FLASH
Le Charles-de-Gaulle et 24 Rafale ont été mobilisés en vue d’une prise de Mossoul | Vienne : 1 individu d’origine turque fonce dans la foule en criant «Allah Akbar» | Silence Médias – La racaille déboule, scène de guerre civile à Saint-Etienne | France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 2 juin 2013

israel-has-nothing-fearbut-kerry-secretaryofstate-antisemiti-politics-1356893248

John Kerry, lors de l’une de ses multiples visites récentes en Israël, a déclaré que la question de politique étrangère que lui posaient le plus souvent ses interlocuteurs sur les cinq continents concernait le « conflit israélo-palestinien », et les avancées possibles du « processus de paix » susceptible de permettre de le résoudre.

Si c’est là réellement ce que ses interlocuteurs ont dit à John Kerry, sur les cinq continents, cela témoigne d’une myopie préoccupante de la part des interlocuteurs en question, et si John Kerry pense que la question est pertinente, c’est qu’il est aussi myope qu’eux. Ce qui semble être le cas.

Tout en étant certain que John Kerry est très myope et d’une intelligence très limitée (comme dit la vieille phrase, lorsqu’on n’a pas certaines idées à vingt ans, c’est qu’on n’a pas de cœur et qu’on n’a pas encore réfléchi, quand on a encore les mêmes idées à quarante ans, c’est qu’on n’a pas de tête et qu’on est incapable de réfléchir), tout en étant certain aussi qu’il sert les sombres projets de son maître, je veux penser que ses interlocuteurs, tout au moins un nombre certain d’entre eux, ont feint la myopie.

Pour les dirigeants du monde musulman sunnite, la grande question du jour est celle de l’effondrement économique et politique du monde musulman et de la menace constituée par l’Iran chiite. Pour les dirigeants chiites, la grande question du jour est l’issue de la guerre en Syrie, et la survie du régime Assad, et celle de la sanctuarisation possible de l’Iran grâce à l’arme nucléaire.

Pour les dirigeants russes, la question est aussi celle de la guerre en Syrie et, depuis là, celle de la possibilité pour la Russie de devenir la puissance majeure au Proche-Orient.

Pour les dirigeants chinois, la question est celle des turbulences au Proche-Orient dans leur ensemble et celle de leurs approvisionnements énergétiques futurs.

Pour les dirigeants européens, la question est aussi celle des turbulences au Proche-Orient et celle de leurs approvisionnements énergétiques. Elle est en outre celle de l’avenir du monde musulman, dès lors que l’Europe est de plus en plus musulmane : que dans ce cadre les Européens gardent l’idée qu’apaiser les islamistes en s’en prenant à Israël est une bonne façon pour eux d’être épargnés est d’autant plus possible que l’antisémitisme n’est pas mort en Europe. Mais de là à penser que les dirigeants européens considèrent vraiment que le « conflit israélo-palestinien » et le « processus de paix » constituent la question majeure, non, je ne pense pas.

Kerry raconte donc des balivernes d’homme très myope et d’une intelligence très limitée, et il sert les sombres projets de son maître.

Quels sont ces projets ? Un Proche-Orient plus sûr pour l’islam radical, je l’ai dit plusieurs fois, et en l’occurrence, un monde sunnite dominé par les Frères musulmans, un Iran islamiste avec lequel es Etats Unis pourraient pactiser, un Etat d’Israël réduit à ses « frontières de 1967 ».

Comment Kerry et son maître comptent-ils faire avancer leurs projets ? En s’appuyant sur la pusillanimité européenne, en brandissant la « démocratisation » du monde arabe, en soulignant les « dangers » qui entourent Israël et en disant aux dirigeants et au peuple d’Israël qu’un « Etat palestinien » aux mains de l’OLP (Autorité Palestinienne) est nécessaire pour des raisons de démographie, de justice et de réponse aux frustrations présentes dans tout le monde arabe. Accessoirement, en suggérant qu’Israël, en faisant les « gestes » nécessaires, regagnerait de la popularité dans le monde.

Aucune des justifications données pour la création d’un « Etat palestinien » n’a le moindre commencement de validité.

D’une part, la démographie. Si on laisse Gaza de côté (Gaza est, de facto, une entité islamiste indépendante régie par un mouvement totalitaire), la souveraineté israélienne sur la Judée Samarie ne ferait aucunement basculer le pays vers une majorité arabe, ni aujourd’hui, ni demain : outre le fait que les chiffres donnés par l’OLP pour la population arabe en Judée Samarie sont aussi fiables que les statistiques économiques en Union Soviétique sous Brejnev, la démographie montre une natalité en hausse chez les Juifs israéliens et en nette baisse chez les Arabes vivant en Judée Samarie (comme chez les Arabes israéliens). Par ailleurs, rien, strictement rien n’obligerait, le cas échéant, Israël à donner la nationalité israélienne à l’ensemble des populations arabes de Judée Samarie. Nombre des membres de ces populations avaient la nationalité jordanienne, et sont des résidents jordaniens privés de leur nationalité pour le moment. Des résidents jordaniens pourraient vivre en Israël s’ils respectent les règles et le droit. S’ils ne respectent ni les règles ni le droit, ce serait autre chose, bien sûr.

D’autre part, ce qui serait juste pour les populations arabes de Judée Samarie serait qu’elles soient délivrées de la propagande incessante qui les incite à la haine anti-juive, au meurtre et au terrorisme : les Arabes de Judée Samarie ont le droit d’être traités en êtres humains, et l’OLP (Autorité Palestinienne) les traite de manière abjecte en éduquant les enfants dès le plus jeune âge à sacrifier leur vie en devenant bombes humaines ou assassins. Confier un Etat à l’OLP serait profondément injuste et constituerait un crime contre l’humanité. Si la propagande cessait, si les Arabes de Judée Samarie pouvaient recevoir une information et une éducation dignes de ce nom, si le danger qui résulte des incitations à la haine anti-juive, au meurtre et au terrorisme cessaient, Israël n’aurait plus besoin de prendre des mesures de sécurité telles celles prises aujourd’hui. Attendre que l’OLP donne une information et une éducation digne de ce nom est attendre d’un scorpion qu’il se change en libellule : l’OLP a été créée et tire sa légitimité entière des incitations à la haine anti-juive, au meurtre et au terrorisme, et la notion de « peuple palestinien » a été créée pour fabriquer un peuple génocidaire. Attendre que l’OLP crée une société libre et prospère est, pour la même raison, inepte : la liberté et la prospérité sont l’inverse exact de ce que veut l’OLP et de ce qui lui permet d’exister.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Enfin, les frustrations qui existent dans le monde arabe ont pris Israël comme bouc émissaire de façon obsessionnelle depuis des décennies, mais ces frustrations sont nées en réalité de l’incapacité du monde arabe à comprendre ses propres blocages et sa propre déchéance : l’islam radical est un trépignement de rage dirigé non seulement contre Israël mais contre le monde occidental, la modernité et les sociétés ouvertes. Les frustrations ne pourraient disparaître, à la rigueur, que si la cause des frustrations disparaissait, et cette cause est bien plus vaste qu’Israël. Face à un trépignement de rage, on ne peut que rester à l’écart, navré. On peut suggérer des réponses permettant de sortir de la frustration. On peut aussi si le trépignement de rage devient dangereux pour autrui, rappeler à l’ordre ceux qui trépignent, les avertir des conséquences qu’aurait une agression, sévir si l’agression prend forme. On ne peut pas céder quoi que ce soit, car il n’y a rien qui puisse apaiser un trépignement de rage.

Si Israël cédait quoi que ce soit, le trépignement ne cesserait pas. Le trépignement ne cesserait pas même si Israël disparaissait.

Il n’est pas même certain que le trépignement disparaîtrait si le monde occidental disparaissait.

Les projets du maître de John Kerry, donc ceux présentés par John Kerry, sont, au mieux absolument stupides, au pire monstrueux. Ils peuvent aussi être les deux à la fois.

Shimon Peres semble partager ces projets et l’a dit lors d’un discours récent. Il a été un patriote israélien dans sa jeunesse. C’était il y a longtemps.

La gauche israélienne semble partager ces projets, elle aussi. Je ne la pense pas monstrueuse, ou pas volontairement, mais je la pense stupide. Pour avoir ses positions, il faut ignorer l’histoire, la géopolitique, et les catégories les plus élémentaires de la politologie : il faut, par exemple, ignorer totalement ce que sont le totalitarisme, le fanatisme et le terrorisme.

Les dirigeants israéliens au pouvoir ne partagent pas ces projets. Binyamin Netanyahou, je pense, gagne du temps. Il continue à jouer aux échecs avec Obama, et donc avec John Kerry.

Il attend. Le monde musulman, et particulièrement le monde arabe musulman, sont en plein effondrement, ai-je dit. Au terme de l’effondrement, les frontières tracées sur les cartes de géographie il y a près de quatre vingt dix ans voleront en éclats, une recomposition s’opèrera, dans les convulsions. Ce qui importe pour Israël est de ne pas être atteint par les éclats.

Obama et John Kerry ont moins d’importance au Proche-Orient aujourd’hui que Vladimir Poutine ou les dirigeants chinois. Ne le dites pas à Obama ou à John Kerry, vous pourriez les froisser. Les dirigeants israéliens ne le diront pas à Obama et John Kerry : ils savent qu’Obama et John Kerry passeront, et que l’amitié entre Israël et le peuple américain restera.

Les dirigeants européens ont moins d’importance encore qu’Obama et John Kerry. Ne le dites pas aux dirigeants européens. Ils savent que c’est vrai. Comme ils gardent un pouvoir de nuisance, les dirigeant israéliens sont polis avec eux. C’est bien d’être poli en certaines circonstances.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

PS Je serai en Israël dans les jours qui viennent, et j’écrirai donc moins, pendant une semaine. Mais j’aurai, j’en suis sûr, la joie de rencontrer des lecteurs de Dreuz.

Mon programme de conférences pour l’heure est celui affiché au dessous de cet article. J’ajouterai, si un nombre suffisant de personnes le souhaitent, une conférence à Ofra, en Judée, terre d’Israël et du peuple juif, jeudi soir prochain.

timthumb

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz