FLASH
L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables | France, les pieds Nickelés : le chômage a augmenté de 1.4% en août | Deux Cannoises interpellées en Alsace après les deux Niçoises écrouées | Arabie saoudite : Une pétition signée par plus de 14,000 femmes demande la fin du gardiennage obligatoire des femmes par les hommes | #Malmo : une des 4 victimes est morte et elles sont toutes connues de la police, qui pense qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre gangs | Houston, Texas : 7 blessés par balles dans un centre commercial – attaquant appréhendé – motif encore inconnu | A quelques heures du premier débat, Trump est 2% devant Clinton dans le sondage national Blomberg: 43/41 | Tchad : quatre soldats tchadiens ont été tués près de la frontière avec le Niger dans une attaque attribuée à Boko Haram | Terrorisme : durant la nuit, la police a découvert 3 ateliers de fabrication d’armes, des munitions, 4 pistolets, en Judée Samarie |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 6 avril 2013
BHLN3tJCMAE_TSv.jpg-large
Hollande devant l’hôtel… Royal !

La dépêche AFP brut de fonderie qui relate la visite du président Hollande dans son fief politique de Corrèze est quelque peu différente de ce qu’en ont rapporté certains médias…

Signée de Hervé Asquin et publiée il y a quelques heures, l’ambiance de la visite telle que relatée par l’AFP ne ressemble pas à « une heure et demie de déambulation à Tulle, en homme «libre» », comme l’avance tout mielleux 20 Minutes, mais plutôt au jeu du chat et de la souris avec ses élus.

Cela commence dès sa descente d’avion, où le président « rattrapé samedi par la tourmente de l’affaire Cahuzac, [était] attendu par des dizaines de manifestants, de nombreux journalistes et des administrés tenus à l’écart » dit l’AFP, qui ajoute que « l’entourage du président s’était évertué à dresser un cordon sanitaire autour de cette sixième visite à Tulle depuis son élection, tentant de lui donner un caractère quasi-privé« . (Caractère quasi-privé pour une visite officielle, ça fait désordre)

Ensuite, alors qu’il n’est pas encore sorti de l’aéroport, Hollande était déjà « attendu de pied ferme par quelques dizaines de manifestants contre le gaz de schiste à l’aéroport de Brive-la-Gaillarde » – il ne s’agit donc pas de l’affaire Cahuzac. Le courageux président Hollande va-t-il à la rencontre de ces Français mécontents ? Non, dit Asquin, il se débine et les « a soigneusement évités, [en] passant par une porte dérobée ».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Devant la préfecture les Français de la Manif Pour Tous opposés à l’adoption homoparentale, attendent Hollande « au son de vuvuzela, de cloches et « armés » de quelques couvercles de casseroles marqués « Cahuzac » en guise de cymbales, ceux-ci proclamaient sur leurs pancartes: « l’enfant n’est pas un droit », « Touche pas au mariage, occupe-toi du chômage », « On veut du boulot, pas du mariage homo » ou « La priorité c’est Aulnay, pas le mariage gay ».

Là encore, pas de président, car nouvelle esquive, « le cortège est arrivé par les jardins ».

Annulée également, ajoute l’AFP, « la tradition lors de cette visite … réduite à sa plus simple expression », le faisant renoncer « à arpenter le marché à la rencontre de passants qu’il connaît bien souvent par leur prénom ».

« Il vient en catimini, il avait peut-être peur qu’on l’attende et qu’on lui dise ce que l’on pense », dira un habitant…

Annulée encore la pose de « la première pierre d’un centre de formation professionnelle à Brive et [l’inauguration] d’une maison de retraite à Ussel. »

Et le président a même préféré prendre « un déjeuner à huis clos, toujours à la préfecture en compagnie de parlementaires et d’élus locaux » pour éviter tout contact populaire, avant d’« immédiatement regagner Paris ».

Un président normal fait cela ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

http://www.google.com/hostednews/afp/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz