FLASH
L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Joseph Cuesta le 10 avril 2013

Le-Pen-1

Joseph Cuesta – Dès 1988, Jean-Marie Le Pen fréquenta deux fois par an, pour des cures d’amaigrissement, le centre de remise en forme suisse du Mont Pèlerin tout en logeant, à ces occasions, à l’Hôtel Mirador, situé lui aussi au Mont Pèlerin, véritable balcon de grand luxe au-dessus du lac Léman que les Français appellent « Lac de Genève »… Jusque-là, pas de problème. Mais il y a autre chose. En décembre 1997, Pierrette Le Pen, qui a quitté le dirigeant d’extrême droite, choisit l’hebdomadaire genevois GHI pour accuser son ancien mari de frauder le fisc. Elle estime cette fortune cachée dans des banques suisses à au moins 40 millions de francs français de l’époque (10 millions de francs suisse ; 8 millions d’euros).

Pour faire venir l’argent en France, Jean-Marie Le Pen téléphonait d’une cabine publique à un ami en Suisse. Selon un code établi, une liasse de 10 000 francs français était appelée «un petit nègre». Détail piquant pour un homme politique soupçonnée de ne pas porter dans son cœur les étrangers. François Laya, un ancien collaborateur du gérant de fortune genevois Jean-Pierre Aubert, a lui aussi accusé Jean-Marie Le Pen d’avoir déposé à trois reprises, 15, puis 20, puis 10 millions de francs français (soit 11 millions de francs suisses ; 8,8 millions d’euros) sur des comptes en Suisse (voir lien vers source en bas de page).

Le trésorier de campagne de Jean-Marie Le Pen a utilisé les services de plusieurs sociétés offshore dans les années 1990. L’éditeur Jean-Pierre Mouchard, ancien trésorier du micro-parti Cotelec, proche du Front National, avait déjà ouvert un compte à UBS pour Jean-Marie Le Pen, en mars 1981.

Jean-Pierre Mouchard a opéré dans les années 1990 des virements internationaux à travers une société offshore, Overseas Property Services Limited, à Gibraltar, pour renflouer l’une de ses maisons d’édition françaises, Magellan. C’est la société fiduciaire Isola et Isola, également située à Gibraltar, qui gère les opérations de l’éditeur liées à Overseas Property Services Ltd, mais aussi celles liées à la société panaméenne Hadret Al-Raiss, dont Jean-Pierre Mouchard est actionnaire (voir lien vers source en bas de page).

Front National congress

Le personnage central de la galaxie Jean-Marie Le Pen en Suisse, c’est donc ce Français de 73 ans qui vit à Genève depuis plus de trente ans : Jean-Pierre Mouchard. Pour le journaliste Guy Konopnicki, spécialiste des réseaux occultes de financement des partis politiques et auteur des Filières noires, ouvrage paru en 1997, « il est l’homme de confiance absolu de Le Pen en matière financière ». On ne sait pas grand-chose de lui, si ce n’est qu’il se lance dans la vente de livres par correspondance et qu’il devient même, sous le nom de François Beauval, l’un des leaders du marché dans les années 70.

C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Jean-Marie Le Pen. En 1981, Jean-Pierre Mouchard ouvre un compte à l’UBS de Genève, N° 386.047.00 W, où Jean-Marie Le Pen a accès par procuration. En 1986, ce compte affichait 600.000 francs suisses (480.000 euros). Il a été clôturé le 18 mai 1987.

« Cette somme cautionne un prêt fait à la société de disques de Le Pen », expliquait alors l’intéressé au Journal de Genève. Un compte qui a nourri beaucoup de fantasmes. La presse française parlait à l’époque de millions de francs qui auraient transité par l’UBS. « Sur un relevé en notre possession, prétend Guy Konopnicki, dix placements sont gérés sur ce seul compte, soit au minimum 20 millions de francs français ».

De 1995 à 1997, Jean-Pierre Mouchard a été le trésorier de Jean-Marie Le Pen pour la Cotelec, un micro-parti de collecte de fonds du Front National. Mouchard fut aussi à Genève l’un des deux actionnaires d’Ecotec SA, une société destinée à finaliser puis à vendre le brevet d’un additif qui permettrait de réduire les émanations polluantes, le second actionnaire étant le promoteur immobilier Jean Garnier, qui n’est autre que l’ex-mari de Jany Le Pen, l’épouse actuelle du leader du Front National.

En décembre 1996, le pétrolier Elf, alors que plane encore l’ombre d’un certain Alfred Sirven, s’intéresse à ce procédé miracle et rachète la moitié du capital. A l’époque, la société Ferni SA, dirigée par Gérard Schoch, l’actuel patron de Radio Lac, s’enthousiasme pour « cette idée géniale » et deviendra ensuite également actionnaire d’Ecotec.

Cet imbroglio financier n’est pas fini : une plainte a été déposée à Paris le 5 janvier 1999 contre Jean Garnier et Jean-Pierre Mouchard par un troisième larron, Carlos Miriel, qui accuse désormais ses anciens associés d’escroquerie et d’abus de biens sociaux pour avoir payé, par l’intermédiaire d’Ecotec, la villa de Ruel-Malmaison des époux Le Pen (voir lien vers source en bas de page).

Le-Pen-3

Les amis de Jean-Marie Le Pen en Suisse se montrent particulièrement discrets sur les bords des lacs Léman, de Neuchâtel ou de Zurich. Christian Cambuzat, directeur du centre lémanique de revitalisation au Mont Pèlerin, un ami de quinze ans du fondateur du Front national, affirme qu’il n’anime plus le Centre national des Français de l’étranger, une association lepéniste en Suisse.

L’avocat genevois Olivier Wyssa, conseiller régional FN de la région Rhône-Alpes, ne milite qu’en France. Il dirige cette organisation politique dans le département de l’Ain. Enfin, Dorothée Leger, la représentante de Jean-Marie Le Pen en Suisse, domiciliée à Pully, refuse tout dialogue avec la presse (voir lien vers source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

http://www.swissinfo.ch/fre/Les_comptes_suisses_de_Le_Pen.html?cid=2683064

http://www.lepoint.fr/politique/jean-marie-le-pen-a-t-il-planque-des-millions-en-suisse-10-04-2013-1652914_20.php

http://www.jepolitique.com/

http://www.swissinfo.ch/fre/detail/index.html?cid=2693038

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz