FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 22 août 2013

question-3420189

Obama l’a fait. Il a « suspendu » les aides financières et militaires à l’Egypte. Il n’a, comme l’a dit la Maison Blanche, pas pris la « décision officielle » de les rayer d’un trait de plume, mais la seule différence est l’ambiguité de la formulation.

Obama n’a pas décidé cette suspension au temps où Mohamed Morsi avançait vers la mise en place d’un régime totalitaire islamiste dans le pays, non, bien sûr : il a décidé ce type de suspension alors que l’armée égyptienne tente de rétablir un minimum d’ordre dans le pays et de sauver ce qui peut encore l’être.

Obama s’est par ailleurs inquiété des « violations des droits de l’homme » constituées par les arrestations des dirigeants des Frères musulmans, et par la répression contre les milices islamistes dans le pays, mais il n’a pas vu la moindre « violation des droits de l’homme » dans les massacres de Coptes, la prise d’otage et le viol de religieuses chrétiennes et l’incendie de dizaines d’églises par les Frères musulmans.

Tout cela n’a rien de surprenant de la part d’un homme tel que Barack Obama, qui n’a cessé d’avoir des préférences islamistes très prononcées et qui a une conception des «droits de l’homme » elle-même très islamique.

Tout cela n’en est pas moins extrêmement grave.

L’armée égyptienne voit clair dans le jeu d’Obama, et sait désormais sans le moindre doute que l’administration Obama est dans le camp ennemi.

Elle sait qu’elle ne peut compter sur l’administration Obama que pour recevoir de mauvais coups.

L’Arabie Saoudite et les émirats du Golfe, qui fournissent à l’armée égyptienne des assistances financières massives voient aussi très clair dans le jeu d’Obama.

Le gouvernement israélien, qui appuie, très discrètement, l’armée égyptienne, y voit aussi très clair, même si, pour des raisons diplomatiques, aucun dirigeant israélien ne le dira.

Ce qui prend forme est, plus que jamais pour l’armée égyptienne (qui représente de facto à nouveau le pouvoir en Egypte), l’Arabie Saoudite et les émirats, une rupture d’alliance, déjà nette au moment de la chute de Moubarak, mais désormais flagrante, et qui sera d’autant plus difficile à réparer qu’elle est perçue comme fondée sur une succession de trahisons.

Cette rupture est à même d’inciter les puissances concernées à s’orienter vers d’autres alliances : ce d’autant plus que les Républicains américains oscillent, pour l’heure, entre l’isolationnisme façon Rand Paul et une dégénérescence du néo-conservatisme incarnée par John McCain et Lindsey Graham, qui ont accepté d’être les envoyés d’Obama voici peu au Caire.

La Russie a fait des offres de service : elle soutient la République islamique d’Iran, ce qui ne peut que déplaire dans le monde sunnite, mais elle peut affirmer son hostilité à l’islam radical tel qu’incarné par al Qaida et les Frères musulmans, en raison des risques d’agitation dans les régions caucasiennes. La Chine se place elle aussi sur les rangs : elle a un besoin vital des ressources énergétiques du Proche Orient et du canal de Suez, et, tout en ayant elle aussi des liens avec l’Iran, elle est elle aussi hostile à l’islam radical tel qu’incarné par al Qaida et les Frères musulmans, en raison des risques d’agitation dans le Xinjiang parmi les Ouighours.

Israël, placé sous pression intense par l’administration Obama, est aussi confronté à une rupture d’alliances sur fond de trahisons qui pourrait elle-même mener les dirigeants israéliens à tirer des conclusions : les hautes technologies israéliennes présente un intérêt très concret pour la Russie, pour la Chine, pour l’Inde. Les ressources énergétiques israéliennes présentent un intérêt pour la Chine et l’Inde, et au delà pour l’Asie entière.

L’attitude de l’Union Européenne et des pays européens, qui se placent à la remorque de l’administration Obama n’arrange rien, bien sûr.

J’ai écrit récemment que l’ordre du monde établi après 1945 se trouvait ébranlé. Cet ébranlement se poursuit. Obama et ceux qui l’entourent en sont les maîtres d’oeuvre.

J’ai d’emblée considéré l’élection d’Obama comme un cataclysme. J’ai publié voici près d’un an un livre appelé Le désastre Obama. Ce livre est, hélas, plus que jamais d’actualité.

Nous sommes dans le désastre.

Barack Obama n’a cessé d’avoir des préférences islamistes très prononcées et une conception des «droits de l’homme » très islamique, ai-je dit.

L’administration Obama est, depuis le départ, sous l’impulsion d’Obama, l’alliée des Frères musulmans : elle a voulu rendre le monde musulman plus sûr pour l’islam radical et a agi à cette fin.

Elle a espéré faire rentrer al Qaida dans le rang en éliminant la tendance Ben Laden, et en favorisant la tendance Zawahiri, prête à se rallier à la prise de pouvoir par les Frères musulmans, et a encouragé ainsi un rapprochement entre al Qaida et Frères musulmans.

Elle a adopté une immense mansuétude vis-à-vis de l’Iran des mollahs et a fermé les yeux sur les alliances entre l’Iran et le Hamas, puis sur les rapprochements, sous Morsi, entre Frères musulmans et régime iranien.

Elle a encouragé l’islamisation de la Turquie par Erdogan et le financement des Frères musulmans par le Qatar.

Elle a, après avoir soutenu Assad, encouragé la tentative de renversement d’Assad par les Frères musulmans et le Qatar, avec l’appui de la Turquie, aux fins d’installer les Frères musulmans au pouvoir à Damas.

Elle a abandonné l’Irak au régime iranien et est en train d’abandonner l’Afghanistan aux talibans.

Elle a fortement contribué au renversement de Kadhafi en Libye et au pillage des arsenaux de Kadhafi par des gens d’al Qaida, dont les armes se retrouvent dans tout le Sahel, en Syrie et dans le Sinaï.

Elle porte présentement la responsabilité des massacres de Coptes en Egypte, mais aussi de la situation meurtrière dans le Sinaï, de la guerre qui s’éternise en Syrie, des attentats en Irak.

Elle est l’instigatrice de la rupture d’alliance avec l’Egypte et du risque d’une rupture d’alliance avec l’Arabie Saoudite et les émirats.

Si elle voulait inciter Israël à revoir ses orientations, elle ne s’y prendrait pas mieux.

Si elle voulait renforcer l’attitude pusillanime de l’Union Européenne et des pays européens, elle ne s’y prendrait pas mieux non plus.

La Russie, et la Chine, viennent occuper l’espace laissé béant par les Etats Unis d’Obama. C’est logique.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Dans le grand désordre qui vient, il se dessine un camp de l’ordre autoritaire : Russie, Chine, Arabie Saoudite, émirats, Egypte. Il se dessine des forces actives du désordre : le gauchisme de l’administration Obama et l’islam radical.

Et il se dessine un camp de la peur face au désordre, apeuré par l’islam radical, et prêt à se soumettre à qui l’épargnera : l’Europe.

Israël doit se positionner face à cette équation.

Il n’existe pour l’heure plus aucun camp qui incarne encore les valeurs qui ont fait la grandeur de la civilisation occidentale.

Un tel camp renaîtra-t-il ? Je ne puis répondre.

Dans un livre portant sur la mondialisation, La septième dimension, j’expliquais en quoi celle-ci était porteuse de fécondités immenses. Je parlais des Etats Unis comme la matrice de cette fécondité. Je notais les dangers qui montaient sur l’horizon. Je concluais en disant que nous étions sur le fil du rasoir et que si, dans le moyen terme, les fécondités l’emporteraient sans doute, dans le court terme, le rasoir pouvait trancher et conduire vers une zone de tempêtes.

Nous sommes dans cette zone de tempêtes.

L’élection de Barack Obama, et sa réélection apparaîtront aux historiens du futur comme ayant été bien davantage qu’un cataclysme.

L’alliance d’Obama avec la confrérie des Frères musulmans leur apparaîtra comme le pacte diabolique installé au cœur monstrueux de ce cataclysme.

Un petit livre de Frank Gaffney, The Muslim Brotherhood in the Obama Administration, disponible sur Frontpage Magazine, donne tous les détails requis pour ceux qui veulent comprendre.

Les autres passeront leur chemin et prétendront n’avoir rien vu et rien entendu, bien sûr…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz