FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 11 juin 2013

Fatah-2

The réd chef – Mahmoud Abbas continue d’exiger, avant toute reprise des négociations : le gel des constructions dans les implantations ; le retour aux lignes de 1967 ; la reconnaissance de Jérusalem comme capitale palestinienne ; la libération des prisonniers ; et le retour en Israël des réfugiés palestiniens dispersés dans le monde depuis 1948.

Sur la forme, le procédé est une mufflerie. Entre gens de bonne volonté, on se met autour d’une table, sans conditions prálables, puis, on pose toutes les cartes, ouvertes, sur cette même table, jusqu’à aboutir à un compromis. Les dirigeants palestiniens prétendent faire le contraire, ce qui, en clair, signifie qu’ils sont, encore et toujours, des gens de mauvaise volonté, des muffles, des imposteurs.

Sur le fond, ce procodé est un aveu. C’est l’aveu clair et affiché de vouloir, comme par le passé, anéantir le peuple juif israélien par tous les moyens.

Le gel des constructions dans les implantations et le retour aux lignes de 1967 sont deux conditions préalables de nature raciste, antisémite, judéophobe. Elles ne tiennent pas compte de la réalité sur le terrain en 2013. Elles reviennent à déporter des centaines de milliers de Juifs afin de créer un Etat palestinien monoracial purifié de toute présence juive.

La reconnaissance de Jérusalem comme capitale palestinienne est une condition préalable de nature anachronique et belliqueuse. Si un Etat palestinien devait naître, un jour, pour la première fois dans l’histoire de cette région, alors cet Etat non pas restitué mais créé, serait essentiellement composé de la Judée et de la Samarie, car ce sont bien là les termes appropriés au plan historique, géopgraphique et anthopologique, pour parler de la « Cisjordanie ».

Dès lors, exiger que la ville de Jérusalem devienne la « capitale » d’un éventuel Etat palestinien qu’il reste à créer, cela consiste à vouloir encore une fois, à terme, déporter des centaines de milliers de Juifs et de Chrétiens afin de créer une « capitale » palestinienne monoraciale et monoconfessionnelle, purifiée de toute présence juive et chrétienne.

La libération des prisonniers (qui ne sont pas prisonniers pour avoir simplement volé une pomme à l’étalage) et le retour en Israël des « réfugiés »  palestiniens dispersés dans le monde depuis 1948 sont deux conditions préalables de nature à vouloir – par n’importe quel moyen – envoyer un maximum d’arabo-musulmans en Israël qui cesserait aussitôt d’être l’Etat hébreu, la terre des Juifs, qu’il a toujours été.

Le statut de réfugié est accordé, en termes de droit, pendant cinq, dix ou quinze ans, selon les pays. Au bout de cette période de 5 à 15 ans, le réfugié cesse naturellement d’être un réfugié, puisqu’il sollicite et obtient la nationalité de son pays d’accueil. On ne peut donc pas alléguer que celui qui était un réfugié en 1948 l’est encore en 2013.

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz