FLASH
Le Charles-de-Gaulle et 24 Rafale ont été mobilisés en vue d’une prise de Mossoul | Vienne : 1 individu d’origine turque fonce dans la foule en criant «Allah Akbar» | Silence Médias – La racaille déboule, scène de guerre civile à Saint-Etienne | France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaïa le 3 avril 2013

Trois jeunes femmes appartenant au mouvement féministe des Femen ont déployé le drapeau noir des salafistes barré de la « chahada », la profession de foi des musulmans, sur le parvis de la Grande Mosquée, située en plein centre de Paris.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Trois féministes du mouvement des Femen ont brûlé mercredi le drapeau salafiste devant la Grande Mosquée de Paris pour exprimer leur solidarité avec une militante tunisienne et dénoncer les atteintes aux droits des femmes dans les pays arabo-musulmans.

« Arab women against islamists »

Les trois jeunes femmes, deux Françaises et une Tunisienne, ont déployé le drapeau noir des salafistes barré de la « chahada », la profession de foi des musulmans, sur le parvis de la Grande Mosquée, située en plein centre de Paris. Elles l’ont ensuite enflammé, alors que des membres du service de sécurité de l’édifice tentaient de les chasser à coups de pied.

Solidarité avec la militante tunisienne Amina

Selon leur mode opératoire habituel, les trois Femen ont agi seins nus. « Arab women against islamists », « Freedom for women », « Fuck your morals », avaient-elles écrit sur leur torse. « Nous voulons dénoncer l’extrémisme religieux » musulman, a expliqué à la presse Inna Shevchenko, une des fondatrices ukrainiennes du mouvement, présente pendant l’événement qui n’a duré que quelques minutes.

« Mon corps m’appartient, il ne représente l’honneur de personne »

Pour la jeune femme, la Grande Mosquée de Paris a été prise pour cible car il s’agit d’un « lieu symbolique » de la religion musulmane. « Nous voulons aussi exprimer notre solidarité avec la militante tunisienne Amina que des salafistes ont appelé à lapider », a-t-elle ajouté. Une jeune fille, qui s’est identifiée sous le nom d’Amina Tyler, a fait scandale en Tunisie en publiant mi-mars sur internet des clichés d’elle la poitrine nue barrée des mots « mon corps m’appartient, il ne représente l’honneur de personne », ou encore « Fuck your morals ».

« Pourquoi se mettre nue comme ça? C’est choquant ! « 

En théorie, en agissant de la sorte, elle s’expose à des poursuites pour « atteinte aux bonnes moeurs », un délit passible de 6 mois de prison. « Pourquoi se mettre nue comme ça? C’est choquant! « , a réagi auprès de la presse une fidèle venue prier à la Grande Mosquée. « Pour parler du salafisme, il faut le connaître, et non pas montrer ses fesses », a dénoncé un autre fidèle, qui s’est présenté comme un « musulman pratiquant ».

Les Femen, un groupe de féministes ukrainiennes désormais installé à Paris et qui a fait des émules dans plusieurs pays du monde, est connu depuis 2010 pour ses actions « topless » pour dénoncer le sexisme, l’homophobie, la prostitution et la religion.

http://http://www.midilibre.fr/2013/04/03/des-femen-brulent-le-drapeau-salafiste-devant-la-grande-mosquee-de-paris,671712.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz