FLASH
#Malmo : une des 4 victimes est morte et elles sont toutes connues de la police, qui pense qu’il s’agissait d’un règlement de comptes entre gangs | Houston, Texas : 7 blessés par balles dans un centre commercial – attaquant appréhendé – motif encore inconnu | A quelques heures du premier débat, Trump est 2% devant Clinton dans le sondage national Blomberg: 43/41 | Tchad : quatre soldats tchadiens ont été tués près de la frontière avec le Niger dans une attaque attribuée à Boko Haram | Terrorisme : durant la nuit, la police a découvert 3 ateliers de fabrication d’armes, des munitions, 4 pistolets, en Judée Samarie | Drôme : Émeute en cours à la prison de Valence, des détenus ont dérobé des clés, ouvert des cellules & mis le feu. 2 surveillants blessés | A la demande de Damas, le Royaume Uni confisque le passeport d’une journaliste syrienne | E. Cosse prévient: ceux dont les familles disposent de plus de 30.000€ de patrimoine pourront voir leurs APL baisser | Lors de leur rencontre, Trump annonce à Netanyahou qu’il reconnaîtra Jérusalem comme capitale indivisible du peuple juif | Laxisme de gauche : 7 morts, 36 blessés ce week end à Chicago – essentiellement noirs par des noirs | Donald Trump : « je suis impatient de rencontrer Nétanyahou à 10h ce matin à la Trump Tower » | Nice : la police a arrêté 2 filles, 17 et 19 ans, qui préparaient un attentat terroriste | Patrick Devedjian : les Allemands « nous ont pris nos juifs, ils nous rendent des Arabes » | Corse : le truand Hicham Merzouki tué au fusil d’assaut à Santa-Maria Poggio | Hollande reconnaît la responsabilité de la France dans l’abandon des harkis |
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 13 août 2013

 

Gibraltar-1

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  Pour mémoire, la bataille de Trafalgar opposa le 21 octobre 1805 la flotte franco-espagnole sous les ordres du vice-amiral Villeneuve à la flotte britannique commandée par le vice-amiral Nelson. Nelson y trouva la mort, mais la tactique qu’il mit en œuvre valu aux Britanniques une victoire totale. Les deux tiers des navires franco-espagnols furent détruits et Napoléon, faute d’une flotte suffisante, dût renoncer à conquérir le Royaume-Uni. Cette victoire conforta également la présence britannique sur les mers du globe.

Maintenant, le Rocher de Gibraltar. Aux portes d’une Afrique politiquement instable et sur la route du Moyen-Orient, Gibraltar est une base stratégique équipée d’installations militaires et de renseignement (voir lien vers source en bas de page). Cédé en 1713 à la Grande-Bretagne aux termes du traité d’Utrecht, Gibraltar, un territoire de sept kilomètres carrés peuplé de 30’000 habitants, est au centre de tensions entre le Royaume-Uni et l’Espagne. L’accès protégé à l’enceinte militaire de l’aéroport est la première vue qui s’offre au visiteur du Rocher, à une extrémité de l’énorme piste d’atterrissage qu’il doit franchir, en voiture comme à pied, pour entrer à Gibraltar.

Une part du territoire est occupée par une base aérienne militaire, une base navale, essentielle pour les escales et la réparation des sous-marins nucléaires, ainsi qu’une base de renseignement. Ce petit territoire constitue l’unique porte d’entrée et de sortie de la Méditerranée, un espace plus que jamais stratégique pour les Occidentaux en raison de la montée de l’islamisme au Sahel et de l’instabilité au Moyen Orient. La base britannique de Gibraltar permet une surveillance de la Méditerranée par laquelle transite une bonne partie du pétrole et du gaz naturel consommés en Europe occidentale.

Le Royaume-Uni veut donc conserver ce territoire pour des raisons de communication, de renseignement et de contrôle du trafic maritime passant par le détroit de Gibraltar, qui sépare l’Europe de l’Afrique. L’importance stratégique du détroit s’est encore accrue avec son statut international, qui, depuis 1982, permet à tout pays de survoler et de naviguer dans la zone, y compris pour les sous-marins, sans en informer les pays riverains, à savoir l’Espagne et le Maroc. Avec 200 militaires, l’activité de la base navale britannique est permanente. C’est un point d’escale permanent tant des navires de guerre que des sous-marins nucléaires, britanniques mais également américains, à l’aller ou au retour des patrouilles en Méditerranée.

C’est ainsi que la frégate britannique HMS Westminster doit faire escale à Gibraltar, dans les jours à venir, dans le cadre du déploiement annuel de la Royal Navy jusqu’au Golfe. De plus, quatre navires de guerre britannique, dont un porte-hélicoptères, sont en route vers la Méditerranée. Londres profite par la même occasion de la capacité exceptionnelle d’écoute de ses installations de renseignement électronique.

La pointe du Rocher, à l’extrémité de l’isthme où se situe Gibraltar, se trouve à 400 mètres à l’aplomb de la mer, avec, en face, l’Afrique. Cette position fait du territoire une tour de renseignement très intéressante pour les Britanniques, qui l’exploitent pour eux-mêmes mais également pour leurs alliés occidentaux.

Le gouvernement de Gibraltar, une coalition centriste composée du Gibraltar Socialist Labour Party et du Liberal Party of Gibraltar, aurait affirmé que malgré le caractère britannique du rocher de Gibraltar, l’isthme lui est espagnol et les eaux espagnoles, seules la ville, le château, les fortifications et le port de Gibraltar ayant été cédés par traité aux Britanniques. De son côté, l’Espagne se dit fondée à porter l’affaire devant la Cour internationale de La Haye ou devant l’ONU.

Selon certains médias espagnols, l’Argentine et L’Espagne pourraient faire front commun pour revendiquer les îles Malouines et Gibraltar. L’Argentine est actuellement membre non permanent temporaire du Conseil de Sécurité de l’ONU et la présidente Cristina Kirchner a rappelé la revendication argentine il y a quelques jours par l’intermédiaire de son représentant conseil de sécurité.

Ironie de l’histoire, l’Espagne et propriétaire d’îles et d’enclaves marocaines situées de l’autre côté du Détroit de Gibraltar, notamment les deux enclaves de Ceuta et de Melilla, îles et enclaves nord-africaines revendiquées par le Maroc. Quant à l’Argentine, elle n’a que partiellement réglé son conflit frontalier avec le Chili à propos du Canal de Beagle.

Ce canal est situé à l’extrême sud du continent américain. Sa partie orientale constitue la limite internationale entre le Chili et l’Argentine, mais sa partie occidentale est actuellement aux mains du Chili. Il s’agit d’un détroit séparant les îles de l’archipel de la Terre de Feu, à l’extrême sud de l’Amérique du Sud. Il sépare la Grande Île de la Terre de Feu de plusieurs îles au sud.

Reproduction autorisée avec mention :

© M. Garroté réd en chef www.dreuz.info

Source :

http://www.lepoint.fr/monde/gibraltar-une-base-strategique-incontournable-pour-londres-13-08-2013-1713693_24.php

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz