FLASH
[25/04/2017] Trump (jour de l’holocauste) : « Israël est le monument éternel de la force immortelle du peuple juif »  |  Jean-Lin Lacapelle: « Je suis membre de la commission Sécurité de la Région IDF et je vous affirme que 12500 individus sont fichés S pour islamisme »  |  Israël : un colon arabe a tenté de poignarder des soldats en Samarie juive illégalement occupée par les arabes palestiniens  |  Espagne, Barcelone : opération anti-jihad. 8 musulmans interpellés, dont 4 en lien avec les attentats de Bruxelles  |  Explosion près de la synagogue de Metz : une opération de déminage sur une voiture suspecte  |  La Chine interdit de donner un nom musulman aux nouveaux nés de la province à majorité musulmane de Xinjiang  |  Elle fait tout pour rester le punching ball politique : Marine Le Pen contre l’abattage rituel en France  |  Israël : Netanyahu annule sa réunion avec le ministre des Affaires étrangères allemand, qui a rencontré des ONG antisionistes radicales  |  Caterpillar en hausse de 6% aujourd’hui: conseil, investissez dans toutes les entreprises boycottées par BDS  |  Henri Guaino : “Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron”  |  Ivan Rioufol: « Prouesse technique : Hollande votera pour son hologramme Macron »  |  Espagne, Barcelone : sur informations des renseignements belges, la police arrête 12 jihadistes musulmans  |  Israël a frappé une position militaire syrienne près de Quneitra  |  [24/04/2017] Marine Le Pen se met « en congé » de la présidence du Front national  |  Résultats en voix : Macron 8 657 326, Le Pen 7 679 493, Fillon 7 213 797, Mélenchon 7 060 885, Hamon 2 291 565  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 1 février 2013

jean-paul-II-attentat

Michel Garroté, réd en chef – Mehmet Ali Agca, auteur de l’attentat raté contre Jean-Paul II, révèle (ou radote ?) dans un livre que son donneur d’ordre aurait été l’Iran et plus concrètement l’ayatollah Khomeiny, qui aurait dit à Ali Agca (réfugié paraît-il en Iran après s’être évadé d’une prison turque) ceci : « C’est la volonté d’Allah, mon cher Ali. Vous ne devez pas douter. Je vais vous dire. Dieu vous appelle à cette grande tâche. Ne doutez jamais, avoir la foi, tuer pour lui, l’Antéchrist va tuer, tuer sans pitié Jean-Paul II, puis suicidez-vous afin que la tentation de la trahison ne noie pas votre geste. Cette mort va ouvrir une fois pour toutes le chemin du retour de l’Imam Mahdi sur terre. Cette effusion de sang sera le prélude à la victoire de l’Islam dans le monde entier. Votre martyre sera récompensé par le paradis, avec la gloire éternelle dans le royaume de Dieu », dixit Khomeiny.

Mais au Vatican, on déclare aussitôt que cela serait faux. Ce vendredi, le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, dans un communiqué sur le site Internet site de Radio-Vatican, écrit que l’affirmation du Turc Mehmet Ali Agca, auteur de la tentative d’assassinat de Jean Paul II en mai 1981, selon lequel l’ayatollah Khomeiny en aurait été l’instigateur, serait un nouveau mensonge. Dans un style sarcastique, le père Federico Lombardi écrit notamment qu’il s’agit là d’une nouvelle vérité ou mieux des nouveaux mensonges d’Agca, connu pour ses contradictions à répétition et sa santé mentale défaillante…

Dans un livre récit à la première personne, publié aux éditions italiennes Chiarelettere et traduit par les éditions françaises L’Archipel, Ali Agca raconte être arrivé, paraît-il, en Iran, après s’être échappé (Midnight Express Le Retour) d’une prison turque. Le Guide suprême de la révolution iranienne, l’ayatollah Khomeiny, lui aurait intimé l’ordre, en turc, de tuer le pape, vicaire de Satan en ce monde et guide des infidèles. L’ancien extrémiste apporte ainsi une énième thèse. Une thèse en contradiction notamment avec le fait que la révolution chiite de Khomeiny était souvent perçue avec hostilité ou méfiance dans le monde sunnite, majoritaire en Turquie.

Dans sa prétendue confession sur l’attentat contre le pape, Ali Agca affirme rapporter des phrases entières de l’entretien qu’il avait eu avec Jean Paul II venu lui accorder son pardon dans la cellule de la prison romaine de Rebibbia, le 27 décembre 1983. Selon son propre récit, Agca aurait alors confié à Jean-Paul II que les Iraniens étaient les commanditaires. Le père Lombardi dément ce point essentiel, après avoir interrogé le cardinal Stanislaw Dziwisz, ancien secrétaire particulier de Jean-Paul II, qui se trouvait présent dans la pièce où avait eu lieu l’entretien avec Agca. Dziwisz nie catégoriquement qu’Agca et Jean-Paul II aient parlé de commanditaires iraniens et de l’ayatollah Khomeiny.

Le père Lombardi dément également qu’on ait agité au Vatican l’hypothèse d’une piste islamiste, la piste de l’Est communiste ayant toujours été la plus plausible. Ali Agca avait lui-même soutenu que le KGB et des diplomates bulgares étaient à l’origine de l’attentat raté. Le père Lombardi relève que l’éditeur italien Chiarelettere attend certainement de ce livre un autre coup à succès après « Sa Sainteté », le bestseller de Gianluigi Nuzzi, publié en 2012 sur la base de « documents secrets » de « Vatileaks ». La prétendue vérité d’Agca est racontée avec un savoir-faire évident, à l’aide d’un ghost-writer expert qui a conservé l’anonymat, note le Père Lombardi, sans douter pour autant qu’Agca ait bien été à l’origine de ces nouvelles pseudo-confessions. What’s next ?

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz