FLASH
Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 5 février 2013

imgres

– En mai dernier, Malick Camara, un journaliste malien écrivait (1) : « Organisation non gouvernementales (ONG) au Mali : Les nids de magouille », et évoquait ces dirigeants d’ONG qui détournent les fonds destinés aux nécessiteux et qui sont « trop bien payés, sont dotés de grosses voitures et, passent la plupart de leur temps à se balader de site en site, histoire de suivre les « réalisations ».« 

Il ajoutait : « Et certains, pour masquer leurs détournements, font tout pour que le délai imparti pour la fin des activités ne soit pas respecté. Cela, dans l’espoir de bénéficier d’un rallongement de budget de la part des bailleurs de fonds, lesquels font malheureusement plus confiance aux ONG qu’à nos gouvernants. »

– En novembre 2011, Le Bureau du Vérificateur Général (BVG), le Fonds Mondial, la Banque Mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) suspendaient le financement du Haut conseil national malien de lutte contre le SIDA (HCNL/SIDA).

– C’est la respectable UNICEF, cette organisation onusienne ayant pour principale mission d’assurer la survie et la protection des enfants dans le monde, qui maintenant est accusée par Malijet (2) d’être « devenue un nid pour la magouille et le népotisme ».

Selon le média malien, elle ne fonctionne plus sur la base des accords établis entre elle et l’Etat Malien :

Malijet: « L’UNICEF doit définir son programme de coopération et ses objectifs principaux en accord avec le gouvernement du Mali. La mise en œuvre de tout programme doit se faire sous le leadership du gouvernement. Hélas, depuis Février 2012, date de départ de l’ex-représentant de l’organisation onusienne, elle fonctionne comme une entité totalement indépendante. »

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’UNICEF travaille selon un cycle qui dure cinq ans, et le dernier cycle aurait dû prendre fin au mois de Décembre 2012. Mais, vu le contexte de crise que traverse le Mali, il a été décidé au siège de l’organisation à New York, de prolonger la durée de ce dernier mandat pour un an supplémentaire. Cela, pour une meilleure coordination des différentes opérations menées sur le terrain.

Ainsi, depuis Janvier 2013, l’UNICEF opère au Mali sur la seule base de cette décision, explique Malijet, qui accuse :

« En principe, l’UNICEF appuie le développement du pays à travers le renforcement des capacités nationales, surtout en période de crise ou d’urgence. C’est l’inverse, qui semble s’être produit. L’organisation a choisi d’affaiblir les structures gouvernementales au profit des différentes ONG humanitaires internationales qui sont arrivées à Bamako après la chute des grandes villes du nord. »

Malijet :

« Certaines d’entre elles (ONG), comme attirées par la situation humanitaire précaire qui s’aggrave, ont signé des contrats avec l’organisation onusienne (UNICEF) avant même l’octroi d’accréditation par l’Etat malien. C’est le cas, par exemple, de l’ONG IRC où travaille une célèbre (à l’UNICEF) dame qui a reçu la bagatelle de 3 millions de Dollars (soit 1 milliard 500 millions) pour travailler dans le nord et à Koulikoro pour une durée de seulement huit mois.

La même ONG a été chargée de réparer le système d’adduction d’eau de Ménaka pour une enveloppe de 35 millions de F CFA. Mais, à part quelques litres de gasoil remis à la population, la pompe et le système d’eau de Ménaka ne fonctionnent toujours pas.

A croire que cette manœuvre était destinée uniquement à enrichir l’association.

Une autre ONG, Solidarité Internationale, installée dans la foulée de la crise a reçu 1900000 de Dollars, pour combattre le Choléra à Gao. Des exemples du genre sont nombreuses et démontrent à suffisance les grosses sommes d’argent dilapidées.

Le comble est que toutes ces interventions ont été menées sans aucune implication du gouvernement malien. Pas même du ministère chargé de la coordination de l’action humanitaire ou encore du ministère des Affaires Etrangères.

A cela s’ajoute, le fait que toutes les ONG focalisent leurs efforts dans les villes du nord. C’est un paradoxe, d’autant plus que seulement 15 % de la population malienne y vivent pendant que des centaines de milliers ont trouvé refuge dans les villes du sud.

Par ailleurs, depuis le début de la crise malienne, le personnel du bureau est passé de 73 à 140 et près de 30 sont en cours de recrutement. Sans compter ces « touristes humanitaires » qui viennent juste pour deux à trois mois, officiellement pour des appuis supplémentaires. Mais, en réalité l’objectif est de trouver du boulot pour les parents et amis et gaspiller les ressources mobilisées pour les enfants maliens en détresse.

Certes, le Mali a besoin de l’assistance des ONG et des partenaires pour pouvoir faire face à la crise, mais, le gouvernement doit leur imposer le respect de nos principes. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

(1) http://www.maliweb.net/news/politique/corruption/2012/05/29/article,69553.html

(2) http://www.malijet.com/actualite-politique-au-mali/flash-info/63757-unicef-mali-une-gestion-catastrophique.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz