FLASH
[26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 3 avril 2013

images

Le magazine The Economist a toujours considéré que les émissions de dioxyde de carbone provenant de sources artificielles sont la principale cause du réchauffement climatique.

Dans un éditorial cette semaine, il semble beaucoup moins certain…

« Les prédictions de réchauffement n’ont pas donné les résultats prévus, mais le pourquoi est un peu flou », admet la revue.

Les émissions de gaz à effet de serre ont grimpé en flèche au cours des 15 dernières années, note The Economist, avec 100 milliards de tonnes de carbone ajoutés à l’atmosphère entre 2000 et 2010. Pourtant, les températures de l’air et du sol pendant cette période sont restées pratiquement inchangées.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Pire, note le magazine, les températures ont été dans la fourchette la plus basse retenue par les différents modèles alarmistes depuis 2005. Si elles continuent, elles vont même dans peu de temps tomber en dessous des prévisions.

«Le décalage entre l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et les températures qui n’augmentent pas est l’une des plus grandes énigmes de la science du climat, » The Economist dit.

The Economist avance plusieurs théories qui pourraient expliquer pourquoi les températures se sont stabilisées au lieu de remonter comme annoncé.

Parmi elles:

  • un décalage temporaire entre le dioxyde de carbone et la hausse des températures entre 2000 et 2010
  • la hausse des températures dans les années 1990 aurait pu être une anomalie
  • le climat répond à la hausse des niveaux de CO2 par des moyens que les scientifiques n’ont pas compris.

Si cette dernière hypothèse se confirme, note le rédacteur de l’article, «elle pourrait avoir une signification profonde à la fois pour les sciences du climat et pour la politique environnementale et sociale. » En d’autres termes, des actions moins drastiques doivent être prises pour réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Mais The Economist ne renonce pas à affirmer que le réchauffement climatique est une réalité, et il se raccroche à une branche… inattendue (!) : « Les températures océaniques profondes sont à la hausse, ce qui peut expliquer où les hausses de chaleur se produisent », indique le magazine.

Finalement, dans son long article, The Economist admet que les températures relevées donnent raison à ce que les sceptiques du réchauffement climatique ont longtemps maintenu: les variations naturelles du climat de la terre ont un plus grand rôle que les modèles scientifiques l’ont affirmé.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

http://www.newsmax.com/SciTech/Economist-Mismatch-Greenhouse-Gases/2013/03/30/id/497052?s=al&promo_code=12FBD-1#ixzz2PJumDJSB

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz