FLASH
Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 18 mai 2013

Bnei-Sakhnin-001

Dans un article intitulé « Euro Espoirs de football en Israël, les droits des Palestiniens piétinés » son auteur, Olivier Pironet, se livre à un pur exercice de propagande pro-palestinienne où mensonges et désinformations sont utilisés sans scrupule. Et pour tenter de donner un peu de « matière », Pironet étaye son discours mensongers par quelques sources… palestiniennes et fausses !

Qui donc est Pironet ? Un obscur journaliste du Monde diplomatique, spécialiste de la cause palestinienne, qui a participé à un ouvrage de propagande « Palestine et Palestiniens » où l’on parle de « l’édification du mur de l’apartheid israélien qui annexera 60 % de la Cisjordanie une fois sa construction terminée ». Ramassis de mensonges et de contre-vérités… On retrouve Pironet au côté de Michel Collon, pseudo-journaliste complotiste lui aussi spécialiste de la désinformation.

L’article scandaleux.

Pironet se fait l’écho de Jibril Rajoub, président du comité olympique palestinien, qui tente par tous les moyens d’empêcher que la coupe de l’Euro Espoirs de football se déroule en Israël.

Or Jibril Rajoub a un long passé de terroriste :

Après avoir rejoint le Fatah dans sa jeunesse, il a été reconnu coupable d’avoir lancé une grenade sur des soldats israéliens en 1970. Rajoub fut libéré en 1985 dans le cadre de l’échange de prisonniers « accord Jibril » avec le FPLP-CG.

Il est à nouveau arrêté pour des activités terroristes. Son rôle en tant qu’organisateur de la première intifada lui vaut d’être expulsé vers le Liban en 1988. De là, il part à Tunis, où il devient collaborateur et conseiller de Khalil al Wazir – alias Abou Jihad – le commandant de Septembre Noir dans les années 70.

Après l’assassinat de Khalil al Wazir, Rajoub (alias Abou Rami) devient l’un des hommes de confiance d’Arafat. Il a orchestré un complot visant à assassiner Ariel Sharon en 1992. Avec la signature des Accords d’Oslo, Rajoub devient le chef de la Sûreté préventive (responsable de nombreux cas de torture sur des opposants à Yasser Arafat) jusqu’en 2002.

Au cours de l’opération «Bouclier défensif» (suite à l’attaque terroriste contre le Park Hôtel), le Hamas et d’autres terroristes recherchés trouvent refuge au siège de Rajoub à Bitouniya.

Même si, aujourd’hui, Jibril Rajoub aime à se projeter comme un modéré en faveur de la paix, cette impression est souvent contredite quand il parle à son propre peuple. Peu de temps après son élection au Comité central du Fatah, lors du sixième congrès du Fatah en août 2009, Jibril a accordé une interview à Al Jazeera dans laquelle il déclare que « Nous [le Fatah] adhérons à toutes les options et en premier lieu à l’option de la résistance et de la lutte armée ».

Rajoub ne rechigne pas à utiliser ses postes dans le domaine sportif pour faire avancer son programme politique : l’éradication d’Israël. En juin 2012, il a exigé que l’UEFA interdise la tenue en Israël du championnat de football européen pour les moins de 21 ans. Il a mené une campagne en faveur de l’agent du Hamas Mahmoud Sarsak. Tout récemment, en mai 2012, Rajoub s’est porté volontaire pour mener une campagne visant à faire exclure Israël de toutes les organisations et comités olympiques et a déclaré qu’il s’oppose à toute forme de « normalisation » des relations avec Israël, y compris dans le domaine du sport.

Le lourd passé terroriste de Jibril Rajoub et son soutien au terrorisme n’ont pas constitué un obstacle à son ascension dans les cercles dirigeants du sport international, ni en tant que président du Comité olympique palestinien ni dans le monde du football.

Ainsi Pironet reprend les thèses de Rajoub se faisant l’écho d’un terroriste qui ne s’en est jamais caché.

Pironet développe toutes les thèses de la propagande palestinienne : Israël qui pratiquerait l’apartheid à l’égard de la « population indigène », Israël qui torture des milliers de prisonniers, Israël qui « occupe » et colonise…

Or à trop vouloir en faire pour ses amis palestiniens, on finit par raconter n’importe quoi :

L’apartheid israélien est la nouvelle « tarte à la crème » reprise en cœur par tous les antisionistes patentés. Mais les faits sont têtus : il ne suffit pas d’hurler en cœur « Israël apartheid » pour en faire une vérité ! Pourtant c’est bien ce que fait Pironet à longueur d’article !

Les propagandistes palestiniens parlent de quatre sortes d’apartheid que pratiquerait Israël à l’égard des palestiniens :

  • L’apartheid à l’égard des arabes vivant en Israël
  • L’apartheid à l’égard des palestiniens de Gaza
  • L’apartheid à l’égard des palestiniens de Cisjordanie
  • L’apartheid à l’égard des réfugiés palestiniens vivant dans les pays arabes

Il n’est guère besoin d’avoir fait Science Po pour comprendre que les quatre formes d’apartheid attribuées à Israël relèvent de la mauvaise foi la plus absolue :

  1. Les palestiniens de Gaza vivent sous la seule autorité du Hamas qui dirige tout. Gaza a fait l’objet d’un retrait unilatéral israélien en 2005 et depuis, c’est le Hamas qui y règne en maître absolu. Israël n’a aucun droit de regard sur ce qui s’y passe, et encore moins le pouvoir d’y instaurer un quelconque apartheid ! Dès lors, si les palestiniens y subissent un prétendu apartheid, c’est au Hamas et à lui seul qu’il faut l’attribuer.
  2. Même remarque pour la Cisjordanie : les accords d’Oslo ont attribué provisoirement une grande partie de la Cisjordanie à l’Autorité palestinienne qui gère seule ce qui s’y passe en attendant qu’un accord de paix global règle et détermine les futures frontières. L’armée israélienne sécurise les implantations israéliennes, mais toute la vie en Cisjordanie est sous la seule autorité des palestiniens.
  3. Prétendre qu’Israël y exerce un apartheid, c’est comme prétendre que la France exerce un apartheid sur les Suisses sous prétexte que les pays sont voisins ! L’exemple est très parlant car la Suisse n’est pas membre de l’UE.
  4. Il y a d’autant moins d’apartheid en Cisjordanie que les palestiniens sont bien contents d’aller travailler en Israël ou dans les implantations juives pour gagner correctement leur vie. Sans Israël et les milliers d’emplois offerts aux palestiniens, le niveau de vie des Palestiniens serait très bas. Et c’est notamment grâce à Israël que le taux de croissance des territoires palestiniens est à deux chiffres.
  5. Enfin, oser prétendre que les réfugiés vivant dans les pays arabes voisins comme la Jordanie, le Liban ou la Syrie subissent un apartheid de la part d’Israël est une escroquerie intellectuelle ! Dans toute l’histoire de l’humanité, les réfugiés des divers conflits se sont intégrés dans les pays d’accueil et n’ont jamais été parqués comme des bestiaux là où ils avaient trouvé refuge (sauf dans les pays arabes voisins d’Israël qui ont volontairement parqués les réfugiés pour incriminer Israël).
  6. Mais si ces réfugiés subissent un quelconque apartheid, il est du seul fait des pays d’accueil. Rappelons que l’ONU créa un organisme spécial pour les 800 000 réfugiés arabes des conflits israélo-arabes, l’UNWRA. Fait unique dans l’histoire de l’ONU qui consacre près de 30% de ses aides humanitaires à engraisser 800 000 réfugiés arabes – lesquels en 60 ans sont devenus 4,5 millions de réfugiés… palestiniens. Durant la même période, plusieurs millions de réfugiés dans le monde n’ont bénéficié d’aucune aide et se sont intégrés dans les pays d’accueil… pas les palestiniens.

Mais examinons la seul question qui pourrait être soulevée : celle d’un prétendu apartheid des Arabes vivant en Israël. J’emploie volontairement le mot « arabe » car c’est celui qu’ils se donnent eux même : quand le grand Mufti de Jérusalem parlait des « Palestiniens » il désignait les Juifs, en opposition au peuple arabe auquel il était fier d’appartenir.

On peut toujours tenter de mal nommer les choses pour essayer d’accréditer des thèses antisionistes, cela n’a pas pour effet d’en faire des vérités. « Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde » disait Albert Camus, et j’ajoute, en ce qui concerne les « Palestiniens », que c’est entretenir de faux espoir qui n’auront pour seul effet que produire de la déception et entretenir une haine perpétuelle à l’égard d’Israël.

Existe-t-il un apartheid en Israël ?

Pour qui a déjà visité Israël la réponse est évidente : il n’existe aucun apartheid, à l’égard d’aucun peuple, et encore moins des arabes, qui constituent plus de 20% de la population israélienne. ! Les nombreux israéliens d’origine sud africaine rient beaucoup lorsqu’ils entendent le mot apartheid prononcé contre Israël.

Si Pironet et ses comparses anti-israéliens martèlent sans fin « apartheid, apartheid », ils n’étayent jamais leur discours et n’apportent aucune preuve de l’existence de cet apartheid qu’ils dénoncent, et ce parce qu’il n’y en a aucune.

En revanche, il est aisé de démontrer le contraire, car la société israélienne est une démocratie très vivante et les preuves d’un traitement égalitaire existent partout :

  • La Knesset (le parlement israélien), compte 14 députés arabes musulmans sur 120. Est-ce cela qu’ils appellent apartheid ?
  • Les musulmans ont le pouvoir d’élire leurs propres députés arabes, contrairement aux pays européens. Est-ce cela qu’ils appellent apartheid ?
  • Dans quel pays musulman les minorités religieuses sont-elles autorisées à élire des députés ? Qui pratique l’apartheid ?
  • Un Juge de la Cour Suprême israélienne, Salim Joubran, a condamné l’ancien Président israélien à la prison. Ce juge est un arabe musulman. Est-ce cela qu’ils appellent apartheid ? Combien de pays européens ont des juges musulmans dans leur Cour Suprême ? Aucun. Qui pratique l’apartheid ?
  • Israël a eu un Président par intérim arabe musulman : Majalli Wahabi, ancien Président de la Knesset, Président d’Israël par intérim, Vice-ministre des Affaires étrangères et Vice-président du Parlement. Est-ce cela qu’ils appellent apartheid ? Est-ce qu’un noir aurait pu remplacer le président sud-africain pendant l’apartheid ?
  • Youssef Mishlab, arabe musulman, est général de Tsahal. Il y a des officiers arabes dans l’armée israélienne. Est-ce cela qu’ils appellent apartheid ? Est ce qu’il y avait des officiers noirs dans l’armée d’Afrique du Sud pendant l’apartheid ? Combien y a-t-il de généraux musulmans dans les armées européennes ? Aucun ! Qui pratique l’apartheid ?
  • Israël a été représenté par des arabes musulmans dans des compétitions sportives et artistiques :
    • Mira Awad, actrice, chanteuse arabe musulmane a représenté Israël à l’Eurovision 2009.
    • Rana Rasian, arabe musulmane, Miss Israël.
    • Walid Badir, arabe musulman, une star du foot israélien, capitaine de l’HaPoel Tel Aviv, Bnei Skhanin équipe arabe de D1 en Israël.
    • Le théâtre arabo-juif de Jaffa… Les exemples abondent…
  • Plus de 200.000 palestiniens vivant en Cisjordanie et à Gaza ont été soignés dans les hôpitaux israéliens durant l’année 2012. Est-ce cela qu’ils appellent apartheid ? Est-ce que les noirs se faisaient soigner dans les hôpitaux blancs durant l’apartheid en Afrique du Sud ?

Je pourrais multiplier les exemple qui montrent que les arabes musulmans vivant en Israël ne subissent aucun apartheid, mais il suffit de se déplacer dans n’importe quelle rue, n’importe quel centre commercial, de monter dans n’importe quel bus pour constater combien la réalité détruit le mythe de l’apartheid… mais j’oubliais, la réalité, il s’en moque, Olivier Pironet.

Car Pironet n’est pas à un mensonge prêt, et il va même jusqu’à réécrire l’histoire. Et il le faut croire sur parole, car il n’étaye son discours d’aucune source.

Voilà ce qu’il écrit – sans aucune référence – : « Ironie du sort, la compétition se déroulera, entre autres, dans l’enceinte du stade Bloomfield (ex-Basa), qui fut autrefois celui du club palestinien Shabab Al-Arab de Jaffa, expulsé en janvier 1949 au profit du club israélien de l’Hapoël Tel-Aviv, et dans celle du stade Teddy de Jérusalem, situé tout près du village arabe d’Al-Maliha, vidé de ses habitants en juillet 1948 par les troupes israéliennes et presque entièrement rasé. »

Aïe : le fameux club Shabab Al-Arab de Jaffa était constitué de joueurs turcs et égyptiens, avant la guerre d’indépendance ! On n’y trouve aucune trace de joueurs locaux, et encore moins « palestiniens », puisque la revendication d’une appartenance palestinienne n’a vu le jour qu’à la fin des années 60, grâce au KGB et à la Ligue Arabe qui créèrent « la cause palestinienne » pour tenter de contrer la suprématie militaire israélienne.

La réalité historique est que le club Shabab Al-Arab a tout simplement disparu au fil des années après la guerre d’indépendance.

Quant au stade Teddy de Jérusalem près du village d’Al-Maliha qui se serait « vidé de ses habitants en juillet 1948 », il s’agit d’une autre réécriture de l’histoire, d’un négationnisme banal : Pironet est-il si inculte ? Personne à la rédaction de son journal ne lui a soufflé qu’en 1948, Jérusalem a été conquise non par les israéliens mais par les Jordaniens ! Et que c’est de sa population juive que Jérusalem a été vidée, en 1948…

L’occupation jordanienne de Jérusalem et de ses environs a durée jusqu’en 1967 Monsieur Pironet.

Enfin, quelques jours après les violentes émeutes qui ont saccagé Paris pour « fêter » le PSG, il est de bon ton de stigmatiser les quelques « ultras » du Beitar qui, comme sur tous les stades du monde, utilisent des slogans agressifs. Mais ces quelques ultras du Beitar ne détruisent pas les rues de Jérusalem…

Ainsi, par l’entremise de Pironet, voilà une propagande pro-palestinienne de plus du Monde diplomatique. Désinformation, mensonges, réécriture de l’histoire, négationnisme, les outils fréquents du Monde diplomatique quand il s’agit d’Israël.

On est bien loin du journalisme…

Michel Platini:
http://www.youtube.com/watch?v=hJ6SfvvU1DU
Jibril Rajoub :
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=S_GcZLMSGk4

Reproduction encouragée avec la mention suivante: © Jean-Marc Moskowicz

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz