FLASH
Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes | La famille de Shimon Peres a été appelée à l’hôpital |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 juin 2013

3426974_3_775a_tablette-de-furosemide-40-mg_d0fbfbe02464ae45cf908a57a411fc60

Alors que le procureur de Marseille a été saisi du dossier, notre confrère JSSNews1 a enquêté en France et en Israël sur l’affaire du médicament Teva qui aurait causé la mort d’une personne de 91 ans, samedi 8 juin à son domicile de Marseille.

Selon le procureur de la République de la ville, « la non-prise du [Furosémide Teva 40 mg] peut être à l’origine de l’œdème pulmonaire aigu » dont a été victime le nonagénaire. Une enquête judiciaire a été ouverte à Marseille.

Concernant l’enquête journalistique de notre confrère, il ressort les points suivants.

La piste du sabotage …

« Laissez-moi vous expliquer comment fonctionne une chaîne de production de médicaments. Nous fabriquons et emballons toute une série de médicament pendant plusieurs semaines, puis nous nettoyons tout le laboratoire et, quelques jours plus tard, nous commençons la production d’un autre médicament », explique un responsable de la société Teva à JSSNews.

« S’il y avait eu une erreur sur la chaîne d’emballage, elle serait sur toute la production et non pas sur quelques boites. »

« Dans ce cas de figure, ce serait bien un sabotage humain. »

« Il faut être clair : mettre de côté quelques dizaines de plaquettes de somnifères est possible, mais plusieurs milliers, ce serait impossible ! »

Une source policière près de l’enquête confirme : « pour l’heure, toutes les pistes sont ouvertes mais en effet, il pourrait s’agir de l’action d’une ou deux personnes à l’intérieur même de la société ».

La France, seul pays où nos employés reçoivent des menaces

« Nous sommes partout sur la planète [NDLR: Teva est le numéro un mondial de la fabrication de médicaments génériques], mais Teva France est le seul endroit où cela est arrivé. C’est quand même étrange quand on sait que c’est le seul pays où nos employés reçoivent des lettres de menaces s’ils continuent à travailler avec nous. »

« Nous acceptons nos erreurs et n’avons jamais crié à l’antisémitisme ou à l’anti-sionisme. Chez Teva, nous sommes très sérieux et sommes reconnus à travers le monde pour cela. Mais il faut admettre qu’un sabotage parce que nous sommes une société israélienne est tout à fait possible. Et je ne pense pas qu’il s’agisse d’un sabotage organisé par un concurrent. »

Le président du laboratoire, Erick Roche, n’exclut lui aussi aucune piste, car « aucune erreur industrielle n’a été relevé », mais « Par précaution, nous étendons donc le rappel à l’ensemble des lots ».

« …Nous prenons dores et déjà des mesures de sécurité supplémentaires sur les chaînes de production [NDLR françaises] » a ajouté un responsable de Teva en Israël.

Au Ministère israélien de la Santé, rapporte JSSNews, on considère que « l’acte de malveillance semble être la cause de ces mauvais conditionnements. Si c’est le cas, nous avons confiance en la justice française pour déterminer s’il s’agit d’une personne infiltrée, d’une sorte de « loup solitaire » qui voudrait nuire à l’industrie pharmaceutique israélienne, ou si, et il ne faut rien écarter, il ne s’agit pas du début d’une nouvelle ère de terrorisme médicamenteux ».

« Des groupes terroristes comme le Hezbollah sont capables de bien des choses et ont des agents partout. Ne tombons pas dans le conspirationisme mais gardons les yeux bien ouverts ! » a déclaré aujourd’hui un député israélien du Likoud.

 

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

1http://jssnews.com/2013/06/11/enquete-sur-laffaire-teva-la-piste-du-sabotage-anti-israelien-prend-du-serieux/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz