Arabes, découverts près de Tombouctou. Les corps de plusieurs personnes, dont ceux de trois commerçants arabes récemment arrêtés par l’armée malienne, ont été découverts ensevelis dans le désert près de Tombouctou, dans le Nord du Mali.

16:28 : Des militaires maliens ont arrêté au moins dix personnes soupçonnées d’être des terroristes, peu de temps après un attentat suicide d’un enfant arabe de 15 ans dans la commune Sony Alibert, à 15 km de la ville de Gao.

16:09 : Découverte près de Tombouctou du corps de deux arabes sommairement exécutés, signe des meurtres de vengeance par les forces maliennes.

16:07 : vidéo à l’eau de rose de l’état major français sur la Prise de Tessalit:

16:04 : Les soldats français indiquent que c’est grâce aux soldats maliens qui leurs servent de guides qu’ils peuvent avancer vers le nord.

15:35 : A Gao, 2 jeunes avec ceintures d’explosifs ont été arrêtés ce matin.

15:33 : impressionnant. En photo, alignement de Pick Up terroristes dans le désert :
BCqkFrzCAAE2vGx

15:30 : Maroc Telecom agent de renseignement de la France au Sahel.
5210005-7774489

Selon un article publié cette semaine par l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, l’opérateur des télécommunications Maroc Telecom serait d’une très grande utilité dans la région du Sahel pour les services de renseignement français. L’opérateur qui a des filiales au Mali, en Mauritanie ou encore au Burkina Faso, contrôle plusieurs communications dont celles des Jihadistes d’AQMI ou du Mujao.

Charlie Hebdo estime que c’est ce rôle clé de Maroc Telecom qui serait d’ailleurs à l’origine de la lenteur dans le processus de vente des actions de Vivendi.

Le journal révèle que François Hollande, le président français, aurait ordonné au groupe Vivendi de retarder la cession de ses 53% d’actions qui lui donne le contrôle de Maroc Telecom, jusqu’à la fin de la guerre au Mali.

En plus de cette raison stratégique, Charlie Hebdo ajoute que l’autre raison du retard dans la vente des parts de Vivendi est l’ensemble de soupçons sur de possibles relations entre l’opérateur Qatari Qtel, en course pour l’acquisition des parts de Vivendi, et les Jihadistes. Un rachat par Qtel pourrait être néfaste pour la suite des opérations des forces françaises au Mali.

15:25 : L’Algérie a capturé 4 terroristes d’al Qaida près du Mali à la frontière libyenne. « Nous avons saisi deux Kalashnikovs, deux missiles RPG-7 et des munitions » a déclaré une source.

14:59 : Mutinerie de forces de police à Bamako pour protester contre des mesures disciplinaires.

5209704-7773975

 

Nombreux coups de feu entendus au nord de Bamako, hier, dans un échange de tirs entre des forces gouvernementales et des éléments de la police entrés en mutinerie pour protester contre des mesures disciplinaires prises à l’encontre de certains d’entre eux, selon ce que rapportent des sources militaires et des témoins oculaires.
Les forces gouvernementales ont quadrillé la zone de la base des forces de sécurité et des renforts ont été envoyés pour venir à bout de cette mutinerie.
Un responsable du ministère de la Défense a déclaré à Reuters que le chef d’état-major «a pris des mesures disciplinaires contre certains éléments de la police et certains n’ont pas accepté de telles mesures et l’ont fait savoir en tirant des coups de feu en l’air ».

14:40 : un énorme convoi de 70 véhicules remplis de fournitures, nourriture, médicament, vient de dépasser par Tombouctou en direction de la ligne de front au nord.

07:31 : Photo de l’attentat suicide de Gao :
attentat_suicide_gao_kamikaze_127122495

07:23 : L’attaque suicide de Gao augmente la pression contre les arabes et touaregs qui sont regardés par la population comme sympathisants des extrémistes. Cela protège l’armée française de s’embourber au Mali dans un nouvel Afghanistan.

Vendredi 8 février 2013
21:37 : des tanks AMX-10RCR et des Caesar (Camion Équipé d’un Système d’Artillerie) ont été déployés.
AMX-10RCR_upgraded_AMX-10RC_reconnaissance_anti-tank_6x6_armoured_vehicle_France_French_army_Nexter_defence_industry_640_001

Caesar_renault_truck_Sherpa_5_wheeled_self-propelled_howitzer_camion_equipe_systeme_artillerie_France_French_army_640

21:27 : « L’avance rapide des troupes françaises vers le nord et le retrait ordonné des islamistes d’al Qaida observé par des témoins indique une opération stratégique vers des zones plus adaptées au terrorisme », selon un correspondant du Miami Herald, qui ajoute que « les islamistes ont été saignés mais pas battus ». Plusieurs milliers auraient quitté les villes au cours des semaines récentes. http://www.miamiherald.com/2013/02/07/3222211/islamist-retreat-in-mali-was-orderly.html#storylink=cpy#storylink=cpy

21:21 : irrité par la position française, Bamako envoie un message à l’allié français : mandat d’arrêt contre les membres du MNLA.

21:09 : Selon des résidents de Tombouctou, les otages européens étaient captifs dans la maison du jihadiste Abou Zeid à Tombouctou presque jusqu’à l’arrivée des soldats français.

21:04 : Fin des hostilités au camp para de Djicoroni. Selon nos sources, les tirs ont cessé aux abords du camp des parachutistes. Deux morts civils seraient à déplorer. Il s’agirait d’une femme et d’un enfant.

20:54 : Photo: l’armement vendu aux libyens par l’Europe se retourne contre la France au Mali. Le projectile NR-160 trouvé à Konna est un anti-tank qui se tire avec un M40. La marque P.R.B., est celle d’un fabricant belge. Ces munitions ont été vendues et livrées à Kadhafi en Libye après sa prise de pouvoir contre le roi Idris.
arms-articleLarge

tumblr_mhwpx8UG6U1qddb3no1_1280

tumblr_mhwpx8UG6U1qddb3no2_400

19:28 : Négociation de la France avec le MNLA: « la France n’est pas logique ». Les Maliens n’apprécient pas, et ne comprennent guère la proposition de la France de négocier avec des rebelles apatrides. « Il suffit d’écouter les récriminations du citoyen lambda pour se rendre compte que les Maliens ne sont pas dans cette logique de négociation avec le MNLA encore moins avec des islamistes ». Pour les ultras, la France « n’est pas logique avec elle-même ».

19:26 : Pour venir en aide au Mali : L’Arabie Saoudite fait un don de 200 tonnes de vivres.

18:00 : des jihadistes du Mali se réfugient au Darfour.

Des combattants islamistes du Nord du Mali fuyant l’avancée des troupes françaises se sont réfugiés au Darfour, a déclaré vendredi à l’AFP un commandant rebelle de cette région de l’ouest du Soudan en proie à des troubles. « Nous les avons vus », a affirmé Abdel Wahid Mohamed al-Nour, à la tête d’une faction de l’Armée de libération du Soudan (SLA), l’un des groupes rebelles du Darfour.

« Après avoir été vaincus (au Mali), ils se sont retirés de là-bas et sont venu pour installer leur base dans notre bastion, Jebel Marra », a-t-il assuré. Selon lui, « des centaines » de Maliens sont actuellement au Darfour, où ils se distinguent par leur façon de parler et la couleur de leur peau.

« Ils viennent de nuit », a ajouté M. Nour, précisant que « personne ne s’attendait à leur arrivée à Jebel Marra », une zone fertile et montagneuse dans le centre du Darfour.

Un spécialiste de la région, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a cependant confirmé l’arrivée dans l’ouest du Soudan des combattants islamistes du Mali, mais estimé que, contrairement aux affirmations de M. Nour, ces islamistes armés n’avaient pas rejoint les troupes soudanaises.

« Ils sont épuisés et ne veulent plus se battre contre personne », a ajouté l’expert, affirmant « avoir entendu que la plupart d’entre eux font partie du groupe d’Ansar Dine » et que d’autres combattants du Mali pourraient arriver au Soudan « car ils ne savent pas où aller ».

17:57 : Des islamistes crèvent de faim dans la brousse à Borè (près de Konna).

Selon un habitant de Boré, (une localité située à environ 55 km de Konna) contactée en milieu de semaine, quelques islamistes qui auraient sans doute échappé aux frappes de l’aviation française errent encore dans la brousse entre Boré et les villages environnants. Ils (les islamistes) sont visiblement à bout de souffle et sortent souvent très tard dans la nuit pour chercher quelque chose à manger.

17:37 : L’armée malienne va «traquer les combattants du MNLA jusqu’à leur dernier retranchement» s’ils n’acceptent pas de déposer les armes, a déclaré hier en conférence de presse, le colonel malien Souleymane Dembélé. Il n’y aura pas de cohabitation avec le MNLA (à Kidal à l’extrême nord du pays), tant que ce dernier sera armé. Le seul choix qu’offre l’armée malienne au groupe indépendantiste touareg c’est de se transformer en branche politique. Une grande partie de la population malienne y compris les hommes politiques estime que le MNLA est responsable de l’installation des islamistes dans le nord du pays.

17:32 : Arrestation d’un islamiste à Douentza. Les populations de Hombori sur l’axe Douentza-Gao (Nord-Mali) ont livré, mardi 5 février, un Arabe combattant islamiste à l’armée malienne basée à Douentza.

17:30 : Des soldats français et tchadiens sont arrivés jeudi soir à Aguelhok, à 200 km au nord de Kidal, dans l’extrême nord-est du Mali, près de la frontière algérienne, le dernier fief des groupes islamistes armés, a-t-on appris de sources concordantes maliennes.

17:26 : Un kamikaze se fait exploser à Gao près de soldats maliens.

Un kamikaze s’est fait exploser vendredi à Gao (nord-est du Mali) et est mort sur le coup près de soldats maliens dont l’un a été légèrement blessé.

« L’homme est arrivé à notre niveau à moto, c’était un Tamashek (Touareg), et le temps de l’approcher, il a fait exploser sa ceinture », a déclaré l’adjudant Mamadou Keita, ajoutant: « il est mort sur le coup et chez nous, il y a un blessé léger ».

17:24 : En pleine guerre du Mali, début de putsch avorté à Bamako : détails ici

16:55 : Le MUJAO a déclaré sa responsabilité dans les attaques terroristes et la pose de mines au nord Mali.

Abou El Walid Essahraoui a ainsi déclaré que le MUJAO est responsable de l’explosion de deux voitures de l’armée malienne entre Gao et Hombouri. Il a ajouté : « nous avons réussi à créer une nouvelle zone de conflit et à organiser des opérations kamikaze ».

En outre, quatre soldats maliens ont été tués mercredi dernier quand leur véhicule a sauté sur une mine sur la route entre Douanza et Gao, dans une zone qui était, jusqu’à une date récente, sous contrôle des groupes islamistes armés.

16:51 : Les forces de la coalition sont entrées et ont pris le contrôle de Tessalit.

Les soldats français et tchadiens sont entrés à 12h30 TU dans la ville de Tessalit, le dernier fief des djihadistes, à moins de 90 km de la frontière algérienne. Aucun combat n’a été signalé au moment de la libération de cette ville. L’aéroport de Tessalit considéré comme également stratégique, est sous le contrôle des forces françaises depuis ce matin. Les unités qui ont libéré Tessalit sont arrivées d’Aguelhoc, une autre ville liberée depuis hier au nord de Kidal.

15:45 : URGENT: début de putsch avorté à Bamako. Tirs du côté de Djicoroni.

Jeudi 7 février 2013

13:44 : Le MNLA, qui milite pour l’indépendance de la province, a indiqué avoir repris le contrôle de la ville de Ménaka, au nord Mali, tombé entre les mains islamistes depuis des mois.

13:40 : Interrogatoires musclés par l’armée française de prisonniers islamistes à Kidal. Selon des sources sécuritaires maliennes, une vingtaine d’islamistes récemment capturés dans l’Adrar des Iforhas seraient soumis à des « séances d’interrogatoires intenses » dans un QG spécialement mis en place à cet effet par l’armée française non loin de l’aéroport de Kidal.

13:35 : Photo : Gao : arrestation de 8 jihadistes. 6 Maliens, un Algérien et un Nigérian, trois d’entre eux combattants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).
Instantan___1__06_02_2013_01_17__441619033

13:34 : Niger : Infiltrations jihadistes, question touareg, le pays est sur ses gardes.

13:29 : Couac politique entre Paris et Bamako : « Complicité entre Paris et le Mnla à Kidal : Niamey hausse le ton, Bamako encaisse. »

« Comme par magie, la dynamique de reconquête du territoire s’est arrêtée aux portes de la capitale de l’Adrar des Iforas. Le « libérateur français », titre plusieurs médias maliens, a décidé de faire le reste du chemin avec ceux qui ont ouvert la porte de notre pays aux aventuriers de toutes natures. Dans cette situation inacceptable à plus d’un titre, seule la voix du Niger et de son président constitue un réconfort pour le peuple Malien, durement éprouvé par le silence de nos autorités politiques et militaires. »

13:25 : hier, deux adolescents armés d’un pistolet et de deux grenades ont été arrêtés au marché de Gao par des soldats maliens.Peut-être une tentative d’attentat.

13:23 : Des blessés légers parmi les soldats français lors d’affrontements à Gao. Il y a eu des accrochages mardi dans les environs de Gao et des tirs de lance-roquettes des groupes jihadistes.

Mercredi 6 février 2013

15:48 : Deux avions qataris à la rescousse des djihadistes au Mali.

Des informations font état de l’atterrissage de deux avions du Qatar au nord du Mali «pour transporter des djihadistes et empêcher leur arrestation ou leur élimination par les armées française et malienne».

L’opération qui commence à faire le tour du monde du renseignement, expliquerait, en partie, le fait que des chefs d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) ne soient pas arrêtés, jusqu’à présent, plusieurs semaines après le début de l’offensive militaire française et la récupération de plusieurs villes du Mali, dont Kidal, Tombouctou, Monti et Gao.

15:46 : des petits groupes de jihadistes ont été repérés du coté de Gao il y a 2 heures.

15:39 : Renseignement : la preuve qu’Ansar Dine et al Qaida ne font qu’un. Au quartier général d’Ansar Dine, ont été trouvé des documents avec le tampon rouge d’Abdul Hamid Abu Zeid, le leader d’al Qaida.

15:34 : photo de Tombouctou hier:
Tombouctou

15:34 : La Mairie de Tombouctou ouvre aujourd’hui pour la première fois depuis que les islamistes avaient capturé la ville.

15:32 : Les groupes jihadistes ont toujours entre 5500 et 7000 combattants.

Mardi 5 février 2013

18:12 : Sénégal : des djihadistes arrêtés :

Dans la région de Kolda (sud), des gendarmes en patrouille ont arrêté un présumé djihadiste en provenance du Mali. Le mis en cause est âgé de 75 ans et serait natif de Gao (Mali). Il a été déféré au parquet de la région de Kolda après interrogation. Toujours dans le sud du pays, un ressortissant nigérian en provenance de la ville de Ségou a été arrêté à l’entrée de la ville de Sedhiou. Le suspect détenait de la monnaie Gambienne et Guinéenne et de certain pays de l’Afrique de l’Ouest.

Des Touareg seraient les principaux suspects

Au nord du Sénégal, dans la région de Saint Louis, une ville frontalière avec la Mauritanie, les forces de sécurité sénégalaises ont appréhendé un ressortissant de l’Ouzbékistan dans le village frontalier de Diama, situé à 27 km de la ville Saint-Louis. Selon des sources proches de l’enquête, l’Ouzbèke voulait s’adonner à un transfert de fonds pour les comptes des Djihadistes, qui opèrent au nord du Mali. Il est entre les mains des gendarmeries et il ne serait pas seul dans cette affaire de transfert de fonds. Il pourrait être soutenu par d’autres individus.

Les forces de sécurité sénégalaises ont annoncé l’arrestation de plusieurs Touareg sans pièces d’identités dans la ville de Kédougou à 600km de Dakar sans donner le nombre exacte de présumés arrêtés. D’autres sources sécuritaires font état d’arrestation quotidienne des personnes venant du Mali.

Le Colonel Insa Sagna, commandant la Zone militaire N°4, couvrant les régions de Tambacounda et Kédougou(Est), a assuré que toutes les mesures ont été prises pour faire face à la menace terroriste, en renforçant son dispositif de sécurité à la frontière avec le Mali et la Mauritanie.

16:46 : L’ancien député azawadi, Ahmeda Ag Didi pousse Iyad Ag Ghali chef d’Ansar Edine à libérer les 9 otages occidentaux détenus par Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI).

16:44 : Un pétrolier français a été victime d’un détournement au large de la Cote d’Ivoire, avec à son bord 19 membres d’équipage.

16:41 : Disparition de 9 véhicules participant au rallye Budapest-Bamako, entre les villes mauritaniennes de Chinguitti et de Tidjikja.

14:45 : 1.800 soldats tchadiens sont entrés dans Kidal pour sécuriser la ville.

Lundi 4 février 2013

21:23 : Le commandant en chef de la Misma, le général Shehu Abdul Kadir, a confirmé qu’une opération de libération des otages était en préparation.
aqmi_2_741241494

21:18 : Le ministre autrichien Darabos décide l’envoi de personnel médical au Mali.

21:13 : Le ministre Malien des affaires étrangères demande à la coopération internationale d’éliminer les extrémistes, qui ont semé des mines au nord du pays et posent « une menace globale ».

20:07 : Les français comptent quitter Tombouctou jeudi 7 février pour aller frapper les islamistes dans le désert. « Les 600 soldats basés à Tombouctou se dirigeront vers Gao afin de poursuivre leur mission, » a déclaré le capitaine Nadia.

19:56 : Conférence des donateurs à Addis-Abeba : Plus de 455 millions de Dollars de promesses pour le Mali.

19:49 : Le Mujao comprend environ 1.000 combattants, et se compose d’éléments étrangers, dont 300 membres du polisario, 200 militants du groupe terroriste Boko Haram, et des activistes originaires de plusieurs pays africains et arabes.

19:46 : La Grande Bretagne va entraîner des troupes de Gambie pour une mission au Mali.

19:41 : L’armée française a capturé Mohammed Moussa, le n°3 du groupe qui contrôlait Tombouctou, près de la frontière algérienne.

19:39 : Les enfants de Tombouctou retournent à l’école !
Students-who-fled-northern-Mali-to-attend-school-in-Mopti-file-photo

19:37 : Iyad Ag Ghali demande l’asile politique à la Mauritanie.

Dimanche 3 février 2013

21:13 : Deux civils ont été tués et sept autres blessés samedi 2 février quand leur véhicule a sauté sur une mine sur l’axe Gao-Kidal.

21:11 : Le navire français MN Eider arrive à Dakar avec 250 véhicules.

21:08 : Mauritanie – Mali: Des forces françaises sur la frontière. Des colonnes militaires françaises ont été vues à l’est de la Mauritanie, accompagnées par des voitures de l’Armée mauritanienne. Les forces françaises se sont arrêtées à Bassiknou avant de continuer vers l’est. Des réfugiés venus du Mali ont confirmé leur arrivée à la ville frontalière de Léré à l’intérieur du territoire malien. Selon ces réfugiés, une trentaine de véhicules militaires blindés a traversé la frontière mauritano-malienne avant de s’acheminer vers Léré. Ils ont été escortés, jusqu’à la frontière, par des véhicules de l’Armée mauritanienne.

21:06 : L’armée française devrait entamer son retrait de Tombouctou dès mardi prochain.

18:24 : Mohamed Moussa, responsable de la « Hasba » (structure de contrôle de la bonne moralité) à Tombouctou, quand cette ville était sous le contrôle d’Ansar Eddine, a été enlevé vendredi par des inconnus dans la ville d’El Khalil, tout près de la frontière avec l’Algérie, après qu’il ait quitté Tombouctou sous le feu des bombardements de l’aviation française.

18:10 : les autorités mauritaniennes ont accordé l’asile politique au dirigeant touareg le colonel Al Hadji Ag Kamou.

18:04 : vendredi, des avions français ont lancé, dans de larges zones de la province de l’Azawad, des tracts contenant la liste des dirigeants des groupes islamistes armés recherchés et proposant des récompenses importantes à qui aideraient à les arrêter « morts ou vifs ». Ces écrits qualifient ces hommes recherchés de « chefs du terrorisme international ». La liste comprend, selon le site « Aqlam hourra » :
arton11861

  • le chef de la qatiba des « signataires avec le sang », Moctar Belmoctar, alias Belaouar,
  • le chef d’Ansar Edine, Iyad Ag Ghali,
  • le porte-parole officiel de ce mouvement, Abou Omar Sidi Ould Ahmed alias Sened Abou Amama,
  • l’émir du conseil de la choura du MUJAO, Abou el Walid Essahraoui,
  • ainsi qu’Abou Zeid et Abou El Hamam, tous deux d’AQMI.

Cette campagne de « wanted » indique que la France, malgré son succès dans son opération Serval, a échoué à mettre la main sur les dirigeants des mouvements islamistes armés qu’elle traque au nord Mali depuis plus de trois semaines.

14:35 : Ashton Carter, n°2 du Pentagone : « Les États-Unis admirent l’initiative de la France au Mali »

14:29 : Christian Malard (FR3) : «au Mali il y a un appui discret de l’Algérie à la France»

14:24 : Message d’une malienne à FH à Tombouctou hier : « Vous avez abattu l’arbre. Il reste à le déraciner »

14:19 : Le nombre des réfugiés maliens en Mauritanie dépasse le demi million.

14:17 : Fortes frappes aeriennes au Nord Kidal au lendemain de la visite de Hollande dans la nuit de samedi à dimanche. Les bombardements dans la région de Tessalit visaient «des dépôts logistiques et des centres d’entraînement» des groupes islamistes armés, dans ces zones proches de la frontière avec l’Algérie.

Samedi 2 février 2013

17:17 : Assassinat par l’armée malienne de trois étudiants islamiques. Un témoin oculaire a déclaré à la BBC qu’il a vu trois étudiants islamiques être abattus dans la rue parce qu’ils n’avaient pas de papiers d’identité. Le témoin, qui a demandé à garder l’anonymat, a déclaré à la BBC que les trois étudiants habillés comme des islamistes ont été suspectés d’être des infiltrés. Leurs mains ont été attachées dans le dos, et ils ont été forcés de se mettre à genoux. « j’ai entendu l’un d’eux dire : « pour l’amour de Dieu, ne me tuez pas, je ne suis pas l’ennemi, je suis juste un étudiant du coran », » a déclaré le témoin.

« I heard one of them say, ‘For the sake of God, don’t kill me. I’m not the enemy, I’m just a student of the Koran,' » the witness said.

« But one of the military guys said, ‘Don’t listen to them, they’re infiltrators’. They discussed what to do, then one said, ‘Fire!’ and they shot all three of them. They dragged them by their feet and threw them into a well. »

The following day he says he saw two more suspects – an old man and his son – shot in similar fashion.

The BBC found bloodstains on three wells in the area. What appeared to be human bodies were clearly visible at the bottom of one.

Investigators from New York-based organisation Human Rights Watch, who have just returned from the area, believe the total number executed by Malian forces in Sevare, either soldiers or gendarmes, may be as high as 20 or 30.

17:06 : média malien : « Hollande en pompier piromane au Mali et hélas l’Africain ne comprend toujours pas ! »

16:46 : Photo : Hollande, le vrai chef du Mali, accompagné de ses sous-préfets et préfets aux ordres. Honte et déshonneur au Mali et à l’Afrique, titrent des journaux maliens :

Hollande au Mali

Vendredi 1er février 2013

14:52 : Intervention au Mali, les vrais motifs, lire l’article ici

14:42 : Les armées française et malienne contrôlent Tombouctou, Douentza et Gao, mais pas les routes qui les connectent.

14:35 : selon des témoins interrogés par un des rares journalistes à Tombouctou, 4000 combattants ont quitté la ville pour attaquer Konna. Le convoi a 400 voitures avec 10 islamistes par voiture.

Jendi 31 janvier 2013

21:25 : L’ONU envisage le déploiement de Casques bleus.

21:19 : Al Qaida prépare des attentats en Tunisie, au Mali, en Libye et en Algérie.

20:59 : Photo, le corps calciné d’un (probablement) islamiste brûlé par les habitants de Konna, selon les habitants locaux :
mali_endures_in_conflict

20:56 : Confirmation : 4 soldats maliens ont été tués par des mines sur la route près de Gao.

17:51 : 12 villageois maliens tués, 15 blessés dans un raid de l’armée française, que cache la guerre invisible de la France au Mali ? Suite ici

17:12 : en vidéo, les réfugiés maliens se ruent vers le camp Mbere en Mauritanie :

16:39 : Au moins deux soldats maliens ont été tués dans l’explosion d’une mine au passage de leur véhicule, entre les villes de Douentza et Hombori (nord du Mali).

16:34 : la France met en place son plan pour la traque de Mokhtar Ben Mokhtar dans le massif d’Adrar des Iforhas (extrême nord du Mali, proximité frontière Algerie)

11:23 : La France se méfie du MNLA à Kidal.

L’armée française est arrivée seule par moyens héliportés, mardi soir à Kidal, dernier verrou de la colonisation djihadiste nord malienne. Selon des sources sécuritaire maliennes, une réunion a eu lieu mardi soir à Bamako entre des militaires français et des élus maliens au sujet du Mouvement National de Liberation de l’Azawad (MNLA) nouvelle version « libérateur à Kidal ». La France aurait beaucoup de doutes quant aux combattants se proclamant du MNLA rencontrés sur place depuis deux jours. L’armée française émet de sérieux doutes quant à un éventuel plan de dissimulation d’Ansar Dine et du Mujao au Nord du Mali. Cette tendance est par ailleurs clairement palpable au sein de la classe politique malienne qui voit dans sa grande majorité, une tentative de tromperie de l’armée française par les islamistes soudainement mués en « démocrates » défenseur de la lutte anti terroriste. Dans un sondage publié sur un site malien, koaci.com, 75% des maliens estime qu’avec le MIA, le MNLA à Kidal, Ansar Dine tente d’endormir l’armée française.

Notons pour finir avant d’y voir plus clair dans cette affaire qui pourrait s’avérér aussi cruciale que dangereuse pour l’après armée française au Mali, qu’un contingent tchadien et malien serait en direction de Kidal alors que les hommes de l’opération serval vont au sol, passer les environs de la ville libérée au peigne fin. Certaines sources indiquent que des caches d’armes s’y trouveraient et seraient dissimulées dans des grottes de la zone montagneuse.

11:20 : Reconquête de Kidal par les islamistes : Vers la fin de la lune de miel entre Français et Maliens.

Pendant que les armées malienne et française rentraient dans les villes de Gao et Tombouctou, la nouvelle de l’occupation de la région de Kidal par la branche du MNLA qui avait rejoint les islamistes, est tombée comme un couperet. En plus des souvenirs que ce retour suscite, certaines interrogations s’imposent. Pourquoi d’un seul coup, la France décide de stopper son offensive sans la reconquête de la totalité du territoire national ? Y a-t-il un deal entre les autorités françaises et le MNLA ? Du côté de la population, si certains souhaitent ardemment que l’armée malienne aille enfin en découdre avec les apatrides qui ont vendu le Mali, d’autres pensent que c’est la fin de la lune de miel entre la France et le Mali.

11:12 : A Tombouctou, l’armée française se serait rendue coupable d’exactions. Plus de détails à venir.

Mercredi 30 janvier 2013

15:37 : Les combats à Gao, la plus grande ville du nord du Mali, ont fait 25 morts le week-end dernier dans les rangs islamistes.

Islamistes_Nord_300x215_649192663

15:28 : A Bamako, la police rackette et agresse la population :

Vendredi 25 janvier 2013, aux environs de 20 heures, un groupe de jeunes gens (filles et garçons) est interpellé pour contrôle d’identité au niveau du Commissariat du 1er arrondissement de Bamako. Les policiers, après avoir arrêté leur véhicule, ont procédé au contrôle d’identité des passagers et les ont relâchés moyennant le paiement de 3000 FCFA chacun.

Une autre jeune fille a été victime de la même situation, par le fait d’une dizaine de policiers au niveau de l’école Liberté A, non loin du Musée national, les policiers lui ont demandé de payer 3000 FCFA : «J’ai les preuves et des témoins aussi. Ils disent aux gens de payer 3 000 FCFA pour pouvoir passer».

Idem pour cette autre dame qui, accompagnée de ses enfants, revenait d’une cérémonie quand ils se sont vus interpeller par des policiers stationnés au niveau de la Brigade des Mœurs. Excepté un jeune garçon, tout le monde avait ses papiers en règle. Et pour si peu, les policiers l’ont violenté et ils ont frappé sa mère, avant de le conduire à la Brigade des mœurs, menotté. Ce qui a irrité les personnes qui ont assisté à cette scène, lesquelles estiment que les policiers n’auraient même pas dû porter la main sur le jeune garçon, à plus forte raison le menotter. «Je ne sais pas pourquoi, ils ont frappé sa mère qui n’avait rien en avoir dans cette affaire. Cela nous dépasse», a affirmé un témoin oculaire de la scène. La Brigade des mœurs fait croire qu’il s’agit de «cas isolés».

15:20 : Vidéo : Les craintes d’actes de revanche de l’armée et de citoyens maliens s’intensifient. A Gao, des milices ont fouillé de nombreuses maisons. A Tombouctou, des civils suspectés d’être des jihadistes ont été attaqués.

09:10 : Les Terguis ne semblent pas l’objectif de l’intervention, mais le MNLA et les barons arabes trafiquants d’armes, maîtres du commerce au Sahel.

08:54 : « Les Français sont les bienvenus, mais pas avec l’armée malienne » affirme Attaye Ag Mohamed, membre du Conseil Révolutionnaire du MNLA.

08:50 : Le Nigeria accueille le cessez-le-feu déclaré hier après midi par Boko Haram (islamistes au Nigeria responsable du massacre de milliers de chrétiens ces derniers mois pendant que le monde occidental avait les yeux sur Israël) avec beaucoup de précautions.

08:44 : Hier soir, des soldats nigériens et maliens sont entrés à Ansongo - Des troupes nigériennes et maliennes en provenance du Niger sont entrées sous les vivats des habitants mardi à Ansongo (nord du Mali), localité à 80 km au sud de Gao qui était ces derniers mois contrôlée par des islamistes armés. Parti mardi matin de la localité nigérienne de Yassen, à la frontière, un convoi de plus d’une centaine de blindés, pick-up et 4×4 surmontés de mitrailleuses est entré en début d’après-midi à Ansongo.

08:42 : Le président malien favorable à des élections d’ici le 31 juillet -Le président malien par intérim Dioncounda Traoré a déclaré à Addis Abeba qu’il espérait pouvoir convoquer des élections au Mali avant le 31 juillet prochain. Le chef d’Etat par interim a exprimé sa « détermination à organiser le plus rapidement possible, en tout cas, (c’est) notre souhait, avant le 31 juillet 2013, des élections propres c’est à dire transparentes et crédibles ».

08:38 : Tunisie: des forces spéciales ont été déployées dans le grand Sud tunisien, voisin de la Libye et de l’Algérie, près d’installations pétrolières et gazières par « mesure de précaution ».

08:38 : Tunisie : des hommes et du matériel ont été envoyés dans le désert pour renforcer les casernes aux abords de Remada et Dehibia, zones isolées proches de la frontière avec la Libye.

08:37 : Le Japon offre 120 millions de dollars pour stabiliser le Mali.

08:34 : 1.400 soldats ouest-africains sont déployés au Mali, dans le cadre de la force destinée à prendre à terme le relais des troupes françaises, a annoncé un porte-parole à Bamako. « Aujourd’hui, nous avons 1.428 hommes sur le terrain, sans compter le contingent tchadien qui se bat à nos côtés », a déclaré le colonel ivoirien Yao Adjoumani, chargé de communication de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). « Il y a des militaires béninois, burkinabés, ivoiriens, togolais, ghanéens, nigériens, sierra-léonais et sénégalais », a détaillé l’officier, qui a toutefois refusé de préciser où ces différents contingents étaient stationnés.

08:23 : Le FMI verse 18,4 millions de dollars d’aide.

08:22 : Des drones survolent le Niger.

08:20 : Hier scènes de pillage à Tombouctou :

Des magasins supposés appartenir à des arabes assimilés aux islamistes ont été pillés à Tombouctou par une foule en colère. Des centaines de personnes, visiblement très pauvres, ont attaqué des magasins tenus, selon elles, par « des Arabes », « des Algériens », « des Mauritaniens », accusés d’avoir soutenu les islamistes armés liés à Al-Qaïda à Tombouctou. La ville a été reprise lundi sans combat par les armées française et malienne. Dans certaines boutiques, des munitions et des radios militaires ont été découvertes. Mais l’essentiel de la population était occupée à se saisir de tout ce qui traînait, télévisions, antennes satellite, nourriture, meubles, vaisselle… Certains se battaient pour la possession d’objets, d’autres défonçaient les portes métalliques verrouillant les échoppes, dont certaines ont été intégralement vidées en quelques minutes. En milieu de matinée, des soldats maliens sont arrivés, mettant fin au pillage. « On ne va pas laisser les gens piller. Mais il est vrai que des munitions ont été trouvées dans certains magasins », a indiqué un officier malien.

Pillage Tombouctou hier

Pillage Tombouctou hier

08:20 : dans la nuit de lundi à mardi, en Tunisie, 2 policiers tunisiens ont été blessés lors de heurts avec 3 salafistes jihadistes à Kasserine (centre-ouest). Alors que les forces spéciales appréhendaient l’un des suspects, ses deux complices ont ouvert le feu blessant deux agents dont l’un grièvement à la jambe et à la hanche.

08:20 : Londres va envoyer 240 formateurs militaires.

08:20 : Laurent Fabius a annoncé « un soutien logistique » pour les armées africaines « de l’ordre de 40 millions d’euros ».

08:03 : témoignage de Douentza sous la terreur des islamistes :

  • les jihadistes Tawhid Wal avaient des longues barbes, des pantalons courts, et des long bâtons pour fouetter les gens.
  • Les habitants parlent de 3 jihadistes qui semaient la terreur : Omar, Abu Dardar et Abu Cacao.
  • Les habitants sont soulagés. Un homme témoigne : « la vie sous la sharia est horrible, nous avions tout le temps peur ».
  • Les femmes ne pouvaient plus conduire de scooters ni fumer. Ils ont pris nos cartes mémoires et on ne pouvait plus écouter de musique
  • Un jeune garçon témoigne : « j’ai appris un mot quand les radicaux étaient ici : haram. Ca veut dire interdit en arabe.
  • Jenan Moussa rapporte qu’elle a rencontré une femme qui a été fouetté trois fois parce que son voile est tomvé pendant qu’elle marchait
Douentza après le départ des islamistes

Douentza après le départ des islamistes

08:01 : Un avion français s’est posé sur la piste de l’aérodrome de Kidal confirmant son contrôle.

07:57 : Le GTIA 92e RI arrivé à Dakar hier remet en condition ses matériels avant de poursuivre sa route vers le Mali.

07:56 : l’armée française prend position à Kidal, troisième grande ville au nord et prend position à l’aéroport.

Mardi 29 janvier 2013

15:49 : Des soldats nigériens et maliens entrent à Ansongo, à 80 km de Gao.

12:15 : Tombouctou semble avoir été totalement libérée par l’armée française.

Lundi 28 janvier 2013

18:23 : Après la libération de Gao : Pillage des domiciles et boutiques des «complices» du MUJAO.

Les maisons dites des «trafiquants de drogue», les boutiques des Arabes «suspects» et leurs domiciles ont été dévalisés. Un notable Arabe, Mohamed Oul Mataly, membre du Cadre de concertation de Gao dirigé par le milliardaire, Aly Bady Maïga, a vu sa maison entièrement saccagée. Il est le plus décrié parmi les «complices» du MUJAO et est activement recherché par des jeunes, déchaînés, de Gao, lesquels menacent même d’aller dans son village natal d’Almoustrat, situé dans le cercle de Bourem sur la route nationale qui mène à Kidal, pour le dénicher.

Quant au chef de la Police Islamique, Aliou Mahamar Maïga, à celui de la sécurité, Abdoulhakim et à Ould Sidi, le gérant de l’hôpital, ils ont tous quitté la ville quarante-huit heures avant sa libération. Ils seraient, semble t-il, passés par Gossi pour rejoindre Rharous. Là, ils auraient emprunté le bac pour traverser et se diriger vers le Haoussa. Ils auraient aussi, après service rendu, endommagé l’embarcation.

18:34 : Selon des sources concordantes, l’armée malienne et française contrôlent totalement Tombouctou.

18:32 : Démenti : L’information selon laquelle des éléments du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) auraient pris ce matin le contrôle de la ville de Kidal reste à vérifier. Le Ministère de la Défense du Mali a démenti.

18:25 : La phase cruciale de la guerre au Mali vient de commencer :

Tous les chefs islamistes ont semble-t-il quitté le territoire malien. Ils cherchent désormais à créer la zizanie dans les états en guerre, notamment dans d’autres contrées du Mali, de la France ou encore même en Algérie. Ni la Côte d’ivoire, ni le Sénégal ou d’autres pays comme le Tchad ne seront à l’abri d’attaques sporadiques terroristes dans les jours ou mois à venir. La nouvelle stratégie, sachant qu’ils ont perdu armes et bagages au Mali, va consister à la guérilla. Le combat devient périlleux puisqu’il s’agira de s’attendre à des attaques rapides avant de se réfugier dans les collines, ou en Mauritanie dont la position semble floue.

18:20 : Un ressortissant mauritanien soupçonné de terrorisme a été arrêté dans la zone de Tanaff (Sédhiou), au Sud du Sénégal, par des militaires. Agé de 29 ans, cet homme qui ne parle que l’arabe, n’avait qu’un extrait de naissance écrit en arabe. Au moment de son arrestation, l’homme venu du Mali, était sur le point de regagner son pays d’origine. Hier (dimanche), un terroriste d’origine pakistanaise a aussi été arrêté dans le village de Dindéfélo (Kédougou, Sud Est). La semaine dernière, nous avons rapporté la présence de 50 terroristes à la frontière sénégalo-malienne, qui ont été arrêtés par l’armée malienne.

Depuis le début de la guerre contre les Islamistes au mali, les autorités sénégalaises rassurent que toutes les dispositions sécuritaires sont prises pour détecter à la seconde près tout acte de terrorisme supposé.

Samedi dernier, le Général Pathé Seck, ministre de l’Intérieur a invité tous les Sénégalais à s’ériger en policiers et redoubler leur vigilance.

18:16 : Témoignage d’un journaliste anglais : Gao libéré :

« Je n’ai jamais vu quelque chose de semblable » témoigne Lindsay Hilsum pour Channel 4 la chaine britannique qui est arrivée à Gao. « Des milliers d’habitants de la ville sont descendus dans les rues. Scandant des éloges pour la France et François Hollande. Des milliers d’hommes et de femmes sur les motos klaxonnent et crient, pleurant même avec l’incrédulité que ce jour était venu. (…) Pendant neuf longs mois, les habitants de Gao n’ont pas été autorisés à chanter, à danser, à crier ou à fumer. Les femmes n’ont pas été autorisées à sortir sans voile, sans parler de pouvoir rouler en moto. Maintenant, ils font tout cela, aussi fort et chaotique que possible. Partout le vert, jaune et rouge du drapeau malien et le bleu blanc rouge de France (…) Il est difficile de trouver les mots pour décrire une scène d’une telle passion et l’excitation que le moment extraordinaire que j’ai vécu en continu à travers les rues de Gao cet après-midi. » témoigne la première journaliste britannique à être à Gao

18:13 : Des rebelles touareg et islamistes dissidents affirment contrôler Kidal.

18:11 : Bref échange de tirs au nord de la ville de Gao entre des militaires maliens, appuyés par les forces françaises, et les terroristes, ont indiqué dimanche soir des sources concordantes.

18:02 : Les forces malien et française ont perquisitionné plusieurs maisons à Gao en recherche de collaborateurs du MUJAO. Selon des sources locales, Gao aurait connu des exactions à caractère ethnique depuis deux jours. Certains habitants ont attaqué les maisons des arabes et des songhaïs, après la prise de la ville par les forces française et malienne.

18:02 : A Sévaré, un journaliste d’Alakhbar a vu le puit où une vingtaine de cadavres touaregs et arabes ont été jeté après leur exécution sommaire, selon des témoignages locaux. Suite à la polémique suscitée par les exactions, ce puit a été bétonné.

12:29 : Français et Maliens s’emparent de l’aéroport et accès de Tombouctou.

12:23 : Les Touaregs sont un peuple nomade vivant au Sahara central et au nord du Sahel sur un large territoire partagé par la Libye et l’Algérie, le Mali et le Niger. Ils ne reconnaissent pas la souveraineté du Mali et du Niger sur leurs terres.

12:12 : Linstitut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba de Tombouctou a été incendiée par les islamistes. Ils vont ecnore prétendre que tout ce que la science doit à l’islam a disparu.

old_door-220x305

10:12 : Vidéo – Daniel Arapmoi, journaliste à Press TV, un média iranien, accuse l’armée française d’imposer le black out total sur l’opération Serval afin de dissimuler ses propres « bavures » :

Dimanche 27 janvier 2013

19:22 : Les militaires maliens indiquent n’avoir rencontré aucune résistance en entrant dans Tombouctou. French and Malian troops have begun restoring government control over Timbuktu, the latest gain in a fast-moving offensive against Islamist fighters allied to al-Qaida who have occupied northern Mali. The rebels have retreated northwards to avoid relentless French air strikes that have destroyed their bases, vehicles and weapons, allowing ground troops to advance rapidly with armoured vehicles and air support. A Malian military source told Reuters that the French and Malian forces reached the gates of Timbuktu late on Saturday without resistance from the insurgents who had held the town since last year.

19:16 : Beaucoup se demandent quelle est la différence entre les terroristes que la France combat au Mali, et ceux qu’elle soutient en Syrie. Voici la réponse : ce sont les guillemets : terroristes, et « terroristes ».

18:47 : Des corps ont été découverts au fond d’un puit à Sévaré. Un témoin oculaire indique que les soldats maliens ont tué des personnes accusées d’avoir des liens avec les islamistes et ont jeté leurs corps dans des puits. Les témoins affirment que les soldats ont tiré sur les victimes alors qu’elles attendaient un bus, à peu près au début de l’intervention française. Les témoins, qui ont gardé l’anonymat de peur des représailles, se sont présentés spontanément le jour pù les ONG humanitaires ont fait état d’exécutions sommaires et d’autres abus par les islamistes.

18:29 : Vidéo : avancée vers Tombouctou des forces françaises et maliennes :

18:24 : Les islamistes ont commencé à fuir Tombouctou. Témoignages locaux :

Après deux jours de voyage sur le fleuve Niger, une pirogue accoste à Mopti, dans le centre du Mali, en provenance de Tombouctou, dans le nord. « Là-bas, chez nous, les islamistes ont commencé à fuir », dit un étudiant venant de débarquer. « Il en reste quand même », nuance un commerçant. « J’habite à Tombouctou et nous sommes tous contents du président français François Hollande! On a l’impression qu’on va être libérés très bientôt », dit Sidi Touré, commerçant de 67 ans coiffé d’un turban vert, parti jeudi à bord d’une grande pirogue de sa ville « coupée du monde », sans réseau téléphonique. A son côté, un chauffeur songhaï de 44 ans, Mohamed Touré, dit vivre « comme une fête » l’annonce de la reprise aux jihadistes de Gao, à 1.200 km au nord-est de Bamako, par les militaires français et maliens. « Bien sûr, la guerre, ce n’est pas bon. Mais la libération du nord, est-ce vraiment la guerre? Ce sont les populations souffrant depuis neuf mois qui réclamaient d’être libérés », argumente-t-il.

18:09 : Des « éléments terroristes » menaient « sporadiquement » hier samedi des « opérations de harcèlement » dans la zone de Gao, où des forces françaises ont pris le contrôle de l’aéroport.

Tombouctou-

18:07 : Les forces françaises et maliennes, progressant vers le nord du Mali, sont arrivées aux portes de Tombouctou, selon une source militaire malienne.

18:04 : L’aviation française a bombardé des positions islamistes à Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako, tout en poursuivant dimanche la prise de contrôle de Gao, la plus importante ville du nord du Mali, reconquise lors d’une offensive éclair. De nombreuses sources font état depuis plusieurs jours d’un repli des combattants islamistes vers les montagnes de la région de Kidal, dans l’extrême nord-est, près de la frontière algérienne, fief du groupe Ansar Dine. Des positions des islamistes dans la ville et sa région ont été bombardées samedi par des avions français, selon des sources maliennes. « Ces frappes ont notamment touché la maison de Iyad Ag Ghaly à Kidal et un camp militaire », a déclaré à l’AFP une source de sécurité.

Kidal

18:00 : Les vieux amis de Iyad Ag Ghali, 54 ans, fondateur et commandant de la milice islamiste Ansar Dine se rappellent un poète, un homme à femmes et un amateur d’alcool, un lève-tard qui n’émergeait pas avant midi, l’esprit embrumé par les nuits à discuter politique autour d’un verre. L’un d’eux, touareg comme lui, l’avait même grondé parce qu’il ne faisait jamais le «fajr», la prière de l’aube. Aujourd’hui, Iyad Ag Ghali impose la règle la plus stricte à tout son monde. À la mosquée, il se tient au premier rang, il ne serre plus la main à une femme, il boit de l’eau et refuse tout contact avec les non-musulmans. Zélé converti, son projet politique l’est tout autant : un émirat islamiste au Nord-Mali, précurseur d’un «Sahelistan» englobant toute la région. Tout de suite, il demande l’asile politique à la Mauritanie…

laviation-francaise-bombarde-la-maison-du-chef-dansar-dine

17:57 : la menace terroriste s’approche du Sénégal. Cinquante terroristes ont été repérés à 50 kilomètres de Tambacounda.

17:56 : Le Pentagone a envoyé son drone Global Hawk au Mali.

drones-avions-273x119

17:42 : Une rue de la localité de Konna au nord du Mali portera le nom du défunt lieutenant français, Damien Boiteux.

17:37 : le chef d’Ansar Edine, Iyad Ag Ghali, a envoyé un groupe des notables de sa tribu les Ifogas, en Mauritanie pour demander l’asile politique.

Samedi 26 janvier 2013

15:58 : Lyad Ag Ghali, le chef des islamistes d’Ansar Din, est un ancien « ami » des Allemands détails ici : www.dreuz.info

15:54 : Yahya Abou Al-Houmam, un leader d’AQMI, « épargnera » les pays qui ne participent pas à « l’agression » contre le nord du Mali des attentats de son organisation, selon un enregistrement vidéo diffusé ce samedi par Al-Jazeera.

abou_al-houmam

15:51 : Vidéo, des images exclusives des immeubles et constructions détruites au Mali :

15:43 : Le colonel Kamou Ag Meinly, ancien officier supérieur de l’armée malienne et qui faisait partie du commandement militaire d’Ansar Edine, a annoncé qu’il quitte ce mouvement pour rejoindre le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA).
Il était à la tête d’un groupe de combattants d’Ansar Edine, positionné dans la ville de Léra, 70 km de la ville mauritanienne de Fassala, avec 20 voitures équipées d’armements lourds et de combattants. La ville de Léra est, dans le nord Mali, la dernière que le MNLA avait abandonné quand Ansar Edine avait décidé de la contrôler. Dans le même ordre d’idée, Abass Ag Ntala, chef des négociateurs d’Ansar Edine avait annoncé, avant-hier, sa dissension de ce mouvement islamiste pour créer le mouvement islamiste de l’Azawad et prônant une solution pacifique du conflit malien appelant à l’arrêt des un cessez-le-feu de la part de l’armée malienne et des forces françaises qui l’appuient.

15:37 : President Barack Obama a exprimé hier son soutien à l’intervention de la France au Mali.

15:34 : Ahmadou Ag Abdallah, dirigeant du mouvement islamiste Ansar Dine depuis 48h entendu par les enquêteurs mauritaniens, après son arrestation à l’est du pays.

15:27 : Un avion de surveillance Sentinel R1 de la British Royal Air Force a été envoyé au Mali hier en soutien à la France.

15:20 : Le Maroc « appuie sans réserve » l’intervention française au Mali.

15:18 : Des troupes tchadiennes et nigériennes vont être parachutées à Gao. La bataille se déroule en ce moment.

000_Par7454789_0

15:14 : Caricature : le groupe islamiste Ansar Dine s’est scindé en deux :
large-1

15:12 : non confirmé : des civils auraient été exécutés par la milice Ganda koy à 15km au nord est de Gao.

15:05 : Rare témoignage de terrain : les forces spéciales sont « harcelées » par les attaques islamistes, selon un officier français.

15:03 : Un groupe de 50 terroristes islamistes a été repéré ces derniers jours dans le village malien de Djimbé.

555385_546929065326688_1945012177_n

14:49 : Les forces françaises lourdement pénalisées par l’absence de drones armés. Il y a 2 ans, ils ont refusé de s’équiper chez les israéliens.

14:11 : L’armée française et malienne ont repris l’aéroport et le pont de Gao aux terroristes.

13:43 : 3700 militaires français sont engagés dans l’opération Serval.

13:20 : A Sévaré, porter une barbe, la chèche des Touareg ou parler arabe, suffit pour risquer d’être exécuté et jeté dans un puit.

13:15 : Photo : enfant soldat sauvé par l’armée malienne des mains des islamistes :

large-1

12:19 : Vidéo : A Tombouctou, les rues sont vides, on voit des pick up d’Ansar Dine (à l’huile) détruits par les frappes française, et très peu d’islamistes. Les communications sont coupées :

12:19 : « Le Mujao est prêt à négocier la libération de l’otage Gilberto », a déclaré Walid Abu Sarhaoui, porte-parole du Mujao, en référence au Français Gilberto Rodriguez Leal, enlevé en novembre 2012.

12:09 : Le CPJ (comité de protection du journalisme) accuse :

« Tous les journalistes qui se rendent dans le Nord reviennent frustrés et furieux de Bamako ». L’armée française est souvent appelée la Grande Muette. La guerre au Mali confirme cette réputation bien méritée. « Le verrouillage de l’information est plus dans la culture de l’armée française que de l’armée américaine», explique Maurice Botbol, directeur de La Lettre du Continent. Dans les deux premières semaines d’opérations militaires contre les groupes islamistes militants au Mali, l’armée française a publié seulement une vidéo floue d’une attaque aérienne dans un lieu inconnu.

Les journalistes internationaux sont gardés loin des lignes de front. Aucun journaliste n’a été intégré aux forces spéciales qui ont effectué les premiers assauts. La plupart des journalistes qui reçoivent l’autorisation d’accompagner les troupes sont limitées à la couverture d’histoires marginales, telles que des préparatifs militaires sur l’aéroport de Bamako ou le «progrès des troupes vers le Nord», bien loin des champs de bataille.

Les routes vers le Nord sont bloquées par une succession de postes de contrôle tenus par l’armée malienne. «Ils sont très nerveux», dit Gérard Grizbec, un journaliste de la chaîne de télévision de service public de France 2. «Ils ont reçu des ordres sévères de la force française: « Ne vous laissez pas être dépassés par les journalistes ». En général, ils nous demandent où nous allons, consultent nos passeports », et puis ils nous refusent l’accès.

12:03 : La chanteuse Khaira Arby (en photo) ayant entendu que les islamistes de Tombouctou couperaient les langues des chanteurs, s’est enfuit à Bamako :

ez5uVqhI

Vendredi 25 janvier 2013

20:41 : « Les soldats français et maliens sont à Hombori. Il n’y a plus d’islamistes visibles » a déclaré un témoin visuel.

18:29 : Deux habitants de la région de Niono, à 370 km au nord de Bamako, ont été abattus jeudi par l’armée malienne, selon les affirmations de leur entourage à un journaliste malien.

18:27 : Des brigades de surveillance maliennes seront installées très prochainement dans tous les villages maliens relavant de la commune de Bandiagara sur la route de Douentza.

18:23 : La France renforce l’opération Serval par voie maritime. Le 21 janvier, un bâtiment de projection et de commandement (BPC) a appareillé de Toulon avec à son bord les éléments d’un groupement tactique interarmes (GTIA) de l’armée de Terre qui s’engagera dans l’opération Serval. Quelques centaines d’hommes supplémentaires et beaucoup de matériel sont attendus dans un port d’Afrique de l’Ouest. « Du pont à la cale, il est rempli de matériel et de munitions », affirme cette même source ; l’équivalent de quatre rames de TGV, précise l’état-major des armées.

15:21 : Les islamistes auraient détruit le pont de Tassiga, située à 60 kilomètres de la frontière avec la Niger. Ce pont pouvait être utilisé par les forces tchadiennes et nigériennes pour accéder à Gao.

15:10 : General Carter Ham, USA :« nous avons fait des erreurs en entraînant les militaires maliens, nous n’avons pas sur leur inculquer les valeurs, l’éthique et l’esprit militaire ».

11:47 : Vidéo : Comme les islamistes de Gaza, l’armée française se livre à des frappes chirurgicales :

11:26 : Le Colonel Didier viendrait de prendre Hombori, à l’entrée des montagnes, porte vers le nord.

Jeudi 24 janvier 2013

17:38 : Vidéo, message d’un islamiste à la France :

17:30 : L’aviation française a frappé « avec succès » des positions des groupes islamistes dans le nord du pays à Gao. L’aviation française a frappé dans la nuit les positions des groupes islamistes armés dans le nord du Mali, à Ansongo, à 80 km au sud de Gao, près de la frontière nigérienne. « Dans la nuit de mercredi à jeudi, les avions de l’armée française ont attaqué avec succès des positions des islamistes à Ansongo et près de cette ville. Ce sont des frappes très précises qui ont causé des dégâts chez l’ennemi »

17:25 : La gendarmerie de Mopti, ville jumelle à une dizaine de km de Sévaré, a fait état de l’arrestation de combattants islamistes en fuite.
Ils tentaient de rallier la ville de Mopti, en traversant le fleuve Niger dans des embarcations.

17:24 : Des patrouilles des forces maliennes de sécurité ont interpellé dans la nuit de mardi à mercredi des combattants islamistes déguisés en femmes, qui tentaient de se faufiler à Sévaré, rapporte une radio locale.
Le subterfuge a été découvert par la police de Sévaré alors qu’elle procédait dans la nuit à des vérifications d’identité, a affirmé en langue locale bamanan l’envoyé spécial de « Jèkafo », une station privée émettant en modulation de fréquence.

009032012124305000000sarkozyattdoublejeuok_475614716

17:22 : Ansar Dine propose des négociations avec l’Occident pour parvenir à une solution politique au nord Mali.

17:20 : Des partis politiques algériens ont demandé aux autorités de leur pays d’annuler l’autorisation de survol du territoire algérien par les avions de chasse français, et appelé à l’arrêt de l’intervention militaire française au Mali.

17:16 : L’aviation française a bombardé, hier soir, à quelque 50 km de la ville de Léra, la voiture d’Albdel Hamid Abu Zeid, alias Essouvi, l’un des chefs d’Al Qaeda au Maghreb Islamique.

15:43 : Konna soigneusement nettoyée accepte les ONG et les journalistes. En toute transparence Wink

15:09 : L’ONU met en garde des risques de violences inter-ethnique et de génocide (massacre par l’armée malienne noire d’arabes et de touaregs plus clairs de peau). L’image de la France, qui soutient l’armée malienne, est fortement mise en cause.

15:03 : Le gouvernement japonais indique qu’il y a une 10e victime de la prise d’otage en Algérie.

15:03 : Confidence d’un journaliste local : « L’armée malienne paye ses soldats 80 euros par moi. Les islamistes payent 1500 euros par mois »

12:14 : Reporters sans frontières appelle les autorités maliennes et françaises à autoriser les journalistes à couvrir librement le conflit. Peuvent rêver…

12:09 : L’armée de terre a renforcé son stock de pièces de rechanges de première urgence en vue d’un déploiement de quatre Leclerc.

12:01 Jenan Moussa ‏@jenanmoussa, journaliste d’Al Aan TV de Dubai : « je rapporte les faits sur place. Mon opinion n’est pas importante. Vous avez le droit d’avoir vos propres opinions. »

11:57 : Le site internet du ministère de la défense a été la cible d’une cyber attaque. D’un autre coté, si on devait les attendre pour avoir les infos…

11:34 : Racisme à Bamako. Des personnes sont arrêtées quotidiennement et des mosquées fermée ou perquisitionnées. Article complet ici

11:31 : L’armée malienne a empêché hier un envoyé spécial de Alakhbar au Mali, le journaliste accrédité Mohamed Diop, d’accéder à la ville de Sévaré (Centre), sans aucune justification.

11:24 : Un chef d’Ansar Edine s’est rendu à l’armée mauritanienne avec certains de ses hommes dans la localité de Fassala. L’on a pensé qu’il pourrait s’agir d’Akimani qui était l’un des anciens chefs du Mouvement pour la libération de l’Azawad et qui fut aussi un haut gradé de l’armée malienne avant de rejoindre Ansar Edine. Mais d’autres sources indiquent qu’il s’agit d’un autre dirigeant du nom d’Iyad.

11:20 : Ansar Edine a retiré ses forces vers la ville de Kidal, province de l’Azawad, non loin de la frontière avec l’Algérie, et qu’elle propose des négociations avec l’Occident.

11:20 : Naissance d’un mouvement dissident d’Ansar Dine, le MIA (Mouvement islamique de l’Azawad), qui se dit prêt à combattre Ansad Dine.
La guerre a divisé Ansar Dine. Des membres du mouvement islamique et touareg, qui contrôle militairement et politiquement deux régions du Nord-Mali sur trois (Tombouctou et Kidal), ont annoncé, mercredi 23 janvier, dans un communiqué, avoir fait dissidence. Dirigés par Alghabass Ag Intalla, fils de l’influent chef des Ifoghas, ces rebelles ont créé leur propre faction, baptisée Mouvement islamique de l’Azawad (MIA). Ils demandent l’arrêt des hostilités dans les régions de Kidal et de Ménaka, et se disent prêt à combattre Ansar Eddine.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Nord-Mali : les accusations d’exactions se multiplient contre l’armée malienne | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

10:08 : Un important contingent blindé français a quitté Bamako en direction de Segou.

Mercredi 23 janvier 2013

15:56 : Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a démenti mercredi les propos de son homologue français selon lesquels Moscou a proposé officiellement à la France de l’aider à acheminer des troupes au Mali.

15:23 : « A la suite de l’avancée militaire française, la situation du pays, déjà instable, s’est détériorée. La crise en Algérie est venue par là-dessus », a dit un porte-parole des Affaires étrangères japonais, Yutaka Yokoi.

14:13 : photo à l’extérieur de l’ambassade de France à Sidney: « Mali: de Paris avec missiles » :

large-1

13:02 : La plaque d’immatriculation d’un pickup des jihadistes détruit par une frappe aérienne française à Diabaly indique qu’il appartenait originairement à l’armée malienne.

12:59 : Le palais que Mouammar Kadhafi s’était fait construire à Tombouctou, devenu un poste de commandement des islamistes armés, a été détruit par des frappes aériennes françaises.

12:56 : Une colonne d’une vingtaine de pick up armés de combattants islamistes et autres a été aperçue dans la région de Nara à l’ouest du Mali. Selon les informations, les islamistes venaient de la zone du cercle de Niono (370 km nord de Bamako), et seraient arrivés par la route menant à Akor.

Reste désormais à savoir si, peut être en chasse ou cherchant à fuir, l’objectif de la colonne serait de passer la frontière à hauteur d’Abel Bagrou ou autre, de l’autre côté, en terre mauritanienne.

12:56 : Tokyo ferme son ambassade à Bamako pour raisons de sécurité.

12:53 : Menaces d’attentats en France :« France terroriste, que cherches tu a accomplir avec cette guerre ? » manifestation de salafistes devant l’ambassade de France en Egypte.
tour_eiffel

12:52 : « Point névralgique » au centre Mali, l’aéroport de Sévaré est désormais sous haute protection des soldats et blindés tricolores.

12:45 : Un des membres du commando de la prise d’otages d’In Amenas, tué dans l’assaut, était un ancien chauffeur dans le complexe gazier.

12:41 : Le président du Haut Conseil islamique a fustigé l’attitude de certains pays islamiques comme le Qatar et l’Egypte. « C’est la France qui a volé au secours d’un peuple en détresse ».

12:41 : Décapitations, doigts coupés, cadavres mutilés, à Sévaré, les militaires maliens se sont rendus coupables de sanglantes exactions en marge des combats.

Mardi 22 janvier 2013 :

22:15 : Des réfugiés de Diabaly témoignent de la violence et de la cruauté des djihadistes :

Les habitants sont encore terrorisés par ce qu’ils ont vécu durant les quelques jours où les fous d’Allah ont fait régner leur loi. Arrivés du nord à bord de 4X4 surmontés de mitrailleuses, lourdement armés, ils ont éliminé sans difficulté les soldats maliens expédiés à leur rencontre. Moussa, 30 ans, a tout vu. L’enfer s’est abattu sur ce coin paisible de campagne dont l’unique ressource est la culture du riz, dans des parcelles irriguées par l’eau du fleuve Niger tout proche. « Ils ont tué beaucoup de soldats de l’armée malienne, ça tirait partout, nous étions cachés dans les maisons », raconte-t-il. « Il y a eu des gens blessés par des balles perdues. Lorsque nous avons été libérés, ils ont été évacués vers les hôpitaux de Niono et Segou. Après le massacre, les bandits du Nord ont jeté les corps dans les canaux d’irrigation, par-dessus les digues. Ils ont mutilé les cadavres pour faire peur. Ils ont égorgé les soldats ! »

22:12 : Le Maroc relève le niveau d’alerte sur la frontière avec la Mauritanie.

19:54 : Les États-Unis ont annoncé l’envoi d’équipement et de personnel pour soutenir l’intervention franco-malienne de reconquête du nord.

19:52 : À Tombouctou, où le chef d’Aqmi au Mali, Abou Zeid, avait ses quartiers, un « centre de commandement » a été visé par un raid aérien français.

10:57 : Les forces de sécurité du Sénégal sont en alerte maximale contre les menaces terroristes dues à la guerre au Mali. Après Bamako, les islamistes marcheront sur Dakar.

10:53 : Alors que l’Europe a octroyé une aide de 5 milliards d’euros à l’Egypte, cette dernière menace la France que son offensive risque d’embraser toute la région dans un conflit.

10:52 : Photo de Diabaly après les bombardements français. Restes des pick up Toyota des combattants islamistes :

©THEATRUM BELLI

©THEATRUM BELLI

Lundi 21 janvier 2013 :

21:53 : 60% de la cocaïne qui arrive en Europe passe par le Mali.

21:49 : en photo, convoi de journalistes qui attendent de pouvoir entrer à Diabaly ce matin. Oui, ce sont tous des journalistes !

BBKPR_4CQAAPD82

21:42 : Vidéo des combats à Konna le 12 janvier :

21:29 : Il y a eu environ une dizaine de frappes aériennes sur Diabaly, et il n’y aurait aucun mort.

21:15 : La plupart des armes saisies sur les preneurs d’otage du site gazier Algérien viennent des rebelles Libyens.

Armes saisies

Armes saisies

La plupart des islamistes de la prise d’otage d’In Amenas utilisaient des versions de Kalashnikov AK104 identiques à celles des rebelles libyens dans la guerre contre Kadhafi.
Ils avaient des roquettes F5 qui ont également été repérées lors de la guerre en Libye, selon des sources de renseignement.
Les islamistes portaient le même genre de vêtements que ceux que le Qatar a fourni aux rebelles du Conseil national de transition libyen – des vestes jaunes avec des camouflages marrons, connus sous le nom de « chocolate chip » camouflages.
Les terroristes ont également utilisé des lance mortiers de 60mm utilisés par la France et les rebelles libyens.
Les armes qui ne sont pas d’origine libyennes et qui ont été trouvées après l’attaque terroriste sont des Kalashnikovs allemandes et chinoises, des lance grenades de type classique, et des grenades offensives et défensives russes.

21:09 : Un habitant de Gao: « Depuis le bombardement à Gao de l’aviation les combattants de Mujao sont affolés, ils dorment sous les arbres »

20:58 : L’Afrique s’enflamme. Plus de 100 soldats dissidents ont envahi le ministère de l’Information de l’Érythrée en Afrique du Sud lundi, et ont pris en otage tous les employés du ministère, y compris la fille du président. On ne sait pas encore s’il s’agit d’un coup d’état.

20:56 : Photo. L’armée française juge inacceptable le comportement d’un soldat au visage recouvert d’une tête de mort :

BBJOAjpCAAE8ezA

20:55 : L’Algérie « n’enverra aucun soldat au Mali » (Premier ministre)

20:53 : Un officier de la police nationale de Bamako ordonne à ses subalternes de tirer à balles réelles sur les usagers qui refusent d’obtempérer.

20:49 : ce soir, le bombardement du bâtiment de Kadhafi à Tombouctou a provoqué un immense incendie, ce qui indique qu’il renfermait sans doute des produits inflammables.

20:44 : Désinformation ? les avions français n’auraient pas survolé l’Algérie, comme annoncé par Fabius le 13 janvier. Les 4 Rafale auraient en fait survolé le Maroc.

20:42 : « Nous ne devons pas nous laisser tomber. Nous sommes partenaires », a dit la chancelière allemande dont le pays est resté en retrait.

20:39 : La communauté arabe du Mali salut l’intervention de la France. « Le nord du Mali n’appartient pas aux Arabes, aux Sonrhaïs, aux Touareg et aux Peulhs, le Nord appartient au Mali », et elle invite toutes les communautés à se donner la main pour sortir de cette situation, qui n’est que le résultat de la mauvaise gouvernance.

20:32 : Communauté Arabe du Mali : « Le gouvernement doit communiquer pour éviter la stigmatisation »

20:30 : La Tanzanie affirme son soutien à l`intervention de la France au Mali.

20:30 : Le journaliste Kader Touré n’a pas été tué par les islamistes qui occupent Gao, contrairement à ce qu’indiquaient plusieurs sources, samedi 19 janvier. Plusieurs journalistes ont pu lui parler ce dimanche. Gao est coupée de toutes communications.

20:24 : La ville de Douentza, dans le centre du Mali, a été reprise ce matin, et est sous le contrôle des forces armées maliennes.

20:22 : 2.150 soldats français sont déployés sur le sol malien, pour un total de 3.150 militaires engagés dans l’opération Serval.

20:19 : François Fillon : « Quand mon pays mène bataille, je le soutiens »

20:13 : L’armée française, avec 30 véhicules blindés et 200 soldats français et maliens a repris Diabaly après des vols de reconnaissances.

Diabaly aujourd'hui

Diabaly aujourd’hui

20:12 : Le président égyptien Mohamed Morsi a déclaré qu’il est opposé à l’offensive française au Mali contre les rebelles islamistes.

20:09 : L’aviation militaire française a bombardé, pour la deuxième fois, la ville de Tombouctou, dans la nuit de dimanche à lundi, prenant pour cible des installations construites par l’ancien guide libyen Kadhafi, et que des rapports précédents avaient indiqué que l’émir de la qatiba « Tareb ibn Zeyad », Abdel Hamid Abou Zeyd, prend pour QG depuis que la ville est tombée entre les mains des groupes islamistes armés.

19:28 : Des médias algériens avaient annoncé que Khaled Abu El Abass (Belawar) avait été touché, dans la nuit du mercredi à jeudi, dans un accrochage entre ses combattants et ceux du MUJAO. Le responsable de la communication de la qatiba des « enturbannés » (almoulathamin), El Hacen Ould Ahmedou Ould El khalil, a démenti.

19:15 : une force de 200 hommes (Français et Maliens) est parvenue, à l’aube de ce lundi, à entrer dans la ville de Djabaly.

11:05 : Les Etats Unis avaient facturé la location des avions mis à disposition de la France. La France a protesté, les USA ont fait marche arrière.

09:14 : Les français souhaitent connaître les objectifs de cette guerre. Hollande ne va pas crier sur les toits avoir saisi l’opportunité pour bloquer la progression des USA en Afrique.

09:09 : Le Drian : « l’objectif, c’est la reconquête totale du Mali. On ne va pas laisser des poches de résistance ». En plein fantasme le socialiste.

09:04 : Etre arabe, touareg ou habillé de façon traditionnelle, pour quelqu’un qui n’est pas de Sévaré, cela suffit à le faire disparaître.

09:04 : Les exactions de l’armée malienne à Sévaré ont commencé.

09:01 : Tandis que l’armée française progresse vers le nord, l’armée malienne se prépare à la vengeance à huis clos, loin des journalistes.

08:58 : Le nombre de morts sous les bombardements aveugles de l’Algérie dans l’affaire des otages dépasse maintenant 80.

08:54 : Une colonne de véhicules blindés français est à moins de 60 km de Diabaly, qui n’a pas été totalement libéré.

08:48 : Des mères maliennes ont nommé leurs nouveaux nés « Hollande. »

08:40 Les Ansaru, nom complet : Jama’atu Ansarul Musilimina Fi Biladis Sudan means « Avant-garde pour la protection des musulmans en Afrique noire », derrière le meurtre des militaires nigérians qui rejoignaient le Mali dimanche. Ils sont l’équivalent de Boko Haram avec une vision africaine globale.

08:38 : Le 3e RPIMa pourrait bientôt être appelé à renforcer sa présence au Mali.

08:30 : selon un rapport de Global Research, un avion appartenant au propriétaire du PSG a atterri à Gao (Mali) au début du conflit, rempli d’armes, d’argent et de drogue.

08:19 : Photo : Les islamistes publient la photo au moment de l’impact d’un hélicoptère qu’ils disent avoir abattu. Ce n’est pas une photo d’archive. Aucune confirmation de la France.

large

08:14 : Pur bobo : un journaliste de Canal suit des gens qui fuient la région entassés dans des véhicules. Lui est seul dans sa voiture.

07:50 : Iyad Ag Ghali, un commandant touareg d’Ansar Dine, a collaboré avec Berlin en 2003 pour libérer 14 touristes pris en otage par des algériens au Sahara. L’Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d’euros.

07:40 : Un dessin qui illutre les contradictions de la France. En Syrie, elle arme al Qaida, au Mali, elle les bombarde :

72535_472953152768994_993008580_n

07:37 : Photo de Tombouctou. Etes-vous sûr que la France ne combat pas l’islam, Mr Le Drian ?

large

o-o-o-o-o-o-o

Dimanche 20 janvier 2013 :

21:37 : Selon le premier ministre britannique Cameron, la menace terroriste d’Afrique du nord va durer plusieurs décennies.

21:33 : Les séparatistes maliens touareg du MNLA ont déclaré il y a quelques dizaines de minutes qu’ils sont prêts à se joindre aux forces internationales pour libérer le nord du Mali des rebelles, probablement par peur que l’armée malienne chercher à prendre sa revanche sur la révolte de 2012.

21:30 : Bilan provisoire, pays par pays, de la calamiteuse gestion algérienne de la prise d’otages:

  • - ROYAUME-UNI: 3 Britanniques et une personne résidant au Royaume-Uni tués, 3 autres ressortissants britanniques probablement morts, a annoncé ce dimanche David Cameron. 22 survivants britanniques sont en cours de rapatriement.
  • - ETATS-UNIS: Le département d’Etat a confirmé vendredi la mort d’un Américain, Frederick Buttaccio. 2 se sont échappés et sont sains et saufs, le sort de 2 autres Américains est inconnu. Selon des sources au sein du groupe islamiste, 2 Américains seraient entre les mains des ravisseurs.
  • - FRANCE: Le ministère des Affaires étrangères a annoncé vendredi la mort d’un Français, Yann Desjeux, ancien militaire des forces spéciales et gérant d’un restaurant dans le sud-ouest de la France. 3 autres ont eu la vie sauve.
  • - ALGERIE: 1 Algérien est mort mercredi dans l’attaque du commando juste avant la prise d’otages et 685 autres ont été libérés, selon Alger.
  • - ROUMANIE: 2 otages roumains sont morts, dont l’un des suites de ses blessures après sa libération par l’armée, a annoncé aujourd’hui Bucarest. 3 autres ont été libérés.
  • - JAPON: 12 des cadavres à la morgue sont des Japonais. Tokyo indiquait être sans nouvelle de 10 Japonais manquants, 7 autres sont saufs. Selon deux ex-otages algériens, 9 Japonais ont été tués durant la prise d’otages.
  • - BELGIQUE: Un porte-parole des islamistes a affirmé jeudi que 3 Belges se trouvaient sur le site mais Bruxelles n’a pas confirmé cette présence.
  • - NORVEGE: 5 ressortissants norvégiens sont portés manquants, selon le groupe pétrolier Statoil qui gère le site d’In Amenas avec BP et Sonatrach. 17 membres du personnel étaient présents lors de la prise d’otages. « Il est possible que des Norvégiens aient perdu la vie », a dit le Premier ministre Jens Stoltenberg.
  • - PHILIPPINES: Des informations de presse ont fait état de 2 morts philippins, mais Manille n’a pas confirmé à ce stade.
  • - MALAISIE: Les autorités ont annoncé samedi qu’elles n’avaient aucune nouvelle de 2 Malaisiens alors que 3 autres sont désormais en sécurité.
  • - COLOMBIE: 1 employé colombien de BP pourrait faire partie des otages tués, a indiqué le président Juan Manuel Santos.

 

21:23 : Washington prévient ses ressortissants de « fortes menaces » en Algérie.

21:10 : Alors qu’à Bamako les maliens rendent homage à la France et à François Hollande, des manifestations ont eu lieu lundi après-midi dans la ville du nord malien de Tombouctou, pour protester contre les frappes aériennes françaises sur les villes du nord du pays, qui sont sous le contrôle des combattants islamistes depuis Avril 2012.
Les manifestants portaient des banderoles avec des slogans anti-français : « Non à la guerre, non à l’intervention étrangère, Oui à la négociation ».
Les manifestants scandaient des slogans tels que: « Les populations du nord sont amoureux de la paix », « tuer des gens en utilisant les embargos, la famine et les frappes aériennes est contraire à la loi d’Allah et de la Charte des Nations Unies »

21:09 : L’aviation française a bombardé des bâtiments de Tombouctou, dont l’hôtel Kadhafi et la maison de la poste.

21:09 : Ansar Dine a accepté l’appel à négociation lancé par le président Blaise Compaoré, et a envoyé une délégation à Ouagadougou, aujourd’hui dimanche, alors que la position officielle reste obscure.

Auparavant, le chef des opérations d’Ansar Edine, Omar Ould Hamaha, avait qualifié le ministre malien de la Défense d’homme perfide parce qu’il l’a contacté peu avant la guerre pour négocier, et peu après il avait déclaré à Abidjan, que la situation nécessite une intervention rapide des forces de la CEDEAO, pour libérer ce qu’il a appelé le nord Mali.

21:05 : Les soldats français ont pris position à Niono, 80 km au sud de Diabaly.

21:03 : Photo : A Bamako, on remercie François Hollande :
680_279

21:55 : Moctar Belaour alias Khaled Abu El Abass, émir de la quatiba « des enturbannés » et créateur de celle des « signataires avec le sang », responsable de la prise d’otages à In Amenas est apparu dans un nouvel enregistrement dans lequel il se présente, pour la première fois, comme membre d’Al Qaida, quelques mois après sa dissidence d’AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique) et disant : « Nous à Al Qaida sommes responsables de cette opération que nous bénissons ». Il se dit « prêt à négocier avec l’Algérie et l’Occident à condition que cesse la guerre au Mali ».

1334742988747_999888299_449369325

21:54 : Les autorités de Fassala ont capturé un combattant algérien d’Ansar Edine réfugié chez l’habitant avec 2 deux autres fuyards.

21:47 : Des hommes ont tiré des coups de feu près de la frontière avec la Mauritanie sur une voiture appartenant à Dahma Ould Mary, de la communauté des « Oulad Idriss » membre de la tribu arabe les Brabiches. Son adjoint a été tué.
mqdefault(1)

21:47 : Selon un témoin, 4 Pick Up Toyota ont été détruits par l’aviation militaire française avant-hier près de Fassala (Mauritanie). Ils appartiennent au colonel touareg Haroun Ag Said qui a fui Diabaly.

21:16 : Les hélicoptères français sillonnent le ciel autour de Markala depuis 1 heure.

20:11 : Nos sources ne doivent pas être trop mauvaises, Dreuz est repris par un site malien, Bamada.net Wink (http://bamada.net/189-morts-dans-la-prise-de-diabaly-par-les-islam/)

18:34 : Le Canada évacue le personnel de son ambassade au Mali et demande aux citoyens canadiens de quitter le Mali.

18:29 : La ligue arabe et les Frères musulmans condamnent l’action de la France au Mali.

18:20 : En image, ce que la politique arabe de la France accomplit. Ici au Liban Wink:

BBCZOfWCcAAGytp

17:41 : Ibrahim Boubacar Keita (RPM), futur président préféré par 39% des maliens, est membre de l’Internationale socialiste. Les socialistes sont solidaires.

17:28 : ce dimanche matin, des islamistes se seraient rendus à l’armée française à Diabaly libérée, bien que côté malien comme français, on reste très discret quant à la situation sur le terrain. Officiellement, pour la France, la situation à Diabaly « n`est pas très claire ». Des combattants et des armes seraient terrés dans des habitations. Une source, sous couvert d’anonymat, précise que les combattants qui se seraient rendus n’avaient aucune liaison avec un groupe terroriste, et seraient issus des rangs de l’ancienne armée libyenne.

16:12 : Exclusif : Comment Diabaly a été capturée par les islamistes. Lien vers l’article

16:09 : A Bamako, la température est de 33°C et la journée est ensoleillée.

16:09 : Suite à un sondage en ligne, Ibrahim Boubacar Keita, futur président préféré par 39% des maliens, devant Soumaila Cissé (16%) et Cheick Modibo Diarra (15%).

15:55 : Dans la matinée, des raids français ont visé plusieurs cibles dépendant du MUJAO à Gao, où les salafistes étaient invisibles dans la ville.

15:22 : Les soldats du 21e Rima (Régiment d’infanterie de marine) ont avancé vers le Nord en appui aux forces maliennes. Le détachement d’hélicoptères de combat et d’évacuation français, qui comptera quand ils sera au complet une vingtaine d’appareils, a continué sa montée en puissance. D’ici à quelques jours, le contingent français aura atteint sa capacité aéronautique souhaitée. Sur l’aéroport de Bamako des appareils, notamment des hélicoptères légers Gazelle, continuent de sortir des soutes des avions de transport géants Antonov, loués pour l’occasion en Russie. Deux mille soldats français sont d’ores et déjà déployés au Mali. Ils devraient être au moins 2.500, et peut-être davantage.

15:20 : Sévaré, à 630 km au nord-est de Bamako, dispose d’un aéroport, sa situation stratégique va permettre de mener des opérations vers le grand Nord du Mali.

15:20 : Les forces régulières françaises au Mali se sont déployées vers le Nord, prenant position dans les villes de Niono et Sévaré.

Mali-carte_v3_fr

15:08 : Les avions militaires français ont mené des raids sur les villes de Kidal, Tonka et Niafunké au nord du Mali.

14:56 : L’armée malienne a patrouillé samedi et dimanche en périphérie de Diabaly, apparemment désertée par les combattants islamistes.

14:24 : « Face au terrorisme, il faut être implacable », a affirmé Laurent Fabius, sur Europe 1. Est-ce dy cynisme ? Le même demande à Israël de ne pas utiliser la force contre les terroristes du Hamas.

14:23 : Un élu de la ville de Douentza, à 800 km de la capitale: « Ils sont en train de fuir ».

14:21 : Les jihadistes quittent de plus en plus les autres régions pour se rendre vers Kidal, qui est une zone montagneuse.

14:02 : Révélation de « Jeune Afrique » : « Si Bamako tombe, nous aurons 6000 otages français au lieu de 6″ a déclaré un haut responsable de la défense à François Hollande, vu les images satellite montrant d’importants mouvements de djihadistes vers le sud. C’est ce qui a décidé Hollande à engager précipitamment la France. Laurent Fabius ajoutera : « si nous n’intervenons pas, Bamako peut tomber en 24h ».

11:02 : Les habitants de Diabaly ont déclaré que les islamistes radicaux ont maintenant quitté la ville.

10:45 : Tard hier soir, les forces françaises ont bombardé des positions rebelles à Tombouctou à trois reprises à 20h, 20h30 et 1h00 ce matin heure locale. Une des frappes a touché un campement qui appartenait à Muammar Gaddafi, et dont les rebelles avaient fait leur base à Tombouctou.

o-o-o-o-o-o-o

Samedi 19 janvier 2013 :

20:54 : Selon Human Rights Watch, les forces de sécurité maliennes ont commis des meurtres, des viols et des violences contre des civils, à Niono. Les groupes ethniques visés par ces violences vengeresses de méfaits semblables et de trahisons antérieurs, sont les Touaregs et les Arabes.

20:20 : En vidéo : la révolte de Gao contre les islamistes :

19:23 : Au Caire, des islamistes égyptiens manifestent devant l’ambassade de France contre l’intervention au Mali.

19:20 : Alerte : explosion de violence à Gao. Des habitants de Gao (nord-est du Mali) ont tué aujourd’hui Alioune Mahamar Touré, un commissaire de la police islamique de Gao en représaille à l’assassinat du journaliste de la radio locale, Annia Kader Touré, battu à mort par les islamistes, qui lui reprochent de travailler pour l’ennemi. Les islamistes auraient riposté en tirant sur de nombreux jeunes. L’information est confirmée par Mme Séma Maïga, adjointe au maire de Gao, et par le directeur d’une radio privée locale.

Gao Mali

16:10 : Les socialistes s’excusent auprès de la communauté internationale, François Hollande devait inaugurer la salle des fêtes de Tulle.

15:50 : 2 soldats nigérians sont morts, et 5 autres blessés lors d’une explosion à Okene alors qu’ils devaient partir pour le Mali. Boko Haram serait responsable .

15:20 : 7 otages étrangers et 11 ravisseurs ont été abattus dans l’assaut final lancé samedi matin par les « forces spéciales algériennes ».

15:18 : Selon des habitants de Diabaly, les jihadistes se dirigent en ce moment vers Léré et Nampala, en direction de la frontière mauritanienne. Nampala et un camp d’entraînement jihadiste à Léré ont été bombardés dimanche dernier.

15:18 : L’information m’est parvenue ce matin, mais la confusion est telle que j’attendais confirmation, que voici : Diabaly n’est pas encore sous contrôle, malgré les déclaration du maire, de témoins et des notables. Des combattants djihadistes sont encore terrés dans des habitations.

11:30 : Les Etats Unis ont donné l’ordre au personne de l’ambassade US à Bamako de quitter le pays.

11:30 : Les Etats Unis ont envoyé 100 formateurs militaires auprès des troupes pan-africaines.

11:06 : Prise d’otage en Algérie : 2 autres employés norvégiens de Statoil ont été libérés.

10:59 : Les soldats du 92e RI de Clermont en partance pour une base de regroupement pour un éventuel déploiement au Mali.

10:44 : Selon le Ministère de la défense britannique, des forces spéciales françaises « clients » d’Hélios ont affronté de djihadistes dans la région de Diabaly.

10:40 : Le parti salafiste tunisien du Front de la Réforme (Jabhat Al Islah) dénonce l’« invasion barbare » par la France du Mali.

10:31 : Selon des réfugiés, les combattants islamistes ont pris jeudi les villages de Sokolo, 15 km au nord ouest de Diabaly, sans combattre : une dispute a éclaté dans l’infanterie malienne qui a disparu dans la nature. Les islamistes ont également pris le contrôle du village de Dogofri, à 14 km au nord de Diabaly, quand les troupes gouvernementales se sont enfuies.

09:50 : Marche de soutien aux armées en guerre pour la paix au Mali. Aujourd’hui 19 janvier 2013 à 14 h au métro Duroc à Paris.

09:40 : Info officielle (à prendre avec des pincettes) : depuis 6 jours, les forces aériennes françaises ont effectuées 110 sorties et 70 frappes. Zéro mort, zéro blessés, zéro photo.

09:27 : Selon une source militaire le dispositif Serval est passé à 2700 soldats français (1800 sur le sol malien). Bientôt le cap des 3000.

09:20 : la France renforce ses moyens de surveillance. Les ATL2 de la Marine sont déployés à Dakar, au Sénégal.

09:13 : En photo, à 70 km au nord de Tombouctou, un nouveau bataillon « les supporters de la Sharia » parade :

5112650-7628958   5112650-7629015

08:44 : Des témoins oculaires ont déclaré que l’aviation militaire française a détruit 4 voitures appartenant aux combattants islamistes d’al Qaida à 225 km de la frontière avec la Mauritanie, non loin de la ville de Fassala.

o-o-o-o-o-o-o

Vendredi 18 janvier 2013 :

22:44 : Les troupes françaises se dirigent vers la ville de Mopti, au nord.

Mopti_680

22:16 : Ministère de la défense du Mali demande de l’aide financière en communicant son RIB à la télé !

22:12 : Pour prouver leur gratitude envers la France «amie», les Bamakois font flotter le drapeau de la république française partout dans la capitale malienne : à leur voiture, sur le toit de leur maison ou en bordure des routes. Des jeunes se baladent des bouts de tissu bleu blanc rouges au vent. De mémoire de Bamakois, c’est du jamais vu.

articles-79737

21:45 : L’Algérie vient de lancer une seconde opération militaire pour libérer 30 otages étrangers du site gazier.

21:10 : en Vidéo : premières images de la prise d’otages en Algérie : [jwplayer mediaid="38092"]

20:55 : Prise d’otage en Algérie, un français tué, trois autres sont vivants, l’opération (ou la boucherie si l’on considère le nombre de morts) continue.

19:09 : Moscou fournira une assistance à Paris en envoyant, dans les jours prochains, un avion au Mali, destiné à transporter des armes légères. Il s’agirait d’un Antonov 124, appartenant à la compagnie Volga Dnepr, un appareil qui a déjà l’habitude de servir en Afrique sous mandat onusien. Des hommes du 224e détachement aérien seraient également mis à contribution sur le sol malien.

18:49 : 1 800 soldats français sont sur le terrain, annonce le ministre français de la Défense, Jean-Y Le Drian. Méfiance : la désinformation du ministre le disqualifie, et nous ne publierons plus ses communiqués.

18:43 : Poutine promet une aide militaire à la France.

18:36 : alors que le ministre française de la Défense, Jean-Yves le Drian, affirmait à 17h30 qu’« aucun combat [n'était en cours] a Diabali à cette heure », France 24 a confirmé il y a 16 minutes ce que nous annoncions il y a une heure : Diabaly a bien été libéré des islamistes. Soit Diabaly a été libéré par des fleuristes qui ont distribué des roses aux islamistes, soit Le Drian balade son monde.

18:20 : Le maire de Diabaly, Oumar Diakité, a confirmé ce que nous annoncions il y a une heure : la ville stratégique de Diabaly, conquise quatre jours plus tôt par les islamistes radicaux, a été reprise. Pourtant, le ministère français de la Défense a annoncé à 17h30 qu’il « n’y avait aucun combat à Diabali à cette heure » Wink

18:15 : Algérie: 639 otages, dont plus de 66 étrangers, libérés.

Six-cent-trente-neuf otages de l’attaque  perpétrée mercredi par des islamistes lourdement armés sur le site gazier du  Sahara algérien, dont plus de 66 étrangers, ont été libérés, a indiqué vendredi une source sécuritaire citée par l’agence APS. « Près de 650 otages (…) dont plus de la moitié des 132 otages étrangers ont été libérés », a rapporté l’APS, alors que les forces spéciales algériennes  cernaient toujours le site de l’usine d’In Amenas, à plus de 1300 km au sud-est d’Alger, près de la frontière libyenne.

 

18:12 : « Konna est nettoyée ».

Tel est le message relayé ce vendredi matin par bon nombre d’officiers de l’armée malienne. L’armée française à lancé jeudi en fin d’après midi un assaut aérien et au sol sur la ville du centre du Mali sous contrôle des Djihadistes. Selon les premières informations reçues de source de l’Etat Major malien, un nombre important de terroristes auraient péri lors de l’assaut qui aurait duré près d’une heure.

Ce matin, plus d’une centaine de soldats de l’armée malienne est positionné dans la ville, confirment plusieurs témoins. Des corps d’islamistes gisent au sol, il y a des pick up détruits. Lors de l’assaut, des combattants se sont enfuis en direction du nord de la ville sur la route qui mène à Mopti. Ce matin des scènes de liesse populaires se sont déroulées à Konna avec des chants de remerciements à la France.

18:12 : De nombreux islamistes auraient été tués à Diabaly, les premiers échos reçus en évoquent des dizaines ainsi que des prisonniers. Aucune information n’est diffusée quand au nombre de victimes civiles, utilisés comme boucliers humains comme à Gaza, ni de victimes dans l’armée malienne, ni de victimes dans l’armée française. Transparence quand tu nous tiens…

17:44 : le chef d’Ançar Eddine, Iyag Ag Aghaly aurait été repéré entre Gossi et Hombori. Si vous le croisez (photo ci-dessous), faites comme si vous ne le reconnaissez pas Wink iyad_ag_ghali_678259270

17:40 : Plusieurs milliers de civils touaregs ont fui Kidal par peur des vengeances des militaires maliens humiliés en 2012. Kidal est à 200 kilomètres de la frontière algérienne. « Kidal est à moitié vide, les gens ont peur », raconte au téléphone l’ancien maire-adjoint de la commune de 25 000 habitants. « Ils craignent des bombardements, mais aussi les risques de bavures des soldats maliens s’ils reprennent les territoires aux djihadistes». L’inquiétude est effectivement grande de voir des soldats maliens – humiliés lors de la conquête du nord, au début de 2012, par des mouvements touaregs et des groupes islamistes armés- se venger sur les populations locales.

17:30 : Les soldats maliens et français viennent de reprendre la ville de Diabaly, à 400 km au nord de Bamako, tombée lundi aux mains de combattants islamistes, selon une habitante de la ville, membre du conseil municipal et une source de sécurité régionale.

« Diabaly est libérée, les islamistes sont partis, les militaires français et maliens sont entrés dans la ville », a déclaré cette élue. Une source sécuritaire régionale a confirmé que Diabaly était désormais sous le contrôle des forces françaises et maliennes. Diabaly avait été prise lundi par des islamistes, apparemment dirigés par l’Algérien Abou Zeid, un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La localité a été bombardée à plusieurs reprises mardi par l’aviation française, mais les islamistes ne l’avaient pas pour autant totalement quittée et, selon divers témoignages, ils cherchaient à se fondre dans la population dont ils se servent comme bouclier. Depuis l’attaque des Français nous savons qu’ils ont rasé leurs barbes, rallongé leurs pantalons, ils se déguisent, tentent de se fondre dans la population, avait expliqué le capitaine malien Cheickné Konaté. Des combats rapprochés ont notamment opposé mercredi soldats français des forces spéciales et combattants islamistes à Diabaly, selon deux sources de sécurité.

 

16:31 : La ville de Konna a été libérée jeudi 17 janvier en fin de journée par les forces spéciales françaises et l’armée malienne, selon la chaîne nationale de télévision ORTM. Les combats les plus importants se sont déroulés à Ndégué, à 20 km de Konna. Nota : c’est la seconde fois que le Mali annonce que Konna a été libéré…

1st_150478100

16:30 : Konna : dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs combattants des groupes islamistes et terroristes, mis en déroute, ont été tués suite à une embuscade de l’armée malienne. D’importants matériels ont été également détruits.  »En déroute, les ennemis étaient affolés lorsque nos éléments faisaient l’assaut. Le bilan est appréciable en termes de pertes en vies humaines et matériels. », a indiqué un officier malien, et a précisé,  »Je ne suis pas en mesure de vous dire le nombre exact d’ennemis tués, mais ce qui est sûr, c’est que beaucoup d’entre eux ont trouvé la mort, tout comme d’importants matériels qui ont détruits ».

08:13 : Dessin humoristique. L’armée française apprend à distinguer entre les bons et les mauvais islamistes :

large

07:59 : Avec l’implication française, le Nigéria craint un retour de flamme de Boko Haram, le groupe islamiste qui a tué plus de 2800 personnes, dont beaucoup de chrétiens, pour imposer un strict respect de la charia.

07:36 : Youssef al-Qaradawi, le prédicateur qui diffuse sur al Jazeera la haine homophobe, antisémite et chrétienne, protégé du Qatar, interdit de se rendre en France en 2012, dénonce l’intervention française.

07:30 : Hier, Laurent Fabius a déclaré que « tous les Européens ont salué l’action de la France au Mali ». Mais aucun n’envoie de militaires en renfort.

07:30 : L’Union française des industries pétrolières (UFIP) envisage de rapatrier ses employés des zones à risque, notamment d’Algérie.

07:30 : Les écoles françaises de Niamey, Nouakchott et Bamako vont rester fermées toute la semaine.

07:26 : En photo. Près de cent soldats nigérians et togolais sont arrivés hier soir tard à Bamako :

-

07:20 : A Diabaly, les islamistes sont partout dans la ville« Apparemment les combats qui sont signalés ne sont pas à l’intérieur de Diabaly, mais aux alentours », selon Idriss Fall, l’envoyé spécial de la Voix de l’Amérique au Mali. Selon un journaliste local dans la zone de Niono, beaucoup de personnes ont quitté Diabaly hier jeudi 17. Ces gens se dirigeaient vers le Sud pour fuir les régions du Nord qui sont contrôlées par les militants. Les lignes téléphoniques à Diabaly ne fonctionnent plus. Les résidents lui auraient indiqué que les islamistes sont partout dans la ville.

07:20 : Malgré les informations d’hier, et selon le journaliste Idriss Fall de la Voix de l’Amérique, la ville de Konna serait toujours aux mains des insurgés islamistes« Jusqu’à présent l’armée n’a pas encore entièrement contrôle de Konna », dit Idriss Fall..

07:20 : Situation humanitaire au nord.« Pour l’instant, il y a encore de la nourriture dans les marchés, mais les choses empirent » a déclaré Zlatan Milisic, responsable du programme pour la faim au Mali depuis la capitale Bamako. “Il y a environ 1.8 million de gens qui vivent dans les régions affectées (par la guerre) et 1/3 d’entre eux vivent déjà dans l’insécurité alimentaire.” La prise de pouvoir par les rebelles islamistes il y a un an a installé un régime violent qui impose la peur et l’insécurité dans une région qui souffre déjà de la pauvreté la plus extrême et de malnutrition alors que les fonds mondiaux convergent vers les palestiniens qui ne souffrent ni de faim, ni de pauvreté extrême.

o-o-o-o-o-o-o

Jeudi 17 janvier 2013 :

23:15 : 200 hommes du 511ème régiment du Train d’Auxonne s’apprêtent à partir pour le Mali.

23:08 :  Abou al-Baraa (turban vert sur la photo), le chef du commando qui a pris en otages mercredi des centaines de personnes, dont des étrangers, sur un site gazier en Algérie, a été tué jeudi, a annoncé un porte-parole du groupe auteur du rapt à l’agence mauritanienne Nouakchott information.

1328530515515_924863348

22:59 : L’assaut donné jeudi par l’armée algérienne contre les preneurs d’otages du site gazier de Tiguentourine a pris fin en soirée, a annoncé l’agence de presse algérienne officielle APS. Aucun bilan n’est pour l’instant disponible.

22:57 : BFF TV annonce la présence d’un français, d’un malien et de plusieurs égyptiens parmi les preneurs d’otage à Ain Amenas.Une prise d’otages qui s’est soldée par au moins 35 morts d’otages et 15 morts d’islamistes.

22:55 : La ville de Konna a été libérée ce jeudi 17 janvier 2013 par les forces spéciales de l’armée française et malienne, selon l’ORTM.

22:39 : Une force additionnelle de 400 troupes françaises ont atterri ce soir à Bamako.

21:48 : A Bamako les forces de Police et de Gendarmerie semblent être plus présentes en ville depuis aujourd’hui selon les habitants.

21:20 : L’armée française passe à la vitesse supérieure et envoie du lourd, du très lourd même. Au total la présence devrait atteindre environs 3000 français en comptant les forces spéciales et autres services de renseignement.

Selon une source militaire haut placée, pas moins de 20 véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) seront rapidement déployés le théâtre malien. Soit un nombre supérieur à ceux engagés en Afghanistan (13 véhicules au plus fort des engagements). Le VBCI (8X8 de 30 tonnes) est le véhicule blindé le plus moderne de l’armée française, il déplace un groupe de combat (8 fantassins équipés Felin) en toute sécurité derrière un blindage imposant. Sa tourelle de 25 mm (plus mitrailleuse de 7.62) fait mouche à 2500 mètres de jour comme de nuit.

Autre déploiement prévu: le plus puissant calibre de l’artillerie française va lui aussi rallier le Mali. Une batterie de canons autopropulsés de 155 mm Caesar va partir pour rejoindre Bamako. Très mobile, cette pièce d’artillerie délivre de manière très précise une puissance de feu impressionnante jusqu’à 40 km.

Ce déploiement de moyens imposants signifie deux choses. D’une part, la résistance des terroristes est sans doute plus forte qu’attendue. Enfin, le message est clair : la France souhaite en découdre rapidement avec les djihadistes. Déjà plus de 1500 soldats ont été projetés en seulement 6 jours. Les deux GTIA français devraient ainsi être constitués assez rapidement. Au total la présence devrait atteindre environs 3000 français en comptant les forces spéciales et autres services de renseignement.

21:10 : Un chef d’entreprise français qui était « recherché » par les islamistes à Diabali, une localité de l’ouest du Mali que les djihadistes disputent à l’armée malienne appuyée par des troupes françaises, a affirmé jeudi s’être « échappé de justesse ». « Je me suis échappé de justesse. J’ai eu vraiment chaud. Je remercie Dieu, l’armée malienne et l’armée française », a déclaré Bernard Latraille.

21:01 : A Diabaly, commune du cercle de Niono à 375 km nord de Bamako, et assiégée depuis trois jours par les islamistes, toutes les lignes téléphoniques ont été coupées, et l’effectif des combattants Djihadiste grandit progressivement. De sources militaires maliennes, un important renfort militaire, humain et logistique aurait été apporté aux combattants de Diabaly et ce depuis KIdal au nord du Mali. Cette informations a été confirmée par deux autres sources militaires à Bamako. L’estimation du nombre de combattants présents à Diabaly et ses environs est à cette heure difficile, certaines informations recueillies en indiquent deux cent cinquante, d’autres plus de trois cent. Tout indique que le plan des islamistes consisterait à entrainer les forces de l’opération Serval dans un schéma de type guérilla avec son lot d’exactions civiles.

20:55 : trois islamistes armés auraient été arrêtés dans un taxi hier à Bamako après avoir été repérés par des habitants, ce qui laisse craindre une infiltration de rebelles depuis le sud.

Objectif de la prise d’otage : tuer les chrétiens et les infidèles

 

20:55 : Les combattants qui ont pris des centaines d’otages au site gazier algérien ont indiqué aux employés algériens qu’ils ne feront pas de mal aux musulmans, mais qu’ils tueront les otages occidentaux qu’ils appelaient des « chrétiens et des infidèles », selon un employé local qui a réussi à s’échapper. Selon lui, les combattants islamistes avaient une bonne connaissance de la topologie des lieux, et ils parlaient le langage des « islamistes radicaux ». « Les terroristes nous ont dit qu’ils ne feront aucun mal aux musulmans, et qu’ils étaient seulement intéressés par les chrétiens et les infidèles », a déclaré à Reuters Abdelkader, 53 ans, par téléphone depuis sa maison à In Amenas. « Nous allons les tuer » ont-ils dit. »

19:40 : La France aligne désormais 1700 militaires français au Mali. C’est donc désormais l’opex n°1 de l’armée française par les effectifs, devant l’Afghanistan (1500 personnels). Un gros porteur de l’escadron de transport 3/60 Esterel a encore projeté du personnel ce jour depuis Roissy, ce qui permet désormais de consolider l’action de forces terrestres.

19:30 : L’armée algérienne a donné l’assaut jeudi contre le site gazier dans le désert du Sahara où des centaines de personnes étaient retenues par un commando jihadiste, libérant quelque 600 Algériens selon l’agence de presse algérienne, mais faisant une cinquantaine de morts dont une majorité d’otages, selon un islamiste.

17:09 : Des combattants islamistes armés se trouvent à environ 80 km au nord de Markala, localité située près de Ségou, à 120 km au nord-est de Bamako. Screen Shot 2013-01-17 at 18.12.20

17:07 : L’amiral Edouard Guillaud précise que des hélicoptères et avions français ont, depuis vendredi et jusqu’à présent, effectué plus de 50 sorties contre les combattants islamistes qui tentent de marcher sur Bamako.

17:05 : Un détachement français est resté à  Niono pour bloquer une éventuelle avancée des rebelles. « Les forces françaises ont sécurisé Niono pour arrêter l’avance des islamistes vers Ségou, pendant que l’armée malienne sécurise la zone frontière avec la Mauritanie », selon une source proche de l’armée.

16:58 : Le Capitaine Sanogo, fomentateur de la dernière tentative de putsch, dans le collimateur de la CPI.

16:56 : Les rumeurs sur la collaboration entre la mosquée « Marquaz » de Banankabougou (à l’Ouest du Mali) et des islamistes du Nord se confirment : Abdel Krim dit «Kojak», un Lieutenant du mouvement Ansar Dine, tué lors des affrontements à  Konna fréquentait assidument cette mosquée.

16:33 : Parano à Bamako. Ceux qui ressemblent de près ou de loin à des islamistes sont immédiatement dénoncés aux autorités.

16:31 : en vidéo, à Bamako, un groupe d’hommes suspecté de fomenter un attentat terroriste a été arrêté par les gendarmes dans une mosquée. Les habitants crient : « Exécutez-les ! :

16:23 : Le CC-177 canadien « prêté » à la France s’est posé jeudi en sol malien avec un premier chargement de matériel militaire.

16:21 : pdf de la situation humanitaire : http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/map_FR_26.pdf

16:15 : Banamba, à 144 km de la capitale du Mali a été mis en état d’alerte mercredi. 100 soldats maliens ont été envoyés sur place après que des témoins ont signalé la présence de djihadistes dans les environs. Banamba est relié par une route secondaire à Diabaly, qui a été prise par des extrémistes islamistes. Un convoi de rebelles a quitté Diabaly pour se diriger vers Banamba. « Nous n’avons pas une garnison ici, nous n’avons pas de défense. Donc l’armée est venu de sécuriser la ville », at-il dit. « Mais, du lundi à aujourd’hui, aucun djihadistes sont entrés dans notre ville. »

16:05 : Selon les preneurs d’otages, 7 otages sont en vie: 3 belges, 2 américains, 1 japonais, 1 anglais.

16:04 : L’agence média officielle algérienne indique que 4 otages étrangers ont été libérés par l’armée algérienne.

16:02 : La fédération mondiale des oulémas musulmans condamne l’intervention française au Mali.

15:59 : Le ministre des Affaires étrangères belge, Didier Reynders, a confirmé que la Belgique va s’engager dans le conflit au Mali avec l’envoi de deux C-130, d’un hélicoptère et des militaires pour des missions de formation.

15:56 : La France prépare des renforts pour déloger les terroristes de Diabaly.

15:53 : Incohérence et incompétence de la politique étrangère française. Le Mujao qui combat la France reçoit des fonds du Croissant-Rouge qatari et des réseaux saoudiens, deux pays alliés de la France.

15:50 : Diabaly : les combats s’avèrent particulièrement difficiles en raison de la fusion des insurgés dans la population qu’ils terrorisent et dépouillent.

15:44 : Affrontement avec les islamistes à 20 km de Konna dans la nuit de mercredi à jeudi. Le capitaine Saliou Coulibaly indique que « six islamistes ont été tués et nous avons pu récupérer huit véhicules et en détruire d’autres ».

15:34 : Au moins 35 otages et 15 combattants ont été tués durant l’assault contre le site gazier algérien. Le groupe était transporté d’un point à un autre du complexe lorsque l’armée algérienne a ouvert le feu. Le chef des preneurs d’otage est également parmi les morts.

13:20 : La coalition principale d’opposition mauritanienne refuse toute participation à la guerre.

13:16 : Les 27 nations européennes acceptent d’envoyer 450 à 500 troupes non combattantes pour entrainer l’armée malienne.

12:26 : Selon Thierry Thuillier, directeur de l’information de France télévisions, « les journalistes français (sont) des cibles potentielles».

12:12 : point sur le 7ème jour de combat : à Diabali (ou Diabaly), les islamistes résistent aux troupes françaises :

La majorité des habitants de Diabaly est sur place, terrorisée. Selon les contacts sur place, il commence à y avoir pénurie de nourriture, et il est impossible de sortir pour chercher de l’eau, de crainte de se prendre une balle.

A leur arrivée à Diabaly, les terroristes avaient tué une dizaine d’habitants, selon plusieurs témoignages concordants, sans que les raisons soient connues.

Les combats au sol se déroulent et les séquences de tirs sont espacées. Les islamistes sont plus de 350, et ils ont reçu des renforts. Ils arrivent par le nord de la ville par petit groupes armés, se dissimulent dans les habitations, et prennent les populations en otage, voire en bouclier humain.

Selon un témoin, deux terroristes ont trouvé la mort sous une grenade française.

Des cadavres ont été vus à l’entrée de la ville, mais il n’est pas facile de dire s’il s’agit de combattants islamistes.

Au 2e jour de la bataille de Diabaly, rien n’est joué. L’armée française sur place est entrain progressivement de monter en nombre et a une puissance de feu supérieure. L’objectif est de repousser les islamistes vers le nord.

 

12:02 : Selon la télé algérienne, 15 otages étrangers, dont des français, ont réussi à s’échapper des mains des islamistes.

11:40 : Le nombre de forces militaires françaises au sol est maintenant de 1 400.

09:24 : Le Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi à son domicile de Bamako par des militaires sur ordre du capitaine Amadou Haya Sanogo, ancien chef des auteurs d’un coup d’Etat en mars,

08:48 : Sur le terrain, Paris est un peu embarrassé et n’arrive pas à sortir de «sa solitude», car l’implication des puissances étrangères et alliées stratégiques de la France se limite au minimum.

08:48 : L’Organisation de la conférence islamique (OCI) a apporté un soutien franc à l’intervention militaire, dans un brusque retournement de position. Elle avait appelé, lundi, à un «cessez-le-feu immédiat».

08:44 : le déploiement de 3500 hommes prévu par les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) peine à se mettre en place.

08:22 : Contrairement aux informations, la ville de Konna n’a pas été reprise aux islamistes. L’armée malienne y a été décimée.

08:20 : Selon un correspondant de la BBC, les français et leurs alliés doivent impérativement reprendre le contrôle de Konna et de Diabaly pour que leur opération militaire avance.

08:10 : Selon une source militaire mauritanienne, la frontière avec le Mali vient d’être fermée et déclarée zone militaire.

07:40 : De nombreux islamistes maliens ont été entraînés en Afghanistan, ce qui explique leurs qualités de combattants. Les Taliban condamnent l’intervention française.

07:23 : Ansar al-Dine : « La France lutte de toute ses forces avec son attirail médiatique, mais elle échouera lamentablement »

o-o-o-o-o-o-o

Mercredi 16 janvier 2013 :

21:48 : En photo, l’armée française en renfort pour sécuriser le pont stratégique de Markala, déjà gardé 24h/24 : imgres-1

21:40 : La Maison-Blanche a appelé le gouvernement malien à présenter une feuille de route politique en insistant sur un retour aux négociations avec les groupes maliens du nord du pays qui se dissocient du terrorisme.

21:37 : Un détachement français a sécurisé un pont stratégique qui passe sur le Niger près de la ville de Markala pour bloquer l’avancée des islamistes vers Bamako.

21:36 : Compte rendu de la situation à Diabaly à mi journée :

Ibrahim Komnotogo, un résidant de Diabaly, affirme que les islamistes ont bloqué les routes et empêchaient les civils de cette ville de 35 000 habitants de quitter Diabaly. Komnotogo craint que les islamistes se cachent dans les quartiers civils de Diabaly et se servent de la population comme bouclier humain. « Les djihadistes se sont séparés. Ils ne se déplacent pas en grands groupes. (…) Ils sortent dans les rues par groupe de quatre ou six et ils vivent dans les quartiers les plus densément peuplés », a-t-il dit, en précisant que les terroristes avaient pris les maisons de ceux qui ont fui la ville avant que la route ne soit bloquée. Les avions français ont bombardé le camp militaire de Diabaly, mais n’ont pas mené de frappes dans la ville même. Les résidants du quartier Bordeaux, situé à seulement 500 mètres du camp, ont évacué les lieux, explique M. Komnotogo. Ils ont trouvé refuge dans le quartier Berlin, à environ un kilomètre des installations militaires. Les djihadistes «empêchent la population de partir. Nous avons essayé de faire sortir nos employés, mais ils ne peuvent partir», a affirmé M. Komnotogo. «Ils ont garé des camionnettes dans les cours des maisons désertées. Ils portent la barbe et des boubous. Personne n’ose les approcher et tout le monde a peur.»

21:25 : Les islamistes auraient été ces deux derniers jours à la manœuvre pour faire de Diabaly une ville « piège », barricades et autres cachettes auraient été dissimulées un peu partout dans la ville.

21:23 : De sources sécuritaires maliennes, ordre est donné d’abattre le maximum d’islamistes et faire le moins de prisonniers possible.

21:20 : Plus de deux cent islamistes combattants seraient actuellement à Diabaly.

21:20 : Diabaly a été capturée par des islamistes commandés par l’algérien Abou Zeid, un des leaders d’al-Qaida au Maghreb islamique.

21:15 : En photo, comme à Gaza, les islamistes utilisent des boucliers humains : BAub782CIAE9EQX

21:15 : Des jihadistes tentent d’échapper à Diabaly pour passer dans les villages voisins (Niono).

21:13 : L’un des combattants qui a capturé les 41 otages a déclaré que son groupe vient du nord Mali : « nous appartenons à la brigade Khaled Abul Abbas dirigée par Mokhtar Belmokhtar », un islamiste spécialisé dans le kidnaping et le traffic d’armes au Sahara.

21:09 : « Le groupe terroriste, qui a attaqué la base de vie n’est entré ni du Mali, ni de Libye, ni d’un quelconque autre pays voisin », a indiqué Ould Kablia à la Télévision algérienne. Il s’agit d’un groupe d’une vingtaine de combattants « issus de la région », qui aurait agi sous les ordres et les instructions du terroriste Mokhtar Belmokhtar, a-t-il ajouté.

20:45 : Carte de l’exode des civils maliens : Exode des civils maliens

20:32 : 13 employés norvégiens figurent parmi les otages, selon le premier ministre Jens Stoltenberg. Le département d’état américain a déclaré que des citoyens américains sont également parmi les otages.

20:32 : « Les autorités algériennes ne répondront pas aux demandes des terroristes et ne négocieront pas », a déclaré le ministre de l’intérieur Daho Ould Kablia.

20:04 : Le groupe des « brigades masquées » a réclamé la fin des opérations militaires françaises au Mali en échange de la sauvegarde des otages.

19:12 : La cour pénale internationale a décidé de lancer une enquête sur de possibles crimes de guerre au Mali contre les islamistes qui ont capturé une partie du territoire.

19:12 : Le président Tchadien Idriss Deby a déclaré qu’il va envoyé un contingent armé pour lutter contre al Qaida en renfort de la France.

19:08 : Les combattants responsables de l’attaque du site gazier et de la prise d’otage meurtrière sont cernés par les forces de sécurité. Ils ont prévenu que toute tentative de libérer les otages aurait une « fin tragique ».

19:08 : Les travailleurs algériens qui étaient parmi les otages ont été relâchés.

17h40 : Al-Qaida a revendiqué la prise d’otages sur le site gazier algérien. Il y a 41 otages étrangers, dont 7 américains, des français, des anglais et des japonais.

17:31 : Sanda Ould Boumana, porte parole du groupe islamiste Ansar al-Dine, a confirmé à al Jazeera que les combats au sol ont commencé dans la ville de Diabaly. Les affrontements, toujours selon Boumana, ont lieu à deux km du centre ville, dans une zone peu habitée. Diab_680 16:12 : François Hollande demande une aide financière ou par l’apport d’avions à à l’UAE pour l’opération au Mali.

12:55 : Une tentative d’infiltration terroriste en Algérie depuis la Libye a été déjouée, 3 combattants ont été abattus, 2 autres prisonniers. Plus d’infos ici.

12:51 : Les jihadistes ont coupé les télécommunications dans la ville de Gao (nord du Mali) afin d’éviter que les habitants ne donnent des informations aux militaires.

12:40 : un français et deux britanniques ont été tués par des islamistes lors d’une prise d’otage dans le sud algérien toujours en cours : plus d’info ici.

12:38 : Le Drian : « On ne peut pas accepter qu’un État djihadiste se crée au cœur même de l’Afrique de l’Ouest ». (Mais on peut encourager un état islamiste à se créer à coté d’Israël ?) Les juifs se souviendront du double standard.

12:37 : les islamistes ont pour l’instant plus de 200 véhicules et plus de 1200 combattants. Ils sont très armé, bien commandés et déterminés.

12h37 : aucune des troupes promises en renfort par les états voisins n’est arrivée, la France est en première ligne et non en renfort comme prévu.

11:40 : Amiral Edouard Guillaud : « les groupes islamistes ont un historique qui consiste à utiliser des cibles humaines » (tiens…pas de comparaison avec Gaza dans les médias)

11:34 : Cette nuit, 40 véhicules blindés ont transportés des soldats stationnés en Côte d’Ivoire. Faisaient partie du convoi le ERC-90, un six roues motrices équipé d’un canon de 90mm.

11:04 : Hier, un énorme Antonov, deux Boeing C-17 et un C-160 ont apporté le ravitaillement à l’armée française.

11:06 : 800 hommes sont au front et se préparent pour frapper au sol les islamistes qui ont pris Diabaly.

o-o-o-o-o-o-o

Mardi 15 janvier :

16:45 : Confidence diplomatique : « ni la France ni la Grande Bretagne n’ont les moyens de financer la guerre au Mali. Il faut espérer qu’il n’y ait pas d’escalade. »

16:30 : Hollande: les troupes françaises quitteront le Mali après des élections régulières et la menace terroriste éloignée (il n’emploie plus le mot islamistes pour tenter de calmer les islamistes français)

16:05 : Inventaire de l’aide internationale à la guerre au Mali :

FRANCE

  • 200 troupes d’Epervier au Tchad dont certains légionnaires.
  • Une compagnie du régiment d’infanterie de marine basé à Auvours.
  • Des hélicoptères Gazelle de combat du 4e régiment d’hélicoptères des forces spéciales, armés de missiles HOT anti-chars et de canons de 20 mm. Le 4ème régiment, basé à Pau, dispose de 12 de ces hélicoptères.
  • 4 Mirage 2000D de combat, basés au Tchad, et soutenu par deux ravitailleurs C135. (La France dispose de 2 Mirage F1 CR de reconnaissance, 6 Mirage 2000D, 3 C135, 1 C130 Transall, 1 C160, basés au Tchad dans le cadre de l’opération Epervier.
  • 4 avions de combat Rafale déplacés dimanche depuis leur base de Saint-Dizier. Ils ont commencé les bombardements de dimanche.

UK

  • 2 avions C-17 pour transporter des troupes étrangères et de matériel militaire. 1 C-17 est actuellement en France et l’autre est actuellement à Brize Norton.
  • Pas de troupes, mais Mark Simmonds a déclaré que les britanniques pourraient former l’armée malienne.
  • La participation britannique au Mali est prévue pour durer une semaine.

USA : Des responsables américains ont indiqué qu’ils proposaient d’envoyer des drones au Mali. Le Ministre des affaires étrangères a déclaré que les Etats-Unis fournissent des services de communications, de l’intelligence et de l’aide au transports.


Allemagne :
les autorités ont exclu d’envoyer des troupes de combat, mais le ministre des Affaires étrangères Fabius a déclaré que l’Allemagne offrira un soutien logistique, médical et humanitaire.

UE : L’Union européenne accélère la préparation d’une mission de formation des troupes au Mali en Février ou début Mars. L’UE ne prévoit aucun rôle de combat.

Algérie : L’Algérie a fermé sa frontière de près de 1.000 kilomètres avec le Mali. L’Algérie soutient l’attaque française. Il a accordé les droits de survol aux jets français.

Belgique et Danemark : assistance logistique de transport.

BÉNIN: 300 soldats.

BURKINA FASO: 500 soldats au Mali et 500 pour contrôler la frontière nord.

TCHAD : envoi de troupes, mais aucun nombre précis.

MAURITANIE : le pays ne prendra pas part aux combats.

NIGER : 500 soldats.

NIGERIA: 600 soldats.

SÉNÉGAL : 500 soldats.

TOGO: 500 soldats.

15:40 : Le gouvernement allemand étudie l’option d’envoyer quatre avions de transport Transall en soutien à l’armée française.

15:15 : A Diabaly, plusieurs dizaines de civils ont été massacrés par les islamistes qui auraient, selon les témoins, incendié plusieurs maisons. Les islamistes descendent en direction de Segou. Des colonnes de Pick up, dont, dont nous ne réussirons à avoir une estimation de nombre, étaient visibles hier dans les environs de Diabaly.

15:12 : hier, l’armée française a repéré une route de ravitaillement en direction de la Mauritanie empruntée par les islamistes, et s’apprête à envoyer un renfort blindé avec des militaires au sol sur cet axe.

15:10 : malgré les bombardements français, les islamistes ont fait des avancées territoriales importantes en capturant la ville de Diabaly à 160 km de Bamako. Les rebelles ont déclaré que la France « a ouvert les portes de l’enfer », dans leurs menaces de représailles. « La France … est tombée dans un piège bien plus dangereux qu’en Iraq, Afghanistan ou Somalie, » a déclaré Omar Ould Hamaha, un des leaders du Jihad islamique en Afrique de l’Ouest.

15:05 : l’ambassade de Bamako vient de donner l’ordre d’évacuer les 60 français qui vivent dans la région de Segou, selon un citoyen français qui a demandé à garder l’anonymat de peur pour sa sécurité. Des groupes islamistes se dirigent vers Segou qui est à deux heures de route de Diabaly capturé hier par les islamistes.

Française évacuée de Segou

Française évacuée de Segou

 

14:55 : Des islamistes venus de la région mauritanienne de Néma (sud ouest) ont traversé entre ce samedi et ce dimanche soir la frontière pour attaquer le cercle de Niono dans la région de Segou.

imgres-1

Islamistes à Segou

14:45 : lors de la Rencontre Africaine de Défense des Droits de l’Homme (RADDH) Alioune Tine, son président indique que la totalité des 37 tonnes d’armes disparues de la Libye après la chute du régime de Khadafi sont entre les mains des islamistes. «On estime les combattants islamistes à 900 selon certaines sources, d’autres parlent de 1200 à 1500. Ils ont hérité de toutes les armes de la Libye. Ces 37 tonnes d’armement héritées de Khadafi sont composées, entre autres, de mitrailleuses, des voitures blindées et même des missiles solaires», explique M. Tine.

14:40 : Le ministre des affaires étrangères tunisien déclare que la Tunisie est opposée à une solution non africaine sur le continent : « nous sommes hostiles à une intervention étrangère »

14:31 : Leon Panetta, secrétaire de la défense américain : il n’y aura pas de troupes américaines au Mali, les français sont en mesure d’arriver à sécuriser la région.

14:20 : photo : Soumaila Bagayoko, président du comité militaire de la CEDEAO, lors d’une conférence de presse à Bamako. La mission est de « libérer » le nord du Mali. BlogImage

14:15 : Le conseil de l’ONU aux réfugiés déclare que depuis le début du conflit, 144,500 maliens ont fui le Mali — 54,100 en Mauritanie, 50,000 au Niger, 38,800 au Burkina Faso et 1,500 en Algerie.

14:10 : l’Italie exprime son soutien à l’intervention militaire française pour éviter que le Mali devienne une base terroriste de l’islam.

14:10 : Les forces françaises bombardent le nord. Lundi, les islamistes ont pris Jabali, mais les français l’ont bombardé toute la nuit.

14:07 : Les combattants semblent se rapprocher de Bamako. Un porte parole des islamistes a déclaré que « la retraite n’est pas une option », et les français sont « comme des abeilles autour d’un pot de miel ».

13:57 : Pour reprendre le nord du Mali, l’armée a une fenêtre jusqu’à juillet, avant la saison des pluies, sinon elle devra attendre l’automne.

13:55 : Le très puissant lobby islamique OCI (Organisation de la coopération islamique), dont le Mali est membre, demande un cessez-le-feu.

13:47 : Un premier contingent des 900 soldats promis par le Nigeria pour le Mali arrivera dans les prochaines 24 heures. Le Nigeria avait initialement promis d’envoyer 300 hommes.

11:31 :

  • Les islamistes ont pris la ville de Diabaly à 375 km au nord de la capitale Malienne, et elle est toujours à cette heure sous contrôle islamiste.
  • Les terroristes n’ont par ailleurs pas progressé depuis leur victoire sur l’armée malienne d’hier, qui a été contrainte à se replier en direction de Ségou.
  • La nuit de lundi à mardi n’a pas connu de gros raids aériens français sur les positions des islamistes. Seulement quelques frappes ont été enregistrées dans la région de Diabaly au centre et de Tombouctou au nord.
  • Les islamistes ont déserté leurs positions des cités maliennes du nord telle Gao.
  • Selon les témoignages à Gao, les pertes ont été importantes coté combattants. Des Pick up explosés, des djihadistes tués, des positions anti aérienne et anti chars détruites, des hangars de dépôt d’armes et de carburant atteints.
  • Les extrémistes musulmans ont abandonné leurs positions « visibles » et, pour les survivants, ont disparu dans la nature.
  • Des sources sécuritaires maliennes indiquent que les islamistes ont replié en direction des deux pays frontaliers, l’Algérie et la Mauritanie.
  • L’Algérie, suspectée au même titre que la Mauritanie de base arrière logistique islamiste, a annoncé sa volonté de fermeture de ses positions frontalières avec le Mali.

 

11:31 : L’heure est pour l’armée française à la réorganisation compte tenu des renforts fraichement acheminés à Bamako. Une trentaine de blindés venus de la force Licorne à Abidjan, compte désormais 750 soldats.

11:31 : Au total, la force française devrait compter 2 500 hommes selon un communiqué des autorités.

11:31 : La censure des opérations au Mali est totale. Aucune image pertinente n’est diffusée. La page Facebook de l’armée fait pitié, comparée par exemple à la quantité d’informations que l’armée israélienne a transmis lors de l’opératon pilier de défense. A son cinquième jour, l’opération « Serval » n’est pas ou peu couverte par les médias, qui, pour l’opération israélienne, vomissaient leurs plus belle désinformation. J’arrive, avec peine, à trouver le compte rendu des opérations militaires djihadistes et des bombardements de l’armée française, mais à un rythme dont la fréquence me laisse croire qu’on peut tuer « du noir » sans émouvoir le monde diplomatique et médiatique. Pas une seule ligne sur les meurtres de civils, à part sur ce fil. Pas une ligne sur l’efficacité (ou l’inefficacité) du commandement militaire français.

11:20 : Le discours de François Hollande sur le Mali et la Somalie a été nettoyé du mot islamiste. Il parle d’adversaires, de terroristes, alors que les combattants se revendiquent explicitement de l’islam dans tous leurs messages.

o-o-o-o-o-o-o

 

Lundi 14 janvier 2013 : 

Suite des informations du 13 janvier (les informations ne sont pas toutes très fluides et arrivent avec beaucoup de retard) :

  • Le Sénégal et le Bénin ont promis d’envoyer des troupes en renfort des contingents français.
  • Le Tchad n’a pas exclu l’envoi de troupes.
  • Le général nigérian Shehu Abdulkadir, qui coordonne la Misma, est à Bamako pour préparer l’arrivée des troupes africaines.
  • Quatre bataillons nigérien, nigérian, togolais et burkinabè sont en alerte, soit au total 2 000 hommes.
  • Des militaires français sont arrivés à Bamako pour sécuriser les ressortissants français dans la capitale.
  • Une dizaine de gendarmes du GIGN sont également présents pour renforcer la sécurité de l’ambassadeur et des locaux diplomatiques français à Bamako.
  • Les informations en provenance de Gao, la grande ville du nord-est du Mali, sont unanimes : de nombreuses bases jihadistes ont été détruites par des frappes aériennes françaises dimanche 13 janvier et les combattants du Mujao ont évacués la ville. Les principales cibles des raids étaient les dépôts de munitions et d’armes aux abords de Gao mais aussi le camp militaire des islamistes situé tout près de l’aéroport.
  • Niamey a été choisi comme tête de pont pour l’armée de l’Air française, d’où peuvent décoller et atterrir les hélicoptères. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur confirme que la situation au Mali « peut inciter des individus ou groupes à commettre des attentats, aussi bien en France qu’à l’étranger ». Par individu, il faut entendre « islamistes français au profil de Mohammed Merah » (profil discret, sans appartenance visible à des groupuscules islamistes, petits voyous de banlieue, dealers de drogue), cellules d’al Qaida dormantes réparties un peu partout en France, et français ayant suivi un entrainement dans les camps combattants au Pakistan.
  • Abou Dardar, l’un des responsables du Mujao (organisation islamiste) dans le nord du Mali, dont les positions sont bombardées par les forces françaises a annoncé qu’ils vont « frapper le coeur de la France ». « La France a attaqué l’islam. Nous allons frapper le coeur de la France », a déclaré Abou Dardar.
  • L’armée française a pour la première fois bombardé des positions islamistes dans le nord du pays, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes. Quatre avions de combat Rafale ont notamment détruit des camps d’entraînement et des dépôts logistiques près de Gao (environ 1 200 km au nord de Bamako). Il « y a eu une dizaine de frappes, dans Gao et près de Gao », selon un habitant sur place. « Toutes les bases des islamistes ont été détruites ». « Les Français ont fait du bon travail. Presque tous les islamistes ont fui Gao. Ceux qui sont encore là sont cachés dans les maisons et attendent la tombée de la nuit pour fuir », a assuré un élu de la ville. Plus de 60 djihadistes ont été tués dimanche dans la seule ville de Gao.
  • À Tombouctou, où les jihadistes ont mené ces derniers mois lapidations et amputations, un enseignant a fait état d’un « début de panique » parmi les familles des islamistes partis au combat, assurant que « beaucoup essayent de partir dans le désert ».
  • Les avions français ont aussi frappé à Aghabo, à 50 km de Kidal, dans l’extrême nord-est du pays, selon une source de sécurité régionale. Aghabo est une base importante du groupe islamiste Ansar Eddine.
  • Un camp de combattants jihadistes a été visé à Léré, près de la Mauritanie, et des cibles ont été atteintes près de Douentza (800 km au nord de Bamako).
  • L’Algérie a donné son autorisation pour un « survol sans limite » de son territoire par les avions français.
  • Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée au Mali doit se réunir lundi 14 janvier à la demande de la France.

 

o-o-o-o-o-o-o

Dimanche 13 janvier 2013

16:58 : Un haut responsable russe a déclaré que « toute opération en Afrique peut et doit se faire exclusivement sous l’égide de l’Onu et de l’Union africaine ».

16:52 : Mark Simmonds, ministre de Grande Bretagne pour l’Afrique, a déclaré : « Nous pourrions, au travers d’un mécanisme européen, fournir un entrainement et du soutien à l’armée malienne pour leur donner la force de ramener l’intégrité dans leur pays. C’est absolument essentiel, comme l’une de nos obligations de membre permanent du Conseil de sécurité, que nous apportions de l’assistance quand elle nous est demandée »

16:48 : « Aucun combat, il n’y a plus d’islamistes, ni même de soldats maliens dans les rues de Konna » selon un habitant, joint au téléphone. « La sous-préfecture, où étaient basés les islamistes, a été détruite par les bombardements, les bâtiments voisins aussi », témoigne-t-il, en ajoutant qu’ « il y a des débris de motos et de pick-ups ». Aucun cadavre dans les rues, ni de soldats maliens, ni de jihadistes. Les islamistes seraient venus samedi soir avec un camion benne, pour récupérer du matériel, des hommes ou, plus vraisemblablement, les dépouilles de leurs combattants.

16:44 : Après la prise d’otages, le consulat algérien à Gao était devenu un QG du Mujao.

16:40 : Un camp de combattants jihadistes a été visé à Léré, à quelque 150 km au nord de Konna, et proche de la Mauritanie, selon des témoins. Des frappes ont aussi atteint des cibles sous contrôle des islamistes, non loin de Douentza (800 km au nord de Bamako) et de Nampala (nord-ouest), selon une source de sécurité régionale.

16:14 : Vidéo, message enregistré par Denis Allex destiné à François Hollande (archive) :

16:36 : (Nouakchott)-Abou Khaïthama, un des leaders du MUJAO, a accusé l’armée malienne d’avoir massacré 40 personnes appartenant à la communauté peule du Mali. Il a précisé, dans un entretien téléphonique à Alakhbar, ce dimanche 13 janvier, que l’armée malienne mène des représailles contre la Peules qu’elle accuse d’avoir collaboré avec les groupes islamistes qui occupent le nord du Mali. Il a par ailleurs annoncé que le MUJAO et la Katibat El Moulathamoune (la phalange des enturbannés) sont sur le point d’envoyer des renforts à Konna pour appuyer les forces de Anar Dine qui fait face l’armée malienne soutenue par la France et des pays de l’Afrique de l’ouest.

16:12 : « Ce qui nous a surpris, c’est la modernité de l’équipement des islamistes, et comment ils ont été entraînés à s’en servir » a déclaré un officiel de l’Elysée à l’AFP. « Au début, nous pensions que c’était juste un groupe de types au volant de 4×4, mais en réalité, ils sont très entraînés, très équipés, et très armés ». Le porte parole a confessé qu’ils ont « mis la main » sur la plupart des armements après le conflit libyen.

16:09 : La France a concentré ses bombardements sur trois zones : Konna, Douentza et Lere. Douentza, où les forces islamistes semblent être concentrées, a été attaqué samedi pendant la nuit. _65251437_mali_douentza_january_2012

15:52 : Les islamistes du Mali ont reconnu aujourd’hui avec subi d’importantes pertes dans la bataille contre les militaires et les troupes françaises. « C’est une guerre sainte. Les morts sont normales », a déclaré Sanda Ould Boumama, un des porte-parole du groupe terroriste Ansar Dine (à ne pas confondre avec en sardine), affilié à al Qaida. « Nos combattants sont prêts à mourir pour notre cause », a-t-il déclaré à CNN. L’un des lieutenant de l’organisation, , Iyad Ag Ghaly, a été tué durant le combat dans la ville de Konna. Who is Ansar Dine? Insurgents took the town on Thursday but retreated Friday after a combined air and ground assault. « The war has only started, » said Boumama. « We expect more casualties. »

15:50 : L’envoi de troupes allemandes n’est pas à l’ordre du jour. Le ministre allemand des Affaires étrangères exclut l’envoi de troupes allemandes pour combattre les islamistes au Mali et appelle à une solution politique pour mettre fin à la violence.

15:45 : Nouveau conseil de défense à l’Elysée. François Hollande réuni un nouveau conseil de défense à l’Elysée. Jean-Marc Ayrault, Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères), Manuel Valls (Intérieur), le chef d’état-major des armées, Edouard Guillaud, le secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale, Francis Delon, ainsi que le directeur général de la DGSE, Erard Corbin de Mangoux, participent à la réunion.

15:44 : L’armée française continue ses frappes aériennes contre les groupes islamistes qui sont « bien équipés, bien armés et bien entraînés », selon des autorités françaises. Les raids aériens franco-maliens se poursuivent tout le long de la frontière avec la Mauritanie pour casser la dorsale d`AQMI. Les islamistes résistent car ils sont dotés « d’un matériel moderne, sophistiqué », a reconnu dimanche à l’Elysée, l’entourage du chef de l’Etat français.

15:40 : Le Burkina Faso, le Niger et le Senegal ont promis d’envoyer 500 soldats qui pourraient arriver dimanche en fin de journée.

15:35 : la base militaire de karako et le poste de douane à Gao ont été bombardés. Le poste de douane était le refuge d’Ansar shariah (mujao).

15:20 : Forte explosion entendue à Goa par les habitants tandis que l’aviation française bombarde la région.

14:28 : Le Togo va envoyer environ 500 soldats au Mali

14:15 : photo : « ce que je ferais aux soldat français et à ceux qui nous attaquent »:

BAb_3XOCcAA1-V8

 

11:47 : en vidéo, nuit du 11 au 12 janvier 2013, retour de mission des Mirage 2000D :

11:24 : Les Etats Unis vont assister la France avec du ravitaillement des avions en vol, et leurs services de renseignement.

11:14 : Les avions français ont accompli des raids sur une base aérienne qu’Ançar Edin utlisait dans la ville de Léré à 70 km de la Mauritanie.

11:12 : La Grande-Bretagne envoie 2 avions militaires de transport pour assister l’intervention française

11:05 : Un haut responsable du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l’Islam), Abdel Krim dit Kojak, a été tué au cours des combats. imgres

11:02 : Des raids aériens de l’aviation française sont en cours au Mali

09:40 : selon le maire de Konna, Sory Diakite, ce serait au moins 11 civils qui ont été tués et 60 blessés lors des affrontements à Konna. Médias silencieux = médias racistes ?

09:36 : en vidéo, reportage de C dans l’air : « En attendant la guerre » : voir surtout l’armée malienne à partir de 2:55…

09:30 : Dominique De Villepin, ex premier ministre, dans le JDD : « au Mali, aucune des conditions de la réussite n’est réunie »

09:07 : En vidéo : retour de mission des Mirage 2000D :

02h24 : Bamako annonce onze morts et environ 60 blessés dans les rangs de l’armée malienne.

24heuresMali

 

 

o-o-o-o-o-o-o

 

Samedi 12 janvier 2013 :

  • 23h55 : David Cameron propose à François Hollande une assistance logistique. Le Premier ministre britannique a appelé le président français dans la soirée pour l’assurer de son soutien dans l’opération militaire visant à stopper l’avancée des islamistes. « Le Royaume-Uni fournira une assistance militaire logistique pour aider à transporter rapidement vers le Mali des troupes étrangères et des équipements », précise le communiqué de Downing Street.
  • 23h30 : Selon l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, dix civils dont trois enfants sont morts dans les combats à Konna. Les enfants se seraient noyés en tentant de traverser le fleuve Niger pour se mettre à l’abri des hostilités.
  • 23h10 : Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, annonce le renforcement immédiat du plan Vigipirate pour les transports publics, les rassemblements de personnes et les bâtiments recevant du public par craintes de représailles des islamistes français.
  • 21h50 : A la mi-journée, les jihadistes affirmaient ne pas avoir complètement déserté Konna, comme l’indique Senda Ould Bouamama, porte-parole d’Ansar Dine :
  • « On va combattre jusqu’au bout… Vous allez quitter le Mali et l’Afrique de la même manière que vous avez quitté l’Afghanistan! » a-t-il déclaré à RFI.
  • 22h00 : Des militaires français partis de Côte d’Ivoire et du Tchad sont arrivés à Bamako.
  • 21h30 : Le point complet de la situation en soirée avec notre correspondant à Bamako : A Konna les combats sont terminés. Cependant, les civils restés sur place ont toujours peur et veulent aller vers le sud, mais ils craignent de prendre la route et d’être pris pour des jihadistes.
  • 20h50 : « Un coup d’arrêt a été porté à nos adversaires » au Mali, a déclaré François Hollande. « La France n’a pas d’autre but que la lutte contre le terrorisme », a-t-il précisé.
  • 20h30 : Le président François Hollande ordonne le renforcement des mesures antiterroristes en France.
  • 19 h : Un nouveau conseil de Défense sera réuni à l’Elysée, dimanche 3 janvier à 15h, par le président François Hollande.
  • 18h45 : Quelques dizaines de manifestants musulmans se sont rassemblés devant l’ambassade de France à Londres pour protester contre l’intervention militaire française au Mali.
  • 18h25 : José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne a salué samedi à Marseille « la courageuse action des troupes françaises » au Mali et en Somalie, après avoir exprimé ses « sincères condoléances » pour les victimes.
  • 18h20 : Le Niger annonce l’envoi d’un bataillon de 500 soldats pour participer à la force de la Mission internationale de soutien (Misma) au Mali.
  • 18h15 : Selon le ministre ivoirien de l’intégration africaine, Ally Coulibaly, « les premiers soldats de la force ouest-africaine pourraient arriver dès dimanche » au Mali.
  • 18h00 : Alger exprime son soutien « sans équivoque » aux autorités maliennes. « Il faut noter que c’est en toute souveraineté que le Mali a demandé l’aide de puissances amies pour renforcer ses capacités nationales de lutte contre le terrorisme » a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères, Amar Belani.
  • 16h25 : Le Burkina va envoyer un bataillon de 500 hommes au Mali.
  • 15h50 : Le président François Hollande reçoit José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, pour évoquer la position de l’Europe sur le Mali.
  • 15h : Les islamistes n’ont pas complètement déserté Konna. Certaines poches de jihadistes résistent encore dans le sud de la ville.

 

Vendredi 11 janvier 2013

20:40 : François Hollande meurtrier ! lors de la manifestation devant l’ambassade de France à Londres : article-0-16E5076D000005DC-401_634x597

20:40 : en photo, appel au jihad à la charia lors de la manifestation islamiste contre la France devant l’ambassade de France à Londres : article-0-16E50669000005DC-287_634x415

20:40 : en photo, la ville de Konna durant les attaques aériennes françaises : Onlookers run from a fire in Ngolonina market in the Malian capital Bamako Carte du Mali : 1500_477825918929805_449745687_n

20:27 : Sanda Abou Mohamed, un des porte parole de l’organisation terroriste Ansar Dine a déclaré que : « les terroristes français ont bombardé Konna. Les hôpitaux sont remplis de blessés. Les femmes, des enfants, des vieillards sont les principales victimes. Il est impossible de dire combien ont été tués. Parmi les nombreux tués, il n’y a que cinq de nos combattants, le reste sont d’innocents civils ».

20:13 : le bilan des frappes aériennes françaises sur Konna est de 148 morts, dont plusieurs dizaines de soldats du gouvernement en uniforme, les terroristes islamistes ne portant pas de vêtements militaires. Près de 30 véhicules transportant des combattants islamistes ont été bombardées.

19:46 : En photo, le 11 janvier 2013. adresse du colonel Paul Geze, chef de corps du 21ème RIMa à ses marsouins avant leur déploiement : 736580_477936948918702_1884479205_o

19:46 : En photo, arrivée de la compagnie du groupement terre sur l’aéroport de Bamako : 272925_477937485585315_1182112241_o 19:46 : Vidéo : armement des Mirage 2000D et briefing des pilotes :

19:46 : « Le premier objectif militaire est d’arrêter la progression » des colonnes jihadistes, « Et nous avons commencé à le faire », a souligné l’amiral Edouard Guillaud, « ils ont dégagé de plusieurs dizaines de kilomètres ». Des frappes aériennes ont été conduites vendredi et samedi pour bloquer l’avance des colonnes de pick-up armés des islamistes, a-t-il indiqué. Les avions de combat – Mirage 2000 et Mirage F1 – basés à N’Djamena ont dans un premier temps été engagés. Le dispositif français au Tchad est renforcé et les Rafale, qui peuvent intervenir depuis la métropole, sont « en alerte ». imgres

19:35 : vidéo : mise en place de 3 Mirage 2000D au Tchad :

17:40 : la 27eme brigade de montagne est en alerte Guepard pour l’Afrique.

16:50 : Des renforts islamistes du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’oues) affluent vers Konna, selon Sahara Media, tandis que les forces maliennes aidées des soldats français éliminent les dernières poches islamistes à Konna.

renforts islamistes

renforts islamistes

16:44 : le 2e Régiment d’infanterie de marine basé à Champagné mobilisé avec pour mission de renforcer le dispositif.

16:37 : L’intervention militaire de la France contre les islamistes au Mali aura des « conséquences » pour les ressortissants français à travers le monde musulman, a déclaré samedi un porte-parole du groupe rebelle Ansar Dine. « Il y a des conséquences, non seulement pour les otages français, mais aussi pour tous les ressortissants français où qu’ils se trouvent dans le monde musulman », a déclaré Sanda Ould Boumama à Reuters. « Nous allons continuer à résister et à nous défendre. Nous sommes prêts à mourir au combat. ». La question qui se pose est la suivante : est-ce que la menace inclut les zones musulmanes des banlieues françaises.

16:31 : Etat d’alerte maximale en Mauritanie. L’armée renforce sa présence à la frontière avec le Mali.

16:23 : François Hollande réunit le conseil de défense à l’Élysée sur la situation au Mali. Participent les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères), Manuel Valls (Intérieur), le chef d’état-major des armées Édouard Guillaud et le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale Francis Delon ainsi que le directeur général de la DGSE Érard Corbin de Mangoux.

16:18 : le Burkina va envoyer un bataillon de 500 soldats au Mali.

16:13 : Information non confirmée. Ould Hamaha de l’organisation terroriste Ansar Dine : « Nous avons abatu deux hélicoptères « Gazelle » français ».

15:39, selon opex360.com, les troupes engagées au Mali sont :

  • des éléments de la Brigade des Forces spéciales Terre (BFST) engagés dans la nuit du 10 au 11 janvier dans la région de Mopti, plus précisément vers Sévaré, où est situé l’aéroport.
  • Les Gazelle du 4ème Régiment d’Hélicoptères des Forces Spéciales (RHFS) de Pau sont entrés en action au cours de la journée du 11 janvier, à 16 heures.
  • Un sous-groupement de 200 militaires déployés au Tchad dans le cadre du dispositif Epervier a été projeté à Bamako par avions C-130 Hercules et C-160 Transall. Il s’agit de marsouins du 21ème Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) de Fréjus, en l’occurrence la compagnie d’éclairage et d’investigation, et de légionnaires d’un peleton appartenant au 1er Régiment Etranger de Cavalerie d’Orange. Ces hommes ont récemment mené une mission de reconnaissance dans le désert tchadien avant Noël dernier.

 

Comme l’a annoncé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, les effectifs français à Bamako doivent être renforcés ce 12 janvier. Devant prendre l’alerte Guépard à compter du 15 janvier, c’est le 2ème RIMa d’Auvours qui y enverra une compagnie.

15:33 : Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a déclaré que “la France agit à la demande du gouvernement malien. La France agit sur la base du (droit international).

15:16 : Le chef de la diplomatie britannique, William Hague, a déclaré “soutenir la décision française d’apporter une assistance au gouvernement malien face aux rebelles.” A Londres, l’on prend soin de préciser qu’il s’agit seulement d’un “soutien politique”. “Il n’y a pas de soutien militaire, ni de demande de soutien militaire, ni de projet d’appui militaire, ni d’appui matériel de la part du Royaume-Uni”

14:58 : Pour mémoire, depuis qu’ils ont pris le contrôle de Tombouctou, les islamistes ont détruit 7 des 16 mausolées listés comme patrimoine de l’humanité.

14:58 : Un officiel Malien a déclaré que les islamistes ont été chassés de Konna, mais que la ville, capturée par les combattants cette semaine, n’est pas encore sous contrôle gouvernemental. « Nous passons la ville au peigne fin pour chercher des éléments extrémistes islamistes cachés » a déclaré le Lt. Col. Diarran Kone. « Il est trop tôt pour dire si la ville est sécurisée, car nous ne la contrôlons pas encore, et nous restons très vigilants »

14:57 : Sanda Abou Mohamed, porte-parole du groupe islamiste Ansar Dine, a déclaré à Associated Press qu’il ne peut pas confirmer si ses forces sont encore dans Konna. « Je ne peux pas vous dire si nos militants sont toujours dans la ville de Konna ou pas car je n’ai eu aucun contact avec eux depuis hier après du fait que les réseaux téléphoniques sont coupés dans la zone ».

14:55 : Les frappes aériennes de la nuit ont repoussé les rebelles islamistes et détruit un de leurs centres de commande.

14:22 : Les responsables de la Communauté économique des pays d’Afrique de l’Ouest ECOWAS ou CEDEAO, ont approuvé le début de l’intervention validée par l’ONU contre les islamistes au Mali.

14:19 : L’état-major de l’armée sénégalaise dément l’existence sur le sol malien de ses soldats dans le cadre de l’intervention militaire menée depuis vendredi par Bamako, avec l’aide de la France. Le colonel Adama Diop, de la direction de la Communication de l’armée sénégalaise a déclaré à la RTS (télévision d’Etat) qu’il n’y a aucun soldat sénégalais au Mali. Une source malienne avait indiqué auparavant que des soldats français, sénégalais et nigérians ont pris part à la contre-offensive menée par l’armée malienne pour tenter de reprendre la ville de Konna aux combattants d’Ançar Edine qui s’en sont emparée jeudi dernier.

Armée sénégalaise

Armée sénégalaise

14:11 : Un commerçant de Konna confirme que l’armée est entrée dans la ville, qui avait été capturée vendredi 10 janvier par des militants associés à al Qaida. » Selon ses déclarations, ils contrôlent le nord du Mali.

14:02 : BAMAKO – L’armée malienne, qui a pris le contrôle de la ville de Konna (centre) après de violents affrontements avec les islamistes, a fait une centaine de morts dans le camp de ses adversaires, a affirmé samedi à l’AFP le lieutenant Ousmane Fané, de l’état-major de la région des combats. « Nous avons fait des dizaines de morts, même une centaine de morts parmi les islamistes à Konna. Nous contrôlons la ville. Totalement la ville », a déclaré le lieutenant Fané, joint à l’état-major de Mopti, région dans laquelle est située Konna.

Bamako samedi matin

Bamako samedi matin

13:14 : Des combattants islamistes Maliens ont prévenu la France, hier soir dans un communiqué, qu’elle va « payer le prix » de son opération militaire pour regagner la partie nord désertique du pays.

menace islamiste contre la France

menace islamiste contre la France

13h05 : Jean-Luc Melenchon ne s’associe pas à cette « union sacrée ». Dans un communiqué, il déclare que « l’intérêt d’une intervention militaire extérieure pour régler le problème posé au nord du Mali est discutable. En décider alors que les intérêts fondamentaux de la France ne sont pas en cause, selon le chef de l’État lui-même et alors que les troupes africaines sont engagées, est discutable ».

13h05 : Le député écologiste Noël Mamère a déclaré être « étonné que le président de la République reproduise les mêmes méthodes que son prédécesseur en ne saisissant le Parlement qu’une fois les opérations lancées ».

13h05 : hier soir, le journal l’Humanité s’est contenté de donner l’information en bref avec une tournure bienveillante : « François Hollande a officialisé ce vendredi en fin d’après-midi le soutien militaire de la France à l’armée malienne pour contrer l’avancée vers le Sud des rebelles islamistes ».

13h05 : plus tôt ce matin, Marine Lepen a affirmé le soutien du Front national : « L’intervention française au Mali décidée ce jour (vendredi) par le président de la République doit être soutenue (…) Elle est légitime ».

13h05 : Alain Juppé juge l’intervention de la France au Mali « justifiée ».

13:02 : Le soldat français qui a perdu la vie est le lieutenant Damien Boiteux, du 4e régiment d’hélicoptères de combat (RHC) de Pau. Il a été évacué de la structure médicale la plus proche avant de succomber à ses blessures. Selon la Défense, il a été tué par un tir d’arme légère d’un combattant islamiste alors qu’il se trouvait dans un hélicoptère Gazelle. RIP.

12:30 : Le Drian a déclaré que la France souhaite arrêter l’offensive islamiste, qui sans cela installerait « un état terroriste à la porte de la France et de l’Europe ». Où l’on voit que la France n’a aucun état d’âme à mener une offensive contre la formation d’un état terroriste à sa porte, tout en n’ayant pas le moindre objectif à soutenir l’implantation d’un état terroriste à la porte du pays juif…

12:30 : L’offensive aérienne, ce samedi matin, est en cours contre les forces islamistes, et des troupes de plusieurs centaines de soldats ont été envoyées pour protéger la capitale Bamako.

12:05 : 4 avions Dassault M2000D, 2 tankers Boeing C135, 2 hélicoptères Gazelle, 1 Dassault Atlantique 2 (ATL 2) ont été engagés dans l’opération Serval. L’offensive aérienne, ce samedi matin, est en cours contre les forces islamistes, tandis que des troupes de plusieurs centaines de soldats ont été envoyées pour protéger la capitale Bamako. Hier dans l’après midi, les ressortissants français ont été priés de quitter le pays immédiatement.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info