FLASH
2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 24 juin 2013

Plus-belle-la-vie-1

Michel Garroté, réd en chef  –-  Dans le casting de « Sarkozy : le retour », il y a d’abord Carla Bruni, celle qui tient le rôle qui consiste à brouiller les cartes. Le problème, c’est que Carla était, demeure et restera une mauvaise actrice de série B. Voici ce qu’elle déclare çà et là : « Mon mari ne reviendra pas à la politique » ; « Ben oui, ce n’est pas à l’ordre du jour, sinon je vois pas pourquoi je dirais des choses pareilles » ; « J’aime bien tous les gens qui nous connaissent pas, qu’on ne voit pas, à qui on ne parle jamais, avec qui on ne dîne même pas, et qui disent que oui », il reviendra sur la scène politique. Voilà. C’est le niveau intellectuel de Carla à l’état pur.

Sarkopital

Ensuite, il y a, sur Le Huffington Post Français, le magistrat Philippe Bilger qui écrit (extraits ; voir source en bas de page) : « Ayant été magistrat durant près de quarante ans, tout naturellement l’état de droit m’est apparu comme le critère dominant à partir duquel j’ai évalué le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Et la République irréprochable promise en 2007 m’est demeurée en travers de l’esprit jusqu’en 2012, tant la malheureuse, avec sa pureté virtuelle, a été honteusement dégradée. D’où mon obsession, je l’admets peut-être lassante, pour me mobiliser afin d’éviter aux naïfs, aux superficiels, aux réalistes à courte vue, aux cyniques à tous crins, aux républicains relatifs, l’amertume de ma propre expérience qui s’est condamnée, faute d’avoir fait le bon choix en 2007, à se battre contre de possibles retrouvailles de Nicolas Sarkozy en 2017 moins avec la France qu’avec l’image narcissique de soi ».

Philippe Bilger : « Je ne peux pas oublier, comme mon péché originel en politique puisque j’ai tout permis, les premiers jours honteux, la suite illisible, erratique, arrogante, vulgaire, dominatrice, active, agitée, épuisante, étouffante, efficace, irréfléchie, instinctive, méprisante, surabondante, acceptable, catastrophique, si peu accordée à la Justice, médiocrement républicaine dans ses profondeurs et le terme tellement démagogique. Qu’on ne s’y trompe pas : ce serait pareil en 2017. On peut changer de politique mais on ne quitte pas sa personnalité, surtout quand elle s’estime nécessaire et hors de prix. La démocratie énervée d’hier sera celle de demain si on laisse faire ».

Philippe Bilger : « Qu’on ne vienne pas soutenir qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, de la défaite de la droite en 2012 à la revanche de Nicolas Sarkozy, qu’on ne nous apaise pas en nous rappelant l’adage mitterrandien du temps au temps. Ce qui est vrai pour le pouvoir et sa conquête – savoir ménager les étapes et composer avec le rythme des jours – ne l’est pas évidemment pour le tâcheron vigilant que doit être tout citoyen pour peu qu’il partage ma vision. Si c’est le cas, il n’y a pas une seconde à perdre. Aucune dénonciation n’est inutile, aucune dérision superflue, aucune réplique vaine. L’antisarkozysme conséquent n’a plus droit au repos ».

Philippe Bilger : « Puisqu’évidemment la promesse de Nicolas Sarkozy de quitter la scène politique a été, comme chacun de ses engagements, le signe éclatant qu’il accomplirait l’inverse, tant le besoin de se croire indispensable l’emporte chez lui sur l’honnêteté la plus élémentaire. Son attitude depuis un an, sans paradoxe, manifeste qu’il a encore moins l’allure d’un chef d’Etat même battu que durant ses cinq ans d’exercice du pouvoir. Son inaptitude à demeurer dans l’ombre, sa conciliation pour l’instant réussie entre sa passion de l’argent et sa vanité partisane, son faux effacement mais ses vraies manoeuvres, son désir éperdu de laisser la droite dans l’état lamentable où il l’a laissée pour n’avoir à craindre aucun rival révèlent de manière éclatante qu’il n’a rien appris de son rejet mais qu’il n’est inspiré que par l’émergence de sa propre personne en se parant de la conscience d’un devoir dont tout le monde le dispense ».

Philippe Bilger : « Et, autour de lui, le clan – je n’ose écrire : la bande organisée – se regroupe, se recompose, se congratule, comme si tout était déjà fait, comme si on allait tous les voir revenir, ces politiques, ces ministres, ces collaborateurs estimables et fidèles qui n’ont pas ouvert leur bouche ni leur morale pour émettre le moindre bémol durant cinq ans de transgressions banales ou éclatantes. Les Balkany sont aux anges, Courroye espère, Guaino n’aura plus à insulter la justice indépendante puisqu’elle n’existera plus et même Guéant reprend des couleurs. Il est si sûr d’être attendu, si persuadé de gagner haut la main, haut la manipulation que c’en devient, pour un homme comme lui, presque écoeurant de facilité. D’ailleurs, chaque jour le convainc que les médias ont compris parce qu’ils anticipent si bien. Le Monde annonce « son retour » et France Inter consacre une longue séquence à sa vie quotidienne comme si, pour un président défait, c’était la norme. Les journalistes piaffent autant que lui : ils veulent le revoir autant qu’il les a détestés. Comme les magistrats, les diplomates, beaucoup de citoyens, les corps intermédiaires. L’adulation de soi, je l’admets, laisse peu de place au respect d’autrui ».

Philippe Bilger : « Il est tellement déjà vainqueur d’un match qui pourtant n’a pas encore commencé qu’autour de lui on traite avec désinvolture ou avec une aimable indifférence les éventuels obstacles qui oseraient se dresser devant son irrésistible ressentiment, sa revanche programmée et certaine. Son épouse qu’il aime – il paraît qu’ils n’ont jamais été plus heureux si on écoute sa merveilleuse et élégante amie, Isabelle Balkany – ne souhaite pas qu’il revienne en politique mais qui prendrait ce tendre conseil pour autre chose que du vent ? Camille Pascal qui continue à écrire ses discours pour les remises de décoration et qui s’en flatte déclare que la seule personne qui pourrait empêcher Nicolas Sarkozy de faire à nouveau « don de sa personne à la France » est Sarkozy lui-même. Oubliée la défaite de 2012. Oubliée la victoire de François Hollande ».

Philippe Bilger : « Oubliée la Justice au quotidien qui traite enfin librement toutes les troubles affaires surgies du fond de son quinquennat. Pourtant, avant qu’un jour on le juge si cela survient, il n’est personne qui doute de la plausibilité de ces accusations. Il y a la présomption d’innocence certes mais sa personne, sa psychologie, son rapport à la République, son goût du lucre, son prurit de domination, son indifférence aux principes, tout nourrit ce qui lui est imputé. Etrange, d’ailleurs, comme la droite de Nicolas Sarkozy et de sa clientèle proche, en cette dernière année à la fois effrayée et nostalgique, a découvert les valeurs : elles ne sont recommandables que pour sa sauvegarde. L’innocence est invoquée à tout coup. Un tic même quand d’année en année elle s’est dégonflée ».

Philippe Bilger : « Oublié, méprisé François Fillon. C’est « le pire des traîtres » et il a peur de dire en face ce qu’il assume médiatiquement. La primaire de 2016, avec une UMP sous la coupe de Copé, sera une partie de plaisir, un remake plus subtilement agencé que celui de la fraude pour la présidence de l’UMP. Celle-ci, d’ailleurs, est tellement obtuse dans sa majorité qu’elle fera ce qu’on murmurera, enjoindra à son aveuglement. Oublié François Hollande. Il est « si nul ». Les quatre années qui lui restent vont être un calvaire pour la France. Nicolas Sarkozy sera le sauveur. Presque aussi bien que de Gaulle. Il conviendrait que le président de la République fût plus attentif à ce risque et conscient du fait que son optimisme apparent ne nous préservera de rien s’il ne constitue pas sa social-démocratie comme une machine à réussir », conclut Philippe Bilger (fin des extraits ; voir source en bas de page).

Sarkozy-Bayonne

Enfin, il y a, dans l’hebdomadaire Le Point et sur lepoint.fr, le chroniqueur Franz-Olivier Giesbert qui écrit (extraits ; voir source en bas de page) : « Le retour en politique de Nicolas Sarkozy est-il encore possible ? Les flots d’affaires qui dégringolent sur lui devraient l’obliger à reculer. La raison aussi. Depuis qu’il a quitté l’Élysée, M. Sarkozy ne songe qu’à retrouver son fauteuil et les lambris : il fait partie de cette catégorie de politiciens qui s’imaginent chef de l’État à vie pour devenir, après leur mort, président du Sénat. Vibrionnant en coulisses, M. Sarkozy a ainsi verrouillé la droite en poussant M. Copé à s’installer à la tête de l’UMP dans les conditions calamiteuses que l’on sait et en interdisant à ce parti d’exercer le moindre droit d’inventaire qui lui permettrait d’élaborer, enfin, un projet de société. Mais personne n’est irremplaçable, M. Sarkozy non plus. D’autant que tout porte à croire qu’il aura fort à faire avec la justice dans les années à venir. L’amoralisme n’est ni de droite ni de gauche ; il est partout ».

Franz-Olivier Giesbert : « Mais ce qu’on a appris sur le système sarkozyste de gouvernement, ces derniers temps, jette une lumière crue sur des mœurs qui rappellent fâcheusement celles des républiques bananières. Certes, les fines bouches sont fondées à parler de guerre des affaires, la droite et la gauche s’en jetant sans cesse à la figure, des vertes et des pas mûres, ce qui donne du travail aux médias et des suffrages au Front national. Il n’en reste pas moins vrai que toutes ces révélations sont plus que troublantes : affligeantes. Où était donc passée, pendant son quinquennat, cette « République irréprochable » vantée par M. Sarkozy durant sa campagne de 2007 ? Elle s’était mise en congé pour laisser se déployer la passion pour les fonds en liquide de M. Guéant, son Fouché de poche, ou l’incroyable scénario, digne d’un mauvais polar, qui mena à l’arbitrage favorable à M. Tapie ».

Franz-Olivier Giesbert : « Des affaires dont l’ancien président – qui a droit, cela va de soi, à la présomption d’innocence – aura du mal à faire croire qu’il n’en connaissait rien. Que M. Tapie ait eu droit à un dédommagement après que son groupe fut dépecé, en 1995, à la suite de l’affaire du match truqué VA-OM qui l’envoya en prison, c’est une chose : à la justice de trancher en toute transparence, elle est même là pour ça, et personne n’aurait rien trouvé à redire. Mais non, il a fallu que M. Sarkozy se mêle de près à cette histoire, comme si elle le regardait, mélangeant tout, les genres, les cuillères, le beurre, l’argent du beurre et la fille de la fermière, au mépris des principes d’un État de droit. Que deux des arbitres sur trois, MM. Bredin et ­Mazeaud, choisis par les parties en conflit, fussent a priori au-dessus de tout soupçon, c’est une évidence qui n’efface pas pour autant le malaise provoqué par cette affaire où s’est invité tout ce que la France compte de combinards et de navigateurs d’antichambre, sous l’autorité d’un omni-président », conclut Franz-Olivier Giesbert (fin des extraits ; voir source en bas de page).

A ce stade et pour l’instant, le casting de « Sarkozy : le retour », c’est donc Sarkozy, sa garde rapprochée, son épouse Carla, Philippe Bilger dans le rôle de magistrat et Franz-Olivier Giesbert dans le rôle de chroniqueur. Et comme « Sarkozy : le retour » est un feuilleton (encore plus nul que « Plus belle la vie » ce qui n’est pas peu dire), il y aura naturellement d’autres acteurs nuls et actrices nulles d’ici avril 2017. Cela dit, au-delà du nul, j’avoue éprouver une certaine sympathie pour le magistrat Bilger et pour le chroniqueur FOG. Car eux, au moins, ont du style.

Reproduction autorisée avec mention :

© Michel Garroté www.dreuz.info

Sources :

Sarkozy: la démocratie énervée

Franz-Olivier Giesbert : si M. Sarkozy est un homme d’État…

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz