Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 juin 2013

Reims : agression le long du canal, l’auteur des coups laissé en liberté pour qu’il puisse recommencer, augmenter la violence, pousser les citoyens à se tourner vers le FN, et affaiblir la droite en la divisant. Ainsi la gauche se maintient au pouvoir, comptant sur les médias pour taire les alliances fétides de la gauche avec l’extrême gauche.

Il déambulait une cigarette à la bouche et une cannette de bière à la main le long du canal, le 9 mai dernier, lorsqu’il a croisé un groupe de six individus. L’un d’eux lui a demandé une cigarette. Il s’est exécuté sans broncher. Un autre lui a attrapé la cannette et l’a jetée dans le canal au prétexte qu’il avait trop bu.

Le ton est monté. Le malheureux promeneur a alors été roué de coups par l’un des membres du groupe, puis tous ont pris la fuite.

Deux d’entre eux ont finalement été interpellés quelques minutes après l’agression et placés en garde à vue. La victime les avait formellement reconnus. Ils ont été déférés le 10 mai devant le tribunal correctionnel de Reims sous le régime de la comparution immédiate, mais le tribunal avait ordonné un supplément d’informations.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Les deux racailles, déjà connues des services de police, avaient été maintenus en détention dans l’attente du renvoi du procès. Le troisième comparse, entendu sous le régime de témoin, avait de fait confirmé aux policiers être l’auteur des coups, dédouanant ainsi ses camarades.

Lundi, c’est libres qu’ils sont ressortis, après avoir été relaxés par le tribunal.

Tout comme l’agresseur qui, présent dans la salle d’audience, n’a même pas été inquiété.

Une décision qui a fait bondir l’avocat de la victime qui présente une fracture du nez et une baisse de l’acuité visuelle avec une ITT de 7 jours.

Le parquet, qui avait requis 3 et 8 mois de prison ferme pour leur implication dans cette bagarre, n’a pas été suivi.

Pour bien moins que ça, en fait pour ses opinions contraire au régime totalitaire socialiste, Nicolas purge une peine de deux mois de prisons.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz