FLASH
France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc | L’ex président israélien Shimon Peres et décédé à l’âge de 93 ans | Selon le procureur de la République de Nice, 5 projets d’attentats ont été déjoués depuis le 14 juillet sur la Côte d’Azur | Premières estimations : le débat présidentiel a été regardé par plus de 80 millions de personnes |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 29 juillet 2013

3ae0fc4b

Tour d’horizon non exhaustif de la persécution musulmane des Chrétiens.

Le Grand Mufti d’Arabie saoudite a de nouveau déclaré qu’il était nécessaire de détruire toutes les églises de la région.

« Sans la peine de mort pour apostasie, l’islam n’existerait pas aujourd’hui » – Al Qaradawi

Il confirme ainsi que l’islam ne survit que par la terreur et la violence et prive ses adeptes de la liberté de conscience.

Depuis 14 siècles, l’islam nous insulte, nous menace, nous traite de fils de singes et de porcs, et appelle à nous soumettre de gré ou de force à la seule vraie « religion », en proclamant qu’il n’y a pas d’autres dieux que leur divinité lunaire. La judéophobie et la christianophobie inhérentes à l’islam, qui se traduisent par des agressions violentes, des persécution, des meurtres, n’interpellent nullement les islamophiles lèche-babouches, seule l’islamophobie ou la peur de l’islam, oh combien justifiée, les indigne.

Car l’islam, ce n’est pas cela disent-ils. C’est une « religion » de miséricorde, de pardon, de fraternité, de tolérance, d’amour, répètent en chœur les Musulmans et les dhimmis occidentaux prosternés à leurs pieds.

En Occident, l’islam se déguise en agneau, car les Musulmans ne sont pas encore majoritaires pour nous imposer la charia, et ils bénéficient des droits de nos démocraties fondées sur les valeurs judéo-chrétiennes, ces valeurs qu’ils combattent férocement en terre d’islam.

La réalité de l’islam, c’est en terre musulmane qu’il faut l’observer, là où il se montre dans sa cruelle vérité sans masque, à l’état pur. Et les minorités persécutées, violentées, assassinées au nom d’Allah Akbar n’ont pas le droit de se plaindre de « christianophobie » dans les pays musulmans. Ce serait un délit de blasphème.

Comme la persécution des Chrétiens, dans le monde islamique, est en voie d’atteindre des proportions pandémiques dans le coupable silence des médias, Raymond Ibrahim, auteur de « Crucified again » a décidé de rédiger mensuellement un article, une sorte de tour d’horizon international sur la persécution chronique des Chrétiens par les Musulmans en terre d’islam.

Cette persécution ne se fait pas au hasard mais de manière systématique et interdépendante, car elle est enracinée, façonnée par une vision du monde, uniquement inspirée par la charia.

Dès lors, quel que soit le motif de la persécution, il s’adapte généralement à un thème spécifique, incluant la haine des églises et autres symboles chrétiens, l’abus sexuel des femmes chrétiennes, les conversions forcées à l’islam, la peine de mort pour apostasie, les lois sur le blasphème qui criminalisent et punissent de mort ceux qui » offensent » l’islam, le vol et le pillage des biens des Chrétiens, en lieu et place de la jizya (impôt islamique imposé aux non musulmans), l’exigence imposée aux Chrétiens de se comporter comme des « dhimmis » ou citoyens de seconde classe, à peine tolérés, ou simplement la violence et le meurtre des non Musulmans.

Les récits des persécutions, qui couvrent différentes ethnies, langues et pays, allant du Maroc à l’ouest vers l’Inde à l’Est et à travers l’Occident, partout où il y a des Musulmans, font clairement ressortir leur seul lien commun : l’islam, qu’il s’agisse de l’application stricte de la charia islamique, ou de la culture suprémaciste, enracinée dans l’islam.

Egypte

Peu avant l’éviction du président Mohammed Morsi et son arrestation, le mois d’avril fut l’un des mois les plus terrifiants pour les Coptes chrétiens.

  • Le 5 avril dernier, près du Caire, une querelle de longue date entre une famille chrétienne et une famille musulmane, suite au harcèlement sexuel des jeunes filles chrétiennes par les musulmans, s’est terminée par la mort violente de six Chrétiens, dont deux participants, un Chrétien et un Musulman, brûlés vifs. Les musulmans locaux organisèrent alors une expédition punitive : 20 Coptes furent blessés, une église évangélique incendiée et une église copte attaquée.
  • Deux jours plus tard, alors que les Coptes pleuraient leurs morts dans la cathédrale Saint Marc, le site le plus sacré des Chrétiens coptes et domicile du pape Copte, une foule de Musulmans en colère, qui attendaient à l’extérieur, lancèrent une attaque, aidée par les forces de sécurité. D’après les témoins, 40 à 50 grenades lacrymogènes furent lancées contre les personnes en deuil, parmi lesquelles de nombreuses femmes et enfants, qui se cachaient dans la cathédrale. Deux autres Coptes furent tués et plusieurs dizaines de personnes blessées, sous le regard indifférent des forces de sécurité, assistant sans broncher aux tentatives de destruction de la cathédrale.
  • Un vendredi, après la prière, la mosquée Bilal Ibn Rabah au Caire fut transformée en « salle de torture » pour les manifestants anti-Morsi, parmi lesquels il y avait de nombreux chrétiens. L’un des Chrétiens, Amir Ayad déclara qu’après avoir été roué de coups, il fut laissé pour mort sur le bord de la route. Il souffrait d’une fracture du crâne, du bras, son œil droit était en sang et son corps était couvert de blessures.
  • Des enfants coptes, en majorité des garçons, sont devenus les cibles privilégiées de ravisseurs réclamant des rançons. Un garçonnet de 6 ans, malgré le versement de la rançon exigée par le kidnappeur, fut tué et jeté dans les toilettes. Le petit corps fut retrouvé enflé et déformé dans la fosse.
  • L’une des motivations des ravisseurs, indépendamment de l’argent, serait de distiller la peur au sein des Coptes, pour les dissuader d’aller à l’église. Pour certains « religieux » musulmans, le fait d’aller à la messe est pire que d’aller dans un bar ou un bordel, ce qui donne une caution morale aux kidnappeurs.
  • Les jeunes filles coptes sont enlevées par centaines, forcées de se convertir à l’islam et de se marier avec des musulmans. Ces enlèvements s’accompagnent le plus souvent de violences : viols, coups et autres maltraitances physiques et morales.
  • Dans une vidéo diffusée sur les sites en langue arabe, on pouvait voir une foule de musulmans en Egypte agresser et violer deux femmes chrétiennes dans une rue bondée et en plein jour. Les femmes hurlaient de terreur, tandis que les hommes poussaient leur cri de guerre « Allahu Akbar. ». Aucun des nombreux passants n’intervint pour aider les victimes.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Nigéria

  • Pendant la semaine de Pâques, des bergers musulmans lancèrent une série de raids sur des villages chrétiens, tuant au moins 80 chrétiens. La plupart des victimes étaient des enfants et des personnes âgées. Plus de 200 maisons de Chrétiens furent détruites, huit églises brûlées et 4500 Chrétiens déplacés. Selon un pasteur, témoin de la razzia musulmane, la situation était désespérée, car aucun Chrétien ne possédait une arme pour se défendre.
  • Les femmes, les enfants et les personnes âgées, qui ne purent s’échapper furent froidement abattus. « Heureusement, tous mes enfants étaient à l’école, avait ajouté le pasteur, cela a facilité notre fuite et nous avons pu échapper aux assaillants musulmans. Nous avons profité de la confusion pour nous éloigner furtivement et avons marché pendant plus de 12 kilomètres, avant de trouver un endroit plus sûr. »

République Centrafricaine

  • Un certain nombre de bâtiments religieux ont été attaqués et les maisons des Chrétiens pillées à la suite d’un coup d’État sanglant par des rebelles musulmans partisans de la charia.
  • Au cours du chaos qui suivit le coup d’état, conformément à la loi du jihad, les propriétés chrétiennes furent la cible de pillages, tandis que les biens des Musulmans furent épargnés.
  • Le chef des rebelles musulmans, Michel Djotodia, a assumé la présidence, après la chute de François Bozizé, devenant ainsi le premier président musulman d’une nation à prédominance chrétienne. (Elle ne le restera malheureusement pas longtemps).
  • Un Chrétien a déclaré, «Nous ne sommes plus chez nous.. Ils pillent nos biens qui sont ensuite vendus par les musulmans à l’exportation»

Indonésie

  • Les responsables locaux, à la demande des forces islamistes, ont démoli l’église protestante Batak dans l’ouest de Java et menacé d’en fermer d’autres. Des centaines de chrétiens sont descendus dans la rue pour manifester leur mécontentement.
  • Une fois encore, comme cela arrive de plus en plus souvent en Indonésie, les membres de la congrégation ont dû organiser leur culte dans la rue, près du site de l’église détruite.
  • D’après les déclarations du Morning Star, les responsables indonésiens retardent systématiquement et refusent l’octroi de permis de construction de l’église… offrant ainsi aux extrémistes islamistes un prétexte pour manifester contre « les prières de rue » et lancer des attaques. Les médias avaient posté des photos de membres de l’église en larmes, chantant des hymnes, priant les autorités locales de ne pas démolir leur église. Des centaines de policiers et des officiers de l’armée surveillaient la zone tandis que des militants musulmans applaudissaient la pelleteuse en action, en hurlant des versets coraniques.
  • Dans la province d’Aceh, la pression islamiste sur les Chrétiens est devenue intolérable. En un an, 17 églises ont été fermées ainsi que des chapelles et ce, sans aucun motif légal.

Arabie Saoudite

Le Grand Mufti d’Arabie Saoudite a de nouveau déclaré qu’il était « nécessaire de détruire toutes les églises de la région.

Soudan

Faisant suite à la série de mesures prises par le gouvernement pour mettre la pression sur les Chrétiens, un ministre du gouvernement musulman vient d’annoncer qu’aucun nouveau permis ne sera accordé pour la construction de nouvelles églises, les bâtiments existants étant suffisants pour les fidèles. Le refus d’accorder le permis de bâtir de nouvelles églises fut décidé quand le Soudan du Sud fit sécession en Juillet 2011. Le gouvernement islamiste de Khartoum a réagi en rendant la vie des chrétiens au Soudan encore plus difficile. Quelques jours avant cette décision, le gouvernement avait déporté, sans aucune justification, un dirigeant de l’église et deux missionnaires expatriés, qui s’occupaient d’enfants à Khartoum. Le gouvernement avait également donné l’ordre de démolir de nombreuses églises, sous le prétexte fallacieux d’irrégularités administratives.

On assiste à une augmentation dramatique des arrestations, détentions et déportations des Chrétiens, ainsi que de toute personne suspectée d’entretenir un lien quelconque avec les Chrétiens. Sans oublier la campagne médiatique anti-christianisation qui fait rage.

Turquie

Une église du 13ème siècle, la basilique Sainte-Sophie de Trabizon (à ne pas confondre avec le célèbre Hagia Sophia de Constantinople) est redevenue une mosquée. Ses fresques chrétiennes ont été recouvertes.

Après la conquête ottomane, la basilique était devenue une mosquée, mais, sous la présidence de Mustafa Kemal Ataturk, apparemment en raison de sa «grande importance historique et culturelle » pour les chrétiens, elle avait été transformée en musée.

Cachemire indien

Srinagar : deux hommes, cinq femmes et deux enfants, tous d’origine britannique, ont été attaqués par une foule de musulmans en colère, sous prétexte qu’ils prêchaient le christianisme. Les musulmans furieux avaient jeté des pierres sur leurs véhicules et tenté d’incendier leurs maisons. Arrivée sur les lieux, la police a toutefois arrêté les deux Britanniques, victimes de la violence des musulmans, sur de fausses accusations de « conversions forcées », selon « Asia News ».

L’imam local avait déclaré à la police que s’ils essayaient de convertir qui que ce soit, il les empêcherait à n’importe quel prix.

Selon un Chrétien, proche du dossier, «les fausses accusations diffamatoires de l’imam et la complicité de la police lors de l’arrestation de ces Chrétiens représentent une grave menace pour la liberté religieuse, un droit pourtant garanti par la Constitution de l’Inde. »

Toujours à Srinagar, une autre foule de musulmans avait attaqué un home pour enfants chrétiens, battu le personnel et les visiteurs. La foule déchaînée essaya de tuer le pasteur et de kidnapper les enfants. Les musulmans détruisirent la maison et tuèrent le chien du home. Ils accusèrent les dirigeants du home de vouloir convertir les enfants musulmans au christianisme.

Somalie

Fartun Omar, une veuve de 42 ans, mère de 5 enfants, fut abattue par les musulmans de l’organisation islamique Al-Shabaab (« La Jeunesse »). Son crime : s’être convertie au christianisme. Quelques mois auparavant, ils avaient tué le mari pour ce même « crime ». La femme, qui s’était réfugiée dans la clandestinité après avoir quitté l’islam, fut pourchassée par les fous d’allah, puis abattue. Elle laisse derrière elle 5 petits orphelins.

Les islamistes d’Al Shabaab arrêtèrent aussi Hassan Gulled, 25 ans, coupable d’avoir quitté l’islam et de s’être converti au christianisme. Il fut emprisonné et torturé. Selon des sources locales, Hassan Gulled fut torturé pour qu’il renie sa foi chrétienne. Depuis la semaine dernière, plus aucune information n’a filtré à son sujet. La possibilité qu’il ait été tué est malheureusement de plus en plus crédible.

Tanzanie

Après les visites d’un évangéliste, Lukia Khalid, une mère musulmane de trois ans, et enceinte de 7 mois, se convertit au christianisme. Elle raconta :

«Mon mari me demanda si j’avais quitté l’islam. Quand je lui répondis oui, il menaça de me tuer si je restais avec lui. J’ai alors décidé de fuir cette nuit-là avec mes trois enfants et de me réfugier chez un voisin. Nous sommes partis seulement avec les vêtements que nous portions, vu l’urgence »

Incapable de payer les frais et fournitures scolaires sans l’aide de son mari, les enfants ont cessé de fréquenter l’école.

Iran

A la suite d’une série d’entretiens avec 31 chrétiens, la Campagne Internationale pour les droits de l’Homme en Iran, une organisation non gouvernementale, a émis un rapport alarmant sur la façon dont sont traités les Chrétiens en Iran par les autorités. Ces dernières considèrent toute pratique chrétienne comme des actes criminels. Dès lors, être membre d’une église, participer à des réunions dans une maison chrétienne, ou assister à une conférence chrétienne font de vous un criminel. Si officiellement, le gouvernement iranien prétend respecter les droits de ses minorités religieuses, dans la pratique, il en est rien.

Selon le rapport, les convertis chrétiens et les membres des églises non enregistrées se voient refuser le droit de pratiquer librement leur foi. En outre, ils sont confrontés à des violations de leur droit à la vie par des exécutions extrajudiciaires, voire des exécutions pour apostasie, même si ces dernières sont rares.

Pakistan

Selon le Morning Star, après un différend entre jeunes musulmans et chrétiens, lorsque les premiers demandèrent aux seconds de ne pas jouer de la musique (interdit dans l’islam), une bande de musulmans excités prirent d’assaut un quartier chrétien à Gujranwala et blessèrent cinq chrétiens, endommagèrent une église et des dizaines de magasins et de véhicules.

Dans ce pays à majorité musulmane, un résident de la « Francis Colony », Asif Barkat, où 2.000 familles chrétiennes se sont installées, avait critiqué la partialité de la police lors de l’attaque.

Asif et d’autres Chrétiens fut blessé en essayant de se défendre.

« Les préjugés de la police envers les chrétiens sont évidents. Quand les musulmans organisent des raids dans notre église et nos propriétés, ils se contentent de regarder, sans intervenir, mais si nous nous opposons, alors ils nous frappent avec des matraques et tirent à balles réelles pour nous dissuader de nous défendre. »

Par ailleurs, deux hommes non identifiés ont violemment tenté d’arrêter la voiture du président de l’organisation « All Pakistan Minorities », Saleem Khursheed Khobar, un Chrétien, et n’ayant pu réussir, ils ont ouvert le feu. A l’instar d’autres militants chrétiens des droits humains, qui furent pourchassés et assassinés au Pakistan, Khobar, qui représente la voix des minorités religieuses opprimées de la nation, est traqué par les Musulmans.

«Je fais l’objet de menaces et suis entré dans la clandestinité pour me protéger », a-t–il déclaré depuis un lieu tenu secret. «Les organismes d’application de la loi savent que je suis suivi. Toute ma famille est menacée, mais le gouvernement ne s’en soucie pas. »

Syrie

Les chrétiens continuent à être la cible privilégiée des rebelles islamistes et les enlèvements se multiplient.

Parmi les personnes enlevées, il y a deux évêques, Mgr Yohanna Ibrahim et Mgr Paul Yazigi.

Un groupe armé de jihadistes tchétchènes arrêtèrent leur voiture, tuèrent le chauffeur et prirent les deux évêques en otage.

Des milliers de Chrétiens continuent de fuir la Syrie. Il y a même eu un cas où un seul groupe de 500 personnes avait traversé la frontière vers la Turquie. Des responsables de l’Eglise envisagent la construction d’un « village de tentes » pour abriter les réfugiés, rapporte l’ AINA (Assyrian International News Agency).

«Des Assyriens et autres chrétiens de Syrie ont été affectés d’une manière disproportionnée par la guerre : ils sont les cibles des rebelles musulmans. Les jihadistes musulmans kidnappent les Assyriens pour obtenir des rançons, attaquent les lieux de culte et créent un climat de peur, forçant de nombreux Assyriens à abandonner leurs maisons et leurs villages, à la recherche de la sécurité, en Turquie « .

Turquie

Erdal Dogan, un défenseur des droits de l’homme, qui avait joué un rôle important lors du procès des auteurs du massacre de Malatya en 2007, au cours duquel des musulmans torturèrent, puis assassinèrent trois Chrétiens travaillant dans une maison d’édition de la Bible, est en danger. Le 12 avril dernier, il reçu des menaces de mort, y compris de la part de prévenus, lors d’une audience.

Personne, parmi les dirigeants occidentaux, n’ose élever la voix contre ces persécutions. L’important n’est-il pas de sauvegarder de bonnes relations avec le monde musulman, peu importe si les droits de l’homme, les libertés religieuses des minorités en terre d’islam sont bafouées par les Musulmans, peu importe si le génocide des non Musulmans se poursuit dans l’indifférence de l’Occident et de l’Administration Obama.

Cette attitude de soumission envoie aux Musulmans un signal : ils peuvent continuer les violences anti chrétiennes sans risque de représailles. Elle légitime ainsi les persécutions visant à purifier la terre d’islam de toute souillure chrétienne. Ce besoin de plaire aux Musulmans qui transcende nos élites politiques, médiatiques et intellectuelles permet aux islamistes d’imposer la charia dans toute son horreur. Ils préfèrent se plier aux exigences des extrémistes religieux au lieu d’exiger le respect des minorités non musulmanes, mais cette lâcheté ne leur apporte que le mépris des Musulmans, qui poursuivront la purification ethnique en terre d’islam en toute impunité.

Pendant ce temps, à la demande de l’OCI, dont certains des pays cités ci-dessus, l’ONU, l’UE, les USA organisent des conférences sur la lutte contre l’islamophobie. Quoi de plus logique ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source : Christian Suffering Under Jihadi Extremism. Muslim Persecution of Christians: April, 2013 « by Raymond Ibrahim- Gatestone Institute (traduit, adapté et commenté par Rosaly)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz