FLASH
Le Charles-de-Gaulle et 24 Rafale ont été mobilisés en vue d’une prise de Mossoul | Vienne : 1 individu d’origine turque fonce dans la foule en criant «Allah Akbar» | Silence Médias – La racaille déboule, scène de guerre civile à Saint-Etienne | France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaïa le 5 avril 2013

Expulsés vers la France cette semaine, les trois apprentis jihadistes français présumés qui avaient été arrêtés au Pakistan ont été placés en garde à vue ce jeudi. Les autorités pakistanaises les détenaient depuis dix mois dans le plus grand secret. Un quatrième homme est toujours en prison dans le pays, en attente d’être expulsé.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les trois hommes, âgés de 27, 29 et 30 ans, originaires de la région d’Orléans (Loiret) – certains en couple et pères de jeunes enfants – avaient été arrêtés par la police pakistanaise le 28 mai 2012 en compagnie d’un quatrième Français, Naamen Meziche. Ce dernier, âgé de 42 ans, se trouve toujours au Pakistan. Son expulsion est prévue mais «le calendrier et les modalités de cette libération ne sont pas encore définis», indique une source diplomatique française.

Naamen Meziche est considéré par les services secrets occidentaux et pakistanais comme un important cadre d’Al-Qaïda, potentiellement dangereux pour l’Occident. Selon les services français, il serait lié à la cellule de Hambourg (Allemagne) qui avait participé aux attentats du 11-Septembre et il naviguait «depuis plusieurs années dans la zone Pakistan-Afghanistan-Iran».

Leur parcours, entre la France et leur arrestation, reste très flou

Les trois jihadistes ont été placés en garde à vue ce jeudi après-midi après avoir été ramenés en France cette semaine. Le dernier d’entre eux est arrivé ce jeudi par avion. Quand ils ont quitté l’Hexagone en janvier 2012, certains avaient dit à leurs familles vouloir se rendre à la Mecque, la ville sainte, en Arabie Saoudite. Pourtant, les enquêteurs pakistanais soupçonnent Naamen Meziche d’être un «recruteur» : il serait venu chercher les trois hommes dans le nord-ouest du Pakistan, une région frontalière de l’Iran et de l’Afghanistan, voisine des zones tribales, principal bastion d’Al-Qaïda et de ses alliés talibans.

C’est là que les quatre hommes ont été arrêtés à bord d’un car au mois de mai « juste après leur arrivée au Pakistan via l’Iran, où ils étaient entrés légalement à partir de la Turquie», observe l’un des enquêteurs. Pour l’heure, le parcours de quatre mois entre la France et leur arrestation reste encore très flou.

«Aller combattre en Afghanistan»

A la suite de l’affaire Mohammed Merah, qui avait passé plusieurs mois dans la région où ont été arrêtés les quatre français, la France a adopté le 13 décembre dernier une nouvelle loi permettant de poursuivre des Français commettant des actes de terrorisme à l’étranger ou partant s’entraîner au jihad. Elle ne pourra cependant pas s’appliquer aux trois expulsés car ces derniers ont été arrêtés avant son vote. La justice pourra toutefois ouvrir une information judiciaire pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste» et incarcérer un ou plusieurs d’entre eux.

Lors de leur détention au Pakistan, les trois jeunes Français ont dit être venus dans le pays pour «aller combattre en Afghanistan» les forces occidentales. «Il ne l’ont pas fait de façon précise, c’était plus dit implicitement qu’explicitement», tempère un enquêteur.

Quant à Naamen Meziche, il serait resté jusqu’ici totalement silencieux sur les raisons de sa présence dans la région.

http://http://www.leparisien.fr/international/pakistan-trois-jihadistes-francais-expulses-vers-la-france-04-04-2013-2696973.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz