FLASH
[30/05/2017] France, filière djihadiste : 6 musulmans arrêtés à Bordeaux et Paris  |  Philippines : l’armée envoie un message aux terroriste : « rendez-vous ou mourez »  |  [29/05/2017] Manchester : nouvelle arrestation – au total 14 musulmans – de nouvelles perquisitions en cours  |  Berlin : voiture piégée avec plaques volées. Un jardin d’enfant et habitants évacués  |  [28/05/2017] Udi Segal channel 2- A Bethlehem Trump a hurlé sur Abbas: « vous m’avez piégé! Les Israéliens m’ont montré comment vous incitez au terrorisme  |  [27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 8 juillet 2013

En avril, une maman et un oncle ont été relaxés d’apologie de crime pour une inscription sur un tee-shirt. Le Parquet a fait appel.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ils n’ont pas le profil de dangereux islamistes radicaux et pourtant, hier, devant la chambre des appels correctionnels de Nîmes, Bouchra Bagour, 36 ans, et son frère Zeyad, 30 ans, ont répondu d’apologie de crime. Le parquet a en effet relevé appel de la relaxe prononcée le 10 avril par le tribunal d’Avignon.

Le 25 septembre 2012 une enseignante qui accompagnait aux toilettes Jihad, âgé de 3 ans, scolarisé en petite section de l’école maternelle des Ramières de Sorgues, s’est émue du tee-shirt qu’il portait sous sa veste : il était inscrit « je suis une bombe » et dans le dos « Jihad né le 11 septembre ». La directrice de l’école a pris le tee-shirt en photo pour effectuer un signalement à l’inspection académique. Le maire de Sorgues s’est constitué partie civile lorsque des poursuites pour « apologie de crime » ont été engagées à l’encontre de la maman mais aussi de son frère qui a fait floquer le tee-shirt pour l’anniversaire de son neveu.

Les magistrats de la cour d’appel ont tenté de saisir l’intention des prévenus qui à l’évidence sont dépassés par « l’affaire » surmédiatisée. Pour se dédouaner, l’oncle évoque une blague. « Mais qu’est ce qui peut faire rire quand on fait allusion à 3 000 morts ? » questionne la présidente Greiss. Embarrassée, la maman veut déconnoter le mot Jihad en assurant qu’il s’agit pour elle simplement du prénom de son fils et que la date du 11 septembre représente le plus beau jour de sa vie et pas la date anniversaire d’un attentat.

« Oui ça craint »

Et puis « petite bombe ça veut dire beau gosse » avance Bouchra qui dit avoir hésité à mettre le tee-shirt à son fils car il était « un peu petit pour lui ». « Madame, vous jouez la bécasse », l’interpelle vivement la présidente avant que son frère ne soit interpellé par les conseillers sur son sens de l’humour. Une blague incompréhensible « dans notre pays où il y a encore des risques d’attentats majeurs et des souvenirs douloureux », grince le conseiller Reynaud alors que Zeyad tergiverse et n’explique pas clairement « où est la galéjade ». Il ressort des débats que, plus que de l’humour, c’est une certaine banalisation du terrorisme qui pourrait être à l’origine de ce faux pas. « Oui ça craint », admettent les prévenus.

Partie civile pour la mairie de Sorgues, Me Avril assure que le tribunal d’Avignon qui a prononcé une relaxe a eu une « lecture idéologique du dossier ». Il est évoqué l’esprit « malicieux » de Zeyad qui a usé « volontairement » d’une « terminologie guerrière » et « utilisé un enfant de trois ans en paravent ». « Tout cela a gravement perturbé le fonctionnement du service public scolaire. Il est normal que le maire agisse. D’autant plus que trois islamistes radicaux ont été arrêtés la semaine dernière à Sorgues par les policiers antiterroristes », livre l’avocat.

« Manoeuvre politicienne »

Pris dans sa diatribe, Me Avril, tout en assurant que le maire ne fait pas dans la « manipulation politique », s’indigne qu’il a été requis par le parquet une simple peine d’amende pour ce délit alors qu’un opposant au mariage gay a été condamné à deux mois de prison ferme ! L’avocat général réclame la même peine que celle requise en première instance : 3 000 € à l’encontre de l’oncle et 1 000 € pour la maman.

Me Gaëlle Guenoun dénonce une instrumentalisation de la justice par la mairie de Sorgues qui ne peut, en droit, se constituer partie civile. Me Makouh assure que la traduction de Jihad n’est pas figée. « S’il peut se traduire par « guerre sainte » il signifie aussi « l’effort sur soi ». Ce prénom, comme d’autres, renvoie à une vertu et pas à une guerre de masse ». L’avocat dénonce une « manoeuvre politicienne dans une ville où la municipalité, débordée sur sa droite, fait de la surenchère pour ne pas perdre les prochaines élections ». Délibéré au 20 septembre.

http://www.laprovence.com/article/edition-avignon-grand-avignon/2435290/le-tee-shirt-de-jihad-je-suis-une-bombe-refait-debat.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz