FLASH
Suite à la conférence de la paix, l’autorité palestinienne déclare que « tout Jérusalem est territoire palestinien occupé »  |  Tôt ce matin, Tsahal a démantelé une cellule terroriste islamiste dormante près d’Hebron  |  Conférence de Paris sur le Moyen-Orient : la Grande Bretagne et l’Australie rejettent la résolution  |  Tunisie : chut ! L’islam religion de tolérance, jette en prison deux homosexuels  |  Ce matin, des jihadistes ont tiré des coups de feu depuis Gaza – Israël a répondu en détruisant une cible du Hamas  |  Le Mexique menace Trump: si vous nous imposez une taxe d’import, nous ferons pareil pour la neutraliser  |  Belgique : grosse opération anti-terroriste en ce moment parmi la population musulmane de #Molenbeek  |  L’Allemagne prévoit de renvoyer des réfugiés dans leur pays à partir de mars 2017  |  Nigeria : Triple explosion au park Madagali Motor, nombreuses victimes  |  Sondage Jerusalem post : 79% des israéliens pensent que Trump sera pro israélien  |  Sondage Jerusalem post : 65% des israéliens pensent qu’Obama est pro palestinien  |  Libye : des groupes armés ont pris le contrôle des ministères de la Défense, de la Justice et de l’Economie  |  #RexTillerson (futur Secrétaire d’Etat) : « les Palestiniens doivent renoncer à la violence *avant* tout débat sur les implantations »  |  L’inde menace de blacklister Amazon qui vend des paillassons imprimés de son drapeau  |  New York : un musulman condamné à 13 ans de prison pour avoir tenté de s’engager avec al-Qaïda  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 7 août 2013

Depuis hier, la quincaillerie Thiery est fermée. La propriétaire proteste contre les violences que subirait son couple.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

« Je n’en peux plus ». C’est le cri d’alarme de Janique Guyez, commerçante à Fougerolles depuis un quart de siècle. La propriétaire de la quincaillerie Thiery a décidé d’employer les grands remèdes, « pour faire bouger les choses ». Depuis hier, elle est en « grève commerciale ». Le magasin est fermé pour une durée indéterminée. Sur la porte d’entrée de la boutique, elle a placardé un mot expliquant les raisons de cette fermeture, « en signe de protestations » : « Violences, agressions, tentatives de racket et chantages d’une bande d’individus… ».

« L’agression dont a été victime mon mari samedi a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. J’ai l’estomac noué, la peur au ventre, je ne peux plus travailler. Je ne rouvrirai ma boutique que lorsque je serai en sécurité chez moi ».

Selon Mme Guyez, née il y a près de cinquante ans dans le pays du Kirsch, tout a commencé il y a un peu moins d’un an. Par une tentative de racket : « On a voulu nous extorquer de l’argent en nous disant “si vous payez, peut-être qu’on vous laissera travailler”. Je me refuse à céder, je préfère fermer mon magasin. Définitivement s’il le faut. » Une autre fois, ces individus, une vingtaine selon le couple, « sont entrés dans ma boutique. Des objets ont été cassés ». « Lorsqu’on sort de chez nous, on est suivi. On fait l’objet de menaces. Mon mari s’est fait tabasser en pleine rue à plusieurs reprises. En mars, il a eu un traumatisme crânien » , raconte Janique. « On est abandonné à nous-mêmes » , renchérit la quinquagénaire qui fond en larmes.

Bien que reconnu en invalidité à 30 %, Jean-Marc Guyez ne se laisse pas faire. S’il reçoit des coups, il réplique. Lorsqu’il en a le temps. Maintenant, il ne sort plus sans sa bombe lacrymogène. « Samedi, j’ai aspergé mes agresseurs de ce gaz » , concède-t-il.
Plaintes contre plaintes

À la compagnie de gendarmerie de Lure, on est au fait du dossier. « À l’exception d’une plainte déposée par Mme Guyez, pour des dégradations sur la vitrine, toutes les autres l’ont été par son époux » , indique-t-on à la brigade de gendarmerie. « Nous n’avons jamais eu de plainte pour racket , s’étonne le commandant Emmanuel Gros, patron de la compagnie de gendarmerie de Lure. La première plainte a été déposée le 10 mars dernier pour violences avec usage d’armes ». D’autres plaintes ont suivi, « les 15 avril pour dégradations, 31 mai au motif de violence sur personne vulnérable ». « À chaque fois, les personnes mises en cause ont elles aussi déposé plainte , précise encore le commandant Gros. À ce jour, trois procédures sont transmises au parquet de Vesoul ». Un dossier « de conflit de personnes » où « toutes les parties sont bien identifiées » , confie encore le patron des gendarmes. « On est confronté à un gros problème de vivre ensemble ».

http://www.lepays.fr/faits-divers/2013/08/07/face-aux-violences-greve-commerciale-illimitee

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gaïa pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz