FLASH
Le double attentat islamiste d’Istanbul a fait 29 morts dont 27 policiers et 166 blessés  |  Turquie : il viendrait de se produire 2 explosions massives à Istanbul  |  Selon des fuites, Rex Tillerson, PDG d’Exxon, futur Secrétaire d’Etat, en tandem avec John Bolton  |  Syrie : ISIS a recapturé une partie de Palmyre et dit avoir piégé des soldats russes et syriens  |  Londres : un musulman suspecté de préparer un attentat terroriste a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Stansted  |  Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 28 juin 2013
europe4all-poster1

Un pas de plus de l’OCI pour arriver à ses fins : limiter la liberté d’expression en Occident.

Le Secrétaire général de l’OCI prépare le terrain diplomatique pour convaincre les bureaucrates non élus de l’UE d’adopter une législation pénalisant tout discours « haineux » et limiter, par décret, la liberté d’expression de 500 millions de citoyens européens, y compris les politiciens démocratiquement élus, leur imposant ce qu’ils peuvent ou ne peuvent dire au sujet de l’Islam.

L’ OCI a officiellement inauguré à Bruxelles, le 25 juin dernier, une mission permanente d’observation, en présence de diplomates, de hauts fonctionnaires de l’UE et de dignitaires européens et musulmans.

Interdire tout stéréotype négatif de l’islam

L’objectif principal de l’OCI, financée par les pays islamiques à travers le monde, et dont le siège est en Arabie Saoudite, est de faire pression sur l’Europe et les Etats-Unis en leur faisant adopter des lois qui interdiraient tout « stéréotype négatif de l’islam. »

L’établissement d’une présence permanente de l’OCI à Bruxelles implique que le groupe a l’intention de redoubler ses efforts de lobbying visant à interdire toutes les formes d’«islamophobie», dans les 27 pays membres de l’UE, même si les restrictions sur la liberté d’expression, relatives à l’islam, y sont d’ores et déjà bien appliquées.

Lors de son discours inaugural, Mr Ihsanoglu a déclaré:

«Un intérêt croissant se manifeste au plus haut niveau de l’UE pour coopérer avec l’OCI […] Je pense que nos relations avec l’UE sur les différents points à l’ordre du jour, que nous partageons, bénéficieront à chacun d’entre nous. Il y a un besoin vital de coopération entre le monde musulman et l’Europe, et l’OCI, en tant que voix collective du monde musulman, synonyme de modernisation et de modération, sera l’institution appropriée pour traiter avec l’UE « . (L’OCI regroupe certains des pays les plus rétrogrades et les plus féroces du monde musulman)

Eradiquer les « sensibilités inutiles »

Ihsanoglu – qui avait récemment déclaré dans une interview à Al Jazeera que sa mission principale était de lutter contre la persécution religieuse des musulmans en Occident, avait ajouté : «Nous devons lutter sérieusement contre l’islamophobie et renforcer davantage les liens entre le monde islamique et Europe, afin d’éradiquer les sensibilités inutiles. « 

Depuis la fin des années 90, l’OCI a fait la promotion du très (pervers) « processus d’Istanbul » dont Aymeric Caron s’est récemment fait le complice en niant son existence face à Véronique Genest dans l’émission On n’est pas couché, et qui vise à criminaliser toute critique de l’islam, en faisant inscrire dans le droit international une interdiction à l’échelle mondiale de toute critique de l’Islam et de la loi islamique, la charia.

Au cours des dernières années, l’OCI s’est engagée dans une offensive diplomatique, tous azimuts, dans le but de convaincre les démocraties occidentales à mettre en œuvre la résolution 16-18, et a appelé tous les pays à lutter contre « l’intolérance, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation de la religion … et de la croyance. »

L’adoption de la Résolution 16-18, par le Conseil des Droits de l’Homme à Genève en Mars 2011 (avec le soutien de l’Administration Obama), en complément de la résolution 66-167, parrainée par l’OCI, qui avait été discrètement approuvée par l’Assemblée générale des 193 membres de l’ONU le 19 Décembre 2011, est considérée comme une étape importante dans les efforts de l’OCI pour faire progresser le concept juridique international de la diffamation de l’islam.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’OCI a marqué un autre coup diplomatique lorsque l’administration Obama a accepté d’accueillir une conférence de trois jours sur le Processus d’Istanbul à Washington DC. légitimant ainsi les revendications liberticides de l’OCI.

Afin de ne pas être en reste, l’UE a également organisé une conférence à Wilton Park à Londres, du 3 au 5 décembre 2012. Le but de l’événement était « d’arriver à une compréhension mutuelle de la résolution 16-18 du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur la lutte contre l’intolérance religieuse et sur la différence d’opinion en matière de liberté d’expression. »

Selon Ihsanoglu, l’offre de l’UE d’accueillir la réunion, qui a rassemblé des experts juridiques, des ONG, des représentants gouvernementaux, des universitaires, des législateurs et des éducateurs ainsi que des représentants de l’OCI, a représenté un «changement qualitatif » dans son attitude pour la lutte contre le phénomène de l’islamophobie.

L’OCI agacée par les critiques d’élus politiques

L’OCI a été particulièrement agacée par l’incapacité de l’UE à faire taire un nombre croissant d’hommes politiques européens démocratiquement élus qui ont exprimé leurs préoccupations sur le refus des immigrés musulmans à s’intégrer dans leur pays d’accueil et l’apparition de sociétés islamiques parallèles dans de nombreuses pays occidentaux.

Selon Ihsanoglu :

« l’islamophobie existe en l’Occident en général, mais se développe dans les pays européens en particulier et d’une manière différente qu’aux États-Unis, qui avait pourtant contribué à la rédaction de la résolution 16/18.

Cette nouvelle position européenne représente un progrès, par rapport à leur attitude plus réservée du passé, envers les tentatives de l’OCI pour lutter contre la «diffamation des religions» auprès du Conseil des droits de l’homme et de l’Assemblée générale des Nations Unies ».

Néanmoins, l’OCI a été incapable d’obtenir un soutien suffisant pour une loi globale sur le blasphème dans le cadre de l’ONU, et Ihsanoglu a annoncé en Octobre 2012 que l’OCI allait changer sa stratégie en faisant appel individuellement aux États-nations, afin de faire adopter la loi interdisant tout discours de haine à l’égard de l’islam.

L’OCI a également intensifié ses efforts pour criminaliser la critique de l’islam sur base de l’article 20 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) un traité multilatéral, qui fait partie de la Charte internationale des droits de l’homme.

L ‘article 20 du PIDCP stipule que le dénigrement des symboles ou de personnes sacrées d’une religion est une infraction pénale, et Ihsanoglu déplore sa non application par les Etats signataires.

En Janvier 2013, l’OCI avait organisé à Istanbul une réunion d’experts internationaux sur les droits juridiques et humains dans le but d’examiner toutes les options juridiques pour « interdire l’intolérance religieuse contre les musulmans. »

Dans son discours d’ouverture, Mr Ihsanoglu avait déclaré que cette réunion était une étape cruciale d’un processus multiforme, multi-faces, diplomatique et juridique contre ​​la campagne islamophobe, ayant pour sujets l’islam et son prophète.

Ihsanoglu avait ajouté : «Depuis le premier jour où j’ai pris mes fonctions, nous avons vu l’adoption de résolutions qui défendent l’islam et condamnent les attaques contre l’islam par l’Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève. »

L ‘OCI n’a pas l’intention d’abandonner la résolution 16-18 de l’ONU : «La question qui doit être discutée aujourd’hui par les sages est de savoir comment la résolution 16-18 sera mise en œuvre. Nous allons parler des sanctions à prendre au point de vue du droit international […] quand des caricatures arrogantes seront dessinées et des films blasphématoires contre l’islam et/ou son prophète seront tournés et diffusés. » (NDLR : Interdit et sanctions : deux mamelles de l’islam).

Le 22 Janvier 2013, Ihsanoglu avait déclaré aux responsables britanniques qui assistaient, à Londres, à une réunion de haut niveau sur l’intolérance, que la question de l’islamophobie était de nos jours, de la plus haute importance, et «d’un intérêt vital». Il a encouragé l’Union européenne à réfléchir à ce problème et à trouver un terrain d’entente sur la lutte contre « l’intolérance et la discrimination des musulmans. ».

Visiblement, le génocide des Chrétiens et autres minorités non musulmanes dans certains pays membres de l’OCI n’est pas au programme de l’OCI sur la lutte contre l’intolérance et la discrimination.

S’adressant aux médias turcs, le 24 Juin dernier, avant la cérémonie d’ouverture à Bruxelles, Ihsanoglu avait mis en garde l’UE contre l’autorisation de tout discours qui pourrait être considéré comme hostile à l’islam.

Interdire l’utilisation du terme «terroriste islamique »

Par exemple, Ihsanoglu a exhorté l’UE à interdire l’utilisation du terme «terroriste islamique » (comme l’Administration Obama) et à le remplacer par le mot «djihadiste». Selon Ihsanoglu, « le jihad ne signifie pas nécessairement tuer l’autre». Il a également blâmé les Occidentaux d’avoir déformé la notion de jihad, pour l’appeler «guerre sainte». Il a dit que les érudits musulmans ont affirmé à plusieurs reprises que le mot jihad, mentionné dans le Coran, signifie simplement la « lutte » pour faire le bien et éliminer l’injustice, l’oppression et le mal de la société. (Belle taquyia. Ihsanoglu va-t-il expliquer cette délicate nuance aux « jihadistes » qui mènent le jihad en Syrie ?)

Pendant ce temps, l’OCI a organisé des colloques « anti-islamophobie» à travers l’Europe. Intitulé «les bavures contre l’islam et les musulmans dans les médias», le premier du genre a eu lieu à Bruxelles les 15 et 16 février 2012, et avait pour but de mettre en place des mécanismes d’information pour faire face aux campagnes diffamatoires contre l’Islam dans les médias.

Un autre organe de l’OCI appelé Organisation pour l’éducation, la science et la culture islamique (IESCO), a organisé un séminaire sur «la façon de traiter les images stéréotypées de l’islam dans les programmes de télévision européens. »

Le but de ce séminaire était d’aider les journalistes européens à identifier les caractéristiques des stéréotypes sur l’islam dans les programmes de télévision européens, mettre en évidence les dangers de la diffamation des religions, et clarifier la distinction entre la liberté d’expression et le droit à la différence culturelle, l’engagement de l’identité culturelle islamique et la lutte contre le racisme et la haine. (Le droit à la différence culturelle pour les musulmans, l’interdiction pour les non musulmans).

Selon Ihsanoglu, affirmer que l’islam est le problème, comme revendiqué dans le discours haineux de l’islamophobie, c’est nier les valeurs sublimes de l’Islam de paix, de compassion et de tolérance, et toutes les nobles vertus dont l’Islam est synonyme, depuis quatorze siècles : une civilisation tolérante, brillante et radieuse. (J’ai beau chercher, je ne vois aucun pays musulman qui corresponde à cette sublime définition)

Dans son dernier livre, intitulé L’Europe, la mondialisation et l’avènement du califat universel*, Bat Ye’or analyse en profondeur la relation opaque entre l’UE et l’OCI, qu’elle décrit comme une sorte de califat universel, exerçant un pouvoir important via l’UE, l’ONU et autres organisations internationales.

Une série de mesures visant à empêcher l’intégration des musulmans

Bat Ye’or y décrit un manuel de stratégie de l’OCI : «Stratégie de l’Action culturelle islamique en Occident», dans lequel l’OCI affirme que «les communautés d’immigrants musulmans en Europe font partie de la nation islamique» et recommande «une série de mesures visant à empêcher l’intégration et l’assimilation des musulmans dans la culture européenne. »

Selon Bat Ye’or, le califat est vivant et en pleine croissance en Europe. Il a avancé à travers la négation de dangers et l’obfuscation ou opacification de l’histoire. Il a progressé sur les tapis dorés dans les couloirs du dialogue, le réseau des Alliances et partenariats, dans la corruption de ses dirigeants, des intellectuels et des ONG, en particulier au sein des Nations Unies.

Lors du Sommet islamique, tenu au Caire le 12 Février 2013, les membres de l’OCI ont élu à l’unanimité Ivad bin Amin Madani.

Ce sera la première fois que l’OCI – qui se décrit comme le «seul et unique représentant officiel du monde musulman […] le véritable porte-parole du monde musulman» – sera dirigé par un Saoudien, et selon de nombreux observateurs, l’OCI, sous la férule de Madani, deviendra encore plus extrémiste.

Pendant ce temps, Ihsanoglu continue à exhorter l’UE à accueillir l’islam en Europe, comme un membre de la famille et non en tant qu’invité. Il a déclaré que l’exclusion de l’Islam signifie ignorer le rôle influent de la civilisation islamique dans l’évolution de la civilisation occidentale.

Ils sont vraiment persuadés de la véracité de leurs mensonges, mais le plus grave, c’est qu’ils réussissent à convaincre les dirigeants européens de cette imposture, si bien que ce mythe devient une réalité pour de nombreux crédules.

Ihsanoglu parle de la « persécution des musulmans » en Occident. Quelle arrogance ! Les Chrétiens, les minorités non musulmanes persécutées, assassinées et considérées comme des souillures sur la terre islamique ? Pas un mot. Les génocides des non musulmans dans plusieurs pays membres de l’OCI ? Pas un mot. Les crimes, attentats terroristes quotidiens entre chiites et sunnites ? Pas un mot. 100 000 morts en Syrie, et le chiffre va doubler avant que le monde ne bouge ? Pas un mot non plus.

L’UE le sait, mais l’UE se tait, tout comme l’Administration Obama, qui, toutefois, exige des Chrétiens d’Egypte, par l’intermédiaire de son ambassadrice, qu’ils ne contestent pas les Frères musulmans.

Quant à l’apport de la brillante civilisation islamique à la civilisation occidentale, à part la barbarie, la cruauté, la violence, et ce depuis 14 siècles, jusqu’à aujourd’hui via l’immigration massive de musulmans, je ne vois que la destruction programmée de nos valeurs, de notre civilisation, la régression et le retour à l’obscurantisme, caractéristique de l’islam.

Chaque sondage dans chaque pays européen confirme le rejet de l’islam par toutes les populations, et une obstination de l’intensification de l’immigration par les élites et décideurs. Jusqu’à où, jusqu’au bout ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source : » OIC Opens Office in Brussels to Fight « Islamophobia » in Europe” by Soeren Kern (traduit, adapté et commenté par Rosaly)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz