FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 juin 2013

Google Ngram est un outil de recherche de mots, un peu comme le Google que nous utilisons tous, mais avec une particularité : il recherche parmi les livres imprimés et publiés, et non sur Internet, et renvoie le nombre de fois où les mots clefs que vous tapez ont été mentionnés chaque année.

Google Ngram recherche parmi 5.2 millions de livres qui ont été numérisés par Google.

Ainsi, lorsque vous tapez Palestinian people et Palestinian state dans Google Ngram, vous obtenez le graphique suivant, qui vous indique depuis quand ces mots ont existé et été imprimés dans des livres :

Peuple palestinien selon Google Ngram

Et que découvrons nous (merci au site Israel Flash) ?

Rien moins que la confirmation que le peuple palestinien a été inventé dans le milieu des années 60, et qu’il n’est jamais mentionné par aucun auteur au monde, avant cette date.

Ceci pourrait avoir en soi une importance secondaire. Après tout, un peuple a le droit de se constituer, et il faut bien un début à tout.

Mais dans le cas particulier, cette confirmation – et je n’écris pas cette preuve, car les auteurs sérieux, Guy Millière et David Horowitz notamment, dans leur livre Comment le peuple palestinien fut inventé*, ont démontré que le peuple palestinien est une notion d’invention récente, cette confirmation donc, remet en cause et bouleverse un certain nombre de vérités géopolitiques.

La première est que le peuple palestinien n’existant pas avant 1960, la notion de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pour justifier la revendication ancienne sur la Palestine ne peut pas ici s’appliquer.

La seconde est que le peuple palestinien n’existant pas avant 1960, il ne peut revendiquer aucun lien historique – sauf à faire commencer l’histoire en 1960, avec Jérusalem.

La troisième est que le peuple palestinien n’existant pas avant 1960, les réfugiés reconnus et comptabilisés par l’UNRWA ne sont donc pas des réfugiés palestiniens mais, au mieux, des habitants de la région.

La quatrième est qu’entre la déclaration de l’Etat d’Israël de 1948 et la recapture par Israël de la Judée Samarie et de Jérusalem en 1967 – c’est à dire quand les mots peuple palestinien et état palestinien apparaissent, les arabes qui vivaient sur place n’ont pas senti le besoin de se constituer en peuple alors que la région avait été conquise par la Jordanie. Pourquoi ? Pourquoi la domination jordanienne ne leur posait-elle pas problème, pourquoi ne leur avait-elle fait naître aucune revendication ? La réponse est qu’ils se considéraient comme jordaniens, pays constitué sur le sol de Palestine.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

La cinquième est que si le besoin de se constituer en peuple n’est pas né en 1948 sous domination jordanienne, alors il ne s’agit pas d’un peuple, au sens étymologique, c’est à dire un « ensemble d’êtres humains formant une communauté structurée, d’origine commune », mais d’un peuple « politique », un peuple construit en réaction. Est-ce un peuple moins légitime ? On pourrait le croire, à constater le négationnisme ambiant de cette réalité factuelle et historique.

Et le corolaire est que puisque le peuple palestinien est inventé en 1960, c’est donc de 1960 que date l’origine commune de ce peuple. Ainsi, avant 1960, l’origine des arabes de la région n’est pas commune.

On pourra ajouter que des « frontières de 67 » avec un état qui n’existe pas encore est une notion certes intéressante mais peu sérieuse, que, à tout prendre, on comparera avec la situation de l’Alsace et de la Lorraine : la terre a changé de propriétaire, et les peuples qui l’habitaient ont pris la nationalité du pays conquérant… où sont partis, et qu’il semble difficile de se constituer en peuple en 1960 et de revendiquer une archéologie, une histoire, des racines, sauf à bénéficier de complicité dans les organismes internationaux comme l’ONU, l’UNESCO, l’UNWRA et l’UE … Mais est-ce impossible ?

Et pour terminer, puisqu’il n’existe pas de peuple palestinien, il convient que les chercheurs et historiens déterminent avec autant de précision que possible d’où viennent ces personnes qui se sont, depuis 1960, constituées en peuple. Combien d’entre-elles sont venues des contrées voisines comme travailleurs immigrés pour travailler dans les entreprises créées par les Juifs qui ont immigré en Palestine ottomane fin du 19e siècle, et combien vivaient déjà sur place. Assurément, les deux groupes ont des liens et des droits très différents avec cette partie de la terre de Palestine.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz