FLASH
Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables | France, les pieds Nickelés : le chômage a augmenté de 1.4% en août | Deux Cannoises interpellées en Alsace après les deux Niçoises écrouées | Arabie saoudite : Une pétition signée par plus de 14,000 femmes demande la fin du gardiennage obligatoire des femmes par les hommes | #Malmo : une des 4 victimes est morte et elles sont toutes connues de la police, qui pense qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre gangs | Houston, Texas : 7 blessés par balles dans un centre commercial – attaquant appréhendé – motif encore inconnu | A quelques heures du premier débat, Trump est 2% devant Clinton dans le sondage national Blomberg: 43/41 | Tchad : quatre soldats tchadiens ont été tués près de la frontière avec le Niger dans une attaque attribuée à Boko Haram | Terrorisme : durant la nuit, la police a découvert 3 ateliers de fabrication d’armes, des munitions, 4 pistolets, en Judée Samarie | Drôme : Émeute en cours à la prison de Valence, des détenus ont dérobé des clés, ouvert des cellules & mis le feu. 2 surveillants blessés |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 7 avril 2013
Station hertzienne militaire de Pierre sur Haute
Station hertzienne militaire de Pierre sur Haute

Sur son blog (1), Wikimédia (qui édite Wikipedia et que je désigne donc par Wikipedia pour simplifier) relate une histoire qui fait froid dans le dos, une bien triste histoire pour la France, dont l’image de « pays des Droits de l’homme » s’effiloche lentement.

Début mars, la DCRI demande à Wikipedia la suppression immédiate d’un article en français sur une installation militaire française qu’elle estime porter atteinte au secret de la défense nationale.

Wikipedia, organisation à but non lucratif américaine dont la liberté d’expression est solidement protégée par le 1er amendement refuse, « considérant qu’en l’état des informations qui lui étaient fournies, rien ne permettait de déterminer le caractère litigieux de l’article incriminé. »

Stupeur face aux agissements dont a été victime un administrateur de Wikipédia

« [Wikipedia] est habituée à collaborer sur requête judiciaire avec les autorités des différents pays… Elle reçoit des centaines de demandes de retrait de contenu chaque année, et coopère de son mieux pour régler ce genre de problèmes lorsque les requêtes sont claires et juridiquement motivées », explique Wikipedia qui avoue « sa stupeur face aux agissements dont a été victime un administrateur de Wikipédia » suite au refus de supprimer l’article. »

Car son refus, habituel dans un pays où la liberté d’expression prévaut, a été jugé insupportable par les services du renseignement de l’Etat. La DCRI est donc passé en mode autoritaire.

Le règne de la peur ?

Sans vouloir jeter de l’huile sur le feu, c’est le règne de la peur qui se profile dans l’action catastrophique de la DCRI telle que rapportée par le blog Wikipedia.

Obligé de supprimer l’article sous leurs yeux sous peine de mise en examen

Les services du renseignement français ont, explique l’encyclopédie, localisé un bénévole de Wikipedia, marié, père de famille et par ailleurs fonctionnaire et conservateur à la BNF, qui n’avait rien demandé à personne, n’avait fait aucun mal, n’avait aucun tort, si ce n’est d’être un contributeur fréquent de Wikipedia, ce qui permis à la DCRI de le « loger », de le convoquer dans ses locaux, et de le « contraindre de supprimer devant les agents un article, sous peine d’être placé sur le champ en garde à vue et mis en examen, et ce en dépit de ses explications sur le fonctionnement de Wikipédia ».

On songe aux enfants et familles gazées sans raison lors de la Manif Pour Tous. L’arbitraire, la violence, aveugle et terrorisante. Christophe Henner, le contact presse de Wikipedia à qui j’ai parlé, pense qu’il s’agit de l’action isolée de quelques personnes et qu’il ne reflète en rien l’esprit de la maison, car jusqu’à présent les rapports avec la DCRI ont toujours été très cordiaux.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Un internet à réguler brutalement

La convocation du bénévole de Wikipedia est ressentie par Wikipedia comme l’expression « d’un internet à réguler brutalement », alors que « la DCRI a très certainement d’autres méthodes à employer pour faire respecter le droit », qui « ne devrait pas s’exercer par de telles mesures inqualifiables. »

La DCRI, lorsqu’elle a contacté Wikipedia aux Etats Unis il y a trois semaines, a refusé de répondre à leur demande de clarification du cadre juridique dans lequel ils opéraient.

Pourtant, le ministère de l’Intérieur conteste toute « menace ». « Dans un état de droit, on ne peut pas assimiler à une menace l’engagement d’une procédure judiciaire » engagée sur un « passage qui pose problème à la sécurité nationale », relève-t-on place Beauvau, sans pour autant expliquer ce refus de la DCRI de clarifier sa position.

« A la demande du parquet, sous le contrôle de l’autorité judiciaire » cette personne, après un refus initial de retirer l’article, « a été mise en garde contre le risque d’engagement de poursuites judiciaires en tant que responsable juridique de Wikipedia France » explique le Ministère de l’intérieur.

A quoi Wikipedia répond être étonné que la DCRI n’ait pas produit cette demande du parquet lorsqu’elle lui a été demandée. « S’ils avaient fourni ces documents, Wikimedia foundation aurait très rapidement supprimé l’article », explique Christophe Henner, qui rappelle que « c’est ce que nous avons fait à plusieurs reprises avec les renseignements français mais aussi avec les renseignements d’autres pays ».

« Là, ils ont failli à nous donner ces documents », ajoute le contact presse de Wikipedia, « et s’ils agissaient dans un cadre juridique comme prévu par loi, ils n’avaient aucunement besoin d’arriver à des méthodes de pression coercitives pour arriver à obtenir ces résultats, mais s’ils n’agissaient pas dans le cadre de la loi, là c’est un autre problème… »

« Nous attendons des explications [du ministère de l’intérieur]. Comment en 2013 en France peut-on en arriver à faire des menaces auprès d’un bénévole de Wikipedia dans un bureau de la DCRI ?. C’est ça qui nous choque le plus ».

Qu’en pensent Wikipedia aux Etats Unis ?

« Ils sont très surpris et très choqués de la méthode, et ils nous soutiennent à 100% » me répond Christophe.

Ont-ils déjà vu des situations de ce genre dans d’autres pays du monde ?

Cela n’est jamais arrivé ailleurs

« Pas qu’ils en aient fait mention. Et pour moi, c’est la première fois que ça se passe comme ça »…« Mais je pense que c’est l’erreur de quelques personnes, je ne pense pas que c’est le reflet de ce qu’est la DCRI, car les relations qu’on a eu avec eux par le passé ne nous ont jamais montré ça. »

« Néanmoins, c’est quand même arrivé, et ce sont des méthodes qui sont très brutales contre une personne bien sous tous rapports, des méthodes aussi brutales qui n’étaient pas nécessaires ».

Résultat de cette gestion catastrophique, la page supprimée a été « remise en ligne par un bénévole suisse qui a déclaré que la méthode coercitive n’était pas normale, que lui ne prenait pas les mêmes risques qu’en France, et il a restauré l’article. »

« Le résultat de tout ça est que cet article qui était lu par dix à cinquante personnes par jour, hier a été lu par plus de 10 000 personnes, c’est l’article le plus lu par Wikipedia en français, et il a été traduit dans 12 langues alors qu’il n’existait qu’en français ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour www.Dreuz.info

(1) http://blog.wikimedia.fr/la-dcri-menace-un-administrateur-de-wikipedia-pour-supprimer-un-article-5477

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz