Publié par Gaia - Dreuz le 9 juillet 2013

La justice a sommé vendredi le maire de Montrouge (Hauts-de-Seine) de prêter une salle de prière à une association musulmane pendant le ramadan alors qu’il s’y était refusé.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), saisi en urgence par l’Association fraternité Montrouge (AFM) l’a « enjoint » à lui proposer une salle communale « pour quelques heures pendant plusieurs jours au cours de la période du ramadan » dans un délai qui « ne saurait excéder 48 heures à compter de notification » de la décision de justice.

La ville devra également verser 1 000 € à l’AFM au titre des frais de procédure.

Principe de laïcité ?

L’association avait effectué une demande de mise à disposition de salle, la sienne étant « trop petite » et sous le coup d’un arrêté de fermeture pris en février par la mairie en raison de « problèmes de sécurité et d’urbanisme ».

Mais le maire (UDI) de Montrouge Jean-Loup Metton avait rejeté sa demande mi-juin, invoquant selon l’association qu’une telle mise à disposition « méconnaîtrait le principe de laïcité ».

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Montrouge.-Un-maire-somme-de-preter-une-salle-pour-le-ramadan_6346-2210487-fils-tous_filDMA.Htm

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz