FLASH
[25/05/2017] Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  |  Manchester : les renseignements anglais pensent que l’attentat a été décidé par une cellule terroriste européenne qui vise surtout l’Allemagne et la Grande Bretagne  |  Manchester : la bombe était très sophistiquée, avec des explosifs à réaction ultra rapide  |  Manchester : l’anti-terrorisme découvre un réseau terroriste derrière l’attentat  |  Salman Abedi « voulait se venger » des bombardements US en Syrie, d’après sa sœur (se venger sur des fillettes ?)  |  Manchester : massive opération anti-terroriste en cours, artificiers anti-bombe sur place  |  [24/05/2017] La filière du terroriste de Manchester Salman Abeidi a permis de remonter jusqu’à un important recruteur d’ISIS  |  Coup de feu au café des belges, rue Lafayette : saisie d’une dépêche ancienne – nous nous excusons  |  Non confirmé : alerte à la bombe dans une école de Strasbourg et à Paris près de la gare du Nord  |  Paris : coup de feu au café des belges, rue Lafayette bloquée  |  Un terroriste musulman s’est fait exploser dans un autobus en ville à Jakarta Bilan 4 morts et plusieurs dizaines de blessés  |  Lille, France : 2 musulmanes arrêtées par le raid avant de commettre un attentat  |  Trump a obtenu de l’OTAN qu’elle se joigne à la coalition anti-ISIS  |  Attentat de Manchester : la police a arrêté un 5e suspect, qui portait un paquet suspect  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 10 août 2013

images

Edith Stein est née dans l’Empire allemand, à Breslau, (même nom que la ville de Rabbi Nachmann) le 12 octobre 1891, au sein d’une famille allemande de confession juive. Elle est le onzième enfant et elle naît précisément le jour du Yom Kippour, le Grand Pardon, ce qui prend une signification importante pour sa mère.

Toute jeune déjà, sa vie intérieure se focalise sur une recherche de la vérité et d’une unification d’elle-même. Elle est la meilleure élève de sa classe et toute la famille la surnomme « l’intelligente », ce qui la contrarie, car, dit-elle, elle avait compris depuis longtemps qu’il est préférable d’être bon plutôt que seulement intelligent.

Durant son adolescence, elle s’éloigne de la foi en Dieu et poursuit avec succès ses études secondaires à Breslau. A l’université, elle se spécialise en philosophie et psychologie. Là, elle se lie d’amitié avec divers chercheurs, fascinés comme elle par la méthode phénoménologique de Husserl.

Elle rencontre également le philosophe Max Scheler, penseur juif devenu catholique et qui fait grande impression sur elle. Le passage d’Edith à l’université de Göttingen va éveiller en elle un sentiment religieux qui ne la quittera plus. En travaillant sa thèse de doctorat, elle traverse des périodes dépressives et expérimente ses propres limites.

Lorsqu’éclate la guerre de 14-18, Edith Stein se met au service de l’humanitaire comme membre de la Croix Rouge.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Enseignante, elle peaufine sa thèse sur l’empathie pour la présenter à Husserl. Celui-ci est ravi de son travail et il lui offre de collaborer avec lui. En 1917, Edith Stein est la première femme allemande reçue docteur en philosophie cum laude. Aux côtés du maître comme assistante, elle approfondit un dialogue philosophique qui nourrit profondément sa quête spirituelle.

Demandée en mariage par un jeune intellectuel brillant, elle refuse, car dit-elle, « il est trop tard, le Christ est déjà entré dans ma vie ! »

Un jour chez des amis, elle découvre un livre racontant l’aventure étonnante de Ste Thérèse d’Avila. Lorsqu’elle le referme, elle est convaincue : le Christ l’appelle. A vingt neuf ans, Edith n’hésite pas, elle choisit aussitôt de devenir carmélite.

Elle se retrouve spontanément dans l’expérience de prière de Thèrèse qui s’entretient avec le Christ comme avec un ami familier. Cette image biblique d’un Dieu proche et bienveillant la saisit.

Dans sa spiritualité, Jésus est ce frère juif qui lui tend la main pour l’accompagner vers le Père. Elle approfondit les évangiles qui lui font apparaître le Christ comme figure humaine de la vérité transcendante. C’est donc avec une immense joie quelle reçoit le baptême le 1er janvier 1922.

Edith continue à publier des contributions philosophiques, et elle traduit en allemand la vie du cardinal Newman.

En 1933, avec l’arrivée au pouvoir d’Hitler, elle est exclue de la fonction d’enseignante parce que juive. Une terrible persécution s’annonce et commence à faire des ravages.

La veille de son départ au carmel, elle accompagne sa maman à la synagogue. Puis elle entre au carmel de Cologne le 14 octobre 1933. Un an plus tard elle prend l’habit sous le nom de Sœur Thérèse Bénédicte de la Croix.

Arrivée au Carmel d’Echt aux Pays-bas, elle subira avec beaucoup d’autres religieux et religieuses la vague de répression SS envers les juifs de confession catholique, et cela suite à la déclaration anti-nazie lancée par les évêques hollandais.

En août 1942, elle saisit la main de sa sœur Rosa et en se préparant à monter dans le train de déportés vers les chambres à gaz d’Auschwitz, elle lui dit : « Viens, allons pour notre peuple ! ».

Edith Stein, sœur Bénédicte de la Croix, est donnée en exemple de sainteté à toute l’Eglise par le Pape Jean Paul II, qui la présente comme patronne spirituelle de l’Europe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz