FLASH
[25/07/2017] Préoccupation des Américains: la loi sur la Santé (35%), emploi terrorisme, immigration. De quoi parlent les médias ? Du dossier russe!  |  Le cabinet de sécurité israélien a voté le retrait des détecteurs de métaux, remplacés par des « caméras intelligentes »  |  [24/07/2017] Pourquoi les féministes ne fêtent la nomination de @SarahHuckabee porte-parole de Trump? Obama n’a jamais mis de femme à ce poste  |  Mont du Temple: Israël proposé une alternative aux détecteurs de métaux: des caméras avec logiciel de reconnaissance faciale de terroristes  |  Pakistan : attentat musulman sur un marché de Lahore, au moins 26 morts et 53 blessés  |  Suède : 4 violeurs sont recherchés à Östersund – tous sont des migrants – aucune ONG ne se sent concernée  |  Suisse, Schaffhausen: attaque à la tronçonneuse, 5 blessés, une partie de la ville est bouclée, police et ambulances sur place  |  Paris : Un policier ouvre le feu sur une voiture qui lui fonçait dessus, tôt ce matin, dans le 19e arr. de la ville lumière  |  France : 84 milliards, c’est le coût budgétaire de l’immigration selon le rapport Posokhow  |  Les pays d’Afrique de l’Ouest veulent limiter à trois le nombre d’enfants par femme  |  Turquie : une autre synagogue a été attaquée après le départ de la police, l’hypocrite Erdogan condamne l’attaque  |  Suisse : plusieurs blessés par un homme armé d’une scie électrique à Schaffhausen – opération en cours  |  Jordanie : le garde de sécurité israélien victime de l’attentat terroriste empêché de retourner en Israël par les autorités  |  Israël ferme son ambassade en Turquie en raison de la menace terroriste islamiste  |  Grande-Bretagne : 2 musulmans accusés de crime « d’honneur » – une pratique barbare de l’islam  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 19 février 2013

étatisme-1

Centaines de milliers de textes réglementaires et millions de fonctionnaires

Michel Garroté, réd en chef –- Je continue de penser que ni Pétain, ni De Gaulle, ni leurs successeurs, n’étaient réellement, sérieusement, concrètement, des défenseurs de l’économie libre de marché. Et je continue de penser que Pétain, De Gaulle et leurs successeurs avaient – et ont encore – une vision étatiste de l’économie.

Certes, il y a, en France, un débat sur la différence entre l’étatisme et le libéralisme. Mais ce débat aboutit toujours à condamner l’économie libre de marché et à augmenter les dépenses de l’Etat. Le débat tourne en rond et le vainqueur c’est l’Etat. Quelques chiffres récents en témoignent.

L’action – et l’inaction – des élus locaux, rien que des élus locaux, sont conditionnées par 400’000 textes réglementaires. Des textes réglementaires qui s’appliquent notamment – on se demande bien pourquoi – aux entreprises travaillant avec les collectivités locales. Ces textes réglementaires ne font que croître (il y a au moins cette croissance-là en France par ailleurs décroissante).

Le classement 2012-2013 du World Economic Forum place la France au 126e rang sur 144 pays en matière de complexité administrative. Concrètement, cela signifie qu’en termes d’économie libre de marché, la France côtoie les Républiques bananières à économie dirigiste corrompue.

Dominique Maillard, président du directoire de RTE, la filiale d’EDF responsable du réseau de transport de l’électricité, constate qu’il faut six ans et demi ans en moyenne de procédures en France avant de pouvoir débuter la construction d’une ligne à haute tension ; contre trois ans en Autriche et deux ans et demi au Danemark.

Le salaire moyen des fonctionnaires (non pas des députés, mais bien des fonctionnaires) de l’Assemblée nationale est de 7’800 euros mensuels. Les plus hauts salaires se montent à 17’500 euros par mois, et, même, 20’000 euros par mois. Pour des fonctionnaires.

On me dit que tout récemment, Marine Le Pen – qui en la matière se prétend différente de « l’UMPS » – était interviewée par des journalistes. Elle a déclaré : « Nous n’avons jamais été pour des privatisations massives, c’est n’importe quoi. Nous sommes pour un Etat stratège ».

Le Front National est étatiste depuis 1992, et, encore plus étatiste, depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti. Dans les années 1980, Jean-Marie Le Pen se déclarait – ouvertement – proche de Ronald Reagan, en clair, favorable à une économie libre de marché affranchie de la tutelle exorbitante de l’Etat.

Opposé à l’Etat pléthorique et impuissant, Jean-Marie Le Pen, dans les années 1980, proposait la fin des monopoles de La Poste et d’EDF, un préalable à d’éventuelles privatisations. Dès 1992, le Front National devint étatiste, notamment en raison des innombrables ex-communistes devenus membres du FN.

Puis, en 2007, le programme du Front National pour la présidentielle soutint à nouveau les privatisations, avec distribution de 60% des actions des entreprises publiques devenues privées, aux familles françaises et aux contribuables.

Mais dès son arrivée à la présidence du Front National en 2011, Marine Le Pen a redonné au parti une vision économique étatiste et protectionniste.

Et pendant la campagne présidentielle de 2012, Marine Le Pen a dénoncé la logique de « privatisation et de libéralisation engagée depuis une vingtaine d’années » et elle a ainsi condamné, en bloc – sans aucune maîtrise de l’économie réelle – les délocalisations, les marchés financiers et la mondialisation ; une vision dogmatique proche de celles du Parti socialiste et des partis d’extrême-gauche.

Quant à la gérontocratie de l’UMP, elle est co-responsable de la situation économique actuelle, y compris co-responsable des chiffres mentionnés plus haut. Le candidat Sarkozy, celui de 2007, avait donné la fausse impression qu’il mettrait fin au gigantesque – et ruineux – appareil de l’Etat.

Mais comme il en était lui-même un produit typique, et ce, depuis plus de trente ans, Sarkozy ne changea rien – une fois élu – à ce qui avait urgemment besoin d’être, enfin, changé.

Et l’ambiance – piteuse et pitoyable – qui règne actuellement au sein de l’UMP, cette ambiance demeure à des années-lumière des préoccupations réelles de Français, qui eux, ne demandent qu’une chose : moins d’impôts ; moins de charges ; moins de taxes.

Avec des centaines de milliers de textes réglementaires et des millions de fonctionnaires, la Cinquième République n’est pas disposée à changer ses habitudes dynastiques. Et le plus surprenant, c’est qu’il n’y ait toujours pas de Français par millions dans les rues pour exiger moins d’Etat.

Reproduction autorisée

Avec mention www.dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz