FLASH
[25/04/2017] Trump (jour de l’holocauste) : « Israël est le monument éternel de la force immortelle du peuple juif »  |  Jean-Lin Lacapelle: « Je suis membre de la commission Sécurité de la Région IDF et je vous affirme que 12500 individus sont fichés S pour islamisme »  |  Israël : un colon arabe a tenté de poignarder des soldats en Samarie juive illégalement occupée par les arabes palestiniens  |  Espagne, Barcelone : opération anti-jihad. 8 musulmans interpellés, dont 4 en lien avec les attentats de Bruxelles  |  Explosion près de la synagogue de Metz : une opération de déminage sur une voiture suspecte  |  La Chine interdit de donner un nom musulman aux nouveaux nés de la province à majorité musulmane de Xinjiang  |  Elle fait tout pour rester le punching ball politique : Marine Le Pen contre l’abattage rituel en France  |  Israël : Netanyahu annule sa réunion avec le ministre des Affaires étrangères allemand, qui a rencontré des ONG antisionistes radicales  |  Caterpillar en hausse de 6% aujourd’hui: conseil, investissez dans toutes les entreprises boycottées par BDS  |  Henri Guaino : “Jamais personne ne me fera voter pour Emmanuel Macron”  |  Ivan Rioufol: « Prouesse technique : Hollande votera pour son hologramme Macron »  |  Espagne, Barcelone : sur informations des renseignements belges, la police arrête 12 jihadistes musulmans  |  Israël a frappé une position militaire syrienne près de Quneitra  |  [24/04/2017] Marine Le Pen se met « en congé » de la présidence du Front national  |  Résultats en voix : Macron 8 657 326, Le Pen 7 679 493, Fillon 7 213 797, Mélenchon 7 060 885, Hamon 2 291 565  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 7 août 2013
1_0_704405

Nous ne sommes plus dans les périodes opaques de l’antijudaïsme des siècles passés où l’Eglise, aidée de l’inquisition espagnole, voulait convertir les juifs à sa foi.

Depuis le Concile Vatican II, il y a maintenant une soixantaine d’années, les perspectives sont radicalement autres. L’Eglise a reconnu l’injustice nocive de son comportement antérieur qui reposait plus sur l’idéologie du pouvoir que sur la théologie biblique.

Le point de départ doctrinal de ce processus de clarification et de rapprochement a été  la déclaration « Nostra Aetate » qui a mis fin aux prétentions antérieures d’une substitution d’Israël par l’Eglise et aux accusations mortifères de « déicide ». Seuls les Lefebvristes – refusant les positions de Vatican II  et donc indépendants du magistère – demeurent dans cet ancien état d’esprit accusateur et hégémonique. A noter en passant que ces dérives antijudaïques n’avaient jamais atteint le statut de dogme et s’étaient élaborées au cours des siècles par le jeu d’une grave myopie envers l’histoire du salut. Cette posture ecclésiale était le fruit d’une amnésie et d’une autosuffisance culminant dans l’hérésie marcionite.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Qu’en est-il aujourd’hui de l’évangélisation ? Les Juifs sont-ils visés par cette démarche de toute l’institution ? En ce qui concerne l’Eglise catholique, l’attitude officielle est claire.

Si les chrétiens ont une mission d’annonce à remplir dans le monde, c’est dans le respect de l’autre et non pour restaurer un imperium coercitif. Cette promotion des valeurs de l’évangile a essentiellement pour but de proposer aux mentalités païennes de nos sociétés un chemin d’humanité dans la conversion au Dieu de la Bible. Pousserait-on le paradoxe jusqu’à proposer aux Juifs de découvrir le Dieu d’Israël alors que les fondamentaux de la foi chrétienne ont été reçus du judaïsme ?

Le cardinal allemand Walter Kasper déclare à ce sujet en 2002 :

« Les juifs n’ont pas à devenir chrétiens pour être sauvés. S’ils suivent leur propre conscience et croient dans les promesses de D.ieu comme ils les comprennent dans leur Tradition, ils sont dans la ligne du projet de D.ieu qui, pour nous chrétiens, atteint son achèvement en Jésus ».

C’est là le fruit d’un repositionnement spirituel de l’Eglise catholique et d’une dynamique de rapprochement encouragée depuis des décennies par les papes Jean Paul II et Benoît XVI. Le pape François s’inscrit dans la même perspective et il professe le même désir de communion avec le judaïsme.

Benoît XVI appuie sa réflexion sur le fait que, dans ses discours eschatologiques, Jésus précise bien que la fin des temps et la gloire de tout Israël seraient précédées par la prédication du Règne de Dieu aux païens. Il appuie cette priorité en citant St Bernard de Clairvaux qui formule cette urgence au pape Eugène III. Benoît XVI cite également Hildegarde Brem, mère abbesse de Mariastern en Autriche : « L’Eglise n’a pas à se préoccuper d’une conversion des Juifs ! Il faut attendre qu’ait d’abord lieu l’entrée de la totalité des païens dans le Royaume de Dieu ». Le pape ajoute : « Les Juifs eux-mêmes sont une prédication vivante vers laquelle l’Eglise doit orienter les esprits ».

Le successeur du cardinal Kasper au dicastère romain pour l’unité des chrétiens et les relations avec les juifs est le cardinal suisse Kurt Koch. Il y a quelques semaines, il reprenait ces éléments éclairants dans une interview à AED (Aide à l’Eglise en détresse). Le cardinal Koch évoque « la légitimité théologique du peuple d’Israël à vivre sur sa terre » et il rappelle avec les mots de Nostra Aetate que « les Juifs restent, à cause de leurs pères, très chers à Dieu, dont les dons et l’appel sont irrévocables ». C’est pourquoi dit-il, « l’Eglise ne se donne pas de mission d’évangélisation à l’égard des Juifs, au contraire de certains groupes évangéliques ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz