FLASH
Le Charles-de-Gaulle et 24 Rafale ont été mobilisés en vue d’une prise de Mossoul | Vienne : 1 individu d’origine turque fonce dans la foule en criant «Allah Akbar» | Silence Médias – La racaille déboule, scène de guerre civile à Saint-Etienne | France : la dette publique s’est alourdie de 31,7 milliards d’euros au deuxième trimestre : c’est pas grave, vos enfants paieront | Face aux critiques internationales, Mahmoud Abbas change d’avis et demande à assister aux obsèques de Shimon Peres | Nigéria : selon l’ONU, 75 000 enfants pourraient mourir de faim à cause de la religion de paix et d’amour de Boko Haram | Apple : l’iPhone 8 est développé en Israël à Herzliya – que vont faire les boycotteurs ? | Apple : selon des fuites, l’iPhone 8 est développé en Israël | Obama a posé son veto pour interdire aux familles des victimes de 9/11 de faire un procès à l’Arabie saoudite | Turquie : le gouvernement a saisi 200 entreprises suspectées de liens avec le mouvement Gulen | Le vol Malaysia Airlines MH17 a été abattu par un missile russe tiré d’Ukraine | Tokyo : 9 personnes ont été empoisonnées dans le métro – on suspecte une explosion chimique | Berlin : Un migrant s’apprêtait à attaquer un autre réfugié au couteau. Il a été abattu par des policiers | #Israël: Olmert, l’ex Premier ministre corrompu, écope de 8 mois de prison supplémentaires | UPIK a proposé 140 amendements à l’EU pour économiser l’argent des contribuables. L’UE en a rejeté 43 d’un bloc |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Rosaly le 5 août 2013
memri-crucifixion-lg

Quand un article est publié sur les horreurs commises au nom de l’islam, cette si belle « religion » soi-disant source de paix, d’harmonie et d’amour, certains de nos lecteurs musulmans s’offusquent, et qualifient le texte d’islamophobe, de raciste, et les auteurs de fascistes qui ne connaissent rien à cette « belle » idéologie.

Ils nous parlent alors de la grande tolérance de l’islam en matière de liberté religieuse, en citant le verset :« Pas de contrainte en religion ».

Ce début de verset, tiré de la sourate 2,256, est fréquemment cité par les Musulmans pour faire croire aux occidentaux que l’islam est tolérant, malgré la loi islamique qui punit de mort quiconque décide de quitter l’islam.

Selon la jurisprudence islamique et la charia, tout non musulman jouit, en effet, de la liberté de se convertir à l’islam, sans aucune contrainte … mais non de le quitter. Une liberté à sens unique.

Pour l’islam, les Juifs et les Chrétiens sont des maux, mais ils deviennent « tolérables » sous trois conditions :

  • se soumettre à l’impôt sur la vie (la jizya),
  • payer cet impôt, pour avoir simplement le droit de vivre, ce droit pourtant inaliénable de chaque être humain,
  • et accepter le statut d’infériorité que confère l’islam dans sa grande « tolérance et générosité », aux Juifs et aux Chrétiens.

S’ils refusent le statut humiliant de dhimmi et le paiement de la capitation (impôt sur le droit de vivre dans la société musulmane), alors ils ne sont plus sous la protection d’Allah et il devient licite de les tuer.

L’autre argument choc, censé nous amadouer, est la référence à Jésus, « prophète vénéré de l’islam ». Les Musulmans affirment respecter Jésus, disent qu’ils ne critiquent pas les autres religions, d’où leur douloureuse incompréhension à l’égard de l’islamophobie et des critiques envers l’islam, son coran et son prophète.

S’ils respectent Jésus, comment expliquent-ils le massacre des Chrétiens en terre d’islam par leurs frères musulmans.

Pour les Musulmans, « Jésus » est un prophète important, mais de rang inférieur à Mahomet. Toutefois, le Jésus dont ils parlent, Issa dans le coran, n’a rien de commun avec le Jésus des Evangiles, et cela explique leur silence, leur indifférence, leur manque de compassion à l’égard des Chrétiens massacrés en terre d’islam. Je trouve étrange que ce soit Issa, prophète musulman de rang inférieur, qui reviendra à la fin des temps, et non le grand Mahomet, pour détruire le christianisme, briser les croix, tuer les Juifs et les Chrétiens et établir l’islam sur toute la terre, avant de mourir. (C’est la version islamique de l’Apocalypse de Jean).

Pour les Musulmans, le christianisme est une religion corrompue et dévoyée, les Chrétiens des menteurs, Jésus est un prophète musulman et sa divinité un blasphème. Les Chrétiens se disent les Associés de Dieu. Pour cela, ils sont condamnés à l’enfer pour l’éternité.

Les Chrétiens dans les pays musulmans sont déjà condamnés à l’enfer sur terre. Ils sont frappés, spoliés, violés, persécutés, massacrés par les pieux musulmans, leurs églises détruites, leurs biens volés, mais les Musulmans respectent Issa, le « Jésus » du coran … et les Occidentaux tombent dans le piège et voient dans l’islam une belle religion. Si seulement, ils prenaient la peine de lire les Evangiles, ils comprendraient très vite la supercherie : le Jésus des Evangiles n’est pas l’Issa du coran. Le Christ est Le Chemin, la Vérité et la Vie et Sa lumière irradiante vaincra les ténèbres de l’islam et son Issa diabolique, ennemi de la Vérité, ennemi de la Vie.

Afin de lutter contre l’indifférence de l’Occident envers le sort tragique des Chrétiens en terre d’islam, Raymond Ibrahim publie chaque mois une liste non exhaustive des persécutions des Chrétiens par les Musulmans.

L’islam interdit le meurtre d’innocents. La question clé est donc de savoir ce qui constitue « l’innocence » dans l’Islam. Selon certaines autorités musulmanes, ne pas croire en Allah rend coupable du crime «de non croyance… [qui est] pire que le meurtre ». Le fait d’être un chrétien, un juif ou un païen est pire qu’assassiner. Dès que l’on se convertit à l’islam, cependant, on n’est plus coupable, mais «innocent». En suivant cette logique, toute personne à l’intérieur de l’islam est «innocente», et quiconque en dehors de l’islam est «coupable» et mérite la mort. (Mark Durie).

Ci-après, un compte rendu des atrocités perpétrées par les fidèles de la « religion de paix, d’amour et de fraternité » au mois de mai dernier. Il n’y a pas de trêve chez les mercenaires d’Allah.

Assassinats non stop des Chrétiens au Nigeria

Le Nigeria continue à être le pays le plus dangereux au monde pour les Chrétiens. C’est le pays qui bat un triste record, celui du plus grand nombre de Chrétiens assassinés par les pieux fidèles de la « religion » d’amour, de tolérance et de paix.

Les militants de Boko Haram, groupe terroriste islamiste, dont le nom signifie : « l’éducation occidentale est un péché », représentent un véritable fléau pour les Chrétiens du Nigeria. Les non-Chrétiens subissent aussi violences et répressions sanglantes de la part de ces fous d’Allah.

Des militants de Boko Haram ont récemment pris d’assaut la maison d’un pasteur pentecôtiste et secrétaire de l’Association chrétienne du Nigeria, ils ont ouvert le feu sur lui, le tuant sur- le- champ.

D’’autres hommes armés de Boko Haram ont massacré 14 Chrétiens, dont la cousine et deux neveux du révérend Moses Thliza, chef d’une organisation chrétienne, dédiée à la prévention du sida et de soins aux patients et orphelins du sida.

Saïd Thliza: «Mon cousin, Bulus [Paul ] Buba, a été traîné sous la menace hors de sa maison par les membres de Boko Haram. Ils ont pris les clés de sa voiture, exigé de l’argent et lui ont demandé par trois fois de renoncer à sa foi chrétienne. Suite à son triple refus, ils l’ont froidement abattu. »

Les assaillants rencontrèrent ensuite sur leur chemin 3 agents de police en service, ils tuèrent deux d’entre eux en les égorgeant avec un couteau et obligèrent le troisème agent, sous la menace, de les conduire à l’endroit où se trouvaient les clés de la maison du vice-gouverneur.

Quand ils apprirent, que non loin de là, à 2 km, un groupe de Chrétiens veillaient une défunte, une dame chrétienne âgée et priaient pour le repos de son âme, ils donnèrent l’assaut et tirèrent au hasard sur la foule, abattant huit chrétiens, deux femmes et six hommes âgés», a déclaré Thliza. «En tout, nous avons enterré 14 Chrétiens. Certains furent blessés et transportés à l’hôpital.

En dépit de ces crimes incessants, lorsque le gouvernement nigerian essaya militairement de neutraliser Boko Haram, l’administration Obama eut l’audace de critiquer l’intervention de l’armée et de lui demander de ne pas violer les «droits de l’homme » des terroristes islamiques.

D’ailleurs, l’Administration Obama a toujours refusé de classer Boko Haram sur la liste noire des terroristes, malgré les suppliques des associations chrétiennes.

45 personnes au moins ont perdu la vie le 28 juillet dernier lors de l’attaque à la bombe de trois églises par les terroristes de Boko Haram.

Selon le Pasteur Ayo Oritsejafor, Président de l’Association chrétienne du Nigeria, les islamistes commencent à cibler non seulement les églises, mais également les écoles, tirant sur les enfants en classe. Ces assassins ont déclaré que toutes les écoles, à l’exception de celles enseignant l’islam, sont illégales.

« La saison de la chasse aux Chrétiens » est ouverte au Nigéria a déclaré le Pasteur. Pour lui, malgré l’indifférence d’Obama, les USA restent le dernier espoir pour les Chrétiens du Nigéria. « L’Amérique a une longue histoire de respect des droits civils et j’espère que le sort de nos frères persécutés réveillera la conscience de l’humanité afin que ce génocide soit stoppé. » Avec Obama au pouvoir, bonne chance.

Pour ces jihadistes, serviteurs du Mal absolu, tuer des mécréants est un moyen d’absoudre leurs péchés. Ils tuent pour plaire à leur « dieu » génocidaire et gagner le paradis. Motivations des plus « spirituelles » qui les fortifient dans leur lutte criminelle contre les infidèles.

Les attaques d’églises

Plus près de chez nous, en Bosnie :

L’église orthodoxe serbe de Saint Sava à Sarajevo, où les musulmans représentent environ la moitié de la population, a été « profanée » et six vitres brisées. Les vandales, officiellement non encore identifiés, avaient écrit deux fois « Allah » à la peinture noire sur le mur de l’église. Un mois plus tôt, des inconnus avaient tenté de mettre le feu à l’église.

Encore plus près, en Allemagne :

Une église luthérienne et toutes ses dépendances ont été détruites par un incendie criminel mardi dernier à Garbsen près de Hanovre (Land de Basse-Saxe). Les dégâts sont estimés à plus d’un million d’euros. Les auteurs seraient des “jeunes”, selon des témoins.

République centrafricaine :

Pays oublié par nos médias et nos gouvernements, et pourtant, comme au Mali, les islamistes ont pris le pouvoir par la violence et multiplient vols, viols, assassinats, les Chrétiens étant leurs cibles privilégiées.

Selon la Commission épiscopale pour la justice et la paix, depuis qu’un chef rebelle islamiste s’est autoproclamé président, la situation des chrétiens, a «fortement empiré. »

L’organisation met en garde contre les projets de profanation et la destruction programmée et planifiée de bâtiments religieux chrétiens, en particulier les églises catholiques et protestantes.

Partout dans le pays, l’Eglise catholique a payé et paye un lourd tribu. Plusieurs diocèses ont été vandalisés et pillés, des prêtres et des religieuses physiquement agressés.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Egypte :

Le religieux sunnite extrémiste, Al-Qaradawi exhorte les Egyptiens à défier Al-Sissi, car ce dernier a fait appel aux Chrétiens et à d’autres mécréants pour tuer les innocents musulmans. Selon ce « pieux » serviteur d’Allah, Al-Sissi s’imagine avoir reçu du peuple égyptien le droit de tuer et de couper les têtes.

Deux églises chrétiennes coptes ont été attaquées, l’une à Alexandrie, l’autre en Haute-Egypte.

L’Eglise St. Mary à Alexandrie a été endommagée par des cocktails Molotov et des briques. Un millier de Chrétiens ont essayé de défendre l’église contre une foule de 20.000 musulmans, vociférant leur cri de guerre habituel : « Allahu Akbar »

Un Copte a été tué et plusieurs autres blessés.

Dans le village de Menbal en Haute-Egypte, après que de «jeunes musulmans» aient harcelé des filles, y compris des chrétiennes, en leur lançant des sacs d’urine, ainsi que sur les hommes coptes venus à leur secours, une autre foule de musulmans prit d’assaut l’église du village de Prince Tadros El-Mashreki. Ils lancèrent des pierres et cassèrent tout à l’intérieur de l’église, y compris les portes et les fenêtres. La foule se rendit ensuite dans les rues, pillant et détruisant toutes les entreprises et les pharmacies appartenant aux Coptes, et incendiant des voitures. Tout Copte qui eut le malheur de se trouver dans les rues fut violemment battu par la foule..

Iran :

Suite à son refus de cesser d’utiliser la langue persane nationale, le farsi, pour le culte, cette dernière permettant aux musulmans iraniens, dont certains convertis, de comprendre les Evangiles, l’Assemblée de Dieu à Téhéran a été perquisitionnée par les services de sécurité lors d’une réunion de prière, son pasteur arrêté et emmené dans un lieu inconnu et l’église fouillée. Livres, documents et matériel furent saisis.

Un panneau fut affiché sur la porte de l’église par les agents de la sécurité indiquant que l’église était désormais fermée..

Selon une source locale : « les agents de la sécurité menacent constamment les dirigeants de l’église et leurs familles d’emprisonnement, d’accidents « inexpliqués », d’enlèvements et même d’exécutions. Un certain nombre de ses membres ont déjà été tués et les activités de l’église ont fortement diminué au cours des dernières années.

Libye :

L’Eglise catholique de l’Immaculée Conception à Benghazi a été bombardée.

Le Vicaire apostolique de Tripoli a déclaré: «Ils ont mis une bombe à l’entrée du couloir menant à la cour où se trouve la porte de l’église. L’église, par conséquent, n’a pas été touchée directement, mais cette attaque n’augure rien de bon. L’Église en Libye souffre.

A Benghazi, c’est l’église copte qui a été attaquée et son Pope tué et maintenant, c’est au tour de l’église catholique. Comme je l’ai signalé en d’autres occasions, dans la région de la Cyrénaïque, différents instituts religieux pour jeunes filles ont été contraints de fermer leurs portes : Tobrouk, Derna, Beida, Barce, et également à Benghazi. Les religieuses, obligées de partir, servaient pourtant la population avec une grande générosité et un dévouement admirable.

Syrie :

Une violente explosion a détruit l’église et le couvent des frères capucins franciscains à Deir Ezzor.

Le Frère Haddad a déclaré :

«C’était la seule église de Deir Ezzor encore à peu près intacte. La cause de l’explosion n’a pas encore été déterminée, mais selon certains témoins, une voiture piégée aurait été placée près de l’église »

Le Frère Haddad a déploré qu’ il n’y ait plus de Chrétiens à Ezzor, tout comme dans d’autres régions, d’ailleurs. La violence, la haine et les multiples profanations d’églises les ont fait fuir.

Tanzanie :

Au cours d’une célébration religieuse, à l’occasion de son inauguration officielle, une nouvelle église, dans un quartier majoritairement chrétien, a été attaquée à la bombe ; cinq personnes au moins ont été tuées et 60 autres blessées. Selon une source locale, l’attaque fut bien planifiée. Des menaces avaient été proférées avant l’inauguration et continuent à être lancées contre la communauté chrétienne.

« Priez pour nous, et que Dieu nous aide à surmonter tous ces malheurs au nom de Jésus. »

Cette personne a ajouté que des extrémistes islamistes radicaux enseignent aux jeunes musulmans que les Chrétiens doivent soit être tués, soit accepter de vivre comme des citoyens de seconde classe», ou dhimmis.

Parmi les personnes arrêtées, quatre étaient des ressortissants saoudiens. L’attentat faisait suite à l’assassinat de deux dirigeants de l’église en février, un troisième ayant reçu une balle en plein visage le jour de Noël. En Octobre, plusieurs églises furent incendiées et saccagées.

Apostasie, blasphème, prosélytisme

Egypte :

Demiana Ebeid Abdelnour, un professeur de 24 ans, a été licenciée et arrêtée pour avoir comparé feu le Pape copte Shenouda au prophète de l’islam. Il lui fut également reproché de poser sa main sur son cou ou sur sa poitrine, à chaque fois qu’elle parlait de Mahomet, gestes qui furent interprétés, par certains de ses élèves âgés de moins de dix ans, comme un signe de dégoût envers le prophète.

Elle serait la dernière victime chrétienne copte à avoir été arrêtée ou emprisonnée pour «diffamation de l’islam », une hystérie qui débuta sous la présidence de Morsi, aujourd’hui déchu.

Un militant copte se demandait pourquoi le délit de « diffamation de la religion » est à sens unique et ne s’applique qu’à l’islam, alors que le christianisme est sali et diffamé tous les jours sans que cela ne soit considéré comme un délit. Le cheikh Abou Islam, qui avait déchiré et brûlé la Sainte Bible, lui n’avait été ni arrêté, ni emprisonné.

Iran :

Vahid Hakkani, un Chrétien, emprisonné à Shiraz, est en danger de mort : il souffre d’une hémorragie intestinale. Bien que les médecins aient diagnostiqué son état comme critique et recommandé une intervention chirurgicale urgente, les responsables de la prison n’ont pas permis son transfert dans un hôpital.

Hakkani et d’autres Chrétiens étaient réunis pour le culte dans une maison privée, qui tenait lieu d’église, quand ils furent arrêtés pour délit d’évangélisation et de prosélytisme, accusés de propagande contre le régime et de troubles à la sécurité nationale.

Cachemire :

Deux Chrétiens accusés de « prosélytisme» pour avoir distribué des brochures et des publications reprenant des textes bibliques à de jeunes musulmans, furent sauvagement battus par la foule. S’ils n’avaient pas été arrêtés par la police, ces deux malheureux auraient été lynchés par cette foule hystérique.

Le Conseil Jihad Muttahida, un groupe jihadiste militant, a déclaré que les activités des missionnaires chrétiens au Cachemire étaient « hautement répréhensibles » car leurs intentions cachées étaient d’exploiter les pauvres et les nécessiteux, en leur offrant une aide économique, afin de les convertir au christianisme.

Le Conseil ajouta que «l’islam est la religion de paix et d’harmonie, » qui protège les minorités… Sans blague.

Toutefois, les activités anti-islam, à savoir l’évangélisation, ne peuvent pas être tolérées. Le Conseil appelle, dès lors, tous les missionnaires chrétiens à quitter « immédiatement la vallée du Cachemire, » sinon, ils en subiront les conséquences.

Kazakhstan :

En dépit des déclarations rassurantes du Président, qui récemment encore décrivait fièrement son pays comme un exemple pour le monde en matière d’égalité des droits et des libertés de tous les citoyens, ajoutant que « la liberté religieuse était entièrement sécurisée » dans le pays, rapporte le Barnabas Fund (une organisation internationale, inter-confessionnelle chrétienne d’aide qui soutient les chrétiens qui sont confrontés à la discrimination ou la persécution en raison de leur foi). Le gouvernement a demandé aux citoyens de dénoncer à la police tout individu qui parlerait de sa foi en public avec d’autres personnes, car « parler de sa foi avec d’autres » relève d’une activité de missionnaire, et cela doit être officiellement enregistré. (…) En d’autres termes : encouragement à la délation et mise sous surveillance des Chrétiens ou la liberté de culte à l’islamique.

Une censure préalable obligatoire de toute la littérature religieuse imprimée et/ou importée est une autre façon pour l’Etat d’exercer un contrôle sur l’activité chrétienne. La confiscation de livres religieux semble s’accroître, les Chrétiens étant les plus ciblés.

Maroc :

Une fatwa émise par l’autorité supérieure islamique du gouvernement, partiellement basée sur les enseignements du prophète Muhammad, appelle à l’exécution des musulmans qui quittent l’Islam, condamnant ainsi de nombreux convertis au christianisme à vivre dans la peur.

Un Chrétien a déploré cette « décision juridique islamique » :

« cette fatwa prouve que le Maroc vit toujours, comme dans les siècles passés, sans liberté, sans démocratie. Nous sentons que nous ne sommes pas protégés. La majorité des dirigeants chrétiens éprouvent le même sentiment d’inquiétude. Nous pouvons être arrêtés ou même tués n’importe où et à tout moment. Nous sommes plus suivis aujourd’hui par la police secrète qu’auparavant. Seule la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ nous donne le courage et la paix. »

Arabie Saoudite :

Un Chrétien libanais, accusé d’avoir aidé une femmes saoudienne à se convertir au christianisme, a été condamné à six ans de prison et à 300 coups de fouet. Malgré cela, le père de la convertie s’était plaint de la « légèreté » du châtiment. La fille a également été condamnée à six ans de prison et à 300 coups de fouet, mais elle réussit à s’enfuir en Suède. Les Autorités saoudiennes tentent de la retrouver, afin de la faire extrader. Un autre homme, un ressortissant saoudien qui aurait falsifié un document de voyage pour aider la femme à s’enfuir, a été condamné à deux ans de prison et 200 coups de fouet. (Et en Occident, le roi de ce pays rétrograde a financé à Vienne un centre pour le dialogue inter-confessionnel avec la complicité souriante et béate de centaines de dignitaires d’autres religions, du Président autrichien, du Secrétaire général de l’ONU, et du Directeur d’Al Azhar.

La religion la plus haineuse et sectaire au monde prétend contribuer à l’entente entre les différents croyants et aider à régler les problèmes de l’humanité… Pendant que ces gens se félicitent de la création de ce centre, pour promouvoir la tolérance religieuse, surtout envers l’islam, le Grand Mufti a ordonné la destruction de toutes les églises de la péninsule arabique. Dialogue inter-confessionnel ou dialogue à sens unique, toujours le même, direction La Mecque ?

Dhimmitude

République Centrafricaine :

Les chrétiens sont terrorisés, victimes de vols, tués par les militants islamistes qui ont pris le contrôle du pays depuis mars, et ce dans l’ignorance totale des médias et gouvernements internationaux.

Un pasteur parle du « règne de la terreur » : les musulmans attachent les Chrétiens, les frappent et les forcent à payer un impôt sur la vie. De nombreux Chrétiens ont été blessés et tués.

D’après le Barnabas Fund, les rebelles ont une liste noire de pasteurs et de travailleurs chrétiens. Des lieux de culte sont attaqués, des propriétés chrétiennes pillées. Beaucoup de Chrétiens ont fui leurs maisons pour se réfugier à la campagne et craignent d’y retourner. Plus de 200.000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et quelques 49.000 personnes ont trouvé refuge dans les pays voisins.

Le 10 mai dernier, Human Rights Watch a publié un rapport alarmant sur de graves violations commises par les rebelles Selke contre des civils : pillages, exécutions sommaires, viols et tortures. Un pasteur d’une église assiégée a été abattu, alors qu’il sortait, une Bible à la main, en signe de paix.

Pas un mot dans les médias occidentaux.

Egypte :

Mohamed Abu Samra, secrétaire général du Parti islamique jihadiste, a affirmé qu’il était permis de tuer certains chrétiens aujourd’hui», justifiant sa déclaration comme suit :

« Il nous est permis de verser le sang de ceux qui sortent avec des armes pour nous combattre, car un combattant n’est pas considéré comme un dhimmi ».

Dans la loi islamique, un dhimmi est un non-musulman, à qui il est accordé le droit de vivre, à condition qu’il paye l’impôt sur la vie, et qu’il vive comme un citoyen de seconde zone (Coran 9:29). Ces militants chrétiens coptes qui avaient publiquement appelé à l’éviction de l’ancien président islamiste Morsi n’acceptaient pas ces conditions, dès lors, ils devenaient des cibles à abattre.

Indonésie :

Après une attaque à la veille de Noël au cours de laquelle les membres de l’église protestante « Filadelfia Batak » furent bombardés avec des œufs pourris, de fumier et de sacs en plastique remplis d’urine, le pasteur tenta de de quitter les lieux avec sa femme, quand Abdul Aziz, le chef de la foule, qui avait auparavant menacé de le tuer, s’approcha pour frapper le Pasteur. Ce dernier, leva sa main pour arrêter le coup de poing que l’agitateur musulman s’apprêtait à lui donner, afin de protéger sa femme et lui-même.

Il est aujourd’hui accusé de voies de fait. La loi islamique, fondée sur les «Conditions d’Omar », interdit aux Chrétiens de lever la main contre les musulmans, même en cas de légitime défense.

Les membres de l’église se réunissent à l’extérieur et/ou chez les fidèles depuis que le bâtiment fut placé sous scellé en 2010 par les autorités, afin d’apaiser les islamistes. Pourtant, toutes les conditions furent respectées, et le permis de construire accordé par une décision de la Cour suprême. Mais les Chrétiens n’ont pas le droit de porter plainte contre la christianophobie, qui se traduit par des agressions violentes, des menaces de mort, des fermetures d’églises.

En Occident, la liberté d’expression n’a pas encore été abolie, mais les islamophiles y travaillent avec diligence. Le seul fait de critiquer l’islam porterait atteinte à la Nation.

Pakistan :

Pendant 5 jours, des élèves musulmans participant à un séminaire islamique torturèrent à mort un jeune étudiant chrétien. Le jeune effectuait un long voyage pour rendre visite à son grand père et s’était arrêté pour se désaltérer. Il but de l’eau d’un robinet réservé aux membres d’un séminaire islamique. Quand les Musulmans découvrirent qu’il était Chrétien, ils l’obligèrent à assister au séminaire et essayèrent de le forcer à renoncer à sa foi chrétienne. Suite à son refus de se convertir à l’islam, les élèves musulmans du séminaire « s’amusèrent » à l’électrocuter, lui cassèrent le bras et lui arrachèrent ses ongles. Les chocs électriques endommagèrent ses reins à un point tel qu’ils cessèrent de fonctionner et provoquèrent sa mort, après 5 jours de souffrances atroces.

Islam : religion de paix, d’amour, de fraternité ? Vaste fumisterie. Et dire qu’un jour prochain, en Europe, il sera interdit d’écrire ce qui précède, sous peine de poursuites pénales pour islamophobie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour www.Dreuz.info

Source “Christians Murdered Nonstop in Nigeria -Muslim Persecution of Christians: May, 2013 by Raymond Ibrahim -Gatestone Institute” traduit, adapté et commenté par Rosaly.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz