FLASH
[25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  |  Manchester : les renseignements anglais pensent que l’attentat a été décidé par une cellule terroriste européenne qui vise surtout l’Allemagne et la Grande Bretagne  |  Manchester : la bombe était très sophistiquée, avec des explosifs à réaction ultra rapide  |  Manchester : l’anti-terrorisme découvre un réseau terroriste derrière l’attentat  |  Salman Abedi « voulait se venger » des bombardements US en Syrie, d’après sa sœur (se venger sur des fillettes ?)  |  Manchester : massive opération anti-terroriste en cours, artificiers anti-bombe sur place  |  [24/05/2017] La filière du terroriste de Manchester Salman Abeidi a permis de remonter jusqu’à un important recruteur d’ISIS  |  Coup de feu au café des belges, rue Lafayette : saisie d’une dépêche ancienne – nous nous excusons  |  Non confirmé : alerte à la bombe dans une école de Strasbourg et à Paris près de la gare du Nord  |  Paris : coup de feu au café des belges, rue Lafayette bloquée  |  Un terroriste musulman s’est fait exploser dans un autobus en ville à Jakarta Bilan 4 morts et plusieurs dizaines de blessés  |  Lille, France : 2 musulmanes arrêtées par le raid avant de commettre un attentat  |  Trump a obtenu de l’OTAN qu’elle se joigne à la coalition anti-ISIS  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 1 février 2013

jean-paul-II-attentat

Michel Garroté, réd en chef – Mehmet Ali Agca, auteur de l’attentat raté contre Jean-Paul II, révèle (ou radote ?) dans un livre que son donneur d’ordre aurait été l’Iran et plus concrètement l’ayatollah Khomeiny, qui aurait dit à Ali Agca (réfugié paraît-il en Iran après s’être évadé d’une prison turque) ceci : « C’est la volonté d’Allah, mon cher Ali. Vous ne devez pas douter. Je vais vous dire. Dieu vous appelle à cette grande tâche. Ne doutez jamais, avoir la foi, tuer pour lui, l’Antéchrist va tuer, tuer sans pitié Jean-Paul II, puis suicidez-vous afin que la tentation de la trahison ne noie pas votre geste. Cette mort va ouvrir une fois pour toutes le chemin du retour de l’Imam Mahdi sur terre. Cette effusion de sang sera le prélude à la victoire de l’Islam dans le monde entier. Votre martyre sera récompensé par le paradis, avec la gloire éternelle dans le royaume de Dieu », dixit Khomeiny.

Mais au Vatican, on déclare aussitôt que cela serait faux. Ce vendredi, le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, dans un communiqué sur le site Internet site de Radio-Vatican, écrit que l’affirmation du Turc Mehmet Ali Agca, auteur de la tentative d’assassinat de Jean Paul II en mai 1981, selon lequel l’ayatollah Khomeiny en aurait été l’instigateur, serait un nouveau mensonge. Dans un style sarcastique, le père Federico Lombardi écrit notamment qu’il s’agit là d’une nouvelle vérité ou mieux des nouveaux mensonges d’Agca, connu pour ses contradictions à répétition et sa santé mentale défaillante…

Dans un livre récit à la première personne, publié aux éditions italiennes Chiarelettere et traduit par les éditions françaises L’Archipel, Ali Agca raconte être arrivé, paraît-il, en Iran, après s’être échappé (Midnight Express Le Retour) d’une prison turque. Le Guide suprême de la révolution iranienne, l’ayatollah Khomeiny, lui aurait intimé l’ordre, en turc, de tuer le pape, vicaire de Satan en ce monde et guide des infidèles. L’ancien extrémiste apporte ainsi une énième thèse. Une thèse en contradiction notamment avec le fait que la révolution chiite de Khomeiny était souvent perçue avec hostilité ou méfiance dans le monde sunnite, majoritaire en Turquie.

Dans sa prétendue confession sur l’attentat contre le pape, Ali Agca affirme rapporter des phrases entières de l’entretien qu’il avait eu avec Jean Paul II venu lui accorder son pardon dans la cellule de la prison romaine de Rebibbia, le 27 décembre 1983. Selon son propre récit, Agca aurait alors confié à Jean-Paul II que les Iraniens étaient les commanditaires. Le père Lombardi dément ce point essentiel, après avoir interrogé le cardinal Stanislaw Dziwisz, ancien secrétaire particulier de Jean-Paul II, qui se trouvait présent dans la pièce où avait eu lieu l’entretien avec Agca. Dziwisz nie catégoriquement qu’Agca et Jean-Paul II aient parlé de commanditaires iraniens et de l’ayatollah Khomeiny.

Le père Lombardi dément également qu’on ait agité au Vatican l’hypothèse d’une piste islamiste, la piste de l’Est communiste ayant toujours été la plus plausible. Ali Agca avait lui-même soutenu que le KGB et des diplomates bulgares étaient à l’origine de l’attentat raté. Le père Lombardi relève que l’éditeur italien Chiarelettere attend certainement de ce livre un autre coup à succès après « Sa Sainteté », le bestseller de Gianluigi Nuzzi, publié en 2012 sur la base de « documents secrets » de « Vatileaks ». La prétendue vérité d’Agca est racontée avec un savoir-faire évident, à l’aide d’un ghost-writer expert qui a conservé l’anonymat, note le Père Lombardi, sans douter pour autant qu’Agca ait bien été à l’origine de ces nouvelles pseudo-confessions. What’s next ?

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz