FLASH
Australie #Melbourne : Un homme lance sa voiture sur la foule : 3 morts, 27 blessés  |  Gambie : le département d’Etat américain demande à ses ressortissants de quitter le pays – risque de conflit armé  |  Trump entend faire de son discours inaugural sa vision philosophique pour l’Amérique  |  Benjamin Netanyahu fait l’objet d’une enquête de la police dans au moins 4 dossiers  |  Marwan Abu Ras (Hamas) : « les juifs recrutent des prostituées et des filles qui ont le SIDA pour attraper les Arabes »  |  Trump : je n’ai pas oublié ma promesse de déplacer l’ambassade à Jérusalem, je suis quelqu’un qui tient promesse  |  Mali : al Qaïda revendique l’attentat qui a fait 47 morts  |  Mali : l’attentat contre le camp du MOC atteint maintenant 77 morts…  |  Nolan L. qui a giflé Manuel Valls: 3 mois de prison avec sursis et 105h de travaux d’intérêt général  |  Valls interpellé par un auditeur d’Inter: « la claque, on était 66 millions à vouloir te la donner »  |  France Isère : attaque au couteau dans 1 hôtel et 1 Mc Donald’s: 4 blessés dont 1 grave. Suspect arrêté  |  Israël attentat terroriste : comme à Berlin et Nice, un Palestinien a lancé sa voiture sur les piétons – 1 mort  |  Trump: « intéressant, ces stars qui disent qu’elles refusent de chanter le jour de l’inauguration : nous ne leur avons même pas proposé ! »  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes, je n’aurais pas besoin d’utiliser Twitter pour dénoncer leurs mensonges »  |  Zemmour et le « respect pour les djihadistes » : apologie du terrorisme classé sans suite  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 6 juillet 2013

Une trentaine d’athées d’origine musulmane revendiquent « la liberté de critiquer les religions ».

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

D’anciens musulmans ayant rompu avec l’islam lancent samedi à Paris un Conseil des ex-musulmans de France pour réclamer le droit de se dire athées et de critiquer leur religion d’origine. « Nous sommes un groupe d’athées et d’incroyants qui avons, de ce fait, fait face à des menaces et à des restrictions dans nos vies personnelles, plusieurs d’entre nous ont été arrêtés pour blasphème », expliquent les membres fondateurs dans leur appel publié sur Facebook. Ils se réfèrent notamment au chevalier de La Barre, exécuté en 1766 pour avoir refusé de soulever son chapeau au passage d’une procession religieuse et dont la cause avait été défendue par les philosophes des Lumières.

« Aujourd’hui, d’innombrables François-Jean Lefebvre de La Barre sont menacés, torturés, emprisonnés, mis à mort pour apostasie, blasphème, hérésie et pour refus de se plier aux diktats islamistes », affirment les promoteurs de ce Conseil. Ils réclament notamment « la liberté de critiquer les religions », « l’interdiction de toute restriction à la liberté inconditionnelle de critique et d’expression, sous couleur de la religion », ainsi que « la liberté d’athéisme ». Ils veulent aussi interdire tout ce qui s’oppose dans l’islam, selon eux, « aux libertés des peuples » et « à l’autonomie des femmes ».
L’apostasie passible de la peine de mort en Iran et en Arabie saoudite

À l’origine de ce Conseil, composé d’une trentaine de membres de diverses nationalités (marocaine, algérienne, pakistanaise, iranienne, sénégalaise), un appel du Palestinien Waleed Al-Husseini. Ce blogueur de 28 ans avait été détenu plusieurs mois en 2010 en Cisjordanie, accusé de commentaires blasphématoires envers le Prophète, avant de se réfugier en France. « Nous voulons porter en France la voix des ex-musulmans qui dénoncent le mensonge selon lequel tout musulman l’est toujours, alors que ce n’est pas vrai », a expliqué l’un de ses membres, Atika Samrah, une Marocaine installée en France depuis cinq ans et qui dit n’avoir jamais pu se dire athée dans son pays.

Des associations similaires existent en Grande-Bretagne et en Allemagne. « Nous avons choisi le même nom et le même logo (le mot « ex » accompagné d’un croissant), en y ajoutant la carte de France pour bien refléter notre appartenance », a-t-elle précisé. Rejetée par l’islam, l’apostasie est passible de la peine de mort en Iran et en Arabie saoudite.

http://www.lepoint.fr/societe/islam-un-appel-pour-le-droit-au-blaspheme-et-a-l-atheisme-06-07-2013-1701257_23.php

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz