FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 1 juin 2013

A Turkish riot policeman uses tear gas as a demonstrator holds a banner during a protest against the destruction of trees in a park brought about by a pedestrian project, in Taksim Square in central Istanbul

Les familles avec enfants de la Manif Pour Tous étant rentrés chez eux, Manuel Valls, en manque de répression, a envoyé sa police gazer les étudiants en Turquie.

À l’origine, c’était un rassemblement de quelques centaines de personnes contre un projet d’urbanisation prévu place Taksim à Istanbul, mais une intervention musclée des policiers, vendredi à l’aube, a fait des dizaines de blessés dans la capitale de la Turquie, explique Radio Canada1.

L’action violente de la police a suscité une réaction de la population qui s’est mue en réaction politique anti-Erdogan, et de nombreuses personnes de la société civile d’Istanbul ont rejoint le rassemblement et de nouveaux incidents ont eu lieu.

Radio Canada :

« La place est ainsi devenue le théâtre d’affrontements entre manifestants et policiers durant toute la journée de vendredi. Les autorités ont fermé la station de métro en raison de l’ampleur de la fumée toxique.

Parmi des dizaines de blessés souffrant de fractures ou de détresse respiratoire, on compte deux blessés atteints sérieusement à la tête, dont un journaliste.

Selon le gouverneur de la Ville, Huseyin Avni Mutlu, 12 personnes étaient toujours hospitalisées en fin de journée et au moins 63 personnes interpellées.

Amnistie internationale a vivement critiqué « le recours excessif à la force contre des manifestants pacifistes », pendant que Reporters sans frontières (RSF) dénonçait les « attaques ciblées » des forces de l’ordre contre des journalistes. »

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Dans un parc jouxtant la place Taksim, les autorités veulent reconstruire les anciennes casernes de l’armée ottomane, détruites en 1940, mais aussi un centre commercial. Le projet conduirait au déracinement de 600 arbres.

Les opposants à ce projet, écologistes et membres de la société civile, ont campé depuis mardi dans ce parc. Ces activistes ont réussi à drainer des syndicalistes, des artistes et des députés de l’opposition pour un rassemblement de milliers de personnes, vendredi.

La contestation de ce projet s’est transformée en dénonciation de la politique d’urbanisation du gouvernement. »

« Vous ne pouvez pas faire ça. Vous n’êtes pas propriétaires de la ville, vous n’êtes pas propriétaires de la Turquie », a déclaré le député kurde Ertugrul Kurkcu.

En réponse, M. Erdogan, fort de l’exemple donné par François Hollande, qui a royalement méprisé les voix des millions de Français qui ont demandé le retrait de la loi Pierre Bergé homosexuelle, a fait savoir mercredi qu’il ne reculerait pas : « Faites ce que vous voulez, nous avons décidé », avait-il déclaré. Que de similitudes : les mêmes mots, la même répression que le gouvernement de François Hollande, l’un socialiste, l’autre islamiste.

Non. Manuel Valls n’a pas envoyé sa police gazer les étudiants turcs. Mais les médias français – essentiellement composés de journalistes gauchistes voire d’extrême gauche (50% des étudiants ESJ Lille ont choisi la gauche extrême en 2012), qui se félicitaient que les enfants et les femmes de la Manif Pour Tous – décrits comme de dangereux radicaux – se fassent gazer sur les Champs Elysées, et dénonçaient il y a seulement quelques jours leur obstination à ne pas accepter le vote démocratique, déplorent, voire dénoncent, en Turquie, l’usage de ces mêmes gaz contre les étudiants, et saluent « la société turque [qui] montre qu’elle respire encore », en refusant le vote démocratique d’Erdogan.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

1http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/05/31/008-turquie-istanbul-manifestation-projet-urbain-contestation-arbres-affrontements.shtml?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz