FLASH
#Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital | Belle éthique journalistique : BFMTV choisit l’ancienne conseillère de Bill Clinton pour commenter le débat Trump/ Clinton | Bonne nouvelle : les services français de contre-terrorisme indiquent qu’au moins 200 Français ont été tués en Irak et en Syrie | Egypte : le ministre des Affaires étrangères réaffirme que les liens avec Israël sont solides et stables | France, les pieds Nickelés : le chômage a augmenté de 1.4% en août | Deux Cannoises interpellées en Alsace après les deux Niçoises écrouées | Arabie saoudite : Une pétition signée par plus de 14,000 femmes demande la fin du gardiennage obligatoire des femmes par les hommes | #Malmo : une des 4 victimes est morte et elles sont toutes connues de la police, qui pense qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre gangs | Houston, Texas : 7 blessés par balles dans un centre commercial – attaquant appréhendé – motif encore inconnu | A quelques heures du premier débat, Trump est 2% devant Clinton dans le sondage national Blomberg: 43/41 |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 avril 2013

 newsletter_header

GENÈVE, 22 Avril 2013 – Dans une lettre adressée aujourd’hui à Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies, et à l’ambassadeur américain Susan Rice, UN Watch a exigé la condamnation du haut responsable du Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies Richard Falk, après ses dernières remarques rejetant la faute des attaques terroristes de Boston sur la politique étrangère américaine et sur « Tel Aviv ».

Pour en savoir plus sur Falk, qui a récemment été expulsé de l’observatoire des Droits de l’homme tout en conservant sa position à l’ONU, cliquez ici.

_________

[message_box title= »MESSAGE TITLE » color= »red »]

Son Excellence M. Ban Ki-Moon
Secrétaire général
Organisation des Nations Unies
New York, NY 10017

cc: Mme l’ambassadeur Susan Rice, représentant permanent américain auprès des Nations Unies

Par Fax

22 Avril 2013

Monsieur le Secrétaire général,

Nous vous écrivons pour exprimer notre indignation suite à la déclaration faite hier par Richard Falk, haut fonctionnaire au Conseil des droits de l’homme – dans laquelle il justifie les attaques terroristes de Boston comme des « représailles » méritées pour les péchés de l’Amérique, met en garde contre les « pires conséquences » si les Etats Unis ne changent pas leur politique étrangère, accuse « Tel Aviv », et exploite ce moment de tragédie et de deuil pour promouvoir un agenda politique inquiétant.

Nous vous demandons de condamner M. Falk, l’enquêteur permanent du Conseil des droits de l’homme des Nations unies des violations par Israël des principes du droit international, pour cet affront porté à la mémoire de ceux qui ont perdu la vie la semaine dernière, aux blessés, et à la population de Boston. Ses remarques sont une violation de votre propre règlement selon lequel les experts de l’ONU doivent se conformer aux normes les plus élevées, que vous avez admirablement énoncées il y a deux ans quand vous avez réprimandé M. Falk pour la diffusion sur son blog de théories du complot sur les attentats du 11 septembre.

L’article de Falk dans Foreign Policy intitulé « Un commentaire sur les meurtres du marathon », en date du 22 Avril 2013, et annexé ici, développe trois arguments ignobles.

Tout d’abord, sa théorie est que les Américains portent la responsabilité des atrocités de la semaine dernière. Falk cite et approuve les commentaires justifiant les attentats du marathon de Boston comme étant des « représailles » contre les actions de l’armée américains en Afghanistan, en Iraq et au Pakistan. « Le projet américain de domination mondiale », explique Falk, est responsable d’avoir provoqué « toutes sortes de résistances » dans le monde post-colonial. Il encourage à avoir le « courage » de relier tous ces points. Cristallisant sa justification des attentats terroristes, il écrit : « Ceux à qui le mal est fait, font le mal en retour. »

Le terrorisme ciblera les Américains jusqu’à ce qu’ils réfléchissent et changent leur action, explique Falk. Déplorant le « tabou » sur l’« auto-examen de conscience » [des américains], il prédit que des « ajustements » qui proviennent soit « d’un processus volontaire d’auto-réflexion » soit « par la force d’évènements désagréables », vont s’opérer. Les « prouesses militaires » américaines et sa diplomatie du « pouvoir fort » font du pays « une menace pour le monde et pour lui-même ».

« Combien de canaris doivent mourir », demande Falk, « avant que nous nous éveillons de notre fantasme géopolitique de domination mondiale ? »

Deuxièmement, Falk évoque le sinistre spectre d’une autre menace mondiale en faisant porter la responsabilité des attentats de Boston sur l’Etat juif : « Tant que Tel Aviv aura l’oreille complaisante de l’establishment politique américain, ceux qui souhaitent la paix et la justice dans le monde ne pourront pas avoir un sommeil tranquille. »

Le président Obama est accusé [par Falk] d’avoir remis « une lettre d’amour à l’opinion publique israélienne » lors de son récent voyage, et d’avoir pratiqué une « diplomatie obséquieuse ». Falk prédit les « pire conséquences » si les USA ne changent pas de politique au Moyen-Orient.

Troisièmement, l’essai fait allusion aux mêmes théories du complot concernant le 11 septembre qui vous ont poussé, ainsi que d’autres dirigeants du monde, à le condamner en 2011. Falk parle de « la fièvre de la guerre sainte défendue par les leaders nationaux, les médias, et un public vengeur après les attentats du 11 septembre », qui « ont fait le choix du mensonge islamophobe. » Cela a été exploité par les officiels de la Maison Blanche de Bush, « cherchant ouvertement un prétexte pour lancer une guerre contre l’Irak et changer le régime de Saddam Hussein. Selon Falk, « les événements du 11 septembre, tels qu’ils ont été présentés et interprétés, n’ont fait que créer le climat national favorable pour lancer une guerre d’agression contre le régime de Bagdad. »

Votre Excellence, les odieuses et absurdes remarques de M. Falk insultent les victimes de la semaine dernière, et discréditent la cause des Droits de l’homme et les principes fondateurs des Nations Unies. Nous vous exhortons à faire entendre votre voix.

Bien cordialement,

Hillel C. Neuer
Directeur exécutif

[/message_box]

Source : www.unwatch.org

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz