FLASH
Hamon en tête autour de 35%, Valls environ 30 %, Montebourg 25 %, Peillon 5%  |  Trump et Netanyahu discutent en ce moment du déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem  |  Netanyahu a en fait autorisé la construction de 566 logements pour les juifs, et 105 pour les arabes à l’est de Jérusalem  |  Netanyahu lève toutes les restrictions politiques et administratives aux constructions en Judée Samarie ex-Cisjordanie  |  Primaire socialiste estimation : Hamon et Montebourg  |  Un qui ne sera pas mentionné par les médias : « L’élection de Trump a sauvé le monde d’une terrible guerre » – Kusturica  |  Quand les médias cherchent des excuses à la très faible participation à la primaire socialiste, c’est que tout va bien  |  Jérusalem donne le feu vert pour la construction de 671 logements à Ramat Shlomo, en Judée juive comme son nom l’indique  |  Selon deux de nos sources, l’annonce officielle du déplacement de l’ambassade US à Jérusalem sera faite demain  |  Nouveau malaise à BFMTV quand Bercoff informe le public que les manifestants anti-Trump sont payés par Soros  |  David Friedman, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, habitera à Jérusalem  |  Primaire socialiste : des étrangers et des mineurs de 16 ans autorisés à voter pour masquer leur désert électoral  |  Boum : 400 000 votant à mi-journée de la primaire socialiste (744 000 en 2011), le bateau coule coule coule  |  Boum: 400 000 votants à midi pour la primaire de la gauche contre 1 138 000 à la primaire de la droite  |  Albanie : une école coranique financée par la Turquie rend hommage à l’Etat islamique qui représente le pur islam  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 26 août 2013

 

Assad-1

 

Michel Garroté, réd en chef  –-  J’ignore, à ce stade et pour l’instant, si des armes chimiques ont été récemment utilisées en Syrie. Et j’ignore si dans l’affirmative, elles ont été utilisées par le régime ou par les insurgés. Je rappelle tout de même que ces insurgés syriens sont fanatiquement sunnites. Ils sont appuyés par des pays de cette branche majoritaire de l’islam : l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie.

Le comportement rageusement sectaire et même barbare de ces insurgés sunnites, les prive du soutien non seulement des chrétiens, des kurdes et des druzes, mais aussi de ceux d’entre les alaouites et les chiites opposés au régime. Les milices kurdes ont certes préféré jusqu’à maintenant éviter des affrontements avec les troupes gouvernementales, mais désormais, elles combattent avec acharnement les djihadistes sunnites de Al Nusra, très actifs dans les zones kurdes.

En outre, les insurgés sunnites sont fragmentés et de ce fait inaptes à coordonner de grandes offensives, y compris dans l’hypothèse où ils obtiendraient des armes lourdes. Les insurgés du nord s’appuient surtout sur la Turquie et le Qatar.

Les Etats-Unis, la France, la Jordanie et l’Arabie Saoudite semblent avoir opté pour la stratégie d’un front sud, en y formant des combattants sur sol jordanien et en les infiltrant en Syrie. En attendant de lancer éventuellement une opération en direction de Damas.

Contrairement à ce qui a été allégué en France, Israël n’a rien à voir avec la formation de ces combattants, que cette même France contribue à former, on se demande bien pourquoi d’ailleurs. Ce qui en revanche est beaucoup plus préoccupant qu’une hypothétique contribution israélienne en Jordanie, c’est la présence de djihadistes du monde entier en territoire syrien.

Car cette guerre a une dimension internationale toujours plus importante. Le régime syrien peut – encore et toujours – compter sur l’appui de la Russie, la principale pourvoyeuse d’armes de Bachar Al-Assad et sur l’Iran. La Chine n’est pas directement impliquée. Mais elle ne voit pas d’un bon œil l’intervention de puissances occidentales dans le conflit, raison pour laquelle elle soutient le point de vue de la Russie.

Depuis quelques jours, de nombreux médias occidentaux semblent appuyer l’option d’une intervention militaire étrangère, au motif qu’il y a eu, peut-être, usage d’armes chimiques par Bachar Al-Assad. En Israël, certains spécialistes en géostratégie affirment publiquement – à tort ou à raison – que le dictateur syrien est un homme fini.

Pour ce qui me concerne, je me souviens que la guerre du Liban a duré quinze ans, de 1975 à 1990, dans l’indifférence générale ; et que les principales victimes de cette guerre, plus de 300’000 au total, furent et sont encore les chrétiens (j’avoue être un peu déçu par certains passages de la lettre ouverte que Samir Geagea vient d’adresser à Obama). Je me souviens que la guerre Iran-Irak a duré huit ans, de 1980 à 1988. Elle a fait plus d’un million de victimes. Et toujours pour ce qui me concerne, notre principal ennemi chiite, c’est l’Iran et non pas la Syrie ou le Hezbollah.

Ce sont là les raisons pour lesquelles, je ne vois toujours pas pourquoi il y aurait soudain urgence à intervenir en Syrie. Ni le nombre total de victimes, ni l’usage éventuel d’armes chimiques, ne justifient, selon moi, une initiative précipitée aux conséquences incalculables.

Et je m’étonne que ceux-là mêmes qui n’ont cessé de condamner les interventions occidentales en Afghanistan et en Irak éprouvent soudain le besoin irrépressible d’envoyer nos troupes en Syrie.

Reproduction autorisée avec mention :

© M. Garroté réd chef www.dreuz.info

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz