FLASH
NIgeria : Boko Haram attaque un village apparemment chrétien : 15 morts  |  Merkel s’incline devant Trump : elle demande un compromis sur les échanges commerciaux et les dépenses militaires  |  Autriche #Vienne : un migrant musulman qui préparait un attentat à la bombe arrêté il y a 2 heures  |  Donald Trump vient de devenir le 45e président – et il rappelle déjà ses promesses  |  Au moment de l’investiture de Donald Trump, la bourse progresse encore : les petits retraités retrouvent des couleurs !  |  #Melbourne: selon des témoins, le conducteur au nom grec a bien crié Allahu Akbar en fonçant sur la foule  |  La gauche fasciste tente d’empêcher les Américains de se rendre à l’inauguration de Trump  |  Australie #Melbourne : Un homme lance sa voiture sur la foule : 3 morts, 27 blessés  |  Gambie : le département d’Etat américain demande à ses ressortissants de quitter le pays – risque de conflit armé  |  Trump entend faire de son discours inaugural sa vision philosophique pour l’Amérique  |  Benjamin Netanyahu fait l’objet d’une enquête de la police dans au moins 4 dossiers  |  Marwan Abu Ras (Hamas) : « les juifs recrutent des prostituées et des filles qui ont le SIDA pour attraper les Arabes »  |  Trump : je n’ai pas oublié ma promesse de déplacer l’ambassade à Jérusalem, je suis quelqu’un qui tient promesse  |  Mali : al Qaïda revendique l’attentat qui a fait 47 morts  |  Mali : l’attentat contre le camp du MOC atteint maintenant 77 morts…  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 3 mars 2013

Abdelghani Hadef, le commerçant de Mantes-la-Jolie (Yvelines) suspecté d’appel au djihad, a été expulsé ce vendredi en début confirme le ministère de l’Intérieur en France. L’homme avait été interpellé jeudi matin dans le quartier du Val-Fourré par les policiers avant d’être transféré vers le centre de rétention de Vincennes (Val-de-Marne). Il en a été extrait vendredi à 12h30.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

«Je me suis présentée sur place et on m’a répondu qu’il y avait un problème et que mon frère n’était plus dans les lieux, indique sa sœur. On a refusé de me dire où il est parti.» Son avocate, Me Nawel Gafsia, a appris un peu plus tard que son client se trouvait à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Il pourrait embarquer dans les prochaines heures vers l’Algérie, son pays d’origine. «Son avis d’expulsion ne lui a jamais été notifié. Personne ne me tient au courant. Je n’ai jamais vu ça», s’énerve l’avocate.

Son client demandait depuis 2006 le regroupement familial pour son épouse et son jeune fils «très malade», né en 2009, qui vivent en Algérie, ce qu’il a fini par obtenir en octobre 2012 après avoir engagé plusieurs procédures devant la justice. Mais la famille n’était pas arrivée en France, selon l’avocate.

«Il n’a jamais fait l’apologie du terrorisme», insiste son avocate

Depuis plusieurs années, l’homme était suivi par les services des Renseignements généraux puis de la direction centrale du renseignement intérieur qui le suspecte d’être un chef de réseau djihadiste. Les services de l’Etat s’appuient sur « «un blanc» de la DCRI, une note confidentielle. Mais selon son avocate, Abdelghani Hadef aurait pourtant «un casier vierge». Il n’aurait jamais fait l’objet d’une enquête judiciaire. «Il est traité comme un terroriste notoire alors qu’il n’a jamais prêché pour le jihad ou fait l’apologie du terrorisme», insiste son avocate.

Le 10 février, le ministère de l’Economie et des Finances avait pris un arrêté pour geler les avoirs d’Abdelghani Hadef, commerçant suspecté de promouvoir « le jihad armé contre la France » et d’inviter à « commettre des actions violentes et des meurtres à l’encontre de personnes ». Il était depuis théoriquement expulsable.

Ces mesures contre Abdelghani Hadef font suite à une note de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Abdelghani Hadef y est décrit comme un proche de groupes terroristes qui animerait depuis plusieurs années des réunions avec « un petit groupe d’islamistes radicaux » pour préparer des attentats. La note se conclut de cette façon : « Son éloignement du territoire français [mettrait fin] à la menace que constitue sa présence sur notre sol ».

La préfecture des Yvelines ne souhaite pas s’exprimer sur ce dossier. Sollicité à de nombreuses reprises, le ministère de l’intérieur n’a jamais répondu à nos demandes d’information.

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/mantes-la-jolie-le-commercant-suspecte-de-terrorisme-a-ete-arrete-28-02-2013-2605921.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz