FLASH
Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 mars 2013

url

Les Frères musulmans d’Egypte ont vivement critiqué une résolution de l’ONU sur la lutte contre la violence faite aux femmes, publie al Arabiya ce jeudi 14 mars, en affirmant qu’il est « trompeur », et qu’il « heurte les principes islamiques et les valeurs familiales. »

Nos lecteurs musulmans vont-il encore nous dire que l’islam, ce n’est pas ça, ou resteront-ils cachés dans les bois ?

Le texte et les détails du document n’ont pas encore été publiés, mais il est attendu à l’issue d’une réunion de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme, à New York, cette semaine.

Les Frères musulmans, qui ont émergé comme la faction politique la plus puissante en Egypte depuis les soulèvements de 2011, affirment que le projet prône la liberté sexuelle pour les femmes et le droit à l’avortement, « sous couvert des droits à la sexualité et à la reproduction. »

Dans une déclaration violente, Pakinam el-Sharqawi, un collaborateur du président Mohammed Morsi, et parlant au nom des Frères musulmans, dénonce la partie du document qui prend la défense des droits des homosexuels – qui ne sont pas reconnus dans l’Islam – et l’égalité entre les enfants nés dans et hors mariage.

Et il ajoute que le sujet traitant de la violence est « trompeur » car « il contient des paragraphes qui entrent en conflit avec les principes islamiques et ses bases mentionnées dans le Coran et dans les traditions islamiques ».

« Il (le document de l’ONU) élimine les valeurs islamiques, et cherche à détruire la famille … ce qui conduirait à la désintégration sociale. » ajoute el-Sharqawi.

Les Frères musulmans ont appelé les autres nations musulmanes, des groupes de femmes et des organisations islamiques à rejeter le document de l’ONU. Ils l’ont qualifié « d’atteinte à la pensée, la culture et l’unicité des sociétés islamiques. »

De plus, ils ont exhorté les organisations de droits des femmes à ne pas se laisser « attirer par des appels bidons à se comporter de façon civilisée et par des processus trompeurs et destructeurs ».

Les instances religieuses de Libye ont également fait part de préoccupations similaires, rejetant le document pour violation des enseignements de l’islam.

En particulier, la Libye rejette l’égalité entre les hommes et les femmes en matière d’héritage, ce que la jurisprudence islamique n’accepte pas, et critique la partie sur les libertés sexuelles et les droits des enfants nés hors mariage.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La réunion de la Commission, qui a ouvert le 4 Mars, a mis l’accent sur la lutte contre la violence faite aux femmes. Les ministres et ambassadeurs ainsi que des représentants de la société civile de 193 Etats membres des Nations Unies sont présents.

La chef de l’agence des femmes de l’ONU, Michelle Bachelet, a déclaré qu’elle espérait que la réunion produirait un document qui deviendra un outil pour améliorer la lutte contre la violence faite aux femmes.

Les débats sont toujours en cours à New York, en particulier en matière de droit sur la reproduction et la sexualité, les droits des lesbiennes, des homosexuels, des bisexuels et des transsexuels.

Un Diplomate de l’ONU, parlant sous condition d’anonymat parce que les négociations sont privées, a déclaré que l’Egypte a proposé un amendement stipulant que chaque pays est souverain et peut mettre en œuvre le document conformément à ses propres lois et coutumes, une clause à laquelle l’Occident s’oppose fermement.

Un tel document était impossible il y a dix ans, lorsque la commission a abordé la question, parce que les gouvernements étaient incapables de parvenir à un accord. Les divergences sur l’éducation sexuelle, le droit des femmes à la santé, la reproduction, et les demandes d’exceptions pour les pratiques sexuelles, culturelles et religieuses avaient envoyés les négociations dans une impasse.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://english.alarabiya.net/Egypt-s-Muslim-Brotherhood-blasts-anticipated-U-N-women-s-document

phpwWxLPWAM-vi

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz