Derniers articles

ManifPourTous-8

La loi sur le mariage homosexuel est juridiquement condamnée,...

Ségolène Royal Surendettement en 20 minutes

Comment Ségolène Royal gaspille l’argent des contribuables en 20...

12 juillet 2013 Commentaires (35) Jean-Patrick Grumberg ECONOMIE, Les dossiers, Présidence Hollande

La gastronomie française en voie de disparition

La gastronomie française est en train de disparaitre, emportée par la fiscalité écrasante, et les enfants qui naissent en 2013 ne la connaîtront pas.

Regardez ce magnifique plat cuisiné que le serveur vous apporte, explique le Washington Post1, vous pensez qu’il a été préparé et cuisiné avec amour par le chef du restaurant à étoiles que vous avez soigneusement choisi ? Et bien vous vous bercez d’illusions. Ce que vous vous apprêtez à manger, c’est du congelé, préparé dans une usine, livré au restaurant, qui l’a passé au micro-ondes en vous faisant croire que vous dégustiez de la cuisine française traditionnelle.

Selon l’étude publiée par le Washington Post, c’est un restaurant français gastronomique sur trois qui sert du congelé industriel en faisant croire que vous dégustez un plat préparé sur place par un chef talentueux comme seule la France en forme.

L’étude, publiée par l’Union nationale des hôtels, restaurants et cafés, révèle qu’un tiers des restaurants avouent qu’ils servent de la cuisine industrielle congelée à leurs clients. Mais il se dit que le chiffre réel est bien plus important, car beaucoup de chefs étaient embarrassés d’admettre qu’ils trompent leurs clients.

Mais au delà de la tromperie envers les clients – qui relève de la fraude, sauf si le mot congelé est mentionné sur la carte – c’est tout l’héritage national de la gastronomie française, qui explique en partie pourquoi la France est la destination touristique la plus recherchée, qui est trahie, expliquent les chefs interrogés pour commenter cette étude. Après tout, ajoute un chef, l’UNESCO a classé la gastronomie française patrimoine de l’humanité. Ce patrimoine est en train d’être lentement détruit par l’écrasante fiscalité française.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’un des chefs qui s’est exprimé sur l’étude est Bernard Grateloup, propriétaire du Café de la Poste à Carmaux, au nord de Toulouse. Grateloup a expliqué aux journalistes qu’il achète des fruits et des légumes frais au marché quand il peut, mais que s’il achète des plats et des viandes congelés, il dispose de légumes et fruits en dehors de leur saison, les prix sont incroyablement moins chers, et la gestion du congelé est bien plus facile.

Par exemple, une portion de thon provençal avec un accompagnement de ratatouille coûte 4 euros dans une usine de préparation de surgelés pour restaurants. Il peut la stocker indéfiniment, et la vendre pour 17 euros après l’avoir réchauffée 3 minutes au micro-ondes. Un éclair au chocolat coûte 60 centimes d’euros à l’usine, et arrive sur la table du client en lui laissant un profit gigantesque.

Cette pratique s’est développée comme une trainée de poudre en quelques années, en raison de l’amélioration des techniques de congélation, et surtout parce que les propriétaires de restaurants arrivent à mieux résister à l’enfer fiscal en réduisant le nombre de chefs et d’assistants dans les cuisines.

Arrêtez de tromper les consommanteurs !

Alain Fontaine, qui dirige Le Mesturet près de l’Opéra à Paris – et qui prépare tous ses plats – se lamente de cette fâcheuse tendance, non seulement parce que c’est une tromperie envers les consommateurs, mais aussi parce qu’à la fin, tout le monde va se retrouver à manger la même cuisine produite en masse, avec le même goût uniformisé. La variété, la richesse, la créativité de la gastronomie française n’y résisteront pas.

« Ce n’est pas juste », explique-t-il, « nous allons atrophier nos sens ».

Jean-Patrick Grumberg : par expérience personnelle, je donne raison à Alain Fontaine, car il m’est arrivé de faire goûter des plats français à des étrangers dont le goût n’est pas assez développé pour détecter les nuances de ce qu’ils mangeaient. Je me souviens du cas spécifique d’une amie qui ne percevait pas la différence entre la confiture de fraise et la confiture de framboise, ni la différences des tailles de bulles des différentes eaux gazeuses.

« Nous sommes à un tournant historique de la cuisine » expliquait déjà Bernard Boutboul, un consultant parisien de l’alimentaire, en 2009. « Depuis 6 ou 7 ans, les clients ne sont plus satisfaits des prix élevés pratiqués dans certains restaurants ». Et la seule et unique raison qui affecte les prix, ce sont les invraisemblables taxes – qui sont payées par le client dans son addition.

Yves Pinard, du restaurant Le Grand Louvre situé à l’intérieur du Louvre, avait détecté le problème il y a plusieurs années : « Le trois mots clefs de la restauration sont vite, bon et pas trop cher ».

Faire les choses correctement affectent notre rentabilité, reconnait Fontaine. Ses chefs touchent un salaire de 2 200 euros net par mois, ce qui représente un coût total de 4 400 euros. Un assistant gagne 1 600 euros net – soit 3 200 euros pour Fontaine. Embaucher des sans papiers – ce qui ferait très plaisir aux associations de défense des sans papiers – pour ouvrir et fermer la porte des micro-ondes, représenterait une économie très importante.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

1http://www.washingtonpost.com/

35 Responses to La gastronomie française en voie de disparition

  1. Nethanel dit :

    Tant qu’ils leur servent pas du boeuf au gout cheval ca passe encore…

    • alain dit :

      visionnaire et realite , voila ce que nous disait avec humour notre regrete louis de funes, l aile ou la cuisse, et la montre dans le fourre , en fait ce film n a jamais ete un gag

  2. Van drepol dit :

    il est triste de voir que certaine chose qui paraissent immuable au temps ne le sont finalement pas

  3. Chinook North Wrecker dit :

    Bravo au WaPo (pour une fois !) qui met les pieds dans le plat ! oui, je sais, blague à deux euros, trop facile, mais bon, je ne suis pas très en forme aujourd’hui ! Ceci dit, prendre les gens pour des cons, c’est quand même une spécialité bien française, et ça se confirme même dans ce qui est en principe un étendard bien frenchy, sa cuisine.

  4. allah babar dit :

    ne vous en faites pas les bobo socialistes avec leur nouveau ami gai les verts vont crée des restaurants bio pour les éco citoyens responsable et solidaire quoi que non ils aiment pas crée des entreprises ils préfèrent vivre des subventions et imposer leurs idioties au reste du monde

  5. sansdieu dit :

    Sans compter l’interdiction du porc en francataristan à partir de 2020-2030.

  6. daniele dit :

    La seule activité « d’avenir » qui restait à la France était le tourisme. Je pensais naïvement que les restaurateurs de la Côte d’Azur étaient les plus voleurs, vu les prix pratiqués en pleine saison pour la quantité et la qualité des mets servis.

    Et ben…

    Allez ! Je vous fais une paella (une vraie), un caldero (trop excellent) et un couscous royal (pas de chez Garbit) quand vous voulez ! Il vous en coûtera le plaisir de les déguster !!!

    • Texas dit :

      A 20$ en fwance t’as de la merde j’ai vécu dans ce pays pendant 5 ans en plus dans les restaurants fwançais ils sont incabables de parles Anglais Smile

  7. jacqueline dit :

    ce n’est pas donné à tout le monde d’aller dans un restaurant gastronomique à des prix astronomique ! les chefs cuisinent des produits frais !
    rien à voir avec les petits restaurants qui cuisine des surgelés et des plats tout prêts surgelés !

  8. Hagdik dit :

    Cette étude a déjà été faite par des journalistes spécialisés et vue sur les chaînes de télé.
    Il existe en France une ou deux société industrielles qui préparent des plats surgelés de haute qualité pour les restaurants. Les gastronomes ne s’y laissent pas avoir mais le commun des mortels n’y voit que du feu.
    Les reporters avaient fait une démonstration intéressante en retrouvant les cartons dans les poubelles au petit matin. L’origine ne laissait aucun doute.
    La même chose existe aussi en pâtisserie et chez les glaciers.
    Chaque consommateur devrait réfléchir au prix qu’il paie pour une prestation. Prenez une glace (c’est de saison) 2 boules vanille chocolat que vous payiez 3 ou 4 francs en 2000, c’était alors de la vraie glace préparée.
    Vous payez aujourd’hui 5 à 8 euros mais c’est fait avec de la poudre turbomixée dans de l’eau et congelée à haute vitesse dans une machine spécialisée.
    Ce n’est pas de la nostalgie, c’est de la chimie.

  9. Lena dit :

    La qualité des plats passait aussi par la qualité des produits qui a totalement disparu, le profit passant avant tout.
    On ne peut pas à la fois s’émerveiller de la mondialisation et réclamer de l’authenticité.

  10. sanpartipris dit :

    faut pas tout mélanger
    acheter un plat surgelé tout fait et le réchauffer au micro onde et acheter des ingrédients surgelés pour pouvoir les préparer à la demande selon sa recette. Personnellement le poisson surgelé directement surgelé sur le bateau est bien souvent de meilleure qualité que le poisson frais à la Astérix que l’on trouve sur les marchés

  11. petit jean dit :

    pardon de cet avis brutal mais moi je dis : « que crève la fumeuse gastronomie française » !

    j’en ai assez de me faire voler par l’immense majorité des restaurateurs français.

    Je m’explique:
    -je vais souvent au restaurant
    -il est rare que je mange à ma faim, sauf à avoir une addition astronomique
    -le service est souvent critiquable
    -dans certains restaus, faut voir le cinoche des serveurs qui vous apportent des portions de 40 grammes : assiette immense et au mileu, tout petit, la nourriture occupe 10cm2
    -des chefs, ou supposés tel, confonde oeuvre d’art et repas. Si je veux voir des oeuvres d’art je vais au musée.
    -les portions servies sont scandaleusement petites. Je ne mange pas à ma faim !
    -encore recemment une flûte de champagne (j’étais avec mon épouse) nous a été servie, elle devait faire 8 centilitres ! Et pas d’amuses bouche avec, j’ai dû me réclamer !
    -encore récemment, et je savais que j’allais encore me faire voler ,mais c’était un test, encore un, je commande une tranche de foix gras. Ce foix gras est arrivé sur une assiette nue : il était trop froid, devait peser 40 grammes, pas de compote d’oignon, pas de compote de griottes, rien à part une sorte de virgule marron sur l’assiette.

    Non , désolé, ces restaurateurs se foutent de notre gueule.

    Je préfère un repas d’une extrême simplicité, copieux avec un vin ordinaire, à tous ces voleurs.

    Curieusement, aux USA et en Italie, je mange mieux, plus et moins chers…..

    • Giora Hod dit :

      « Si je veux voir des oeuvres d’art je vais au musée ».
      Au Jeu de Paume sans doute!!!

    • Francois LAUTRE dit :

      @petit jean.
      Mais pourquoi fréquentez vous des restaurants pareils qui ne vous conviennent pas à l’évidence ?
      Il y a tellement de restaurants que vous devriez trouver facilement celui qui pourra satisfaire qualité et …quantité ,puisque vous semblez être un gros mangeur.
      Bon appétit.

    • HALLALI dit :

      Peut-être que le foie gras que vous avez dégusté s’est rebellé de se voir tant maltraité sur le plan orthographique ?…

      Il faut savoir manger certes mais aussi ne pas trop malmener la langue… Grin Monkey

  12. Pepe dit :

    Il ne faut quand même pas exagérer. J’ai dans ma famille un Chef étoilé et je puis vous assurer qu’avec ses cartes qui changent à chaque saison la gastronomie à la Française avec des produits frais existe toujours. Maintenant c’est au consommateur d’être vigilant. Plus la liste des plats sur la carte d’un restaurant est longue, plus vos êtes sûrs de manger du surgelé, la nouvelle loi qui va obliger les restaurateurs à préciser si la cuisine est faite avec des produits frais et cuisinés sur place va donner un bon coup de pied dans cette fourmilière de marchands de soupe qui tuent la vraie cuisine.
    Mais est-ce vraiment la gastronomie qui fout le camp ou bien la clientèle qui préfère bouffer de la m*rde ? Quand je vois le nombre de voitures garées devant une certaine chaîne de restauration rapide je me pose la question. Si je devais pour des raisons financière me nourrir exclusivement de hamburgers, j’irai acheter un vrai steak haché chez un vrai boucher, une baguette, un oignon, un pot de cornichons et je paierai l’ensemble bien moins cher que che M…….d, et au moins je ne mangerai pas un truc de 2 mm d’épaisseur coincé entre deux tranches d’un pain qui n’a de pain que le nom.
    Le problème de la main-d’oeuvre par contre est bien réel, mais il touche tous les secteurs, à partir du moment où vous avez l’obligation de bosser dimanches et jours fériés parfois très tard suivant le service, vous ne trouvez plus personne, là ce n’est plus la gastronomie qui fout le camp, c’est la jeunesse.

    • Franhenjac dit :

      Je suis absolument d´accord avec vous ! Beaucoup ne savent plus apprécier la bonne cuisine, parceque beaucoup de femmes ne savent ni cuisiner, ni reconnaître un bon produit d´un mauvais.
      Dernièrement une grand-mère me racontait que ses petits-enfants n´appréciaient pas les bons plats cuisinés qu´elle leur faisait, par contre, ceux-ci étaient ravis d´aller manger chez M..D. La mère des enfants, la belle fille, ne sachant pas cuisiner, les enfants ne connaissaient que les plats préparés.
      d´où l´expression : l´on ne donne pas de confiture aux cochons !
      Dur…mais notre culture en est là…. dans tous les domaines.

    • Francois LAUTRE dit :

      @Pepe,
      Votre commentaire est intéressant et j’y souscris entièrement.
      Vous devez savoir  » manger  » comme il se dit.
      C’est en effet très bon un hamburger à la viande ,j’en fais de temps en temps et je le nomme tout simplement sandwich à la viande avec un peu de moutarde en plus.
      Je connais bien le milieu de la cuisine gastronomique et de la cuisine dite bourgeoise. Il y a le choix pour un curieux .
      J’ai des souvenirs merveilleux de repas, dégustations,expliquations des Chefs, si bien que j’en ai connu plusieurs et ,en faisant partie de clubs gastronomiques,d’amateurs aussi curieux que moi.
      C’est une passion très prenante et il faut dire qu’a 15 ans je cuisinai déjà.
      Pour reprendre un des slogans d’un de ces clubs, je dirai que la cuisine ,c’est simple « tout est dans le produit « .
      C’est bien dommage que je puisse inviter tout Dreuz ,je vous aurai régaler.
      Bonne cuisine pour tous.

  13. Roxanne dit :

    Il existe encore d’excellents restaurants ou on mange raffiné et à sa faim,mais ils sont rares et pas dans des villes touristiques,si je vais au resto c’est pour déguster des plats que je ne mange pas souvent sinon autant rester à la maison cuisiner moi même de bons produits !!
    Dans certains « grands » resto on a l’impression d »être des cobayes
    Je préfère une cuisine simple mais bien faite !!!!!!!

  14. Hector dit :

    Je mange du surgelé chez moi mais jamais des plats préparés . La cuisine préparée avec des légumes et viandes non congelés ou cuisine qui combine les deux pour moi c’est une bonne cuisine .
    Je reprocherai à un restaurant de me servir des plats tout préparés congelés en usine sauf si je le sais . Mais à mon avis les plats préparés en usine peuvent avoir un avenir autre et bénéfique pour le consommateur .
    Il y a un avenir pour les plats industriels surgelés sans produit chimiques et conservateurs . A cette industrie de se manifester en annonçant bien la couleur . Plat congelé sans produits chimiques et conservateurs . Comment sont servis nos cantines scolaires . Souvent préparé la veille et congelé tout de suite sans produits chimiques et conservateurs .

  15. caterin dit :

    Bon!!!! Chers ami Francaises, maintenant je comprend mieux le New-York Times…. » Les Francais vont tres mal »…..Quand le Times vous decrit comme malade, deprime,  » qu`ils n`on meme plus assez d`energie pour etre grossiers », alors, ca c`est vraiment mal.  » Champions du pessimisme, plus que les Irakiens ou les Afgans, » Ca je trouve deja disgracieux et patronal. Mais le reste, est pure verite.  » Le vide politique est comble par la colere, et la frustation » Et……..le besoin de plus de courage!!!!! Rainbow Rainbow Yes Yes

  16. Annika dit :

    c’est vrai qu’aux U.S. on peut manger des plats tres raffines pour bien moins cher qu’en France. L’Amerique a changee, et le service n’est pas compris, aussi le service est excellent. Il y a quelques annees, j’ai rendu visite a Lasserre a Paris, les prix etaient faramineux, les courbettes prominentes jusqu’aux W.C. (ca nous a rendu mal a l’aise), mais franchement, a part la degustation exceptionnelle de tarte aux fraises des bois, j’aurai pu manger aussi bien pour moitie prix a Miami.
    C’est dommage.

    • Hector dit :

      ANNIKA J’ai mangé dans de très grands restaurants et jamais j’ai été déçu . L’addition était salée mais le service , le décor , le château etc tout cela a un prix et ces prix là je connais . On accepte ou on va ailleurs et ailleurs on peut très bien manger pour moins ou beaucoup moins . En France nous devons être vigilants pour que les choses ne se détériorent pas et c’est normal . Mais cela ne veut pas dire que ça va mal .
      Mais je suis optimiste pour une bonne restauration avec des plats industriels pour un prix modique . A la restauration industriel a bien se vendre . Elle aussi peut avoir des étoiles . Mac Do , les Quick etc bouffe industrielle marchent très bien pourquoi devrait on l’interdire pour la petite restauration . Soyons optimiste et défendons notre restauration bon marché . Les américains sont incapables de faire mieux que nous car chez eux trouver un produit alimentaire presque naturel est très dur . Les américains ont cet handicape qui est presque insurmontable .
      ANNIKA chaque pays a aussi des charges de personnel différentes , nous nous avons le pompon . Mais voulons nous du personnel sous payé pour satisfaire des capricieux ( ses ) dédaignant les salariés qui gagnent souvent suffisamment pour juste survivre ! Soyons optimiste pour l’avenir de la cuisine française bon marché .

  17. pi31416 dit :

    La gastronomie française en voie de disparition? Onsenfou! La gastronomie musloïde prend le relai!

    Ramadan 2013 au Qatar : hospitalisés pour avoir trop mangé

    Ce n’est pas moi qui le dit, c’est un site musloïde: « Dès le soir du premier jour de Ramadan, les hôpitaux qataris ont reçu des dizaines de patients souffrant de douleurs. Ces douleurs sont non pas dues un manque de nourriture ou d’eau, mais à l’inverse dues à un excès. En effet, les patients, qui se sont suralimentés au cours de l’iftar, se sont plaints principalement de brûlures »

    La suite ici: http://www.ajib.fr/2013/07/ramadan-qatar/

  18. Robert Marchenoir dit :

    Encore un article démagogique sur les restaurants. C’est très bon, le surgelé. J’en mange tout le temps. C’est un formidable progrès technique.

    On voit bien la malhonnêteté du journaliste lorsqu’il prétend que l’éclair au chocolat est vendu avec un profit de plusieurs centaines de points de pourcentage. Visiblement, ce monsieur croit que le profit se calcule en retirant du prix de vente le prix de la marchandise.

  19. HALLALI dit :

    Après « le bon petit boulot tranquille et bien payé » voilà ti pas que le fancaouis découvre le « vite, bon et pas trop cher » en matière de bouffe…

    Ce pays va finir par beaucoup plaire…aux porte-babouches !….

Pour rédiger un commentaire connectez-vous (l'abonnement à la Newsletter est différent des commentaires), ou inscrivez-vous et soutenez Dreuz Info pour 7 euros par mois

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz