FLASH
[20/02/2017] L’ambassadeur Russe auprès de l’ONU Vitaly Churkin est décédé  |  Argenteuil, un jeune de 14 ans invente une agression par des policiers en s’inspirant de Théo  |  Sondage présidentiel : Marine Le Pen 44%, Fillon 56%, Macron en baisse à cause d’internet  |  Une pétition demande à JK Rowling qui veut une migration illimitée, d’accueillir des réfugiés musulmans dans sa demeure de 18 chambres  |  Un musulman de 35 ans a été condamné pour avoir planifié avec l’Etat islamique un attentat dans un bus de Tel Aviv  |  Trump : « Ils prennent les gens pour des idiots ! Les médias Fake News font croire que l’immigration de masse en Suède marche à merveille »  |  Philippines: un navire vietnamien attaqué, 1 mort, 6 otages  |  Communiqué des victimes de Montauban: « rassurées que l’agresseur ait des antécédents psychiatrique et ne soit pas un simple jihadiste »  |  [19/02/2017] Des militants de l’Etat islamique partagent en boucle l’attentat de Montauban sur Telegram  |  Attentat musulman de Mogadishu : 39 morts, 50 blessés  |  Silence des opposants à la peine de morts : Un « tribunal » du Hamas condamne 3 palestiniens à mort pour espionnage  |  Montauban : ce n’est qu’après avoir été blessé que l’attaquant a crié « allahu akbar »  |  Le recyclage commence : « l’attaquant de Montauban aurait fait des séjours en psychiatrie »  |  L’opération info d’internet pour briser la loi du silence sur Macron produit ses effets : il baisse dans les sondages  |  Montauban attentat méthode palestinienne au couteau, 3 victimes, jihadiste abattu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 30 juillet 2013

La loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public demeure très compliquée à appliquer. En cause? Des tensions trop vives entre policiers et habitants.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Jeudi, Cassandra, voilée des pieds à la tête, marchait avec son mari et sa mère dans une rue de Trappes, quand des policiers ont voulu contrôler son identité. Là, tout a dégénéré. Que s’est-il passé? Seule l’enquête le dira. Mais ce fait divers est symptomatique d’une situation de plus en plus délicate entre les habitants de banlieue et les policiers.

La loi votée en 2011 interdit la dissimulation du visage dans l’espace public, et donc le port du niqab. Sur le papier, les forces de l’ordre doivent procéder à un contrôle d’identité en demandant à la femme voilée de se découvrir, et éventuellement la verbaliser. Dans les faits, le texte demeure très difficile à appliquer. L’Observatoire de la laïcité a recensé seulement 423 contrôles de femmes voilées depuis deux ans.

« Quand ça a lieu, généralement, ça se passe bien. Elles montrent leurs visages discrètement, à une femme policière quand c’est possible, ou à l’écart de la rue, et prennent ensuite l’amende quand il y en a une. Mais quand le ton des policiers monte, forcément, ça dégénère avec les gens autour », explique à BFMTV.com Nassim, qui travaille dans l’associatif en banlieue. Il reconnaît que dans les « endroits chauds », les contrôles des femmes voilées ont reculé.
« On n’a pas le temps de dire bonjour qu’on se fait insulter »

Un constat plus que partagé par Laurent, policier de la BAC dans le 93. Lui a décidé de faire une croix absolue sur ce type de contrôles. « Ca part presque systématiquement au clash », explique-t-il à BFMTV.com. Quand il croise ces femmes au visage masqué, il passe son chemin. « Elles ne marchent presque jamais seules dans les cités. Donc on a pris le parti de ne plus les contrôler du tout, pour éviter ce qui s’est passé à Trappes. »

Une autocensure totale de plus en plus courante sur différents types de délits, selon lui, « pour acheter la paix sociale, pour éviter les émeutes, pour ne pas avoir de collègues blessés ». Mais cela ne suffit pas toujours. « Il y a quinze jours, j’ai contrôlé des mecs suspectés d’un vol avec violence. Nous étions deux contre dix. On n’a pas fait le poids », confie-t-il, amer.

Le problème selon lui ne vient pas de la loi, qui serait inapplicable, mais des mentalités. « Bien sûr, il y a des problèmes comportementaux chez certains policiers. Mais dans la BAC, maintenant, il y a de tout, c’est black-blanc-beur. Pourtant, on continue de nous taxer de racistes par exemple. Il y avait une forme de respect de l’autorité avant qu’il n’y a plus aujourd’hui. Maintenant, lors d’un contrôle, on n’a pas le temps de dire bonjour qu’on se fait déjà insulter. »
Une défiance mutuelle

Côté banlieue, certaines femmes voilées évoquent des propos injurieux. « Tu n’as rien à faire en France », « Tu devrais avoir honte, tu n’es qu’un fantôme ambulant », « On ne te laissera jamais tranquille »: des phrases que Sara, 29 ans, qui vient d’écoper de sa huitième amende pour le port du voile, a déjà entendues lors de contrôles, confie-t-elle à l’AFP. Même constat pour Samia, 47 ans, qui habite Roubaix, dans le Nord: « Je tombe de plus en plus souvent sur des policiers agressifs, même si ce n’est pas la majorité et donc maintenant, dès que je vois la police, j’ai peur ».

Lundi, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a rappelé avec fermeté que « la loi de la République est la même pour tous et doit être appliquée sans exception ». Des propos qui font rire jaune Nassim et Laurent, pour différentes raisons.

Pour Nassim, « hors de question d’accepter la loi ». « Le combat des femmes voilées s’apparente au combat des féministes qui voulaient porter des pantalons au début du siècle alors que la loi le leur interdisait. Elles estiment que le voile est leur liberté et ne plieront pas ». Pour Laurent, la loi est loin d’être la même pour tous. « Dans la Creuse, si vous conduisez votre scooter sans casque, vous prendrez 90 euros. En Seine-Saint-Denis, on vous laissera faire. Il ne faudrait pas prendre le risque d’une émeute… »

http://www.bfmtv.com/societe/un-policier-93-je-ne-controle-plus-femmes-voilees-564708.html

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz